Hépatocytes - cellules hépatiques

Laisser un commentaire

Les hépatocytes sont appelées les cellules structurelles du parenchyme hépatique, qui assurent d'importantes fonctions organiques. Ils sont conçus pour stocker les nutriments et neutraliser les toxines dans le sang. En raison de la densité du réseau vasculaire, les hépatocytes enrichissent le sang avec la quantité requise d'hémosidérine et de glucose. La structure des cellules hépatocytes est composée de mitochondries, réticulum, endoplasme, glycogène, complexes de Golgi. Les dommages dus à la réduction des effectifs créent des conditions mettant la vie en danger. La cytolyse nécessite l'activation des processus de régénération des hépatocytes.

Description et structure des cellules hépatocytes

Le foie est composé à 60-85% d'hépatocytes et représente entre 250 et 300 milliards de dollars, chaque hépatocyte jouant un rôle important dans les réactions intermédiaires du métabolisme hépatique. Les cellules sont capables de:

  • participer à la production et au stockage des protéines;
  • ajuster les processus de conversion des glucides;
  • réguler la formation de cholestérol et d'acides biliaires;
  • aider au processus d'excrétion de substances endogènes toxiques;
  • activer la formation de la bile dans le foie.

Un hépatocyte, comme toute autre cellule du corps, présente un nombre limité de divisions tout au long de la vie. Si les hépatocytes sont définitivement détruits, ils cessent dans un certain délai de se régénérer et les pathologies à l'origine du processus destructeur deviennent chroniques et irréversibles.

Les cellules sont volumineuses et multicomposantes. Le pourcentage du lion de la structure se compose de mitochondries, réticulum, endoplasme, glycogène, complexes de Golgi responsables d'un certain ensemble de propriétés.

La surface des hépatocytes est plate avec de petites zones auxquelles les canalicules de la bile sont attachés d'un côté et les sinusoïdes du sang de l'autre. La fixation est réalisée à l'aide de microvillosités spéciales, de diamètre et de longueur différents. Un grand nombre de ces fibres conjonctives indique une activité élevée des processus d'absorption et de sécrétion. Deux segments du foie sont formés à partir d'hépatocytes droits: droit et gauche.

Fonctions

En raison de la complexité de la structure, les fonctions des hépatocytes sont diverses:

  • Réglage de la quantité de glucose dans la partie liquide du sang. En présence d'insuline, les hépatocytes extraient l'excès de glucose dans le sang et le convertissent en glycogène, lequel s'accumule dans le cytoplasme. L'hydrocortisone (hormone du cortex surrénalien) corrige le processus. En cas de manque de glucose dans le sang, le glycogène se décompose et les produits de la réaction compensent le manque de sucre.
  • La mise en œuvre du métabolisme des acides gras. Les processus sont régulés dans le cytoplasme des hépatocytes, qui contient des mitochondries, des lysosomes, des micro-organismes lisses et granulaires et du réticulum, produisant des enzymes pour la dégradation et la transformation des graisses et des lipoprotéines.
  • Synthèse de protéines spécifiques du plasma sanguin, telles que l'albumine, le fibrinogène, la globuline (à l'exception des immunoglobulines).
  • Décontamination de médicaments, produits chimiques, alcool, hormones stéroïdes, absorbés dans l'intestin.
  • La production de grandes quantités de lymphe, enrichi en protéines.
  • Produits bile. Dans les hépatocytes, il existe des microvillosités, qui transfèrent des microcomposants de la bile dans les petits canalicules biliaires situés aux limites de chaque lobule hépatique. Ces tubules sont combinés dans les grands canaux intrahépatiques de l'épithélium cubique avec la membrane basale. La bile est produite en continu (1,2 l par 24 heures), mais n’entre pas dans l’intestin. Lorsqu'il n'y a pas de nourriture, la bile est dirigée dans la vésicule biliaire par un canal cystique séparé, partant du canal intrahépatique.

Syndrome de cytolyse

La maladie comprend un groupe d'états pathologiques dans lesquels la destruction des hépatocytes du foie se produit à la suite de modifications nécrotiques ou dystrophiques du parenchyme. La nature de la pathologie est déterminée par les causes de sa survenue. Selon le type et la gravité de la maladie, le processus de destruction des cellules du foie est réversible (par régénération naturelle ou médicale) ou irréversible.

Avec la cytolyse, la membrane protectrice de l'hépatocyte est détruite, après quoi les enzymes actives commencent à agir contre le foie lui-même, provoquant une nécrose et une dystrophie tissulaire. La cytolyse peut survenir à tout âge, par exemple en bas âge - destruction auto-immune, chez les personnes de plus de 50 ans - renaissance grasse. Le tableau clinique du syndrome dépend du stade de la maladie, du degré de dommage. Pendant longtemps, la maladie ne s'est pas fait sentir. Avec le progrès rapide ou la destruction totale des hépatocytes, on observe une jaunisse prononcée de la peau, de la sclérotique oculaire et des muqueuses. Cela s'explique par le jaunissement de la libération active de bilirubine dans le sang, signalant une violation du métabolisme.

Un autre signe caractéristique de l'apparition de lésions hépatiques globales est le dysfonctionnement digestif, qui est:

  • augmentation de l'acidité du suc gastrique;
  • éructations;
  • brûlures d'estomac;
  • arrière-goût amer dans la bouche après avoir mangé et l'estomac vide.

Aux derniers stades de la destruction, les symptômes hépatiques associés aux modifications de la taille corporelle se manifestent:

  • douleur droite dans l'hypochondre;
  • palpation du phoque dans la région de la projection du foie malade.
Retour à la table des matières

Raisons

Un grand nombre de facteurs peuvent endommager les hépatocytes. Les principales causes de destruction d'organes sont les suivantes:

L'alcool, les drogues, les virus, les parasites et un déficit en enzymes inhibent les cellules du foie.

  1. Alcool Les produits de désintégration de l'éthanol provoquent des lésions réversibles dans les tissus du foie, sous réserve du rejet ponctuel des boissons alcoolisées et du déroulement du traitement de rééducation.
  2. Médicaments. Les dommages les plus importants sont causés par des médicaments aux propriétés hépatotoxiques prononcées. Nous parlons d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, d'antibiotiques (en particulier de tétracycline), d'agents antifongiques, de laxatifs, d '«amiodarone», d'antimétabolites («méthotrexate», «fonorose», stéroïdes hormonaux. Dans le contexte d’une administration orale prolongée de contraceptifs complexes, le risque de thrombose augmente avec le développement ultérieur d’une pathologie.
  3. Hépatite A, B, C, rubéole, cytomégalovirus, Epstein-Barr, virus VIH, etc.
  4. Lipides dans les lésions hépatiques non alcooliques, par exemple, dans l'obésité, le diabète sucré, l'hypertension, le déséquilibre des graisses dans le sang.
  5. Blocage des voies biliaires, causant des problèmes de sécrétion de bile dans le duodénum et de son accumulation dans les conduits du foie.
  6. Maladies parasitaires du foie, provoquées par une infection du corps par des amibes, des Giardia, des Ascaris, des Echinococcus, des Schistosomes.
  7. Réactions auto-immunes, perturbations au niveau des gènes, déficit en enzymes.

Les personnes susceptibles de causer des dommages précoces aux hépatocytes sont:

La santé du foie est menacée par les personnes qui prennent souvent des comprimés dans des zones polluées sur le plan écologique, qui ont de mauvaises habitudes et une alimentation malsaine.

  • ayant une maladie du foie avec insuffisance hépatocytaire, débit sanguin réduit dans l’organe;
  • femme (pendant la grossesse, dans la vieillesse et l'âge sénile);
  • régime alimentaire déséquilibré ou nutrition parentérale à long terme en raison d’une nette diminution du poids corporel, végétariens;
  • vivre dans des environnements défavorables, par exemple dans des zones contaminées par des métaux lourds, des insecticides, des dioxines et d'autres toxines;
  • les produits de nettoyage domestiques excessivement utilisés au quotidien;
  • prendre en même temps trois types de drogues ou plus.
Retour à la table des matières

Traitement et prévention

Pour que la récupération des hépatocytes réussisse, il est tout d'abord important d'éliminer l'impact du facteur négatif à l'origine de la maladie, par exemple:

  • exclure les traitements non contrôlés avec des médicaments;
  • renoncer complètement à l'alcool;
  • mener une vie active;
  • reposez-vous et dormez bien;
  • revoir la nutrition en faveur d'une nutrition adéquate.

Peut nécessiter une relocalisation et une occupation.

  • Thérapie de régime. Particulièrement efficace lorsqu’il est utilisé à un stade précoce, lorsque les hépatocytes n’ont pas perdu leur capacité de se réparer. Nourriture - fractionnée, en petites portions. Le régime alimentaire médicinal devrait inclure:
  1. poisson, fruits de mer;
  2. céréales céréales;
  3. pain de grains entiers;
  4. lait aigre;
  5. décoctions sur les os;
  6. œufs à la coque;
  7. huiles végétales;
  8. légumes bouillis, fruits frais avec des baies désossées;
  9. fruits secs, noix;
  10. curcuma, ail;
  11. chérie
  • Nettoyage périodique du foie. Avant de passer à un régime thérapeutique (1 à 2 fois par an), le corps doit être nettoyé. Pour ce faire, utilisez la méthode de détection à l'aveugle avec magnésie ou d'autres méthodes populaires de nettoyage avec des moyens improvisés pouvant être appliquées à la maison.
  • Traitement médicamenteux. Les médicaments de récupération des hépatocytes sont dotés des tâches suivantes:
  1. protéger et réparer les cellules endommagées;
  2. démarrer la synthèse de nouveaux hépatocytes;
  3. ils activent la capacité de croissance des cellules et absorbent les fonctions des hépatocytes endommagés, ce qui permet au foie de faire son travail pleinement jusqu'à l'élimination des dommages;
  4. normaliser la synthèse et l'écoulement de la bile.

De telles préparations contiennent des acides aminés, des phospholipides, des enzymes qui jouent un rôle important dans la protection des membranes extracellulaires. Ceux-ci incluent des représentants d'origine naturelle, synthétisés à partir d'extraits du foie d'animaux. Certains d'entre eux sont combinés. Exemples: Heptral, Gepabene, Karsil, Esentiale, Galstena, Hofitol, Allohol, Ursofalk.

  • Remèdes populaires. Les recettes sont utilisées en complément de la thérapie principale. Populaire:
  1. thé de stigmates et de poteaux de maïs;
  2. boire de l'eau miel dilué avec de la cannelle;
  3. infusion mixte de jus de citron, vinaigre de cidre, miel, huile d’olive;
  4. confiture de fleurs de pissenlit dans de l’eau, parfumée au jus de citron, au sucre;
  5. jus de bardane peut.

FOIE

Le foie, la plus grande glande du corps des vertébrés. Chez l'homme, il représente environ 2,5% du poids corporel, une moyenne de 1,5 kg chez l'homme adulte et 1,2 kg chez la femme. Le foie est situé dans l'abdomen supérieur droit; il est attaché par des ligaments au diaphragme, à la paroi abdominale, à l'estomac et aux intestins, et est recouvert d'une fine gaine fibreuse - une capsule de Glisson. Le foie est un organe souple mais dense de couleur brun-rouge et se compose généralement de quatre lobes: un grand lobe droit, une gauche plus petite et une queue beaucoup plus petite et des lobes carrés formant la surface inférieure arrière du foie.

Fonctions

Le foie est un organe vital qui remplit de nombreuses fonctions. L'un des principaux est la formation et la sécrétion de bile, un liquide clair orange ou jaune. La bile contient des acides, des sels, des phospholipides (graisses contenant un groupe phosphate), du cholestérol et des pigments. Les sels d'acides biliaires et d'acides biliaires libres émulsionnent les graisses (c'est-à-dire se divisent en petites gouttelettes), facilitant ainsi leur digestion; convertir les acides gras en formes solubles dans l'eau (ce qui est nécessaire pour l'absorption des acides gras eux-mêmes et des vitamines liposolubles A, D, E et K); avoir une action antibactérienne.

Tous les nutriments absorbés dans le sang par le tube digestif, les produits de la digestion des glucides, des protéines et des graisses, des minéraux et des vitamines passent par le foie et y sont transformés. En même temps, une partie des acides aminés (fragments de protéines) et une partie des graisses sont converties en hydrates de carbone. Le foie est donc le plus grand «dépôt» de glycogène dans le corps. Il synthétise des protéines plasmatiques - globulines et albumine, ainsi que des réactions de conversion d'acides aminés (désamination et transamination). La désamination - élimination des groupes amino contenant de l'azote des acides aminés - permet d'utiliser ces derniers, par exemple, pour la synthèse d'hydrates de carbone et de graisses. La transamination est le transfert d'un groupe amino d'un acide aminé à un acide céto pour former un autre acide aminé (voir METABOLISM). Dans le foie, les corps cétoniques (produits métaboliques des acides gras) et le cholestérol sont également synthétisés.

Le foie est impliqué dans la régulation du glucose (sucre) dans le sang. Si ce niveau augmente, les cellules hépatiques convertissent le glucose en glycogène (une substance similaire à l'amidon) et le déposent. Si la teneur en glucose dans le sang tombe en dessous de la normale, le glycogène est divisé et le glucose pénètre dans le sang. De plus, le foie est capable de synthétiser le glucose à partir d'autres substances, telles que les acides aminés; Ce processus s'appelle la gluconéogenèse.

Une autre fonction du foie est la détoxification. Les médicaments et autres composés potentiellement toxiques peuvent être convertis dans les cellules du foie en une forme soluble dans l’eau, ce qui leur permet d’être éliminés comme faisant partie de la bile; ils peuvent également être détruits ou conjugués (combinés) avec d'autres substances pour former des produits inoffensifs et facilement excrétés. Certaines substances sont temporairement déposées dans les cellules de Kupffer (cellules spéciales absorbant les particules étrangères) ou dans d'autres cellules du foie. Les cellules de Kupffer sont particulièrement efficaces pour éliminer et détruire les bactéries et autres particules étrangères. Grâce à eux, le foie joue un rôle important dans la défense immunitaire de l'organisme. Possédant un réseau dense de vaisseaux sanguins, le foie sert également de réservoir de sang (il contient toujours environ 0,5 litre de sang) et participe à la régulation du volume sanguin et du débit sanguin dans le corps.

En général, le foie remplit plus de 500 fonctions différentes et son activité n'a pas encore pu être reproduite artificiellement. Le retrait de cet organe entraîne inévitablement la mort en 1 à 5 jours. Cependant, le foie possède une énorme réserve interne, il a une capacité étonnante à récupérer des dommages, de sorte que les humains et les autres mammifères puissent survivre même après avoir retiré 70% du tissu hépatique.

La structure

La structure complexe du foie est parfaitement adaptée pour remplir ses fonctions uniques. Les actions sont constituées de petites unités structurelles - des tranches. Dans le foie humain, il y en a environ cent mille, de 1,5 à 2 mm de long et de 1 à 1,2 mm de large. Le lobule est constitué de cellules hépatiques - des hépatocytes situés autour de la veine centrale. Les hépatocytes s'unissent en couches d'une cellule épaisse - la soi-disant. plaques hépatiques. Ils divergent radialement de la veine centrale, se ramifient et se connectent les uns aux autres, formant un système complexe de parois; des espaces étroits entre eux, remplis de sang, sont appelés sinusoïdes. Les sinusoïdes sont équivalents aux capillaires; en passant l'un dans l'autre, ils forment un labyrinthe continu. Les lobules hépatiques sont alimentés en sang par les branches de la veine porte et de l'artère hépatique, et la bile formée dans les lobules pénètre dans le système tubulaire, puis dans les canaux biliaires et hors du foie.

La veine porte du foie et l'artère hépatique fournissent au foie un double apport inhabituel de sang. Du sang enrichi en nutriments provenant des capillaires de l'estomac, des intestins et de plusieurs autres organes est recueilli dans la veine porte, qui au lieu de transporter le sang vers le cœur, comme la plupart des autres veines, le transporte vers le foie. Dans les lobules du foie, la veine porte se désintègre en un réseau de capillaires (sinusoïdes). Le terme «veine porte» indique la direction inhabituelle du transport du sang des capillaires d'un organe aux capillaires d'un autre (les reins et l'hypophyse ont un système circulatoire similaire).

La deuxième source d'approvisionnement en sang vers le foie, l'artère hépatique, transporte le sang riche en oxygène du cœur aux surfaces extérieures des lobules. La veine porte fournit 75 à 80%, et l'artère hépatique fournit 20 à 25% de l'apport sanguin total au foie. En général, environ 1500 ml de sang traversent le foie par minute, c.-à-d. un quart du débit cardiaque. Le sang des deux sources aboutit dans les sinusoïdes, où il se mélange et va dans la veine centrale. À partir de la veine centrale, le sang s'écoule vers le cœur par les veines lobaires du foie (à ne pas confondre avec la veine porte du foie).

La bile est sécrétée par les cellules du foie dans les plus petits tubes entre les cellules - les capillaires biliaires. Sur le système interne des tubules et des canaux, il est collecté dans le canal biliaire. Une partie de la bile va directement dans le canal biliaire commun et se déverse dans l'intestin grêle, mais la plus grande partie du canal cystique est ramenée dans la vésicule biliaire, un petit sac dont les parois musculaires sont fixées au foie. Lorsque la nourriture pénètre dans l'intestin, la vésicule biliaire se contracte et en jette le contenu dans le canal biliaire commun, qui s'ouvre dans le duodénum. Le foie humain produit environ 600 ml de bile par jour.

Triade de portail et acinus.

Les branches de la veine porte, de l'artère hépatique et de la voie biliaire sont situées à proximité, à la limite extérieure des lobules et constituent la triade porte. Sur la périphérie de chaque lobule, il existe plusieurs triades portales.

L'unité fonctionnelle du foie est l'acinus. C'est la partie du tissu qui entoure la triade porte et comprend les vaisseaux lymphatiques, les fibres nerveuses et les secteurs adjacents de deux segments ou plus. Un acinus contient environ 20 cellules hépatiques situées entre la triade porte et la veine centrale de chaque lobule. Dans une image en deux dimensions, un simple acini ressemble à un groupe de vaisseaux entourés de parties adjacentes des lobules, et en trois dimensions à une baie (acinus - latin. Berry) suspendue à une tige de sang et de vaisseaux biliaires. L'acinus, dont le réseau microvasculaire comprend les vaisseaux sanguins et lymphatiques, les sinusoïdes et les nerfs énumérés ci-dessus, est une unité microcirculatoire du foie.

Les cellules du foie

(hépatocytes) ont la forme de polyèdres, mais ils ont trois surfaces fonctionnelles principales: sinusoïdale, face au canal sinusoïdal; tubulaire - participant à la formation de la paroi du capillaire biliaire (il n’a pas de paroi propre); et extracellulaire - directement adjacente aux cellules hépatiques adjacentes.

Dysfonctionnement du foie.

Le foie ayant de nombreuses fonctions, ses troubles fonctionnels sont extrêmement divers. Dans les maladies du foie augmente la charge sur le corps et sa structure peut être endommagée. Le processus de récupération du tissu hépatique, y compris la régénération des cellules hépatiques (formation de nœuds de régénération), est bien étudié. En particulier, en cas de cirrhose du foie, la régénération pervertie du tissu hépatique se produit avec une mauvaise disposition des vaisseaux se formant autour des nœuds des cellules; en conséquence, le flux sanguin est perturbé dans l'organe, ce qui conduit à la progression de la maladie.

La jaunisse, une peau jaune, une sclérotique (protéine oculaire; ici, le changement de couleur est le plus perceptible) et d'autres tissus sont un symptôme courant des maladies du foie, reflétant l'accumulation de bilirubine (pigment biliaire jaune rougeâtre) dans les tissus corporels.

Animaux du foie.

Si une personne a un foie qui a 2 lobes principaux, alors pour d'autres mammifères, ces lobes peuvent être divisés en plus petits, et il existe des espèces dans lesquelles le foie est constitué de 6 et même 7 lobes. Chez les serpents, le foie est représenté par un lobe allongé. Le foie de poisson est relativement gros; chez les poissons qui utilisent de l'huile de foie pour augmenter leur flottabilité, il présente une grande valeur économique en raison de sa teneur élevée en graisses et en vitamines.

De nombreux mammifères, tels que les baleines et les chevaux, et de nombreux oiseaux, tels que les pigeons, sont dépourvus de vésicule biliaire; cependant, on le trouve chez tous les reptiles, les amphibiens et la plupart des poissons, à l'exception de quelques espèces de requins.

Les hépatocytes sont des cellules étonnantes

La plus grande glande de notre corps est le foie. Son poids est de 1,5 kg. Il est situé dans la cavité abdominale supérieure, principalement dans l'hypochondre droit. Quand dans cet endroit nous ressentons un malaise, nous disons: "Le foie fait mal." On considère que s'il n'y a pas de douleur dans l'hypochondre droit, le foie va bien. Cependant, c'est loin d'être le cas. En fait, le foie ne fait pas mal, car il n’ya pas de terminaison nerveuse. Pour cette raison, nous ne savons pas ce qui se passe avec l'organe. Le foie est «silencieux» même lorsque des processus destructeurs irréversibles y commencent. S'il y a une douleur au côté droit - c'est une violation de la vésicule biliaire, des voies biliaires.

Le foie est un organe incroyablement laborieux et unique qui fonctionne sans relâche tout au long de la vie et aide le corps à exécuter ses fonctions de base. Bien sûr, une personne n'a pas d'organes supplémentaires ou inutiles. Mais sans membres, sans rein, sans partie de l'estomac ou des intestins, même sans rate, une personne peut vivre. Le corps s'adapte à la vie sans aucun organe, compensant ainsi son manque de réserves. Et seulement sans foie, aussi bien que sans coeur, le corps humain ne peut pas vivre.

A quoi sert un foie?

Le but principal du foie - le filtre principal dans le corps. Cela signifie que la tâche principale du foie est la désintoxication, c'est-à-dire utilisation et élimination des toxines du corps humain. Mais parallèlement à cette fonction, il en exécute également un certain nombre:

  • la production et l'élimination des cellules biliaires hépatiques sont impliquées dans la formation de la bile qui, par les voies biliaires, pénètre directement dans la vésicule biliaire. La concentration de la bile se produit dans la vésicule biliaire. Chaque jour, le foie produit de 800 à 1 000 ml de bile, qui participe à la digestion des graisses dans l'intestin grêle.
  • fonction métabolique - le foie est impliqué dans le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines;
  • désintoxication - il existe de nombreuses toxines, produits de décomposition et autres substances nocives dans le corps humain. Le foie les neutralise afin qu'ils ne puissent pas nuire à d'autres organes;
  • fonction hématopoïétique - le foie est l’un des principaux organes hématopoïétiques;
  • coagulation du sang - toutes les substances impliquées dans le processus de coagulation du sang sont produites par le foie;
  • fonction immunitaire - le foie est inextricablement lié au système immunitaire, car il détruit les substances nocives dans le corps;
  • fonction de la régulation du volume sanguin - le foie participe activement à la régulation du volume sanguin circulant;
  • régulation du processus hydroélectrolyte - un foie en bonne santé aide le corps à maintenir l'équilibre électrolytique.

Hépatocytes: qu'est-ce que c'est?

Le foie, comme tout autre tissu organique, est constitué de cellules appelées hépatocytes. Les hépatocytes représentent 60% à 85% de la masse totale du foie. C'est environ 300 milliards de cellules. Les cellules du corps humain sont stables, c'est-à-dire ayant un nombre limité de divisions, et labile, c'est-à-dire se divisant constamment, telles que les cellules épidermiques. Les hépatocytes sont des cellules stables qui occupent la place principale dans le métabolisme intermédiaire.

Les cellules du foie ont une forme hexagonale, contiennent un noyau et un grand nombre d'enzymes. Les hépatocytes sont disposés en paires et forment des colonnes - les faisceaux hépatiques, qui sont combinés en lobules hépatiques. La fonction principale du lobule hépatique est la production de bile et sa production dans les canaux biliaires.

Les cellules hépatiques ont des surfaces de contact qui assurent une connexion étroite et ne permettent pas au sang et à la bile de se mélanger. Les cellules hépatiques sont situées autour de la veine centrale, formant des fissures qui se remplissent de sang. Le système circulatoire du foie a une structure assez compliquée, car 1,5 litres de sang passe dans le foie en 1 minute.

Les cellules hépatiques se présentent sous plusieurs formes:

  • Cellules endothéliales - créent une barrière entre les capillaires et les hépatocytes directement.
  • Cellules étoiles - responsables de l'écoulement du liquide tissulaire dans les vaisseaux lymphatiques.
  • Kupffer cells - protège le foie en cas d'ingestion d'agents infectieux ou de lésion du foie.
  • Fosses - Eliminez les hépatocytes infectés par un virus et toxiques pour les cellules cancéreuses.

Fait intéressant

Le foie a une capacité unique à se guérir. Seul le foie peut régénérer ses cellules. Il arrive parfois que pour le restaurer, il vous suffit de supprimer les facteurs traumatiques. Aucun autre organe n'a plus cette capacité. Dans les mythes de la Grèce antique, il existe une légende sur Prométhée, enchaîné à un rocher. Chaque jour, un aigle volait à l'intérieur, qui picorait le foie de Prométhée. Mais pendant la nuit, le foie a été restauré et, dans l'après-midi, l'aigle a de nouveau volé pour picorer le foie. Ainsi, les tourments de Prométhée ne se sont pas arrêtés. Il y a une part de vérité dans ce récit: les cellules du foie peuvent en fait récupérer.

L'auto-guérison du foie n'est pas encore complètement comprise. Cependant, les dernières recherches scientifiques ont permis de découvrir que les hépatocytes sont simplement divisés de la manière habituelle. Lorsque l'organe est complètement restauré, le processus de division prend fin et les cellules du foie redeviennent stables. Le processus de récupération du foie est un processus long. Bien sûr, cela se produit plus rapidement chez les jeunes et ralentit avec l’âge. Mais pour commencer le processus de régénération cellulaire, une condition est nécessaire: l'absence de facteurs traumatiques. Cela suffit souvent pour que la maladie recule. Mais cela est possible dans les premiers stades de la maladie. Plus l'état du foie est négligé, plus le processus de récupération cellulaire est lent et, avec des modifications irréversibles, il n'est plus possible.

Causes des dommages causés par les hépatocytes

Le foie est exposé quotidiennement à des effets négatifs. Peu importe la façon dont nous essayons de le protéger, les mauvaises conditions environnementales, les aliments malsains, les nombreux stress, le manque d’exercice, le manque de sommeil et d’autres facteurs perturbent systématiquement le travail de cet organe unique, et donc les fonctions des cellules du foie.

Outre les facteurs susmentionnés, les causes suivantes affectent le dysfonctionnement des hépatocytes:

  • diverses maladies du foie de nature inflammatoire ou infectieuse;
  • mauvaises habitudes, notamment l’usage d’alcool, de nicotine, de stupéfiants;
  • surpoids;
  • l'abus d'aliments gras, épicés et frits;
  • médicaments dans le traitement d'autres maladies - antibiotiques, AINS, médicaments anticancéreux et beaucoup d'autres;
  • l'automédication;
  • repas tardif;
  • effort physique intense;
  • vieillissement physiologique du corps;
  • prédisposition génétique.

Lorsque les hépatocytes sont affectés, des modifications pathologiques se produisent, comme une dégénérescence ou une nécrose des cellules. La nécrose peut provoquer la mort des hépatocytes. Les processus pathologiques de l'activité vitale des cellules entraînent une perturbation des fonctions du foie et le développement de ses maladies, par exemple des processus inflammatoires, une fibrose, une dégénérescence graisseuse, etc. Si environ 80% des cellules du foie sont touchées, une insuffisance hépatique se développe, pouvant entraîner la mort.

Comment aider les hépatocytes

Malgré le fait que le foie n’ait jamais et personne n’a mal, il reste encore des signes qui permettent de comprendre que tout n’est pas en ordre avec le foie. Cela peut être une sensation de lourdeur ou d'inconfort dans l'hypochondre droit, diverses éruptions cutanées telles que l'urticaire, des démangeaisons, des maux de dos fréquents, une carie dentaire rapide, un sommeil médiocre, une irritabilité, une angine de poitrine, une douleur ou mobilité réduite, des réactions allergiques, etc. Faiblesse générale, fatigue, manque de sommeil, irritabilité fréquente, manque d'appétit, perte de poids, élévation périodique de la température corporelle sans raison apparente, légers changements de la couleur de la peau sur les surfaces fléchisseurs. tyah - ce sont aussi des symptômes auxquels vous devez absolument faire attention et consulter un médecin pour vous faire tester.

Aux premières manifestations de signes d’altération de la fonction hépatique, il est nécessaire de prendre des mesures pour la restaurer. Tant que le processus n’est pas allé très loin, une nutrition adéquate peut aider. Le régime alimentaire devrait contenir des aliments qui affectent la récupération des hépatocytes.

Il s’agit de poisson, fruits de mer, pain de grains entiers, produits laitiers, œufs de poule, huile végétale, légumes bouillis, baies et fruits frais, dans lesquels il n’ya pas de petites graines, etc. Les aliments doivent être fractionnés, c.-à-d. 5-6 fois par jour en petites portions.

Les médicaments que seul un médecin devrait prescrire aideront à rétablir le travail du foie. Les médicaments devraient aider à protéger et à restaurer les hépatocytes, stimuler la formation de nouvelles cellules hépatiques, activer la formation de bile et son écoulement, nettoyer le foie des toxines et avoir un effet anti-inflammatoire.

Le plus souvent, ces médicaments sont fabriqués à partir de matières végétales, mais ils peuvent aussi avoir une composition combinée. Lorsque les cellules du foie sont détruites, leur tissu est remplacé par un tissu fibreux. Les hépatoprotecteurs ont pour tâche d’arrêter la formation de tissu fibreux et d’accélérer sa destruction. La plupart des médicaments remplissent cette fonction indirectement, et ceux qui agissent directement sur ce processus sont peu nombreux. Par conséquent, les experts tentent de choisir les hépatoprotecteurs à effet antifibrotique direct.

Le foie est un organe unique dont la santé dépend en grande partie de nous. Notre tâche consiste à en prendre soin, en prêtant attention aux éventuels dysfonctionnements dans le temps et en aidant les cellules du foie à fonctionner de manière optimale, en empêchant leur destruction.

Biologie et médecine

Foie: informations générales

Le foie est le plus grand des organes internes impliqués dans l'homéostasie. Chez l'homme, le foie est de grande taille et représente 3 à 5% de la masse corporelle totale. Il est situé directement sous le diaphragme, qui est attaché au ligament croissant. Il se compose de plusieurs lobes et sa forme peut varier en fonction de la quantité de sang qu'il contient. À l'extérieur, le foie est entouré d'une coquille composée de deux couches: la couche externe est formée par un péritoine lisse et humide du foie et la couche interne est une capsule de glisson fibreuse du foie qui entoure toutes les structures entrant et sortant du foie. Les fibres de la capsule de glisson situées à l'intérieur du foie soutiennent sa forme. La masse du foie d'un adulte correspond à environ 1/3 de son poids (1,5 à 2 kg), chez un nouveau-né, à 1/20 (environ 135 g) et occupe la majeure partie de la cavité abdominale. Le foie est impliqué dans le métabolisme des protéines, glucides, lipides, vitamines, etc. Le zanshtnaya, le neutralisant, le choléra, etc., fait partie des nombreuses fonctions du foie. Dans la période utérine, le foie est un organe hématopoïétique important.

Le foie est situé à droite sous le diaphragme, seule une petite partie provient d'un adulte situé à gauche de la ligne médiane. Le bord du foie est tranchant. La surface antérieure-supérieure (diaphragmatique) est convexe en fonction de la concavité du diaphragme. Le foie est recouvert d'une gaine de tissu conjonctif (capsule de Glisson). Les couches intermédiaires du tissu conjonctif à l'intérieur du foie divisent sa perekhimy en lobules prismatiques hexagonaux, d'environ 1,5 mm de diamètre (lobules classiques). La fonction complexe et multiforme du foie correspond à la nature de son système vasculaire, à la structure et à la fonction des cellules qui forment le tissu hépatique.

Il contrôle de nombreux processus métaboliques qui jouent un rôle important dans le maintien d'une composition sanguine constante. Le foie se développe à partir de la saillie du tube digestif endodermique et bon nombre de ses fonctions sont associées au traitement de l'ingestion de composants alimentaires.

Les cellules du foie sont appelées hépatocytes. Ils contiennent un gros noyau, l'appareil de Golgi, de nombreuses mitochondries et lysosomes, ainsi que de nombreux granules de glycogène et gouttelettes lipidiques. Ils sont étroitement adjacents les uns aux autres et sur la surface faisant face aux capillaires sanguins, ils ont des microvillosités à travers lesquelles se produit l’échange de substances entre les hépatocytes et le sang.

Outre les hépatocytes dans le foie, il existe des éléments nerveux et des cellules associés aux vaisseaux sanguins et lymphatiques.

En général, la structure interne du foie est assez difficile et n'est pas entièrement comprise. Il repose sur un certain arrangement mutuel d'hépatocytes et de deux systèmes de vaisseaux sanguins qui s'entrelacent avec les voies biliaires du foie (capillaires biliaires du foie). L'unité fonctionnelle du foie s'appelle acini. Il contient des veinules, à partir desquelles se forment des vaisseaux sanguins plus petits, appelés sinusoïdes, qui forment un réseau dense de vaisseaux capillaires et sont séparés les uns des autres par des plaques d'hépatocytes aussi épaisses qu'une cellule. Dans les sinusoïdes, il y a échange de substances entre le sang et les hépatocytes. Cet échange est facilité par la présence dans l’endothélium de pores sinusoïdaux jusqu’à 10 nm de diamètre et de microvillosités à la surface des hépatocytes, en regard des sinusoïdes. La bile, qui se forme dans les hépatocytes, n'entre pas dans les sinusoïdes, mais dans les plus petits capillaires biliaires qui, entrecoupés de sinusoïdes, passent entre des couches adjacentes d'hépatocytes. Les capillaires biliaires font saillie sur les microvillosités des hépatocytes, à travers lesquels la bile est excrétée dans les capillaires par transport actif. Les capillaires biliaires forment un vaste réseau et se rejoignent en petits canaux biliaires, qui se rejoignent dans un canal porte et forment des canaux plus larges, se fondant dans un canal hépatique commun de la bile.

Dans le foie, il existe également des cellules dites de Kupffer, qui sont fixées par des processus cytoplasmiques aux parois des sinusoïdes. Ils ont la capacité de phagocytose et sont impliqués dans la destruction de vieux globules rouges usés et dans l'absorption d'organismes pathogènes.

Pour comprendre la pathogenèse et les manifestations cliniques de la maladie du foie, il est extrêmement important de connaître sa morphologie et sa physiologie. Ainsi, grâce à l’approvisionnement en sang unique provenant de deux sources, dont le système portail, le foie sert de filtre pour la plupart du sang qui coule des organes abdominaux. En conséquence, de nombreuses maladies extrahépatiques entraînent souvent des lésions hépatiques secondaires, tandis que les tumeurs malignes se métastasent souvent en lui.

L'hypertension portale (complications d'une maladie hépatique chronique lorsque la cicatrisation et la régénération entraînent une perturbation de la structure de la microvascularisation intrahépatique) se caractérise par une hypertrophie de la rate et un hypersplénisme, des saignements gastro-intestinaux, des ascites et une encéphalopathie hépatique; toutes ces manifestations s'expliquent par les particularités de la distribution du système portail vasculaire du foie. De même, la connaissance de l’anatomie des voies biliaires permet de comprendre, par exemple, pourquoi une cholécystite aiguë se manifeste par une fièvre et une douleur persistante, et une cholédocholithiase avec une colique biliaire et un ictère; pourquoi une lésion diffuse des voies biliaires intrahépatiques (cholangite sclérosante primitive) est accompagnée de cholestase et non focale (par exemple, une tumeur).

Les manifestations caractéristiques de la maladie du foie sont en grande partie dues aux particularités de sa structure histologique. Il existe divers concepts d'organisation histologique du foie, mais il est plus pratique d'utiliser le schéma du lobule hépatique classique. Conformément à ce schéma, le sang s'écoule de la veine porte à travers les veinules vers la périphérie des lobules et passe à travers les sinusoïdes dans la veine centrale. Les veinules interlobulaires, les artérioles et les voies biliaires forment ce que l'on appelle la triade hépatique. Les caractéristiques de l'apport sanguin des lobules permettent d'expliquer, par exemple, le développement de la nécrose centrolobulaire au cours de l'ischémie du foie. D'autre part, ces caractéristiques permettent au foie de fonctionner malgré l'hypertension portale prononcée, par exemple dans les cas de schistosomiase et de cirrhose biliaire.

Il est également important de connaître le rôle du foie dans le métabolisme. Les hépatocytes sont impliqués dans divers processus métaboliques pouvant être perturbés par des dommages au foie. Cependant, le contraire est également vrai: le foie souffre de nombreux troubles métaboliques congénitaux, y compris diverses maladies d'accumulation, et de troubles moins bien étudiés du métabolisme du fer (hémochromatose et hémosidérose secondaire) et du métabolisme du cuivre (maladie de Wilson).

Les hépatocytes métabolisent de nombreuses substances endogènes (par exemple, la bilirubine) et exogènes (par exemple, l'éthanol et le paracétamol) qui peuvent être toxiques pour l'organisme. Ces substances peuvent être oxydées, réduites et conjuguées à l'aide d'un certain nombre d'enzymes du réticulum endoplasmique. Lorsqu'elles sont conjuguées, les substances insolubles dans l'eau sont converties en dérivés solubles, ce qui facilite grandement leur élimination par le foie. Il n’est pas surprenant que des lésions du parenchyme hépatique puissent entraîner une augmentation de la bilirubine directe (conjuguée) et indirecte (non conjuguée) et de la jaunisse.

Les médicaments en cours de métabolisme hépatique perdent généralement leur activité pharmacologique, mais la formation de dérivés actifs est également possible. De plus, il se forme parfois des dérivés toxiques pour le foie lui-même. Ceci explique la sensibilité sélective du foie au tétrachlorure de carbone, au paracétamol et, plus important encore, à l’éthanol, qui, au premier stade, est converti en acétaldéhyde.

Les hépatocytes sécrètent une multitude de protéines dans le sang et portent des récepteurs pour divers ligands à leur surface. Les récepteurs sont également situés sur les cellules de Kupffer appartenant au système réticulo-endothélial. À l'aide de récepteurs d'asialoglycoprotéines, ces cellules se lient à de nombreuses glycoprotéines sériques et les capturent ensuite par endocytose. Il est possible que certaines de ces substances pénètrent ensuite dans l'hépatocyte et soient sécrétées par celui-ci, complétant ainsi le circuit entérohépatique. Ces substances comprennent l’antigène embryonnaire du cancer, une glycoprotéine et un marqueur des tumeurs. La participation de l'antigène embryonnaire du cancer au métabolisme hépatique explique l'augmentation de sa concentration sérique dans les maladies du foie et des voies biliaires. Les hépatocytes interagissent via des récepteurs spécifiques avec un nombre de substances significativement supérieur à celui des cellules de Kupffer. En plus des récepteurs pour les ligands qui se décomposent dans les lysosomes, les hépatocytes contiennent des récepteurs pour les substances qui se lient au récepteur, subissent certains changements et en sont séparés. Ceux-ci incluent le fer, associé à la transferrine et, plus important encore, les LDL, impliqués dans la régulation du métabolisme du cholestérol.

Dans les maladies d'accumulation héréditaires, la violation du clivage lysosomal de certains ligands conduit à une hépatomégalie et à diverses lésions infiltrantes du foie.

Les violations de la voie de l'endocytose par ligand non lysosomale entraînent également des maladies systémiques.

On ignore si le tropisme pour les hépatocytes d'agents pathogènes du foie est dû à des récepteurs spécifiques ou à d'autres composants de la membrane cellulaire, mais c'est ce tropisme qui explique notamment la destruction massive d'hépatocytes et les symptômes correspondants de l'hépatite virale. Dans le même temps, les hépatocytes peuvent être infectés par des agents pathogènes non hépatotropes, notamment de nombreux virus (par exemple, le virus d'Epstein-Barr), des bactéries et des parasites. En raison des particularités de son approvisionnement en sang, le foie est souvent affecté par des infections disséminées.

La dernière caractéristique importante du foie est sa capacité à se régénérer. Bien que seules les cellules en division séparées soient visibles dans le parenchyme normal du foie, après sa résection (chez l'homme et chez l'animal), une régénération rapide se produit, due à la fois à la prolifération et à l'hypertrophie des hépatocytes. La capacité du foie à se régénérer est indiquée par son rétablissement complet après une hépatite virale ou une hépatite fulminante toxique (si le patient ne décède pas pendant la période aiguë). Une violation de l'architecture du foie due à une régénération associée à une fibrose joue un rôle majeur dans le développement de la cirrhose. Ces processus entraînent une altération de la circulation sanguine dans le parenchyme et un fonctionnement inégal des hépatocytes en raison d'une perturbation de la structure normale des lobules.

Les cellules du foie s'appellent

Le foie est l'un des principaux organes du corps humain. L'interaction avec l'environnement externe est assurée avec la participation du système nerveux, du système respiratoire, du tractus gastro-intestinal, des systèmes cardiovasculaire, endocrinien et du système des organes en mouvement.

Une variété de processus se produisant dans le corps est due au métabolisme ou au métabolisme. Les systèmes nerveux, endocrinien, vasculaire et digestif sont particulièrement importants pour le bon fonctionnement du corps. Dans le système digestif, le foie occupe l’une des positions dominantes et remplit les fonctions de centre de traitement chimique, de formation (synthèse) de nouvelles substances, de centre de neutralisation de substances toxiques (nocives) et de l’organe endocrinien.

Le foie participe aux processus de synthèse et de décomposition des substances, aux interconversions d'une substance en une autre, à l'échange des composants principaux du corps, à savoir le métabolisme des protéines, des graisses et des glucides (sucres), et est un organe à activité endocrinienne. Nous notons en particulier que le foie se décompose, synthétise et dépose des glucides et des graisses, décompose les protéines en ammoniaque, synthétise des gemmes (base de l'hémoglobine), synthétise de nombreuses protéines sanguines et un métabolisme intensif en acides aminés.

Les composants alimentaires préparés lors des étapes de traitement précédentes sont absorbés dans le sang et distribués principalement au foie. Il convient de noter que si des substances toxiques pénètrent dans les composants alimentaires, elles entrent également dans le foie. Le foie est la plus grande usine de traitement chimique primaire du corps humain, où se déroulent des processus métaboliques qui affectent tout le corps.

Fonction hépatique

1. Les fonctions de barrière (de protection) et de neutralisation consistent en la destruction de produits toxiques du métabolisme des protéines et de substances nocives absorbées dans l'intestin.

2. Le foie est la glande digestive qui produit la bile qui entre dans le duodénum par le canal excréteur.

3. Participation à tous les types de métabolisme dans le corps.

Considérez le rôle du foie dans les processus métaboliques du corps.

1. Métabolisme des acides aminés (protéines). Synthèse d'albumine et de partiellement des globulines (protéines sanguines). Parmi les substances qui passent du foie dans le sang, en premier lieu en raison de leur importance pour le corps, vous pouvez ajouter des protéines. Le foie est le site principal de la formation d'un certain nombre de protéines sanguines, fournissant une réaction complexe de coagulation du sang.

Un certain nombre de protéines synthétisées dans le foie sont impliquées dans les processus d'inflammation et de transport de substances dans le sang. C'est pourquoi l'état du foie affecte de manière significative l'état du système de coagulation du sang, la réponse du corps à tout effet, accompagnée d'une réaction inflammatoire.

Par le biais de la synthèse de protéines, le foie participe activement aux réactions immunologiques du corps, qui sont à la base de la protection du corps humain contre l'action de facteurs infectieux ou d'autres facteurs immunologiquement actifs. De plus, le processus de protection immunologique de la muqueuse gastro-intestinale comprend l’atteinte directe du foie.

Des complexes protéiques se forment dans le foie avec des lipides (lipoprotéines), des glucides (glycoprotéines) et des complexes vecteurs (transporteurs) de certaines substances (par exemple, la transferrine de fer).

Dans le foie, les produits de dégradation des protéines entrant dans l'intestin avec de la nourriture sont utilisés pour synthétiser de nouvelles protéines dont le corps a besoin. Ce processus s'appelle la transamination des acides aminés et les enzymes impliquées dans le métabolisme sont appelées transaminases.

2. Participation à la décomposition des protéines en leurs produits finaux, à savoir l'ammoniac et l'urée. L'ammoniac est un produit permanent de la dégradation des protéines, tout en étant toxique pour le système nerveux. systèmes de substances. Le foie fournit un processus constant de conversion de l'ammoniac en une substance peu toxique, l'urée, cette dernière étant excrétée par les reins.

Lorsque la capacité du foie à neutraliser l'ammoniac diminue, son accumulation dans le sang et le système nerveux se produit, ce qui s'accompagne de troubles mentaux et se termine par un arrêt complet du système nerveux - le coma. Ainsi, nous pouvons affirmer sans crainte que l’état du cerveau humain est fortement dépendant du travail correct et complet de son foie;

3. Échange de lipides (graisses). Les plus importants sont les processus de scission des graisses en triglycérides, la formation d’acides gras, le glycérol, le cholestérol, les acides biliaires, etc. Dans ce cas, les acides gras à chaîne courte se forment exclusivement dans le foie. De tels acides gras sont nécessaires au plein travail des muscles squelettiques et du muscle cardiaque en tant que source d'obtention d'une proportion importante d'énergie.

Ces mêmes acides sont utilisés pour générer de la chaleur dans le corps. Le cholestérol est synthétisé dans le foie à 80-90%. D'une part, le cholestérol est une substance nécessaire à l'organisme, d'autre part, le cholestérol en violation de son transport se dépose dans les vaisseaux et provoque le développement de l'athérosclérose. Tout cela permet de tracer le lien du foie avec le développement de maladies du système vasculaire;

4. Métabolisme des glucides. Synthèse et décomposition du glycogène, conversion du galactose et du fructose en glucose, oxydation du glucose, etc.

5. Participation à l'assimilation, au stockage et à la formation de vitamines, notamment de A, D, E et du groupe B;

6. Participation au métabolisme du fer, du cuivre, du cobalt et d'autres oligo-éléments nécessaires à la formation du sang;

7. Implication du foie dans l'élimination des substances toxiques. Les substances toxiques (en particulier celles de l’extérieur) sont soumises à une distribution inégale dans le corps. Une étape importante de leur neutralisation est l'étape de modification de leurs propriétés (transformation). La transformation conduit à la formation de composés ayant une capacité toxique moindre ou supérieure à celle de la substance toxique ingérée dans le corps.

Élimination

1. Échange de bilirubine. La bilirubine est souvent formée à partir des produits de dégradation de l'hémoglobine libérée par le vieillissement des globules rouges. Chaque jour, 1 à 1,5% des globules rouges sont détruits dans le corps humain. En outre, environ 20% de la bilirubine est produite dans les cellules du foie.

Une perturbation du métabolisme de la bilirubine entraîne une augmentation de son contenu dans le sang - une hyperbilirubinémie, qui se manifeste par un ictère;

2. Participation aux processus de coagulation du sang. Les cellules du foie produisent des substances nécessaires à la coagulation du sang (prothrombine, fibrinogène), ainsi qu'un certain nombre de substances qui ralentissent ce processus (héparine, antiplasmin).

Le foie est situé sous le diaphragme, dans la partie supérieure droite de la cavité abdominale. Normalement, il n'est pas palpable chez l'adulte, car il est recouvert de côtes. Mais chez les petits enfants, il peut dépasser sous les côtes. Le foie a deux lobes: droit (grand) et gauche (plus petit) et recouvert d'une capsule.

La surface supérieure du foie est convexe et la partie inférieure légèrement concave. Sur la face inférieure, au centre, se trouvent des portes particulières du foie à travers lesquelles passent les vaisseaux, les nerfs et les voies biliaires. Dans la cavité sous le lobe droit se trouve la vésicule biliaire, qui stocke la bile, produite par les cellules du foie, appelées hépatocytes. Par jour, le foie produit de 500 à 1200 millilitres de bile. La bile se forme continuellement et son entrée dans l'intestin est associée à la prise de nourriture.

La bile

La bile est un liquide jaune composé d’eau, de pigments et d’acides biliaires, de cholestérol et de sels minéraux. Par le canal biliaire commun, il est sécrété dans le duodénum.

La libération de bilirubine par le foie via la bile assure l'élimination du sang toxique pour le corps, résultant de la dégradation naturelle constante de l'hémoglobine (la protéine des globules rouges). Pour les violations sur. À n'importe quel stade de l'extraction de la bilirubine (dans le foie même ou la sécrétion biliaire le long des canaux hépatiques), la bilirubine s'accumule dans le sang et les tissus, ce qui se manifeste sous la forme d'une peau et d'une sclérotique jaunes, c'est-à-dire du développement d'un ictère.

Acides biliaires (cholates)

Les acides biliaires (cholates), associés à d'autres substances, assurent un métabolisme stationnaire du cholestérol et son excrétion dans la bile, tandis que le cholestérol dans la bile est dissout ou plutôt enfermé dans les plus petites particules assurant l'excrétion du cholestérol. Des perturbations dans le métabolisme des acides biliaires et d'autres composants qui assurent l'élimination du cholestérol s'accompagnent de la précipitation de cristaux de cholestérol dans la bile et de la formation de calculs biliaires.

Le maintien d'un échange stable d'acides biliaires implique non seulement le foie, mais également l'intestin. Dans les parties droites du gros intestin, les cholates sont réabsorbés dans le sang, ce qui assure la circulation des acides biliaires dans le corps humain. Le réservoir principal de la bile est la vésicule biliaire.

La vésicule biliaire

Lorsque les violations de ses fonctions sont également des violations marquées de la sécrétion de la bile et des acides biliaires, ce qui est un autre facteur contribuant à la formation de calculs biliaires. Dans le même temps, les substances de la bile sont nécessaires à la digestion complète des graisses et des vitamines liposolubles.

Avec un manque prolongé d'acides biliaires et de certaines autres substances de la bile, il se forme un manque de vitamines (hypovitaminose). L'accumulation excessive d'acides biliaires dans le sang en violation de leur excrétion avec la bile s'accompagne de démangeaisons douloureuses de la peau et de modifications du pouls.

Une caractéristique du foie est qu’il reçoit le sang veineux des organes abdominaux (estomac, pancréas, intestins, etc.) qui, agissant par la veine porte, est débarrassé des substances nocives par les cellules du foie et pénètre dans la veine cave inférieure. le coeur Tous les autres organes du corps humain ne reçoivent que du sang artériel et veineux.

L'article utilise des matériaux de sources ouvertes: Auteur: Trofimov S. - Livre: "Maladies du foie"

Enquête:

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez le fragment de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Partager la publication "Fonctions du foie dans le corps humain"

Grande Encyclopédie du Pétrole et du Gaz

Cellule - Foie

Les cellules hépatiques produisent et sécrètent la bile, KOTOf est recueilli dans la vésicule biliaire et entre dans l’ulcère duodénal pour participer au processus digestif. Il remplit plusieurs fonctions: il augmente de manière spectaculaire la lipase; émulsionne les graisses, ce qui contribue à améliorer l'interaction avec la lipase; participe à l'absorption des acides gras; améliore la motilité intestinale (péristaltisme). [1]

Les cellules du foie sont appelées hépatocytes. En plus d’eux, il n’ya dans le foie que des éléments nerveux et des cellules associés aux vaisseaux sanguins et lymphatiques. Les hépatocytes contiennent de gros noyaux, un appareil de Golgi bien développé, un grand nombre de mitochondries et de lysomes, ainsi que de nombreux granules de glycogène et gouttelettes de graisse. Les hépatocytes sont étroitement liés les uns aux autres et, aux points de contact avec les capillaires sanguins, forment des microvillosités par lesquelles s'effectue l’échange de substances entre les hépatocytes et le sang. [3]

Les mitochondries des cellules hépatiques contiennent environ 17 000 ensembles respiratoires, comme le montre le nombre de cytochromes. [4]

Les dommages aux cellules du foie entraînent une violation de leurs fonctions. L'excrétion de la bilirubine directe dans les capillaires biliaires est altérée. Il entre partiellement dans la circulation sanguine, où son contenu augmente. La bilirubine directe est capable de passer à travers la barrière rénale, elle est donc détectée dans les urines. [5]

Les dommages aux cellules hépatiques peuvent être causés par divers facteurs: maladies infectieuses (généralement virales); toxines, drogues (paracétamol), alcool; hypoxie et / ou stase sanguine dans l'insuffisance cardiaque, le coma; blocage prolongé de la voie biliaire. [6]

Les membranes cellulaires du foie, contrairement à la membrane cellulaire du tissu adipeux et des fibres musculaires, sont librement perméables au glucose et en l'absence d'insuline. On pense que cette hormone agit directement sur le métabolisme des glucides dans les cellules du foie, en activant la synthèse de glycogène. [7]

Dans les cellules du foie, des reins et du cœur, un système de navettes malate-comme-partatna plus complexe fonctionne. L'action d'un tel mécanisme de navette devient possible en raison de la présence de malate déshydrogénase et d'ac-partataminotransférase à la fois dans le cytosol et dans la mitochondrie. [9]

Dans les cellules hépatiques, cette fonction est assurée par la glucokinase, dont l’activité dépend de la nutrition. La glucokinase est spécifique au glucose et ne fonctionne efficacement que lorsque la glycémie est élevée. Une propriété importante de l'hexokinase est son inhibition par le produit de la réaction du glucose-6-phosphate selon le mécanisme allostérique. [11]

Dans les cellules du foie, du muscle cardiaque et d'autres, le système de navette dit malate-aspartate est utilisé pour transférer des équivalents réducteurs du NADH cytoplasmique vers la matrice mitochondriale. Ce mécanisme se produit sans énergie, car les équivalents réducteurs du NADH cytoplasmique dans les mitochondries rétablissent également le NADH, dont l'oxydation dans la chaîne respiratoire aboutit à la synthèse de trois molécules d'ATP et le solde total en ATP avec l'oxydation complète d'une molécule de glucose dans ce cas étant de 38 ATP. [12]

Dans les cellules hépatiques, la phosphorylation du glucose conjugué à l'ATP est catalysée par l'enzyme glucokinase. Cette enzyme se lie à l'ATP et au glucose, ce qui entraîne la formation d'un complexe glucose-ATP-enzyme et phosphate directement transférés de l'ATP au glucose. Quels sont les avantages d'un tel chemin. [13]

Les membranes homogénéisées des cellules hépatiques ont été extraites avec du Triton X - OO à 2% (en volume) par agitation à 24 ° C pendant 40 min; puis le mélange a été centrifugé. [15]


Plus D'Articles Sur Le Foie

Cholestase

Qu'est-ce qui peut arrêter la croissance de métastases dans le foie?

Laisser un commentaireEn cas de cancer et de métastases au foie, la personne s'intéresse à la question de savoir s'il est possible d'arrêter les métastases et en quoi cela affectera-t-il l'espérance de vie du patient?
Cholestase

Méthodes de traitement antiviral dans le traitement de l'hépatite C

Dans le traitement de l'hépatite C chronique, un traitement antiviral spécial est utilisé. Son but est d'obtenir une RVS - une réponse virologique soutenue chez les patients, qui se traduit par l'absence de signes de processus inflammatoires à long terme dans le foie du patient, avec un paramètre indétectable du niveau de ce virus dans les échantillons de sang.