Patfiz p.3

CHANGEMENTS DANS LA FORMULE DE LEUCOCITARNAYA AVEC DES LEUCOCITOSES

La vraie leucocytose (régénératrice, absolue), qui se développe en raison de la prolifération accrue de cellules myélocytaires, s'accompagne de modifications de la formule des leucocytes.

Les changements dans la formule des leucocytes sont dus à une augmentation ou à une diminution du nombre de jeunes formes de cellules myélocytes dans le sang périphérique et à l'apparition de formes qui en sont normalement absentes. Dans ce cas, on parle d'un changement dans le rapport des formes matures et immatures de leucocytes - un déplacement nucléaire des granulocytes à gauche ou à droite. L'utilisation de ces termes est associée à la localisation des noms de jeunes formes de neutrophiles (couteau, métamyélocytes, myélocytes, promyélocytes) sur le côté gauche du blanc de laboratoire et les matures sur leur côté droit.

DÉPLACEMENTS DE FORMULE LEUCOCITAIRE NUCLÉAIRE

La microscopie d'un frottis sanguin étant le principal critère d'identification des différentes formes de maturité des leucocytes granulaires est la nature du noyau (forme, taille, intensité de la couleur), les modifications de la formule leucocytaire sont appelées «nucléaires» (Fig. 21-20).

Fig. 21–20. Types de déplacements nucléaires neutrophiles dans la formule des leucocytes.

Un décalage vers la gauche est caractérisé par une augmentation du nombre de neutrophiles jeunes et immatures.

Le virage à droite se manifeste par une augmentation du nombre de neutrophiles segmentés.

Il est souvent associé à une augmentation des signes de dégénérescence des leucocytes et à une diminution du contenu en neutrophiles de la bande.

Les changements dans la formule leucocytaire des neutrophiles à gauche sont déterminés par l'apparition de formes immatures de neutrophiles. Il existe des types de décalage vers la gauche hyporégénératifs, régénératifs, hyperrégénératifs et dégénératifs régénératifs.

† Hyporégénératif. Ils en parlent avec une augmentation de la teneur en neutrophiles supérieurs à la norme (plus de 6%), une leucocytose modérée (généralement jusqu’à 10–11 ans).×10 9 / l)

† Régénérant. Elle se caractérise par une augmentation du pourcentage de neutrophiles au-dessus de la normale, l'apparition de métamyélocytes dans le sang périphérique, une leucocytose jusqu'à 13-18 ans.×10 9 / l.

† Hyperrégénératif (parfois appelé régénératif). Elle se manifeste par une augmentation significative du contenu en neutrophiles poignardés, par la présence dans le sang périphérique d’un grand nombre de métamyélocytes et par l’apparition de myélocytes, par une augmentation du nombre total de leucocytes à 20-25 ans.×10 9 / l. Cependant, le nombre total de leucocytes peut être normal ou même réduit. Dans certains cas, cette dernière est observée après une longue période de leucocytose significative et est provoquée par l'épuisement de la pousse myéloïde du tissu hématopoïétique.

† dégénérescence régénérative. Il est observé chez certains infb, des processus purulents chroniques se produisant avec une intoxication importante. Elle se caractérise par une augmentation plus ou moins prononcée du taux de neutrophiles, de métamyélocytes et de myélocytes, une diminution du nombre de neutrophiles segmentés (en règle générale), des signes de modifications dégénératives du cytolemme, du cytoplasme et du noyau et une augmentation du nombre total de leucocytes.

• Indice de transfert nucléaire

Les changements ci-dessus dans le rapport des formes matures et immatures de neutrophiles peuvent être quantifiés en calculant l'indice de transfert nucléaire. Il reflète le rapport entre le pourcentage de la somme de toutes les jeunes formes de neutrophiles (poignard, métamyélocytes, myélocytes, promyélocytes) et leurs formes matures.

Chez l’adulte en bonne santé, l’indice de transfert nucléaire se situe entre 0,05 et 0,10. Une augmentation indique un déplacement nucléaire des neutrophiles vers la gauche, une diminution indique un déplacement vers la droite.

La leucocytose redistributive et hémoconcentration (fausse) ne s'accompagne pas d'un changement de la formule des leucocytes.

Lorsque la leucocytose est importante au niveau de la moelle osseuse et des ganglions lymphatiques, des signes d’hyperplasie des tissus lymphopoïétiques sont observés sous la forme d’une augmentation de la taille des follicules lymphoïdes et de leurs centres germinaux.

TYPES ET VALEUR DES LEUCOCYTOSES

Les types et la valeur de la leucocytose sont illustrés à la fig. 21-21.

Fig. 21-21. Types de leucocytose par leur signification biologique.

Ceux-ci incluent la plupart des leucocytoses. Ils se caractérisent par une nature adaptative et une adéquation aux facteurs qui les provoquent. Parmi la leucocytose physiologique, on distingue les adaptations fonctionnelle et protectrice.

† Leucocytose fonctionnelle. Elle est causée par un certain fonctionnement du corps (par exemple, une leucocytose pendant la grossesse, une augmentation du nombre de leucocytes dans le sang des vaisseaux intestinaux après un repas ou des muscles après un travail physique prolongé).

† protecteur; Il se développe pendant les processus inflammatoires, endommage les cellules et les tissus (par exemple, après une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, des lésions des tissus mous), une réaction au stress.

Dans ces cas et dans d’autres cas similaires, la leucocytose est accompagnée par l’activation des fonctions des leucocytes, dont l’un des plus importants, phagocytaire. Cela contribue à augmenter la résistance du corps aux effets pathogènes infectieux et non infectieux.

• leucocytose pathologique. Observé avec une leucémie. Ce type de leucocytose, qui se développe en raison de l'augmentation du nombre de leucocytes de type tumoral, n'a pas de valeur adaptative pour l'organisme. Leucémie Les leucocytes sont caractérisés par une activité fonctionnelle altérée: leur capacité à synthétiser et à libérer des cytokines est réduite et leur activité phagocytaire est faible. À cet égard, les patients atteints de leucémie ont réduit l'efficacité des réactions immunitaires et ont souvent développé des réactions allergiques et des maladies auto-agressives.

CHANGEMENTS TYPIQUES DE LA FORMULE DE LEUCOCITARNAYA

Formule leucocytaire - Description numérique du rapport entre différents types de leucocytes circulant dans le sang périphérique. Les changements dans les leucocytes sont le résultat d'une augmentation ou d'une diminution du contenu de certains types de leucocytes et, par conséquent, d'une modification du rapport entre eux.

• Une augmentation en excès du nombre de certains types de leucocytes est désignée par les termes neutrophilie (neutrophilie), basophilie, éosinophilie (éosinophilose), lymphocytose, monocytose.

• On appelle neutropénie, éosinopénie, lymphopénie (lymphocytopénie) ou monocytopénie une diminution du nombre de types individuels de globules blancs.

† Agranulocytose - absence ou réduction significative du nombre absolu de tous les types de leucocytes granulaires: granulocytes (neutrophiles, éosinophiles et basophiles). Cette affection est généralement associée à la leucopénie.

† Le terme «basopénie» n'est pas utilisé car normalement, les basophiles peuvent être absents du sang périphérique.

CHANGEMENTS RELATIFS ET ABSOLUS DE LA FORMULE DE LEUCOCITARNY

Avec des modifications du contenu relatif (par rapport à 100 leucocytes, c’est-à-dire en pourcentage) de l’un ou de l’autre type de leucocytes dans une formule leucocytaire, on dit neutropénie relative, éosinopénie, lymphopénie, monocytopénie (avec diminution du pourcentage de leucocytes du type correspondant) ou relative à la neutrophilie, éosonophilie, monocytose relative, lymphocytose (avec une augmentation de leur contenu relatif).

Les modifications du contenu réel (absolu) des leucocytes par unité de volume de sang sont appelées neutropénie absolue, éosinopénie, lymphopénie, monocytopénie (avec diminution de leur nombre absolu par unité de volume de sang) ou neutrophilie absolue, éosinophilie, monocytose absolue ou lymphocytose (dans le cas d'une augmentation du nombre de variétés pertinentes de leucocytes). ).

Lors de la caractérisation des modifications de la composition des leucocytes, il est nécessaire d'évaluer à la fois le contenu relatif et (nécessairement!) Leur contenu absolu.

Ceci est déterminé par le fait que ce sont les valeurs absolues qui reflètent le contenu réel de certains types de leucocytes dans le sang, tandis que les valeurs relatives ne caractérisent que le rapport de différentes cellules les unes aux autres par unité de volume de sang.

† Dans de nombreux cas, la direction du changement est la même. Par exemple, on observe souvent une neutrophilie relative et absolue ou une neutropénie.

† L'écart du contenu relatif (en pourcentage) des cellules par unité de volume de sang ne reflète pas toujours la modification de leur nombre absolu réel. Ainsi, la neutrophilie relative peut être combinée à la neutropénie absolue (une situation similaire se produit si une neutrophilie relative est observée dans des conditions de leucopénie importante: par exemple, le nombre de neutrophiles est de 80% et le nombre total de leucocytes n’est que de 1,0.×10 9 / l)

† Pour déterminer le nombre absolu de l'un ou l'autre type de globules blancs dans le sang, il est nécessaire de calculer cette valeur sur la base de la connaissance du nombre total de globules blancs et du pourcentage de globules correspondants (dans l'exemple donné, 80% à partir de 1.0×10 9 / l sera de 0,8×10 9 / l. C'est plus de deux fois moins que 2.0.×10 9 / l - la limite inférieure de la teneur absolue absolue en neutrophiles).

Changements de formules de leucocytes

Lors de l'évaluation des modifications des formulations leucocytaires, il est supposé que des leucocytes neutrophiles de différents degrés de maturité peuvent apparaître dans le sang périphérique (métamyélocytes, myélocytes, promyélocytes, myéloblastes). Dans le même temps, il est déterminé (voir ci-dessus «Indice de déplacement nucléaire») la présence et le degré de modification du rapport entre les formes mature et jeune de ces granulocytes. Les changements font référence au déplacement de la formule des leucocytes neutrophiles à droite ou à gauche.

L'analyse de la formule leucocytaire (détection des modifications du contenu absolu des neutrophiles, des éosinophiles et d'autres leucocytes, évaluation de la direction et de la sévérité du décalage neutrophilique) permet de déterminer la présence et le type de leucocytose ou de leucopénie par la composition cellulaire, le degré de modification du contenu et du rapport des différentes formes de leucocytes, le mécanisme de leur apparition

Ainsi, une augmentation du nombre total de leucocytes en association avec une neutrophilie absolue indique une leucocytose régénérative (vraie) neutrophile. Si l’augmentation du nombre total de leucocytes est accompagnée de neutro absolue et d’éosinophilie, il existe une leucocytose éosinophilique mixte neutrophile régénérative. Une diminution du contenu total des leucocytes associée à une lymphopénie absolue est un signe de vraie leucopénie lymphocytaire, etc.

La présence d'un décalage nucléaire prononcé des neutrophiles vers la gauche dans la leucocytose neutrophilique indique généralement le caractère réel (régénératif) de cette leucocytose, et l'absence d'un tel décalage est plus souvent observée dans le mécanisme de développement de la leucocytose neutrophilique ou de la leucopie neutrophilique.

Les caractéristiques des plaquettes et de la thrombocytopoïèse sont décrites dans les articles «Plaquettes» et «Hémopoïèse» (voir l’annexe «Recueil de termes» sur le CD).

Les modifications du système plaquettaire s'accompagnent généralement d'un trouble de l'activité vitale de l'organisme dans son ensemble et consistent à augmenter leur nombre dans une unité de volume sanguin supérieure à la norme (thrombocytose) ou à réduire leur nombre dans une unité de volume sanguin inférieur au niveau normal (thrombocytopénie) ou à modifier les propriétés fonctionnelles des plaquettes. (thrombocytopathie) ou, finalement, dans une combinaison de ces anomalies.

La thrombocytose est une affection caractérisée par une augmentation du nombre de plaquettes par unité de volume de sang au-dessus de 320-340.×10 9 / l.

Types de thrombocytose. Selon le mécanisme de développement, on distingue la thrombocytose absolue et relative et, parmi ces derniers, on distingue la redistribution et l'hémoconcentration.

La thrombocytose absolue (vraie, proliférative) est caractérisée par une augmentation du nombre de plaquettes dans le sang en raison de leur formation accrue.

† Défauts génétiques. Un exemple classique: la thrombocytose idiopathique myéloproliférative.

† Augmentation de la concentration et / ou de l'activité des stimulants de la thrombocytopoïèse: thrombospondine, thrombopoïétine, FAT, IL3, IL6, IL11.

† Transformation tumorale de mégacaryoblastes sous l'influence de substances cancérogènes avec intensification ultérieure de la thrombocytopoïèse dans l'hémoblastose. Ceci est observé, par exemple, avec les leucémies mégacaryoblastiques. Dans le même temps, une augmentation significative (10-15 fois du niveau normal) et une augmentation prolongée du nombre de plaquettes dans le sang périphérique sont possibles.

La thrombocytose relative (fausse, non proliférante) ne s'accompagne pas d'une augmentation du nombre total de plaquettes dans le sang.

† Redistribution des plaquettes dans différentes régions du lit vasculaire. Ainsi, le nombre de plaquettes augmente dans les zones de microvaisseaux dont les parois sont endommagées (par exemple, une vascularite) dans les premières heures après une perte de sang aiguë, un stress prolongé, des brûlures, un traumatisme (dû à la libération de sang du dépôt et de la moelle osseuse).

† Hémoconcentration - Augmentation de la masse relative de plaquettes avec un volume de plasma sanguin constant ou réduit. Cela peut survenir à la suite d'une plasmorragie (par exemple, avec des brûlures étendues) ou d'une perte importante de liquide (par exemple, chez les patients souffrant de diarrhée prolongée, de vomissements, de transpiration intense prolongée).

• La valeur adaptative de la thrombocytose réside dans la formation d'un caillot plaquettaire et dans le futur - un thrombus (par exemple, en violation de l'intégrité de la paroi du vaisseau) et dans le maintien d'un métabolisme optimal des cellules endothéliales et de leur intégrité due à la libération de facteurs angiogéniques lorsqu'ils sont en contact avec eux.

• L'importance pathogène de la thrombocytose est caractérisée par une activation excessive de la coagulation des protéines sanguines et par le processus de formation de thrombus avec altération de la microcirculation dans les tissus (par exemple, lors d'une thrombocytose chez des patients atteints de leucémie mégacaryoblastique).

Thrombocytopénie - affections caractérisées par une diminution du nombre de plaquettes par unité de volume de sang inférieure à la normale, généralement inférieure à 180–150.×10 9 / l. La thrombocytopénie comprend également des maladies indépendantes et certains syndromes associés à d'autres maladies.

La thrombocytopénie peut être causée par divers facteurs de nature physique, chimique et biologique (voir la section «Étiologie et pathogenèse» de l'article «Thrombocytopénie» de l'annexe «Référence des termes» sur le CD).

Le mécanisme de développement de la thrombocytopénie consiste à mettre en œuvre un ou plusieurs des processus suivants (Fig. 21-22):

Fig. 21-22. Les principaux mécanismes de la thrombocytopénie.

• Suppression de la thrombocytopoïèse. Provoque une thrombocytopénie hyporégénérative absolue. Ceci peut être observé avec une hémoblastose; métastases des néoplasmes de la moelle osseuse, maladie des radiations, utilisation de certains médicaments (par exemple, les diurétiques thiazidiques ou les médicaments chimiothérapeutiques), qui inhibent sélectivement la maturation des mégacaryocytes; carence en vitamine B12 ou acide folique, une déficience congénitale en unités formant des colonies mégacaryocytaires dans la moelle osseuse (il en résulte une thrombocytopénie amegakaryocytaire).

• Augmentation de la destruction des plaquettes (voir la section «Étiologie et pathogenèse» de l'article «Thrombocytopénie» de l'annexe «Référence des termes» sur le CD).

• "consommation" massive de plaquettes. Il est détecté dans la thrombose généralisée (par exemple, dans la CID au stade de la formation d'un grand nombre de caillots sanguins).

• Dépôt excessif de plaquettes dans la rate. Ce syndrome est appelé hypersplénisme. Normalement, la rate contient environ 30% de l’ensemble des plaquettes. L'augmentation de la taille de la rate (splénomégalie) provoque le dépôt d'un nombre important de plaquettes avec leur exclusion du système hémostatique. Avec une augmentation significative de la rate, il est possible de déposer 90% de la totalité du pool de plaquettes. Restant dans la circulation sanguine, les plaquettes ont une durée de circulation normale. L'hypersplénisme est caractérisé par une thrombocytopénie modérée, un nombre normal de mégacaryocytes dans la moelle osseuse et une augmentation significative de la rate.

† Hyperplasie de la moelle osseuse. Se manifeste par une augmentation du nombre de mégacaryoblastes et de mégacaryocytes. Observé avec une destruction accrue ou une "consommation" généralisée de plaquettes.

† Hypoplasie de la moelle osseuse. Il est détecté chez les patients présentant une hémoblastose (leucémie), une maladie liée aux radiations, des métastases de tumeurs (non liées à une hémoblastose) dans la moelle osseuse.

† Réduction de la teneur en glycogène et de l'activité d'un certain nombre d'enzymes (par exemple, la lactate déshydrogénase, glucose-6 phosphate déshydrogénase) dans les mégacaryoblastes et les mégacaryocytes, ce qui réduit la durée de vie des plaquettes.

• Sang périphérique: diminution du nombre de plaquettes et augmentation de leur taille avec un nombre généralement normal de globules rouges, d'Hb et de leucocytes. Une anémie peut survenir dans le syndrome hémorragique grave.

• Système d'hémostase. Les manifestations de la thrombocytopénie dans le système hémostatique sont illustrées à la Fig. 21-23.

Fig. 21-23. Modifications du système hémostatique avec thrombocytopénie.

Il prévoit la suppression (réduction) de l'effet pathogène des facteurs responsables de la thrombocytopénie. Pour cela, une splénectomie est réalisée et les hémangiomes sont supprimés, une protection contre l'énergie radiante est également nécessaire; le remplacement de médicaments provoquant une thrombocytopénie, empêchant la pénétration dans l'organisme de substances provoquant une thrombocytopénie (éthanol, composés de l'or, etc.), l'inactivation et l'élimination des TA antithrombocytaires, etc.

Afin de réduire la «consommation» et / ou la destruction des plaquettes, activer la cytopoïèse plaquettaire, normaliser le contenu et l'activité dans le sang d'agents pro-et antiplaquettaires, des facteurs de coagulation, des systèmes anticoagulants et fibrinolytiques, la transfusion plaquettaire, la greffe de moelle osseuse, la lympho et / ou la plasmaphérèse sont utilisés antiplaquettaires sanguins et lymphocytes), ainsi que des immunosuppresseurs; anticoagulants, agents antiplaquettaires.

Afin de normaliser les fonctions des organes et de leurs systèmes perturbés à la suite d'une thrombocytopénie, du sang total et une masse de plaquettes sont perfusés, ainsi que le traitement des affections post-hémorragiques.

La thrombocytopathie est une affection caractérisée par une violation des propriétés des plaquettes (adhésive, agrégation, coagulation) et, en règle générale, par des troubles de l'hémostase. Les thrombocytopathies (par opposition à la thrombocytopénie) sont caractérisées par des modifications fonctionnelles, biochimiques et morphologiques stables et durables des plaquettes. Ils sont observés même avec un nombre de plaquettes normal et ne disparaissent pas lorsque la thrombocytopénie est éliminée (le cas échéant).

Les thrombocytopathies sont divisées en primaire (héréditaire et congénitale) et secondaire (acquise).

• thrombocytopathie primaire. Développé avec des défauts génétiques. Exemples: maladie de von Willebrand, thrombasténie de Glossmann, déficit en thromboxane A synthétase.

Thrombocytopathie secondaire. Se développer sous l'influence de facteurs chimiques et biologiques.

‡ Excès de produits métaboliques normalement excrétés par les reins. On pense qu'ils (éventuellement la créatinine) dépolymérisent les polymères à grande molécule du facteur VIII.

‡ Certains médicaments (pour plus de détails, voir la section «Étiologie» de l’article «Thrombocytopathie» de l’Annexe «Manuel de terminologie» sur le CD).

‡ Hypovitaminose (déficit en acide ascorbique, cyanocobalamine).

‡ Substances formées dans les cellules tumorales. Ils perturbent la division et la maturation des mégacaryocytes. Ceci est observé dans diverses formes de leucémie ou de métastases de tumeurs solides dans le tissu hématopoïétique.

‡ Produits de dégradation du fibrinogène et de la fibrine (DIC).

• Augmentation des taux plasmatiques de protéines normales et anormales dans la maladie de Waldenström et le myélome.

‡ Augmentation de la concentration plasmatique en facteurs de coagulation (par exemple, lors de la transfusion de fortes doses de sang, de plasma, de concentrés procoagulants).

La thrombocytopathie primaire et secondaire se développe à partir d'un ou plusieurs processus (Fig. 21-24).

Fig. 21-24. Les principaux liens de la pathogenèse de la thrombocytopathie.

La mise en œuvre partielle ou combinée de ces mécanismes provoque soit une violation préférentielle de l'activité de contact des plaquettes (leur agrégation et / ou leur adhésion), soit des troubles préférentiels de leurs propriétés procoagulantes.

• Violation de l'activité de contact des plaquettes. Dans la plupart des cas, inclut un et parfois plusieurs des liens suivants:

† Troubles de la synthèse et / ou de l'accumulation de leur contenu dans les granules de plaquettes. Ces troubles entraînent des troubles de l'hémostase et de l'état de l'endothélium des parois vasculaires.

† Troubles du mécanisme de dégranulation lors de l'interaction plaquettaire avec des facteurs d'agrégation - ADP, catécholamines, thromboxane A2, collagène, etc. Ces troubles, ainsi que les violations de la synthèse et / ou de l'accumulation dans les granules de leurs composants, réduisent le contact (adhérence et agrégation), ainsi que l'activité plaquettaire procoagulante (capacité d'initier le processus de thrombose).

† Anomalies des propriétés physicochimiques et / ou de la composition chimique et de la structure des membranes plaquettaires. Les carences en glycoprotéines, les désordres structurels et les ratios des différentes fractions phospholipidiques membranaires sont plus fréquents. Ces modifications entraînent également une altération de l'activité d'adhésion-agrégation des plaquettes.

• Les troubles de l’activité procoagulante plaquettaire incluent:

† Diminution de la synthèse, du contenu et / ou de l'activité du facteur 3 phospholipidique des plaquettes (facteur de coagulation des protéines sanguines). Ce facteur, lorsqu'il est associé à d'autres procoagulants, provoque la transition de la prothrombine en thrombine.

† Perturbation de la libération du facteur plaquettaire 3 par les plaquettes. Elle est causée par des membranopathies héréditaires, congénitales ou acquises, des anomalies des tubules et des éléments du cytosquelette des plaquettes. Ceci empêche l'interaction du facteur plaquettaire 3 avec les facteurs plasmatiques de l'hémocoagulation à la surface des plaquettes. Ces anomalies entraînent une altération de la coagulation des protéines sanguines et des caillots sanguins.

• Chez un certain nombre de patients, des anomalies des mécanismes de contact et de l'activité des plaquettes procoagulantes sont détectées simultanément. Ainsi, dans le syndrome de Wiskott Aldrich, il se produit une violation de la formation et du stockage de composants de granules denses de divers types de plaquettes, ainsi que la libération de leur contenu. Ces changements sont accompagnés d'un désordre de l'activité adhésive, d'agrégation et procoagulante des plaquettes.

• syndrome hémorragique. Se manifeste par des saignements internes et externes, ainsi que des hémorragies dans divers organes, tissus, peau, muqueuses.

• Divers troubles de la microhémocirculation: modifications du volume et de la vitesse du flux sanguin dans les vaisseaux du système microvasculaire, son caractère turbulent, etc. Cela conduit souvent à des troubles métaboliques dans les tissus (dus au développement d'une insuffisance capillo-trophique), diverses dystrophies, érosions et ulcérations.

• Changements importants dans les propriétés fonctionnelles des plaquettes (adhésif, agrégation, procoagulatif).

• Défauts de granulés plaquettaires: absence ou réduction de leur nombre (par exemple, dans le syndrome des plaquettes grises), altération de la libération de leur contenu.

• Taille et forme anormales des mégacaryocytes et des plaquettes.

Le traitement de la thrombocytopathie est une tâche complexe et, chez de nombreux patients (surtout sous formes héréditaires et congénitales), il est pratiqué tout au long de la vie.

Vise à mettre fin à l'action (protection contre l'exposition) de facteurs de nature physique, chimique ou biologique, au traitement de maladies, de processus pathologiques et de conditions provoquant une thrombocytopathie.

Pour prévenir (réduire le nombre de) violations de l’adhésif, de l’agrégation et de l’activité procoagulante des plaquettes, il est nécessaire d’administrer des pro-agrégants, des injections de procoagulants et / ou des médicaments antifibrinolytiques (εacide aminocaproïque, acide para-aminométhylbenzoïque), l’utilisation de substances qui stimulent la «réaction de libération» (ATP, sulfate de magnésium, thiosulfate de magnésium), ainsi que la transfusion de sang total, la masse plaquettaire, les produits sanguins protéiques (fibrinogène, thrombine, etc.).

Pour normaliser les fonctions d'organes et de tissus perturbés par des troubles de la microhémocirculation, des saignements et des hémorragies au cours d'une thrombocytopathie, il est nécessaire d'injecter des solutions normalisant les propriétés rhéologiques du sang (substituts du plasma, plasma), d'arrêter les saignements et de traiter les états post-hémorragiques.

Le système d'hémostase est un complexe de facteurs et de mécanismes assurant l'état optimal de l'état d'agrégation des cellules sanguines (Fig. 21-25).

Fig. 21-25. Cascade d'hémocoagulation. L'activation du facteur XII déclenche un mécanisme interne; la libération du facteur tissulaire et l'activation du facteur VII déclenchent le mécanisme de coagulation externe. Les deux chemins mènent à l'activation du facteur X (DM Zubairov, 1995)

Dans un sens étroit (appliqué), le terme "hémostase" (de Gr. Haima, sang, arrêt de la stase) est utilisé pour désigner le processus même d’arrêt du saignement.

• Le système d'hémostase comprend des facteurs et des mécanismes de trois catégories:

† assurant la coagulation des protéines sanguines et la formation de thrombus (système de coagulation),

† provoquant une inhibition ou un blocage de la coagulation des protéines plasmatiques et de la formation de thrombus (système anticoagulant),

† réalisation des processus de lyse de la fibrine (système fibrinolytique).

Passez à la formule gauche des leucocytes. Leucogramme: décodage

Les médecins utilisent souvent l'expression "Décalage de la formule leucocytaire vers la gauche". Mais qu'est-ce que cela signifie pour ceux qui sont loin du langage de la médecine? C'est peut-être un précurseur d'une maladie grave ou une variante de la norme physiologique, mais sans connaissances spéciales, ce n'est pas facile à comprendre.

Un diagnostic précis ne repose pas uniquement sur une analyse de sang, mais un leucogramme peut en dire beaucoup à quelqu'un qui comprend. Parfois, il suffit de regarder la formule du sang pour isoler des dizaines d’états supposés les plus probables. Les virtuoses (en particulier les radiologues et les oncologues) ont même appris à prévoir les symptômes en examinant le ratio des fractions leucocytaires.

Leucogramme

Le terme leucogramme ou leucocyte désigne le rapport entre le nombre absolu et relatif de globules blancs. Leur nombre est déterminé simultanément avec les érythrocytes, les plaquettes, le taux d'hémoglobine et l'indice de couleur, et est inclus dans la formule sanguine complète, ainsi que dans l'immunogramme.

Le décalage de la formule leucocytaire vers la gauche implique une augmentation du nombre de neutrophiles jeunes et immatures, l'apparition de réticulocytes, de métamyélocytes et de myélocytes dans le flux sanguin périphérique. Une telle image peut indiquer un état compensatoire après une perte de sang, une réaction inflammatoire, une lésion de la moelle osseuse ou une maladie des radiations. Par conséquent, en plus du test sanguin, il est important de procéder à un examen complet.

Le décalage des leucogrammes vers la droite est une augmentation du nombre absolu et relatif de neutrophiles «obsolètes» (segmentés). Ce comportement du sang indique une anémie, des maladies des organes parenchymateux, ainsi qu'une fenêtre de compensation après la transfusion de composants sanguins.

Méthodes de comptage

Afin de déterminer s’il existe un décalage vers la gauche de la formule des leucocytes, des méthodes universelles de comptage des cellules sanguines sont nécessaires. Ils doivent être simples et accessibles à tous les laboratoires, car l’analyse clinique du sang est fondamentale dans toute recherche médicale.

Les cellules sanguines sont distribuées de manière inégale sur la lame, car elles ont une densité différente:

  • les neutrophiles, les basophiles et les éosinophiles occupent la position périphérique;
  • plus près du centre du verre sont les monocytes et les lymphocytes.

Pour compter le nombre de leucocytes le plus souvent utilisé par deux méthodes - Schilling et Filipchenko.

La méthode de Schilling consiste à déterminer le nombre de cellules dans les quatre zones opposées d'une lame de verre. Au total, il en résulte environ cent ou deux cents cellules. Sur la base de cette quantité, le rapport entre les fractions est calculé.

La méthode de Filipchenko suppose que le technicien de laboratoire divise mentalement le frottis en trois parties:

Les cellules sont comptées selon la ligne de référence tracée sur le frottis. Le même nombre de cellules est compté dans chaque partie. Au total, environ deux cents leucocytes sont obtenus. Toutes les cellules sont enregistrées dans le tableau ou la grille Egorov. Afin de déterminer rapidement et avec précision la formule des leucocytes, utilisez un calculateur spécial à 11 touches en plus du tableau des différentiels.

Norme d'âge

Le décalage de la formule des leucocytes vers la gauche est un concept assez général, qui dépend des indicateurs de base, de la spécificité de la maladie et de l’âge, car le nombre absolu de leucocytes varie en fonction de la période de la vie.

Au cours de la première année, le taux de globules blancs varie de 6 000 à 17 000 globules blancs par microlitre de sang. À quatre ans, ce niveau tombe à 15 500. En six ans, le chiffre est réduit d'un autre millier. Au cours des quatre prochaines années, le nombre de leucocytes diminue lentement pour atteindre 4,5 à 13 000 par microlitre. Lorsqu'un enfant entre dans la puberté, le niveau de globules blancs se rapproche de celui d'un adulte et l'augmentation physiologique n'est plus observée, sauf dans les fractions individuelles.

Comment déterminer le décalage de la formule des leucocytes? Pour ce faire, il est nécessaire de diviser d’abord le nombre absolu de leucocytes en granulocytes et agranulocytes, puis, parmi les granulocytes, de différencier également les neutrophiles, les éosinophiles et les basophiles, puis de calculer le nombre de jeunes neutrophiles et de matures. Si les jeunes neutrophiles prédominent, il y a un changement. Pour faciliter ce processus, il existe des techniques et des indices spéciaux.

Comment se déroule l'analyse?

Chaque patient venant chez le thérapeute, il est nécessaire de déterminer la formule du sang par les leucocytes. Le décodage de l'analyse est effectué par un médecin, mais pour que les résultats soient fiables, il est important de préparer correctement l'étude. Heureusement, ce n'est pas si difficile:

  • ne pas manger au moins 4 heures avant le prélèvement de sang;
  • ne fais pas de sport;
  • éviter le stress.

Pour l'étude prend du sang veineux. Une goutte de liquide est transférée sur une lame de verre et compte le nombre de cellules. Les résultats de l'analyse peuvent être obtenus le lendemain. Comment déterminer le décalage de la formule leucocytaire vers la gauche? Le moyen le plus simple est de demander à votre médecin, mais si cela n’est pas possible, vous devez examiner les ratios de neutrophiles poignardés et segmentés. Si les premiers l'emportent, il y a un décalage. Mais il est préférable de consulter un spécialiste.

Transcription du leucogramme

Et ainsi, le patient a du sang leucocytaire dans ses mains. Déchiffrer son entreprise est une tâche responsable, qui nécessite des connaissances et une expérience spécifiques. Le patient se rend donc chez le médecin avec les résultats. Une formule leucocytaire peut entraîner plusieurs situations standard:

  1. Décalez la formule leucocytaire à droite. C'est une condition dans laquelle le nombre de neutrophiles segmentés prévaut sur les autres fractions de ces cellules. En règle générale, une telle image apparaît en cas de maladie des radiations, d'anémie par carence en vitamine B12, de maladies du foie et des reins, ainsi que chez les patients ayant récemment reçu une transfusion sanguine.
  2. Le décalage de la formule leucocytaire vers la gauche est une augmentation du nombre de jeunes cellules sanguines indifférenciées. Que signifie un glissement leucocytaire vers la gauche? C'est habituellement un processus inflammatoire aigu. Cependant, après la prise de certains médicaments, ainsi qu'en cas d'empoisonnement, le bilan sanguin peut être similaire.

Il convient de rappeler qu’un leucogramme permet d’apprendre beaucoup de choses, mais pas tout. Par conséquent, il est nécessaire de procéder à un examen supplémentaire et en aucun cas ne vous engagez dans l'autodiagnostic.

Neutrophiles

Les neutrophiles font partie des types de globules blancs dont le noyau est fragmenté. Ces cellules sont appelées ainsi parce que, lorsqu'elles sont colorées conformément au Romanovsky-Giemsa, elles sont également bien colorées, que ce soient des colorants acides ou basiques. Leur fonction dans le corps est d'éliminer les protéines étrangères et les produits de la cytolyse. Ce processus s'appelle phagocytose. Le temps de séjour des neutrophiles dans le sang périphérique n’est que de 6 à 7 heures, après quoi ils s’infiltrent dans les tissus, où ils remplissent les obligations qui leur sont imposées.

Dans la formule leucocytaire, la fraction des neutrophiles se présente sous plusieurs formes à la fois. Il s’agit du pourcentage total qui devrait normalement se situer entre 47 et 72% de la masse présentée de globules blancs. L'ensemble du pool de neutrophiles est également divisé en:

  • jeunes cellules (normalement jusqu'à 5%) - le noyau entier;
  • empilement (jusqu'à 5% également) - le noyau est divisé en deux parties seulement;
  • segmenté (jusqu'à 40 à 68%) - le noyau est fragmenté en trois parties ou plus.

Le déplacement de la formule leucocytaire à droite signifie que la fraction des neutrophiles adolescents et des neutrophiles poignardés prédomine. Même si le nombre absolu de cellules reste dans la plage normale, une violation du rapport entre les cellules matures et les cellules jeunes indique la présence de la maladie.

Chez les enfants âgés de cinq jours et de cinq ans, le soi-disant croisement physiologique des neutrophiles se produit. Immédiatement après la naissance de l'enfant, la formule leucocytaire répète pratiquement celle d'un adulte. Cela est dû au fait que la plupart des cellules qu’il a fournies au corps de la mère. Au fil du temps, la composition des leucocytes change et les lymphocytes commencent à prévaloir sur les neutrophiles. Et dans cinq ans, tout se met en place.

Le décalage dégénératif de la formule leucocytaire se traduit par une augmentation sélective du nombre de neutrophiles poignardés. Ceci est un signe d'avertissement indiquant l'épuisement et l'inhibition de la fonction de la moelle osseuse.

Éosinophiles

Les éosinophiles sont l'un des types de globules blancs, ainsi nommés en raison de la coloration principalement des colorants acides. Leur noyau consiste en deux segments reliés par une constriction. Ces cellules sont capables de se déplacer indépendamment dans les vaisseaux et les tissus et sont sujettes à la chimiotaxie lors d'inflammation ou de blessure. Ils sont également capables d'absorber et de digérer des microorganismes et des protéines étrangers.

Mais le rôle principal des éosinophiles n’est pas dans cela. À la surface de ces cellules se trouvent des récepteurs qui attirent les immunoglobulines de classe E. En soi, cela n’est pas terrible, c’est même utile, car les propriétés cytotoxiques qui apparaissent dans l’éosinophile, ainsi que l’ajout d’immunoglobuline, permettent de lutter contre les parasites. Cependant, si de telles cellules «jumelées» deviennent nombreuses, elles peuvent provoquer de graves réactions allergiques.

Chez l'adulte, la normale ne devrait pas dépasser 5%. Chez l'enfant, cet indicateur est légèrement plus élevé - jusqu'à 7%. Le décalage du leucogramme vers la gauche (processus inflammatoire actif) implique une diminution du nombre d'éosinophiles, car la libération d'hormones surrénales entraîne un retard des cellules dans la moelle osseuse et inhibe leur prolifération.

Une augmentation du nombre absolu et relatif des éosinophiles peut être considérée comme une preuve de la présence d'une pathologie allergique, par exemple l'asthme bronchique ou l'urticaire. Et aussi pour amener le médecin à l’idée d’une infection parasitaire, du développement d’un processus tumoral dans les organes hématopoïétiques ou d’un état d’immunodéficience.

Basophiles

Les basophiles font partie des types de globules blancs qui possèdent un noyau rond ou en forme de C et sont colorés avec des colorants alcalins. Les cellules sont grandes et contiennent de nombreux granules dans le cytoplasme avec des médiateurs inflammatoires à l'intérieur.

Ils participent à des réactions allergiques avec les éosinophiles. En outre, les basophiles fixent les substances toxiques, empêchent leur propagation dans tout le corps et régulent les processus de coagulation du sang, en raison de la libération de molécules d'héparine. Comme les éosinophiles et les mastocytes, les basophiles ont à leur surface des récepteurs d'immunoglobuline E. Lorsqu'un allergène pénètre dans le corps, il "explose" (dégranule) et libère tous les produits chimiques accumulés dans le sang. Cela contribue au développement d'une réaction anaphylactique et fournit également une image locale typique de l'inflammation.

Dans un corps en bonne santé, ils ne devraient pas contenir plus d'un pour cent. L'augmentation du nombre se produit lors d'allergies, de maladies du sang, de lésions hépatiques virales, bactériennes ou auto-immunes, de troubles endocrinologiques. Une diminution du niveau des basophiles est observée après une exposition prolongée aux rayons radioactifs, pendant une infection aiguë, un stress et une fonction excessive de la glande thyroïde.

Les monocytes

Monocyte est traduit du grec en «cellule unique» ou «cellule unique». Ce sont de grosses cellules sans granules avec un gros noyau non segmenté. Il appartient à la classe des phagocytes. Le cytoplasme contient un grand nombre d'organelles - des lysosomes, qui participent à la digestion des protéines étrangères et des micro-organismes.

Normalement, leur sang périphérique ne devrait pas dépasser 11%. De plus, la plupart d'entre eux se déplacent rapidement dans le tissu pour remplir leurs fonctions. On observe une augmentation du nombre de monocytes dans les processus infectieux sévères, les tumeurs malignes, les maladies auto-immunes systémiques du tissu conjonctif, les maladies du système hématopoïétique et pendant la période de récupération. De plus, on observe souvent une augmentation des monocytes après des interventions chirurgicales.

La diminution du nombre de ces cellules est associée à l'utilisation prolongée de stéroïdes, à la septicémie, au développement de l'anémie aplasique et de la leucémie à tricholeucocytes, à l'infection par la fièvre typhoïde de Salmonella et au travail physiologique.

Les lymphocytes

Les lymphocytes sont les principales cellules qui assurent notre immunité et régulent la quantité et l'activité des autres cellules sanguines. Ils sont de trois types:

  • les tueurs naturels ou naturels (contrôlant la mort rapide des cellules «brisées» et anciennes);
  • Lymphocytes T - fournissent une immunité cellulaire;
  • Lymphocytes B - sont responsables de la production d'immunoglobulines.

Chez un adulte, une personne normale devrait avoir au moins 19% de lymphocytes dans le sang périphérique, mais pas plus de 37. Chez les enfants, ce chiffre est plus élevé - jusqu'à 50. L'augmentation du nombre de cellules peut être à la fois physiologique et pathologique. Une augmentation naturelle du niveau des lymphocytes se produit après un travail physique intense et chez la femme au début du cycle menstruel. Un nombre excessif de ces cellules indique la présence d'une maladie infectieuse virale.

La réduction des lymphocytes est possible dans les états immunodéficients, les hormones surrénaliennes, les processus oncologiques malins, l'insuffisance de la circulation périphérique, en règle générale, il y a en même temps un décalage de la formule des leucocytes vers la gauche. Une infection virale ou bactérienne grave en est un exemple.

Indices de leucocytes

L'indice de leucocytes est le rapport entre les différentes fractions de leucocytes. Il y a les suivantes:

  1. L'indice de Harkavy est le rapport lymphocytes / neutrophiles segmentés.
  2. L'indice de Kalf-Kalif indique le niveau d'intoxication et est calculé comme le rapport de la somme de tous les granulocytes multiplié par le nombre de plasmocytes et divisé par le nombre absolu d'agranulocytes multiplié par le nombre d'éosinophiles.
  3. L'indice de degré de toxicose est un rapport entre un pool commun de monocytes, de métamyélocytes et de cellules de couteau avec des neutrophiles matures.
  4. L'indice de déplacement des leucocytes est le rapport entre le nombre de neutrophiles adolescents et matures.
  5. L'indice d'immunoréactivité est considéré comme divisant le nombre de lymphocytes et d'éosinophiles en monocytes.

Il existe des indices plus spécifiques, mais ils ne sont pas utilisés en pratique générale, mais sont nécessaires à la recherche scientifique.

Ce qui montre le décalage de la formule leucocytaire dans le diagnostic

Le décalage de la formule leucocytaire est une situation spécifique de la redistribution des composants dans le leucogramme. Les leucocytes étant une famille de cellules spéciales qui remplissent des fonctions différentes mais complémentaires, il ne suffit pas de les compter séparément pour obtenir des informations complètes.

Lors des tests sanguins, il est habituel de compter le nombre total de leucocytes et de sélectionner les composants en pourcentage. Ces calculs sont d'abord résumés dans un tableau (grille d'Egorov), puis présentés sous la forme d'un document appelé leucogramme.

Tout changement dans le corps (par exemple, une maladie ou une autre) entraîne une modification du pourcentage du leucogramme de certains leucocytes en raison d'une modification correspondante de l'autre. Ce changement s'appelle le déplacement des leucocytes.

Leucogramme

Par conséquent, lors de l'évaluation des valeurs de KLA (numération globulaire complète), non seulement le nombre total de leucocytes est étudié, mais également la proportion de chaque type de cellule. Le pourcentage de toutes les cellules leucocytaires est appelé formule de leucocyte ou leucogramme.

Le comptage des leucocytes dans un frottis sanguin est effectué selon deux méthodes (selon Schilling ou Filipchenko). L'essence des méthodes est à peu près identique. À l'aide d'un microscope, on compte 100 à 200 cellules de leucocytes et leur nombre est rangé selon leur type dans un tableau spécifique.

Ensuite, pour chaque type de pourcentage est calculé. C'est la formule des leucocytes (leucogramme). En fonction de ses changements (à droite ou à gauche), on peut tirer des conclusions sur l'évolution de la maladie, sur une possible complication, et également prédire le rétablissement.

Types de cellules leucocytaires et leurs fonctions

Selon la présence de granularité spécifique, tous les types de globules blancs sont divisés en:

  • granulocytes (neutrophiles (N), éosinophiles (E), basophiles (B));
  • agranulocytaire (lymphocytaire (L), monocytaire (M)).

La fonction principale de toutes les cellules leucocytaires est de fournir des réactions immunitaires.

Les neutrophiles constituent le groupe le plus nombreux de leucocytes. Selon le degré de maturité, on distingue les formes jeunes (en bandes) et les formes matures (segmentées). Avec les monocytes, les neutrophiles sont responsables des processus de phagocytose active (capture et destruction des agents pathogènes).

En raison des monocytes, il se produit une phagocytose des cellules détruites et mortes, des protéines dénaturées, des bactéries, des complexes antigène-anticorps, etc.

Les lymphocytes sont le lien le plus important dans l'immunité. Parmi eux, il existe trois types de cellules:

  • T (fournir des réactions de la réponse immunitaire cellulaire);
  • B (responsable de la réaction de la réponse immunitaire humorale);
  • NK (destruction des virus, des cellules tumorales et mutées).

Les éosinophiles jouent principalement un rôle dans la phagocytose du complexe antigène-anticorps formé par l'immunoglobuline E. Ensemble avec les basophiles, ils participent au développement de réactions d'hypersensibilité de type 1.

Les basophiles appartiennent au plus petit groupe. Cependant, ils jouent un rôle important dans la réponse inflammatoire et le développement de réactions allergiques.

Déplacement des leucocytes

Le changement causé par l'augmentation du nombre de neutrophiles jeunes et immatures (bandes) et de myélocytes neutrophiles est appelé déplacement des leucocytes vers la gauche. Une image similaire est observée dans les maladies infectieuses, la leucémie, les pertes de sang aiguës et les intoxications graves.

Le décalage de la formule leucocytaire vers la droite est dû au "vieillissement" du sang. Ceci est dû à une augmentation du nombre de neutrophiles matures (segmentés avec hypersegmentation nucléaire). Un tel changement est révélateur de maladies pulmonaires chroniques, d'anémie mégaloblastique, de maladies du foie, etc.

Nombre normal de leucocytes

Normalement, chez les adultes et les patients âgés de plus de 16 ans, le nombre total de globules blancs de tous types varie de 4 à 9 * 109L.

Jusqu'à un an, le nombre de leucocytes varie de 6 à 17,5 * 109L.

Chez les enfants de un à deux ans - de 6 à 17 ans * 109L.

De deux à quatre ans - de 5,5 à 15,5 * 109L.

De quatre à six - de 5 à 14,5 * 109L.

De six à dix - de 4,5 à 13,5 * 109L.

De dix à seize ans - de 4,5 à 13 * 109L.

Chez les enfants de plus de 16 ans, le taux de leucocytes dans le sang est le même que chez les adultes.

Causes des déviations dans la leucoformule

L'augmentation des leucocytes à 10 * 109L peut être considérée comme une leucocytose physiologique.

Il est à noter que les indicateurs de la formule leucocytaire dépendent du sexe et de l'âge. Par exemple, chez les femmes, la leucocytose physiologique apparaît avant les règles, pendant la grossesse (la leucocytose peut normalement atteindre 15 * 109L, cependant, une leucocytose marquée et réactive peut être observée avec le risque de fausse couche ou de naissance prématurée) pendant l'allaitement. Chez les hommes, l'augmentation physiologique des leucocytes peut être due à un travail physique pénible, à de longs entraînements et au travail dans des conditions de température extrême (le magasin).

Des fluctuations significatives du nombre de leucocytes sont observées chez les enfants. Chez le nouveau-né, la leucocytose physiologique peut atteindre 20 * 109L.

Une leucocytose bénigne chez l'adulte est considérée comme une augmentation du nombre de leucocytes de plus de 10 * 109L. Cette tendance est caractéristique des maladies infectieuses aiguës (on observe cependant de la leucopénie dans les cas de typhoïde et de typhus, de rougeole et de grippe), d'hémorragies cérébrales, d'infarctus du myocarde, de lésions, de tumeurs oncologiques, d'insuffisance rénale terminale avec urémie, de leucémie, d'utilisation prolongée de corticostéroïdes. les hormones.

La leucocytose prononcée (plus de 70 * 109L) est caractéristique de la sepsie (réponse inflammatoire systémique au processus infectieux).

La leucocytose particulièrement importante est appelée augmentation du nombre total de tous les types de leucocytes de plus de 80 * 109L. Dans la leucémie chronique, les indicateurs peuvent atteindre 100 * 109L.

Une diminution du nombre total de leucocytes est appelée leucopénie. Il est diagnostiqué dans les infections virales (grippe, infections à virus de l'herpès, rubéole), le paludisme, la fièvre typhoïde, la carence en vitamine B12, les maladies du tissu conjonctif systémique, les médicaments thyrostatiques, l'immunodéficience primaire et secondaire, le traitement des AINS (médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens) et les sulfonamides. et ainsi de suite

Signes de changements dans le leucogramme

La redistribution peut être:

  • physiologique (après l'effort musculaire ou le stress, manger, prendre un bain chaud ou froid);
  • pathologique (chez les patients agonisants ou en état de choc, chez les patients opérés, chez les épileptiques: pendant et après une crise épileptique).

La vraie leucocytose peut aussi être physiologique (avec un décalage neutrophile de la formule leucocytaire à gauche, pendant la grossesse, avant la menstruation, dans la période néonatale) et pathologique (peut-être avec un décalage à gauche et à droite).

La véritable leucocytose pathologique apparaît dans les maladies infectieuses (bactériennes), les processus inflammatoires (thrombose aseptique, appendicite), l'infarctus du myocarde, l'intoxication, les hémorragies aiguës, les maladies du sang (polycythémie, leucémie leucémique, lymphohranulomatose), les tumeurs malignes, les tumeurs malignes, les tumeurs malignes

La neutrophilie peut survenir avec un glissement hyporégénératif, régénératif, dégénératif et s'accompagner de l'apparition de cellules de la moelle osseuse dans le sang.

Décalage des leucocytes à gauche

Un tel changement dans l'ALK est dû à l'apparition d'une multitude de cellules jeunes. Le décalage de la formule des leucocytes vers la gauche suggère que le corps est obligé de "se lancer dans la bataille" avec des agents pathogènes immatures.

Le décalage hyporégénératif vers la gauche s'accompagne d'une percussion allant jusqu'à 6%. De tels changements dans les analyses de sang sont caractéristiques de:

  • maladies infectieuses légères;
  • inflammations facilement exprimables (appendicite catarrhale);
  • tuberculose active;
  • syphilis fraîche;
  • attaque de paludisme;
  • le premier jour après l'infarctus du myocarde;
  • tumeurs malignes (dans les stades initiaux).

La neutrophilie, accompagnée d'un décalage régénérateur à gauche, avec une augmentation du nombre de neutrophiles dans la bande supérieure à 6% et une leucocytose supérieure à 12 * 109L, est caractéristique des infections à évolution modérée (scarlatine, érysipèle, fièvre, fièvre typhoïde, diphtérie, pneumonie, endocardite septique).

On observe un décalage hyperrégénératif vers la gauche, non accompagné d’une augmentation significative du nombre de neutrophiles dans la bande, caractérisé par l’apparition de myélocytes neutrophiles, lorsque:

  • maladies infectieuses à évolution sévère (pneumonie grave, érysipèle, choléra);
  • méningite à méningocoques;
  • maladies purulentes des voies respiratoires supérieures (sinusite maxillaire, frontite, ethmoïdite, sphénoïdite, amygdalite streptococcique, otite moyenne), voies biliaires (cholécystite phlegmoneuse ou gangréneuse, etc.), système urinaire (pyélonéphrite sévère);
  • anémie hémolytique;
  • appendicite perforée et gangréneuse;
  • péritonite diffuse, septicémie;
  • tumeurs oncologiques, avec une intoxication grave.

Une augmentation du nombre de neutrophiles, accompagnée d'un décalage dégénératif (c.-à-d. Avec une augmentation du nombre de formes de coups de couteau, mais sans l'apparition de cellules immatures), est caractérisée par un grand nombre de cellules hypersegmentées avec une granularité toxique modifiées de manière destructrice. Un phénomène similaire est observé dans les cas de tuberculose sévère, d'intoxication et de dépression de la moelle osseuse.

La neutrophilie, non accompagnée d'un décalage à gauche, peut être détectée pendant le stress physique et émotionnel, la menstruation, après la prise de stéroïdes, l'administration de vaccins, la consommation de nourriture. Parmi les causes pathologiques de cette neutrophilie figurent la goutte, l'éclampsie, l'urémie, l'intoxication médicamenteuse, l'acidose, une hémorragie aiguë, les premiers jours après la nécrose tissulaire (après infarctus du myocarde, avec tumeurs nécrosantes, avec gangrène).

Une forte leucocytose avec neutrophilie, ainsi que l'apparition de myéloblastes, de cellules piquantes et de jeunes formes dans le sang, est observée dans les réactions de type myéloïde leucémoïde.

Décalage des leucocytes à droite

  • les personnes vivant dans une zone polluée sur le plan écologique;
  • patients atteints d'anémie mégaloblastique;
  • Anémie maligne d'Addison-Birmer;
  • vraie polycythémie;
  • maladie pulmonaire obstructive chronique;
  • lésions sévères aux tissus des reins et du foie;
  • conditions après la transfusion sanguine.

Comment fonctionne le KLA pour le comptage des leucocytes

Pour le diagnostic, on utilise du sang veineux ou capillaire. Normalement, l'analyse vient le lendemain. En cas d'urgence, le laboratoire donne une réponse dans l'heure.

Pour obtenir les indicateurs les plus fiables du test sanguin, on donne l'estomac vide. Pendant la journée, il est nécessaire d’exclure le stress physique et émotionnel, le tabagisme et la consommation d’alcool. Le médecin traitant et le personnel de laboratoire doivent être informés de la prise des médicaments, ceux-ci pouvant influencer les résultats de l'analyse.


Plus D'Articles Sur Le Foie

Cholestase

Hépatite B, HbS-Ag, antigène australien

Comme je l'ai lu sur votre site, HÉPATITE B est un cancer primaire, cela signifie-t-il qu'un patient atteint d'hépatite B est un patient atteint d'un cancer?Ce n'est pas tout à fait vrai.
Cholestase

Acide ursodésoxycholique (acide ursodésoxycholique)

Le contenuFormule structurelleNom russeNom de la substance latine Acide ursodésoxycholiqueNom chimiqueFormule bruteGroupe pharmacologique de substance acide ursodésoxycholiqueClassification nosologique (CIM-10)Code CASCaractéristiques de la substance Acide ursodésoxycholiqueL'acide biliaire primaire, normalement présent dans le corps humain, est produit en petites quantités et représente environ 5% du pool total d'acides biliaires.