Quelles complications peuvent survenir après le retrait de la vésicule biliaire?

Indications pour la chirurgie de la lithiase biliaire - calculs biliaires gros ou nombreux, provoquant une cholécystite chronique, qui ne se prête à aucune autre méthode de traitement. En règle générale, un traitement radical est prescrit aux patients dont la sortie de la bile est perturbée et où il existe un risque d'obstruction des voies biliaires.

Complications après cholécystectomie

Les conséquences pouvant découler de la procédure de retrait de la vésicule biliaire sont très difficiles à prévoir, mais un fonctionnement rapide et techniquement correct permet de réduire au minimum les risques de développement.

Causes de complications:

  • infiltration de tissu inflammatoire dans la zone chirurgicale;
  • inflammation chronique de la vésicule biliaire;
  • structure anatomique atypique de la vésicule biliaire;
  • l'âge du patient;
  • l'obésité.

La cholécystectomie laparoscopique (opération au cours de laquelle la vésicule biliaire est prélevée à l'aide de ponctions dans la cavité abdominale) ne résout pas le problème de la formation insuffisante de la bile. Par conséquent, le corps du patient devrait prendre un certain temps à apprendre à fonctionner sans la vésicule biliaire. Si une personne est constamment préoccupée par des exacerbations périodiques de la maladie, une intervention chirurgicale aidera à améliorer son état général.

Après la chirurgie, des problèmes imprévus peuvent survenir (cela dépend de l’expérience du chirurgien et de l’état général du patient). Selon les statistiques, des complications après une cholécystectomie laparoscopique surviennent dans environ 10% des cas. Il existe plusieurs raisons pour le développement de complications sur le fond du traitement chirurgical.

Dans certains cas, cela est facilité par une technique d'intervention chirurgicale mal choisie ou par des dommages accidentels aux conduits et vaisseaux de cette zone. L'examen incomplet du patient et la présence de calculs cachés dans les voies biliaires ou d'une tumeur de la vésicule biliaire posent parfois des problèmes. Les maladies d'organes voisins peuvent entraîner des modifications secondaires de la vésicule biliaire et affecter le résultat de l'examen. Les erreurs chirurgicales incluent une hémostase médiocre et un accès insuffisant à la zone d’opération.

Par conséquent, pour éviter de tels problèmes, avant de pratiquer une cholécystectomie, il est nécessaire de procéder à une révision en profondeur des organes voisins: le foie, le pancréas, etc.

Conseil: pour réduire le risque de complications pendant ou après la chirurgie, vous devez d'abord subir un diagnostic approfondi qui aidera à identifier la présence d'autres pathologies et à choisir le bon type de traitement.

Types de complications

Les complications après le retrait de la vésicule biliaire (cholécystectomie) peuvent être les suivantes:

  • complications précoces;
  • complications tardives;
  • complications opérationnelles.

Les complications précoces après le retrait de la vésicule biliaire peuvent être l’apparition de saignements secondaires associés au glissement de la ligature (fil médical servant à panser les vaisseaux sanguins). Les saignements sont l’une des complications les plus courantes après la chirurgie et peuvent être causés par certaines difficultés lors de l’extraction de la vésicule biliaire à travers des ponctions pratiquées dans la paroi abdominale. Contribue à ce grand nombre de pierres, à cause desquelles la taille de la bulle est considérablement augmentée.

Peut-être l’ouverture du saignement du lit de la vésicule biliaire, qui se produit après l’augmentation de ses parois au tissu hépatique en raison de changements inflammatoires. Les premiers soins dépendent du type de saignement externe ou interne et des symptômes qui l'accompagnent.

Si le saignement est interne, une deuxième opération est effectuée pour l'arrêter: réappliquez une ligature ou un clip, éliminez les résidus de sang et vérifiez les autres sources de saignement. Le remplacement du sang perdu facilite la transfusion de solution saline et de solution colloïdale, ainsi que de composants sanguins (plasma). C'est pourquoi il est si important que le patient soit observé immédiatement après la fin de la cholécystectomie dans un établissement médical.

Abcès sous-hépatique et sous-phrénique

La péritonite biliaire, qui apparaît à la suite du glissement du fil médical et de l’épanchement de bile dans l’estomac, peut être une complication précoce après une intervention chirurgicale. Le patient peut développer un abcès sous-phrénique ou sous-hépatique, associé à une violation de l'intégrité des parois de la vésicule biliaire et à la propagation de l'infection. Cette complication résulte d'une cholécystite gangréneuse ou phlegmoneuse.

Vous pouvez faire un diagnostic sur la base des symptômes caractéristiques. Assurez-vous d'alerter la fièvre après une cholécystectomie (38 ° C ou 39 ° C), des maux de tête, des frissons et des douleurs musculaires. Un autre symptôme de la présence d'un processus inflammatoire puissant est l'essoufflement, dans lequel le patient essaie de respirer plus souvent. Lors d'un examen médical, le médecin constate chez un patient une douleur intense lors du tapotement le long de l'arc costal, une asymétrie thoracique (si l'abcès est très important), une douleur dans l'hypochondre droit.

Une pneumonie du diaphragme droit et une pleurésie peuvent rejoindre l'abcès sous-phrénique. Un diagnostic précis facilitera l'examen aux rayons X et la présence de symptômes cliniques manifestes.

L'abcès sous-hépatique survient entre les anses intestinales et la surface inférieure du foie. Il est accompagné d'une forte fièvre, d'une tension musculaire dans l'hypochondre droit et d'une douleur intense. Vous pouvez faire un diagnostic en utilisant une échographie et une tomographie par ordinateur.

Pour le traitement des abcès, une opération est effectuée pour ouvrir l'abcès et un drainage est établi. Dans le même temps, prescrit des médicaments antibactériens. L'activité physique après le retrait de la vésicule biliaire est strictement interdite, car elle peut provoquer une percée de l'abcès, le cas échéant.

Après la cholécystectomie, une suppuration peut apparaître au site de ponction de la paroi abdominale. Le plus souvent, il est associé à une cholécystite phlegmoneuse ou gangréneuse, alors que lors de l'intervention chirurgicale, il est difficile d'extraire la vésicule biliaire. Pour ce que les points de suture sur la plaie chirurgicale sont dissous à nouveau, et une solution désinfectante est utilisée.

Conseil: un abcès est dangereux en raison de la propagation rapide du processus infectieux dans la cavité abdominale. Le patient doit donc respecter toutes les prescriptions du médecin et se trouver dans la période postopératoire dans un établissement médical afin de pouvoir, si nécessaire, recevoir une aide rapide.

Complications tardives

Pierres dans le canal biliaire

Une complication tardive après une cholécystectomie peut entraîner une jaunisse obstructive. Ses causes peuvent être un rétrécissement cicatriciel des canaux, des tumeurs inconnues ou des calculs dans les voies biliaires. Une nouvelle opération peut aider à assurer la libre circulation de la bile. Parfois, le patient a des fistules biliaires externes associées à une blessure du canal, pour lesquelles une deuxième intervention chirurgicale est effectuée pour fermer la fistule.

En outre, les complications tardives devraient inclure la présence de certaines contre-indications au traitement radical, qui n’avaient pas été envisagées auparavant. Pour les patients sévères et affaiblis, il est nécessaire d'appliquer les types les plus sûrs d'anesthésie et de chirurgie.

Après la chirurgie, la bile au lieu de la vésicule biliaire commence à affluer dans l'intestin et affecte sa fonction. Comme la bile devient de plus en plus fluide, la lutte contre les microorganismes nuisibles est bien pire, ce qui les fait se multiplier et provoquer une indigestion.

Les acides biliaires commencent à irriter la membrane muqueuse du duodénum et provoquent des processus inflammatoires. Après une violation de l'activité motrice de l'intestin, des masses de nourriture sont parfois rejetées dans l'œsophage et l'estomac. Dans ce contexte, une colite (inflammation du côlon), une gastrite (modifications inflammatoires de la muqueuse gastrique), une entérite (inflammation de l'intestin grêle) ou une œsophagite (inflammation de la muqueuse de l'œsophage) peuvent se former. Les troubles digestifs sont accompagnés de symptômes tels que ballonnements ou constipation.

C'est pourquoi la nourriture après le retrait de la vésicule biliaire doit être correcte, il est nécessaire d'adhérer à un régime alimentaire spécial. Le régime ne devrait contenir que des produits laitiers, des soupes faibles en gras, de la viande bouillie, des céréales et des fruits cuits au four. Complètement exclu les aliments frits, les spiritueux et le café. Il est également interdit de fumer après le retrait de la vésicule biliaire.

Complications opératoires

Les complications sur le fond de l'ablation chirurgicale de la vésicule biliaire comprennent une mauvaise ligature du moignon du canal kystique, des lésions de l'artère hépatique ou de la veine porte. Le plus dangereux d'entre eux est la lésion de la veine porte, qui peut être fatale. Il est possible de réduire ce risque si vous suivez scrupuleusement les règles et les techniques d’intervention chirurgicale.

Pour réduire le risque de complications après cholécystectomie peut être, si vous passez un examen complet avant l'opération et déterminez avec précision s'il existe des contre-indications à l'opération. La procédure elle-même doit être effectuée par un chirurgien qualifié possédant une vaste expérience dans ce domaine. Pour éviter les complications tardives, vous pouvez utiliser un régime spécial et un mode de vie approprié.

Laparoscopie de la période postopératoire de la vésicule biliaire

Avant de décrire l’état et le traitement après la laparoscopie de la vésicule biliaire, vous devez savoir en quoi consiste une telle intervention chirurgicale. La vésicule biliaire est un lien important dans le système digestif. Il est situé sous le foie et accumule la bile, qui pénètre dans l'intestin et décompose les graisses.

Indications pour la laparoscopie et le temps après la chirurgie

Avec la maladie de cet organe, il forme des composés solides - des pierres. Dans ce cas, la vésicule biliaire est enlevée. Moins traumatique est la méthode de l'excision de la vésicule biliaire à l'aide de ponctions de la cavité abdominale - laparoscopie.

Cette méthode réduit le risque de hernie postopératoire. Si vous ressentez des douleurs dans l'hypochondre droit, vous devriez consulter un médecin, faire une échographie et exclure la maladie de la vésicule biliaire.

Dans quels cas le patient a-t-il été prescrit une telle opération?

  1. Le premier jour d'une crise de cholécystite aiguë.
  2. Cholécystite calcique.
  3. La présence de calculs dans les canaux biliaires.
  4. Il y a des calculs dans la vésicule biliaire, mais la douleur et les complications ne surviennent pas.

La première semaine est la période postopératoire. Après la libération de l'anesthésie dans un état de repos absolu devrait être 5-6 heures.

Ensuite, vous pouvez grimper, vous retourner, faire des mouvements simples. Le premier jour, vous ne pouvez pas manger, vous pouvez boire de l'eau non gazeuse ou une infusion de dogrose sans sucre. Le deuxième jour, vous pouvez utiliser 1 à 1,5 litre de kéfir sans gras ou de gelée de fruits. Une portion ne doit pas dépasser une demi-tasse. La fréquence d'admission - 1.5-2 heures.

Le troisième jour, vous pourrez manger du fromage cottage en petites portions, de la viande hachée maigre, du bouillon, des fruits et des produits laitiers. Entre les repas, vous devez boire beaucoup. Les jours suivants, la nourriture est normale, à l'exception des aliments épicés et salés et du pain noir. Pendant un certain temps, les sites d’injection feront mal jusqu’à ce que le tissu blessé guérisse.

Vous ne pouvez pas donner l'exercice au corps. Le lin doit être doux à partir de tissus naturels.

La période postopératoire se termine par le retrait des sutures des perforations de l'abdomen. Après sa sortie de l'hôpital, le patient est en congé de maladie depuis un certain temps (10 à 12 jours) jusqu'à la guérison complète des plaies externes et internes.

Parfois, il y a des complications sous la forme de phoques, de rougeurs ou de pertes par les perforations, puis le traitement est prolongé. Complication postopératoire peut être exprimé une hernie dans la zone de la cicatrice. La hernie est douloureuse en cas de violation, accompagnée de vomissements, d’absence de selles. Cela peut se produire en cas de non-respect du mode doux d’effort physique. Les sites de ponction sont traités à l'iode. Ils peuvent être mouillés après 5 jours.

La douleur au cours de la première période a permis d'arrêter avec succès l'adoption d'analgésiques. Si tout est normal, leur besoin disparaît ensuite. Pendant l'opération, un espace vide est créé dans l'abdomen en pompant du dioxyde de carbone. Cela peut causer des douleurs dans la région supraclaviculaire.

En période postopératoire, vous pouvez offrir au patient les plats suivants:

  • Soupe de purée de légumes sur bouillon de légumes.
  • Omelette à la vapeur.
  • Purée de pommes de terre avec l'ajout de carottes, betteraves ou citrouilles.
  • Viande de lapin ou de dinde bouillie frite.
  • Plats à base de fromage cottage faible en gras.
  • Poisson bouilli faible en gras.
  • Gelée ou mousse de fruits non acides.
  • Le thé

Le pain est introduit progressivement dans le régime alimentaire sous forme de chapelure de blé trempée dans du bouillon ou du thé. Parmi les bouillies, il faut préférer le sarrasin et les flocons d’avoine sur l’eau.

Rééducation après laparoscopie et régime

La laparoscopie n'est pas une chirurgie abdominale, lorsque la suture se développe pendant une longue période et que la douleur survient à chaque mouvement. Généralement six mois plus tard, le patient oublie les ponctions. Si l'opération est effectuée de manière professionnelle et qu'il n'y a pas de complications, la rééducation sera rapide. La vitalité humaine est entièrement restaurée.

La principale tâche de la période de rééducation consiste à ajuster les voies biliaires pour qu’elles remplissent les fonctions d’un organe perdu. Peu à peu, ils apprendront à réserver la bile. Mais, dans le premier couple, il est nécessaire de réduire autant que possible la sécrétion de ce secret qui expire le long des conduits directement dans l'intestin.

Cela peut être fait en réduisant la consommation d'aliments gras, frits et épicés.

Règles de conduite après la chirurgie:

  • 2-3 semaines de sexe est interdite;
  • surveillez les selles molles et régulières;
  • 1-1,5 mois ne peuvent pas participer à des sports ni à des travaux physiques pénibles;
  • dans le régime alimentaire de s'en tenir au régime numéro 5;
  • ne soulevez pas plus de 3 kg;
  • prendre des vitamines Vitrum, Centrum, Supradin

Régime après la chirurgie

Respecter un régime strict en raison du fait que la bile en l'absence de la vésicule biliaire ne s'accumule pas et pénètre directement par les canaux dans le duodénum. Là, elle décompose les aliments gras. Il est nécessaire de minimiser l'utilisation de tels produits qui nécessitent une excrétion biliaire abondante. Repas cuits à la vapeur ou bouillis.

Le régime alimentaire n ° 5 comprend des produits cuits à l'étouffé, cuits au four et bouillis, qui sont consommés en petites portions 5 à 6 fois par jour.

  • Produits à base de viande et de poisson gras, saindoux, crème sure, crème.
  • Champignons
  • Crudités
  • Pain frais, cuisson.
  • Chocolat, café, spiritueux.
  • Les conserves
  • Viandes Fumées.
  • Épicé, frit.
  • Viandes diététiques - poulet, viande de lapin.
  • Poisson - brochet, perche.
  • Bouillie liquide.
  • Soupes de carême.
  • Produits laitiers faibles en gras.
  • Baies et fruits à saveur douce, compotes, décoctions, gelée.
  • Au miel
  • Un peu de confiture.

Le taux de consommation de liquide au cours de cette période est défini individuellement. Le cinquième mois après l'opération, le poisson et la viande peuvent être consommés sans être hachés. Ajouter au régime du café au lait. Le régime alimentaire devrait être suivi pendant 2-3 ans.

Il est important de se rappeler que l'absence de la vésicule biliaire vous oblige à abandonner pour toujours des aliments lourds - cornichons, délices fumés, pommes de terre frites. C'est une condition pour maintenir des intestins en bonne santé. Les aliments ne doivent pas être chauds ou froids, mais chauds.

Conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire.

Parfois, il se produit une libération de bile dans le duodénum, ​​provoquant vomissements, flatulences, diarrhée, brûlures d'estomac, goût amer dans la bouche. Il peut y avoir des douleurs abdominales. Il est impossible d'éliminer complètement de telles manifestations. La douleur peut être soulagée en prenant No-Shpu ou Duspatalin. Il est nécessaire de revenir au numéro de régime 5.

Complications pendant et après la chirurgie

Au cours de la laparoscopie de la vésicule biliaire peut causer des lésions aux parois de l'estomac, des vaisseaux sanguins et d'autres organes internes. L'intégrité du duodénal ou du gros intestin, de l'artère et du foie peut être affectée. Si de telles complications surviennent, l’opération continue la dissection de la cavité abdominale.

La cicatrisation et la guérison des plaies après l'anesthésie prennent du temps. Le mouvement est nécessaire pendant cette période, de sorte que le patient n’est pas interdit des passages légers non durables. La tension des muscles abdominaux devrait être évitée. Cela peut provoquer une hernie, une rupture de sutures.

Un ensemble équilibré d'exercices matinaux contribuera à une digestion intensive et à une évacuation de la bile.

Si le processus de récupération se déroule sans complications, alors l'exercice peut être effectué 2 mois après la chirurgie. La stagnation de la bile éliminera la marche.

Toute la période de récupération du corps après la chirurgie peut être considérée comme terminée au bout de 2 ans.

Conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire

Selon les statistiques médicales, la cholélithiase est diagnostiquée chez 8 à 12% des habitants des pays développés. Au fil du temps, ces chiffres ne font qu'augmenter. La décision de procéder à l'opération est prise par les médecins en présence de gros ou de nombreux cailloux dans la vésicule biliaire (LP). Les calculs durs peuvent causer une cholécystite chronique, non traitée par d’autres méthodes. En règle générale, on a recours à une intervention chirurgicale en violation de l'extraction de la bile et du risque de blocage des calculs biliaires.

La cholécystectomie laparoscopique (cholécystectomie endoscopique, laparoscopie de la vésicule biliaire) est une opération au cours de laquelle le corps de la cavité gastro-intestinale est coupé à travers des ponctions pratiquées dans la cavité abdominale. Avec le développement de complications, la laparoscopie devient essentielle. Les conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire sont difficiles à prédire, mais avec une intervention chirurgicale rapide et la technique correcte pour son exécution, le risque est réduit.

Caractéristiques de l'opération et complications possibles

La laparoscopie est prescrite dans les cas suivants: obstruction de l'intestin, calculs dans le canal biliaire principal, cholécystite à évolution aiguë, coupe GI, gangrène de la bile. En outre, l'opération est indiquée dans les cas de cholécystite calcique à évolution chronique (forme particulière de la maladie caractérisée par la présence de calculs dans la fièvre).

Le prélèvement de la vésicule biliaire par laparoscopie est effectué dans divers établissements médicaux (hôpitaux, cliniques, hôpitaux).

L'opération est réalisée sous anesthésie générale. La paroi abdominale antérieure est percée d'aiguilles spéciales, du dioxyde de carbone est injecté, puis des trocarts (tubes en métal ou en plastique). Un laparoscope et des instruments sont insérés à travers ces tubes. Ensuite, le corps de la vésicule biliaire est retiré à l'aide d'un crochet électrochirurgical. Une fois les calculs biliaires retirés, l’espace abdominal est lavé et séché, et le drainage est établi à l’emplacement de la vésicule biliaire excisée.

Parfois, il est impossible de terminer la procédure avec la méthode laparoscopique, puis les médecins effectuent une opération ouverte. Les médecins identifient les inconvénients suivants de la méthode ouverte d’intervention chirurgicale avant la laparoscopie:

  • La chirurgie ouverte est plus traumatisante et douloureuse.
  • Le patient perd 10 fois plus de sang.
  • La rééducation est difficile, longue.
  • Il y a des cicatrices postopératoires.
  • Un pourcentage plus élevé de complications.

Après le prélèvement de la vésicule biliaire par la méthode laparoscopique, le patient ressent une légère douleur aux points de perforation, il récupère plus rapidement, il n’ya pas de cicatrices.

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

Beaucoup de patients qui doivent subir cette opération s'intéressent à la question de savoir ce qui menace de subir une laparoscopie. Selon les statistiques médicales, 10% des patients présentent des complications après la chirurgie. Parfois, cela est dû au fait que le chirurgien a choisi la mauvaise méthode chirurgicale ou endommagé accidentellement les conduits ou les vaisseaux dans cette zone. Dans certains cas, des problèmes surviennent car, lors du diagnostic, le médecin n’a pas remarqué de calculs cachés dans les voies biliaires ni de tumeurs dans l’utérus. Les maladies des organes voisins provoquent des modifications secondaires de la galle, faussent le résultat de l'examen. Parfois, les complications sont dues à une hémostase médiocre (prévention et arrêt du saignement) ou à un accès insuffisant à l'organe opéré.

Causes de conséquences négatives

Après la chirurgie, le patient doit s’adapter aux nouvelles conditions de digestion. Auparavant, la PF éloignée servait de réservoir pour l'accumulation de sécrétions hépatiques. Après la laparoscopie, la bile s'accumule dans les canaux biliaires, ce qui entraîne leur augmentation. C'est-à-dire que les voies d'excrétion de la bile reprennent la fonction d'une vessie distante.

En présence de calculs biliaires, le diamètre des voies biliaires était de 1–1,5 mm. 7–10 jours après son retrait, leur circonférence atteint 3–3,2 mm. Au fil du temps, les conduits continuent à se dilater et atteignent 10 à 15 mm au bout de 12 mois. En effet, ils deviennent un réservoir pour le stockage de la sécrétion hépatique.

Normalement, l'IG accumule la bile et la sécrète dans le duodénum après l'ingestion d'aliments. En raison de l'absence d'organe, le processus de division du tissu adipeux est perturbé, car la quantité de bile diminue. Pour cette raison, après avoir consommé des aliments lourds (gras, frits), des nausées apparaissent, le vomi est évacué, une diarrhée se produit.

La bile a des propriétés bactéricides, mais en raison d'une diminution de sa production, le risque de développement de micro-organismes pathogènes et une violation de la flore bactérienne naturelle de l'intestin augmentent. En cas d'insuffisance biliaire (complexe symptomatique accompagnant les maladies gastro-intestinales), la concentration en acides biliaires toxiques augmente, ce qui aggrave l'état du patient. La diminution de la protection anti-inflammatoire et l'effet irritant des sécrétions hépatiques, qui pénètrent dans l'intestin vide, provoquent une inflammation du jéjunum et du côlon.

Aucun médecin ne peut garantir qu’il n’y aura pas de conséquences négatives après l’ablation du cancer gastrique par laparoscopie. Le résultat du traitement dépend de l'âge, de l'état de santé du patient, de la présence d'autres maladies, etc.

Est important. Pour que la rééducation après le retrait du cancer gastrique soit un succès, vous devez prendre soin de votre santé et suivre les recommandations du médecin en matière de nutrition et de mode de vie.

Les principales complications de la cholécystectomie

De nombreux patients devant subir une intervention chirurgicale sont préoccupés par la question de savoir quelles pourraient être les conséquences de l'élimination de la fièvre. Ils surviennent dans 2-3% des cas.

Conséquences de la résection du LP:

  • Dommages à la voie biliaire principale. Causes de la pathologie: anomalie de la structure des voies biliaires, cholécystite aiguë, accompagnée de modifications inflammatoires, d'adhérences dans l'espace abdominal, d'actions négligentes du médecin pendant l'opération. Si le chirurgien constate que l'intégrité du canal cholédoque est endommagée, il passe alors à la chirurgie ouverte. S'il ne l'a pas remarqué, la bile expirera dans l'espace abdominal, une nouvelle intervention d'urgence est nécessaire.
  • Blessure de gros navires. Cette complication découle du fait que le chirurgien n’introduit pas soigneusement les trocarts dans la paroi abdominale. Aux dommages des gros vaisseaux s'ouvrent le saignement abondant. Cette complication après laparoscopie est moins fréquente qu'avec la chirurgie classique.
  • Infection de la plaie Souvent, une infection pénètre dans la surface de la plaie et commence à s'infecter. Parfois, même les agents antibactériens et antiseptiques ne peuvent pas protéger contre cela. Symptômes d'infection de la plaie: fièvre, rougeur de la peau, douleur, écoulement de pus.
  • Dommages aux organes internes. L'élimination chirurgicale des calculs biliaires est dangereuse car il existe un risque de blessure à l'estomac, aux intestins, au foie et à la vessie. Il est possible d’endommager des organes lors de manipulations négligentes d’instruments.
  • Péritonite biliaire. La bile expire dans l'espace abdominal par des conduits mal attachés ou par un ictère obstructif (violation de l'écoulement de la bile en raison d'obstructions mécaniques).

De telles complications peuvent se développer chez les hommes et les femmes.

Troubles digestifs

Comme mentionné précédemment, après la découpe de l'intestin, la concentration de bile diminue et passe directement à l'intestin. Un tel secret du foie ne supporte que de petites portions de nourriture. En mangeant trop ou en mangeant des aliments lourds, les symptômes suivants apparaissent: lourdeur à l’estomac, nausée, vomissements. De plus, après la chirurgie, l'activité des enzymes digestives est réduite.

Certains patients souffrent de symptômes tels que ballonnements, troubles des selles (diarrhée ou constipation). Ces complications après le retrait de la vésicule biliaire sont dues au fait que les bactéries commencent à proliférer activement dans le jéjunum.

Attention Après la chirurgie, le risque de constipation persistante augmente. Pour les éviter, vous devez bien manger, faire de l'activité physique, abandonner les mauvaises habitudes. Sinon, des hémorroïdes peuvent survenir.

Après la chirurgie, de nombreux patients se plaignent de brûlures d'estomac. Les acides biliaires agressifs endommagent la paroi interne de l'estomac et des intestins. En raison de changements dans la sécrétion de bile, le risque d'inflammation du petit, du gros intestin, de l'estomac et du pancréas augmente.

Chez 20% des patients, des troubles intestinaux, accompagnés de diarrhée sanglante et de fièvre, surviennent après le retrait du tractus gastro-intestinal. Parfois, la diarrhée dure plusieurs années, une complication est appelée diarrhée. Cette pathologie provoque une déshydratation, une jaunisse et parfois des vomissements. Pour éliminer les symptômes désagréables, vous devez prendre des médicaments, boire beaucoup de liquide et vous en tenir à un régime.

Danger de rechute

Beaucoup croient qu'après le retrait de ZH, la probabilité de JCB est minime. Cependant, cette opinion est erronée, car la formation de calcul survient après un changement dans la composition du secret hépatique ou sa stagnation.

Est important. La cholécystectomie n'affecte pas la composition de la bile, la probabilité de processus congestifs dans les voies biliaires est donc élevée.

Pour éviter la récurrence de la maladie des calculs biliaires, vous devez manger fractionné (souvent en petites portions). Donc, la bile sera allouée plus souvent, donc une stagnation est peu probable. Il est recommandé de réduire la quantité d'aliments riches en cholestérol (viandes grasses, produits laitiers) dans l'alimentation. De plus, il est recommandé d'être actif physiquement (marche, natation, exercices du matin).

Traitement de la toxicomanie

Si le patient a constaté des problèmes de santé après une cholécystectomie, vous devez immédiatement consulter un médecin. Le schéma thérapeutique dépend de la nature de l'inflammation et du type de maladie aggravée par rapport à l'arrière-plan. Le traitement consiste à utiliser des médicaments qui normalisent les processus associés à l’accumulation et à la production de bile, ainsi qu’à la prévention des complications possibles.

Les médicaments suivants sont utilisés pour soulager les symptômes du syndrome postcholécystectomie et améliorer l'état du corps:

  • Médicaments antispasmodiques. Drotaverin, No-shpa, Mebeverin aident à éliminer les douleurs spasmodiques, améliorent la fonctionnalité du système biliaire en relâchant le sphincter d’Oddi (une valve musculaire qui contrôle l’écoulement de la bile dans le duodénum 12, ce qui empêche le contenu intestinal d’entrer dans les canaux biliaires et pancréatiques communs).
  • Enzymatique signifie. Festal, Creon, Panzinorm Forte normalisent la digestion, soutiennent le travail du pancréas.
  • Hépatoprotecteurs. Gepabene, Essentiale Forte éliminent l'inflammation, accélèrent la régénération des hépatocytes endommagés, normalisent la production d'acides biliaires, etc.

La diarrhée froide est traitée avec des agents antimicrobiens et antidiarrhéiques. Pour normaliser les selles en cas de constipation, utilisez des médicaments qui stimulent la motilité intestinale (dompéridone, métoclopramide).

L'aide Pour la prévention de la cholélithiase, des médicaments à base d'acide ursodésoxycholique sont utilisés: Ursosan, Ursofalk, Hepatosan, etc. Dans le même but, des médicaments contenant des acides biliaires et stimulant sa production sont utilisés: Allohol, Holenzyme, Liobil.

Pour éliminer les brûlures d’estomac et les malaises gastriques, prescrire des médicaments neutralisant l’acide chlorhydrique (Omez, Omeprazole).

Pour les infections bactériennes de l'intestin grêle et du duodénum 12, des antiseptiques intestinaux et des agents antibactériens sont utilisés. À la fin du cours, vous devez prendre des probiotiques, qui restaureront la flore bactérienne naturelle du tractus gastro-intestinal.

Règles de nutrition et activité physique

Un régime alimentaire est nécessaire pour prévenir le syndrome post-cholécystectomie, réduire l'irritabilité du système digestif et accélérer la sortie de la bile.

  • aliments gras et frits;
  • boissons alcoolisées, sodas;
  • produits à base de farine, pâtes alimentaires;
  • assaisonnements épicés, sauces de magasin, épices;
  • légumineuses: pois, haricots, lentilles;
  • oignon, oseille;
  • confiserie, etc.

Vous pouvez manger le pain d'hier, la viande, le poisson (variétés faibles en gras), le porridge à l'eau, les produits laitiers avec un faible pourcentage de graisse.

Les repas doivent être fractionnés, les aliments doivent être pris en même temps, le nombre de calories par jour doit également être pris en compte. Il convient de prêter attention à la température des aliments consommés. La meilleure option est la nourriture chaude (40–50 °).

Après l'opération, les marches sont très utiles, elles aident à prévenir les processus stagnants dans les voies biliaires. Un mois après le retrait de l'estomac, le patient peut faire de la gymnastique. L'essentiel est d'éviter les charges sur les muscles abdominaux.

La natation est un sport très utile qui peut être pratiqué 6 à 7 semaines après la cholécystectomie.

Les avis

De nombreux patients qui ont subi une opération pour enlever l'IG prétendent que leur état de santé s'améliore après un certain temps, le principal est de suivre les recommandations du médecin. D'autres patients regrettent d'avoir décidé de subir une intervention chirurgicale, car il existe de nombreuses complications postopératoires.

Il est possible de réduire le risque de complications après le retrait de ZH si un diagnostic complet est posé avant la procédure, ce qui aidera à identifier les comorbidités et les éventuelles contre-indications. Il est recommandé de trouver un spécialiste qualifié possédant une vaste expérience dans ce domaine. Afin de prévenir les complications tardives, il est recommandé de subir des examens réguliers, de suivre un régime alimentaire particulier et de mener une vie saine.

Complications possibles après la laparoscopie de la vésicule biliaire

Les principales raisons de l'apparition de complications après laparoscopie de la vésicule biliaire dans la période postopératoire sont les processus inflammatoires dans le domaine de l'intervention chirurgicale, l'anatomie pathologique, les erreurs techniques de l'équipe chirurgicale.

La cholécystectomie laparoscopique (LCE) par rapport à la laparotomie est caractérisée par un risque plus élevé de lésion des gros canaux biliaires.

Quelles complications peuvent survenir après la laparoscopie?

La pratique clinique confirme que les principaux avantages de la technique sont déterminés par le caractère invasif minimal de la paroi abdominale antérieure.

La question des complications de la LCE est considérée dans presque tous les forums chirurgicaux mondiaux.

Outre les hémorragies sous-cutanées et les infections de plaies relativement sûres, d'autres problèmes peuvent nécessiter une correction chirurgicale ou une transition vers une chirurgie abdominale ouverte:

  • dommages aux gros vaisseaux sanguins - les complications les plus terribles;
  • complications purulentes intra-abdominales, saignements, hématomes;
  • injection de gaz dans la paroi abdominale, dans les organes abdominaux;
  • la perforation duodénale est la complication la plus courante.

Les complications les plus courantes et les plus dangereuses sont les complications peropératoires après la laparoscopie de la vésicule biliaire: lésions mécaniques et thermiques des voies biliaires (voies biliaires).

Dommages aux voies biliaires

Ceci est souvent la conséquence d'une erreur médicale dans l'orientation de l'anatomie des voies biliaires, parfois avec l'introduction d'un cathéter cholangiographique. L'un des facteurs de cette complication après la laparoscopie de la vésicule biliaire est l'inflammation des tissus dans la zone de manipulation.

Causes courantes de dommages mécaniques sur le HP:

  • serrage peu fiable;
  • perforation pendant le cathétérisme;
  • traumatisme pendant la séparation.

La plus courante est considérée comme la version "classique" du traumatisme ZH - lors de l'attribution du canal cystique par le chirurgien à la place de celui-ci coupe par erreur un canal biliaire étroit (ACD). Parfois, lors de l'excision d'OZhP, le mur de la vésicule biliaire est excisé.

Dégâts thermiques

Des lésions gastro-intestinales spécifiques à la LCE sont parfois diagnostiquées après une laparoscopie de la vésicule biliaire après plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Caractérisé par la complexité de la reconstruction des dommages.

  • électrocoagulation excessive conduisant à un rétrécissement des voies biliaires;
  • utilisation injustifiée d'un électrocoagulateur dans le processus d'isolement du canal cystique.

Les dommages thermiques entraînent des lésions des vaisseaux sanguins du système des voies biliaires et des sphincters (arbre biliaire).

Fuite de bile

L'excrétion légère de la bile ne provoque pas de conséquences négatives graves, significatives - provoque une douleur, une péritonite.

Facteurs de développement des fuites biliaires:

  • pathologie de la voie biliaire;
  • traumatisme ZH - lors de LCE ou de diagnostics instrumentaux;
  • des pierres dans les canaux biliaires.

Caractérisé par le développement d'une nécrose du canal avec des clips de recouvrement inadéquats sur le moignon du canal cystique lors de la laparoscopie d'une cholécystite aiguë. Avec une intervention chirurgicale, il est très difficile de reconnaître une fuite de bile du lit de la vésicule biliaire.

À quelle fréquence les complications surviennent-elles?

Presque quarante ans d’expérience dans le monde dans la mise en œuvre du LHE, le développement de technologies peuvent prévenir l’apparition de complications. Selon les statistiques cliniques, la fréquence de leur développement est la suivante: pendant la chirurgie - 0,3 à 0,5%, pendant la période postopératoire - entre 0,7 et 3%

Fréquence des diverses complications,%:

  • dommages mécaniques et thermiques au LP - 0.12;
  • abcès sous-hépatique - 0,16;
  • eventration sous-cutanée du jéjunum - 0,27;
  • fuite de bile - 0,18;
  • saignements intrapéritonéaux - 0,12.

La plupart des complications sont éliminées au cours de la LCE, le reste par des opérations de reconstruction à différentes périodes. Issue fatale - 0,27%.

Y a-t-il des douleurs après une chirurgie laparoscopique de la vésicule biliaire?

La période postopératoire précoce s'accompagne d'une douleur à court terme et moins sévère par rapport à la variante abdominale traditionnelle.

Causes de la douleur "post-laparoscopique";

  • perforations et coupures de la paroi abdominale - pour l'introduction de manipulateurs;
  • irritation des gaz de la région sous-phrénique - avec imposition de pneumopéritoine;
  • microtraumatites intrapéritonéales - lorsque le péritoine est rapidement étiré, les nerfs et les vaisseaux sanguins sont blessés.

Pneumopéritoine - introduction de dioxyde de carbone dans la cavité abdominale.

Douleur localisée typique après laparoscopie de la vésicule biliaire dans le dos, épaule droite. Leur intensité diminue très rapidement avec le temps. La sévérité maximale du syndrome douloureux est le premier ou le deuxième jour après le LCE.

Quelle est la durée de la période postopératoire?

La durée du séjour du patient dans l'unité de soins intensifs ou dans l'unité de soins intensifs est déterminée par l'adéquation de sa sortie de l'état d'anesthésie, les caractéristiques de la LCE réalisée, la présence de complications et de pathologies.

Laparoscopie de la vésicule biliaire: la période postopératoire en clinique:

  • vous ne pouvez pas vous retourner, sortir du lit, boire, vous pouvez humidifier les lèvres;
  • boire en petites portions toutes les 1 à 2 heures - eau non gazeuse, bouillon faible, thé léger, possibilité de boire de l'eau minérale, décoctions d'herbes en accord avec le médecin;
  • aliments - purée de légumes semi-liquide, bouillie, gelée;
  • activité physique - pour se lever, vous pouvez et devez marcher, mais avec précaution.

Petit à petit, le régime se développe:

  • produits laitiers fermentés;
  • fruits et légumes cuits et bouillis;
  • poulet bouilli, viande de boeuf.

La période postopératoire dans un lit d'hôpital peut être limitée à 2 à 7 jours - avec un cours normal.

Vidéo utile

Pour normaliser la nutrition et la digestion après avoir retiré la vésicule biliaire, voyez cette vidéo:

La vie sans pierres ou la facilité de déplacer une cholécystectomie par laparoscopie

Selon les statistiques, 8-12% de la population des pays développés souffrent de la maladie des calculs biliaires. Au fil du temps, l’incidence augmente. Une méthode efficace pour traiter la maladie de la vésicule biliaire est la chirurgie ou la cholécystectomie laparoscopique, qui, avec le développement de complications, devient essentielle.

Causes et indications de la chirurgie

Causes des pierres:

  • L'obésité;
  • Maladie du foie;
  • Violation du cholestérol, des électrolytes et des échanges hormonaux;
  • Maladies de la vésicule biliaire et des conduits hépatiques;
  • Différents obstacles mécaniques et fonctionnels à la circulation normale de la bile.

Indications pour la chirurgie

Il existe des indications relatives et absolues pour la cholécystectomie:

  • Obstruction intestinale;
  • Pierres dans la région du canal biliaire (commun);
  • Le diagnostic de cholécystite aiguë;
  • Vésicule biliaire non fonctionnelle dans l'anamose (basée sur l'échographie et la cholécystographie) et coliques récurrentes dans la vésicule biliaire;
  • Gangrène de la vésicule biliaire.
  • cholécystite chronique calculeuse, si la maladie se manifeste par la présence d'une ou de plusieurs pierres.

Brève description de l'opération

La cholécystectomie par laparoscopie est dans la plupart des cas pratiquée dans des hôpitaux - hôpitaux, cliniques, hôpitaux. Certaines cliniques modernes proposent des chirurgies ambulatoires, mais dans ce cas, il est nécessaire de disposer d'un service de surveillance des patients établi à domicile. Le patient ne doit pas souffrir de maladies chroniques concomitantes, ce qui est le plus souvent impossible.

Le soulagement de la douleur est une question importante qui concerne de nombreux patients. Ce type de chirurgie est réalisée sous anesthésie générale. Pendant l'anesthésie, une ventilation artificielle des poumons est impérative.

Lors de la cholécystectomie, la position du patient sur la table chirurgicale est importante. Au début de l'opération, lorsque du dioxyde de carbone est injecté dans la cavité abdominale, le patient est allongé sur le dos, la tête de la table étant abaissée de 10 degrés. C'est ainsi que les organes internes se déplacent vers le diaphragme, ce qui permet d'insérer en toute sécurité une aiguille à travers laquelle du dioxyde de carbone est fourni dans la cavité pelvienne. Après l'insertion de l'aiguille, la position du patient sur la table d'opération change. Une personne est allongée sur la table, légèrement tournée vers la gauche, avec une inclinaison de 10 degrés du pied de la table d'opération.

Le pneumopéritoine est l'introduction de gaz dans la cavité abdominale d'un patient.
Une aiguille contenant du dioxyde de carbone est insérée dans le nombril, formant une tache parfaitement fine de la cavité abdominale antérieure. La cavité abdominale est remplie de gaz à une pression de 12 à 15 mm de mercure qui est maintenue pendant l'opération.

La prochaine étape de l'opération est l'introduction de trocarts.

Les trocarts sont des tubes en métal et en plastique, dont la fonction principale est de maintenir le dioxyde de carbone dans la cavité abdominale.

Pour l'opération, on utilise 3 ou 4 trocarts, à travers lesquels un laparoscope et des instruments sont insérés dans la cavité abdominale.

Après avoir pénétré dans les instruments, l'étape la plus importante de l'opération commence: le retrait du corps de la vésicule biliaire. Cela se produit à l'aide de ciseaux, de pinces, de crochets et d'un appareil d'application de pinces permettant de bloquer le canal cystique et l'artère.

Le chirurgien tire la vésicule biliaire vers le haut. En conséquence, il a la possibilité de séparer le péritoine dans le cou de l'organe et de sélectionner avec soin le canal et l'artère, qui sont attachés aux clips.

Ensuite, le chirurgien sépare le corps de la vessie du foie avec un crochet électrochirurgical. Après la séparation de l'organe, la cavité abdominale est lavée, séchée à l'aide d'une pompe aspirante électrique et un drain (un tube mince) est introduit dans le site de la vésicule biliaire. Ceci afin d'éviter le développement d'une infection dans la cavité abdominale et le développement d'une infection.

Le meilleur moyen est d’enlever l’organe par le nombril, car il n’ya pas de muscles. L'orgue est amené à la perforation dans le nombril et est amené avec le trocart. L'incision ombilicale est suturée avec une seule couture. Cette opération est terminée.

Laparoscopie de la vésicule biliaire en vidéo

Les premiers mois après la cholécystectomie (complications, rééducation, médicaments)

Le principal avantage de la cholécystectomie par laparoscopie est son évolution postopératoire relativement facile. Le patient a une légère douleur dans les lieux d'introduction des trocarts, ainsi que dans la ceinture scapulaire, en raison de l'introduction de dioxyde de carbone pendant l'opération.

En période postopératoire, le patient passe 2 heures en unité de soins intensifs, puis il est transféré dans un service régulier. Pendant les 4-6 prochaines heures, le patient ne doit pas être en état d'ébriété et il est également interdit de sortir du lit. Ensuite, le patient est autorisé à boire de l'eau plate sans gaz par petites portions, par 1 à 2 gorgées, avec un volume total ne dépassant pas un demi-litre. Le patient peut se lever lentement du lit pour la première fois sous la surveillance du personnel médical.

Le lendemain, le patient est retiré du drainage de la cavité abdominale. Il s’agit d’une procédure indolore pratiquée au cours de l’habillage quotidien.

Nutrition du patient dans les sept premiers jours après la chirurgie

La nutrition humaine après une cholécystectomie comprend:

  • bœuf maigre et poitrine de poulet en bouillie;
  • soupes de légumes;
  • le sarrasin et l'avoine sur l'eau;
  • produits laitiers fermentés: kéfir faible en gras, yogourt, fromage cottage faible en gras;
  • pommes et bananes cuites au four.

Les types d'aliments suivants sont interdits:

  • aliments frits et gras;
  • aliments épicés et salés;
  • poisson bouilli;
  • des bonbons, en particulier du chocolat;
  • thé fort, café;
  • l'alcool;
  • boissons avec du sucre.

Après la chirurgie, une personne doit surveiller le transit intestinal régulier. En cas de difficulté, il est alors nécessaire de faire un lavement nettoyant ou de prendre un laxatif d’origine végétale (feuille de sena, décoction de kushina).

Au cours de la période de réadaptation, il ne devrait y avoir aucune complication. L'activité physique peut être limitée en raison d'une possible douleur dans l'abdomen, qui a lieu le deuxième jour après l'opération.

Le patient sortira le troisième jour si la période postopératoire se passe sans complications. À sa sortie, le patient recevra une liste de maladie (si un tel besoin existe), ainsi qu'un extrait de la carte, où le diagnostic sera détaillé, ainsi que des recommandations sur la nutrition, l'exercice et les médicaments. La liste de maladie est donnée pour la période de séjour à l'hôpital pendant 3 jours après la sortie, puis elle doit être renouvelée chez le chirurgien de la clinique municipale.

Complications après cholécystectomie

En plus de la réalisation de toute opération, des complications sont possibles après le retrait de la vésicule biliaire. Leur fréquence ne dépasse pas 2-3% du nombre d'opérations effectuées.

Les principales complications comprennent:

Lésion ou lésion du canal biliaire principal

Cela peut être dû à un certain nombre de raisons. Parmi ceux-ci, il convient de noter que les anomalies de la structure des voies biliaires sont indiquées, ainsi que les modifications inflammatoires de la cholécystite aiguë, ainsi que les modifications de la relation entre les organes lors des adhérences dans la cavité abdominale. Cela peut également être dû à une manipulation négligente des instruments de la voie biliaire.

Si, au cours de la cholécystectomie, des dommages au canal cholédoque se produisent, dans la plupart des cas, optez pour une opération à ciel ouvert et rétablissez l’intégrité et la perméabilité du canal. Il y a des situations où, au cours de l'opération, les lésions du canal cholédoque passent inaperçues. Dans ce cas, le patient développe un saignement de la bile dans la cavité abdominale ou la jaunisse, de sorte qu'il a besoin d'une nouvelle intervention urgente. Le pourcentage de ces dommages ne dépasse pas 1.

Dommages causés aux grands navires

L’introduction impropre et imprudente de trocarts dans la cavité abdominale a pour conséquence des dommages aux gros vaisseaux, ce qui entraîne de graves saignements. Les vaisseaux situés dans la cavité abdominale et dans la paroi abdominale peuvent être endommagés. Cependant, cette complication survient beaucoup moins souvent lors d'une cholécystectomie laparoscopique que lors d'une chirurgie ouverte.

Infection de la plaie

L'infection et la suppuration de la plaie est un fléau pour la chirurgie. Ni les antibiotiques ni les antiseptiques n'offrent une garantie à 100% d'éviter ce genre de complication. La cholécystectomie laparoscopique présente plusieurs avantages par rapport à la chirurgie ouverte, car si l’infection se produit, elle est beaucoup plus facile et entraîne moins de complications.

Dommages aux organes internes

Une série typique de complications au cours de la chirurgie laparoscopique. Cependant, c'est assez rare. Pendant l'opération, vous pouvez endommager l'estomac, les intestins, le foie et la vessie. Divers dommages aux organes résultent d'un certain nombre de raisons, dont l'une est la manipulation négligente des instruments. Cependant, les chirurgiens expérimentés disposent d'une variété d'outils et de techniques pour minimiser le risque de telles blessures.

Si, toutefois, une lésion organique est survenue, l’essentiel est de la diagnostiquer à temps, ce qui permettra d’éliminer les complications sans trop d’efforts.

Avec la cholécystectomie laparoscopique, vous ne rencontrerez jamais de complications telles que l’échec de la suture, la formation de cicatrices chéloïdes, qui sont si caractéristiques de la chirurgie ouverte.

Les principaux médicaments utilisés après l'élimination de la bulle

  • Les stimulateurs de la production de bile sont Osalmid et Cyclovalon;
  • Vous devez vous conformer à la réception de l'acide ursodésoxycholique (300-500 mg au coucher). L'acide fait partie d'Urosan, d'Enterosan, d'Hepatosan, d'Ursofalk.
  • Lyobil, Allohol, Holenzim est utilisé comme traitement de remplacement.

Il est souhaitable qu'au cours des six premiers mois de la période postopératoire, le processus de récupération du patient ait été réalisé sous la supervision d'un nutritionniste ou d'un gastro-entérologue.

La vie après la cholécystectomie laparascopique

La principale chose à retenir lors de la chirurgie est que vous devriez vous sentir comme une personne saine et heureuse. Pour ce faire, vous devez suivre un certain nombre de recommandations concernant l'alimentation et l'activité physique.

Schéma nutritionnel de la cholécystectomie laparascopique: qu'est-ce qui est bon et ce qui est mauvais?

Dans les 3 mois suivant la période postopératoire, les patients doivent suivre un régime strict, décrit ci-dessus. De plus, votre régime alimentaire et votre menu peuvent être progressivement étendus. Mais il convient de rappeler que lorsque vous supprimez le régime de la vésicule biliaire sera votre compagnon pour la vie. Vous pouvez vous offrir quelque chose de délicieux, mais vous ne devez pas abuser de produits nocifs.

La règle principale - les repas fractionnés en petites portions.

Liste des produits présentés pour utilisation:

  • Produits laitiers fermentés: fromage cottage faible en gras, kéfir avec befidadditives;
  • Soupes, céréales, lait;
  • Bouillons faibles (poisson et viande);
  • Viande faible en gras (boeuf, poulet, lapin, dinde);
  • Oeufs sous forme d'omelettes;
  • Huile végétale (pas plus de 25-30 g par jour);
  • Beurre;
  • Kashi;
  • Des pâtes;
  • Le poisson est faible en gras (compote, bouilli, cuit à la vapeur);
  • Légumes crus, cuits au four, bouillis;
  • Miel, guimauves, marmelades, biscuits secs;
  • Compotes.
  • Thé sucré

Liste des produits indésirables:

  • les viandes grasses;
  • poisson frit;
  • les champignons;
  • café fort;
  • épinards, oignons, radis, ail;
  • baies et fruits aigres;
  • gâteaux, crème glacée;
  • boissons gazeuses;
  • pâte à beurre, pâtés, tartes frites;
  • collations épicées.

Après une intervention chirurgicale pour retirer la vésicule biliaire, l’alcool et le tabac sont strictement contre-indiqués.

Sports - La vie est en forme après la chirurgie

L'activité physique quotidienne est un gage de bonne santé et d'éviter la stagnation de la bile. Après un ou deux mois, vous devez entrer les trajets hebdomadaires à la piscine. Des marches régulières pendant 30 à 60 minutes contribueront à un écoulement confortable de la bile, ainsi qu’à l’enrichissement en oxygène des tissus corporels. Ceci est particulièrement important dans la formation d'un métabolisme normal et d'une activité hépatique.

Quelques jours après le début de la randonnée, vous pouvez participer aux exercices du matin. Au cours des 6 à 12 mois suivants, un effort physique intense est absolument contre-indiqué chez les patients, car cela pourrait provoquer la formation d'une hernie postopératoire. La vie intime peut être renouvelée 1,5 à 2 mois après la suppression de la bulle.

Quelques mois après la chirurgie, les patients peuvent et doivent même monter sur leurs skis. Le ski devrait avoir lieu à un rythme calme.

Exercices complexes pour la gymnastique du matin

  1. La position des bras est sur la ceinture et les jambes sont placées à la largeur des épaules. Nous reprenons les coudes - inspirons, retournons les coudes sur l’expiration à la position de départ. Cela devrait être fait de huit à douze répétitions.
  2. Allongé sur le ventre, placez vos mains le long du tronc de vos jambes. Alternativement, pliez les jambes sur l'expiration, redressez - inspirez. Six répétitions doivent être effectuées pour chaque jambe.
  3. Allongé sur le ventre, les jambes se redressent, le bras gauche le long du corps, le ventre droit Lors de l'inhalation, nous gonflons fortement l'abdomen, en expirant - nous nous rétractons. Répétez l'exercice devrait être huit fois.
  4. Allongé sur le côté, les jambes tendues. Placez une main derrière la tête et l'autre sur la ceinture. Pliez la jambe sur le dessus - sur l'expiration, redressez sur l'inspiration. Répétez l'exercice doit être au moins huit (dix) fois.
  5. Debout, placez vos jambes à la distance de la largeur des épaules et frottez les bras jusqu'aux épaules. Effectuer des mouvements circulaires des coudes 10 fois en avant et 10 fois en arrière. Respirez au hasard.

Examens de routine chez le médecin. Contrôle ultérieur après le retrait de la vésicule biliaire

À la sortie de l'hôpital, n'oubliez pas de consulter un spécialiste pour des examens de routine. Il est recommandé de consulter le médecin au moins une fois tous les six mois la première année après la chirurgie et une fois par an au cours de la prochaine période.

Attention! Si, après une cholécystectomie par laparoscopie, vous vous inquiétez de douleurs ou de malaises, consultez immédiatement un spécialiste.

La cholécystectomie par laparoscopie est une opération moderne destinée à prélever la vésicule biliaire, le risque de complications après lequel n’est que de 2 à 3%. Après l'opération, le patient doit suivre un régime alimentaire et effectuer le complexe de gymnastique douce nécessaire à l'écoulement régulier de la bile. Les promenades en plein air et les visites de piscine sont très importantes.

Examens de la laparoscopie de la vésicule biliaire et de la vie après

La période postopératoire est différente. Quelqu'un arrête de prendre des médicaments à base de plantes, d'autres suivent strictement un régime. Chaque histoire de patient est une expérience distincte! Si vous souhaitez partager votre expérience de récupération, ainsi que donner des recommandations à d'autres personnes ayant un problème similaire, laissez un commentaire. Vos informations seront très utiles à quiconque s'intéresse au sujet de la récupération du corps après une cholécystectomie laparoscopique.


Plus D'Articles Sur Le Foie