Cholécystite (K81)

Exclus: avec la lithiase biliaire (K80.-)

En Russie, la Classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10) a été adoptée en tant que document réglementaire unique pour rendre compte de l'incidence, des causes des appels publics aux établissements médicaux de tous les départements et des causes de décès.

La CIM-10 a été introduite dans la pratique des soins de santé sur tout le territoire de la Fédération de Russie en 1999 par arrêté du Ministère de la santé de la Russie du 27 mai 1997. №170

L'OMS prévoit de publier une nouvelle révision (CIM-11) en 2022.

Quelle est la cholécystite calculeuse: code 10 de la CIM, classification

La bile participe activement au processus de fractionnement des graisses et si son excrétion est perturbée, la vésicule biliaire s'enflamme, le fonctionnement normal du corps se perd et une cholécystite se développe. Parfois, le processus d'inflammation du corps est associé à la formation de calculs, puis le gastro-entérologue diagnostique une cholécystite chronique calcique.

Si le système de libération normale de la bile est perdu, le corps perturbe non seulement l'absorption des graisses, mais également des vitamines nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme. Dans l'article, nous examinerons de plus près ce qu'est la maladie, quelles sont les causes de son développement et de son pronostic.

Cholécystite calcique - qu'est-ce que c'est?

La forme calcique de la cholécystite est diagnostiquée si, lors du diagnostic du patient, des calculs biliaires ont été découverts lors de l'inflammation. Ces joints cristallins peuvent également obstruer les conduits de la galle, empêchant ainsi la libération de bile, ce qui entraîne un syndrome douloureux intense. Les pierres sont formées dans différentes tailles et types.

Les dépôts aigus, en grattant les muqueuses du corps et des conduits, aident l'inflammation à se développer plus activement. Près de 70% de tous les cas de la maladie se développent à l'arrière-plan du GCB et, au cours des recherches sur la vésicule biliaire, la présence de bactéries est confirmée, mais les gastro-entérologues pensent que l'ajout d'une infection bactérienne est une affection secondaire.

Le tableau clinique de la maladie: la douleur sous le bord droit, avec exacerbation de la douleur, peut consister en de très fortes crampes, une tension musculaire de la paroi frontale de l’abdomen et du côté droit.

Codes de la CIM-10

K80.0 - Pierres de la vésicule biliaire atteintes de cholécystite aiguë.

K80.1 - calculs vésiculaires avec une autre cholécystite.

K80.4 - Calculs biliaires avec cholécystite.

Préparation spéciale à base de substances naturelles.

Prix ​​du médicament

Avis de traitement

Les premiers résultats se font sentir après une semaine d'administration.

En savoir plus sur le médicament

1 seule fois par jour, 3 gouttes

Instructions d'utilisation

Étiologie et pathogenèse

La cause principale du développement de la maladie est la formation de calculs qui bloquent la possibilité d'un écoulement biliaire libre.

Les facteurs de risque pour le développement de telles maladies incluent:

  • la grossesse
  • gain net ou perte de poids;
  • facteur d'âge (le risque de maladie augmente avec l'âge);
  • le sexe (chez la femme, la cholécystite calculeuse est diagnostiquée beaucoup plus souvent);
  • médicaments hormonaux réguliers;

La formation de calculs entraîne le blocage de la possibilité d'écoulement de la bile et la stagnation de la bile entraîne son épaississement et la libération d'enzymes qui provoquent le développement du processus inflammatoire. La muqueuse vésicale enflammée peut exfolier et produire un fluide supplémentaire dans lequel se forment des calculs En se déplaçant, ils endommagent la membrane muqueuse, activant l'inflammation.

Avec une augmentation du volume du corps, il augmente la pression, ce qui perturbe l'apport sanguin dans les tissus et peut entraîner leur mort, leur nécrose et leur perforation.

Causes de la cholécystite calculeuse

La raison principale est la formation et la croissance des pierres. Mais les facteurs suivants conduisent à la sédimentation et à la cristallisation des sédiments: une modification de la composition de la bile, son épaississement et sa stagnation, des bactéries provoquant une inflammation.

A l'état normal, la bile doit être fluide et homogène. En cas de violation du rapport acides biliaires / quantité de cholestérol, ce dernier est ensuite abaissé dans les sédiments. Au fil du temps, les sédiments se cristallisent et se mélangent en pierres de formes et de tailles variées.

Un tel processus attend les personnes qui ne surveillent pas leur régime alimentaire. Si vous consommez beaucoup d’aliments gras, ne suivez pas la quantité de cholestérol, des pierres risquent de se former très rapidement dans la galle. Les personnes atteintes de diabète, d’hépatite, d’obésité et de maladies infectieuses chroniques sont même vulnérables. Au cours du processus de stagnation, la bile s'épaissit et crée des conditions favorables à la pénétration de l'infection par le sang, la lymphe ou les intestins.

Très souvent, une cholécystite calculeuse se développe sur le fond d'un sans pierre, qui à son tour apparaît en violation de la dynamique de la vésicule biliaire, ce qui conduit à des défaillances lors de la vidange. Les raisons incluent également les maladies suivantes:

  • contraction ou déformation du tractus biliaire,
  • gastrite chronique,
  • maladie du foie
  • dommages causés par les helminthes,
  • pancréatite.

Classification

Selon la forme clinique du développement de la maladie, elle est divisée en deux types: aiguë et chronique. Chacun d'entre eux peut présenter des complications ou l'absence de maladies supplémentaires. Nous en parlerons plus en détail ci-dessous.

Forme aiguë

Dans ce cas, l'inflammation de la vésicule biliaire survient rapidement avec un syndrome douloureux prononcé. Le plus souvent, cette forme de maladie peut être compliquée par des comorbidités et une infection. L'exacerbation de la cholécystite calcique se produit juste après la pénétration de microorganismes pathogènes de l'intestin, de la lymphe ou du foie dans la vésicule biliaire.

La cholécystite aiguë de calcul obstructive se développe à la suite du chevauchement du col de la vessie ou du conduit avec des calculs. En plus de la douleur, qui a un caractère de crampes, aggravée par l'effort physique, et parfois simplement en changeant la posture du patient.

Forme chronique

L’histoire de la maladie de cette forme de cholécystite calcique est caractérisée par une évolution pratiquement asymptomatique de la maladie au stade initial de développement et par un développement lent du processus inflammatoire. Le diagnostic est posé après plusieurs exacerbations arrêtées.

La personne ressent constamment de la lourdeur, des ballonnements et de la diarrhée. On remarque souvent un rot, après quoi on ressent un arrière-goût métallique ou une amertume dans la bouche. Les symptômes peuvent s'aggraver après avoir trop mangé et perturbé le régime alimentaire.

Catarrhale, formes purulentes, phlegmoneuses, gangréneuses et autres complications

Si on laisse les problèmes de la vésicule biliaire dériver sans guérir, la taille de l'organe augmente, elle commence à gonfler et ses parois deviennent rouge, ce qui conduit à un épaississement et à un gonflement du tissu. A ce stade, la forme catarrhale est diagnostiquée.

Puis, sans la participation des soins médicaux nécessaires, du pus commence à s'accumuler dans la bile enflammée, ce qui conduit au développement d'une forme purulente de la maladie. Lorsque les parois s'épaississent, se stratifient et que le contenu purulent ne trouve pas de sortie, on peut alors affirmer qu'il se développe une cholécystite calcique phlegmoneuse. Dans ce cas, le processus de suppuration entraîne l'apparition de modifications irréversibles de la vésicule biliaire, qui ne peuvent plus être traitées.

La prochaine étape gangréneuse est la plus grave et la plus fatale pour la vie du patient. Au moment de sa survenue, il se produit une nécrose des tissus de l'organe, l'apparition d'ulcères à la surface, pouvant provoquer une rupture de la bile. La bile enflammée avec du pus, passant par les ulcères dans la cavité abdominale, porte le processus inflammatoire et conduit à l'apparition de péritonite et d'abcès.

Prévisions

Si l'évolution de la cholécystite avec présence de calculs n'est pas accompagnée de complications ni de maladies supplémentaires, on peut dire que le patient a de la chance. Dans ce cas, le décès a été enregistré chez un très petit nombre de patients qui n’allaient même pas prendre soin de leur santé.

Si des complications sont déjà apparues, le processus de guérison et le décès se situent à une distance de 50%. Ici, même avec un traitement approprié, la forme gangrenée de la maladie peut se développer, entraînant un épième de la vésicule biliaire, la formation de fistules, des ulcères, une atrophie des tissus de la paroi, une péritonite, un abcès et, par conséquent, la mort.

Les questions les plus courantes des lecteurs

S'engagent-ils dans l'armée avec une cholécystite calcique?

Si la cholécystite survient de manière chronique et que les exacerbations ne se manifestent pas ou ne se produisent pas moins d'une fois par an, il devra très probablement payer une dette à la mère patrie. Si, sur le mandat médical, le dossier médical contient des exacerbations fréquentes de la maladie au cours desquelles l'hospitalisation a été effectuée, alors le dossier médical ne convient pas. Il est nécessaire de confirmer le diagnostic par un gastro-entérologue et de faire les recherches nécessaires.

Comment est la cholécystite calculeuse?

Dans la forme chronique, la maladie peut se développer au fil des ans, légèrement exacerbée, puis se calmer à nouveau. Mais il faut comprendre que la cholécystite progresse. Le plus souvent, la maladie se manifeste chez les personnes âgées de 45 à 50 ans, mais un tel diagnostic survient parfois chez les enfants.

Le principal danger dépasse le patient lorsque les calculs commencent à bouger. S'ils bloquent les voies biliaires, cela entraîne une douleur intense, un jaunissement de la peau et une intoxication générale du corps tout entier.

Quel régime devrait être suivi d'une cholécystite calcique?

Le régime quotidien devrait être riche en protéines et en fibres. Il est recommandé de manger de la nourriture au moins 5 à 6 fois par jour et de s’assurer que les portions ne dépassent pas 250 à 300 g. Les repas doivent être chauds, pas d'eau bouillante ou d'ingrédients congelés.

Préférez la viande maigre, le poisson, les légumes, les fruits et les produits laitiers faibles en gras. Les porridges, les soupes, les plats bouillis ne sont que les bienvenus. Compote de thé, gelée, eau minérale sans gaz. Le liquide peut être bu en quantité illimitée. Lorsque la situation s'est un peu stabilisée, vous pouvez diversifier le menu avec des melons et des fruits secs. En savoir plus sur le régime de cholécystite.

Comment se comporter lorsque vous trouvez des symptômes de cholécystite calculeuse?

En fin de compte, je voudrais dire que si vous pouvez même vous appliquer certains des symptômes de la cholécystite calculeuse, il est logique de consulter un médecin pour obtenir des mesures de diagnostic. Ce n'est qu'après une consultation et un examen personnel chez un gastro-entérologue que vous pouvez obtenir des réponses à toutes vos questions.

Pour comprendre si vos hypothèses sont vraies, vous devez passer des tests sanguins généraux et biochimiques et faire une échographie. Cet ensemble minimal de tests permettra au médecin de préciser ou de réfuter le diagnostic allégué. Même si le diagnostic a été confirmé, il n'est pas nécessaire d'abandonner. Alors que la maladie évolue sans complications, il est possible de la combattre, l’essentiel est de suivre les recommandations du médecin et de comprendre que la qualité de votre vie est alors tendue.

Cholécystite chronique calculeuse code mkb 10

Cholécystite chronique: symptômes et traitement

La cholécystite chronique est une maladie inflammatoire qui affecte la vésicule biliaire. L'activité pathologique de micro-organismes pathogènes conditionnels contribue à sa progression. Plus souvent, la pathologie est diagnostiquée chez les patients âgés de plus de 40 ans. Les femmes sont plus sujettes à la cholécystite chronique. Le code de la CIM-10 est K81.1.

La vésicule biliaire est un organe creux. La fonction principale de cet élément est l'accumulation de bile. Ce secret dans le processus de digestion des aliments joue un rôle très important:

  • participe au processus de fractionnement des graisses;
  • détruit les microbes qui, avec les aliments, pénètrent dans le tube digestif.

En raison de l'infection, les parois de la vessie sont détruites. En conséquence, la capacité à accumuler la bile dans son intégralité est considérablement réduite. Cela affecte négativement le travail de tout le tube digestif.

Étiologie

La principale cause de la progression de la cholécystite chronique est l'activité pathologique des agents infectieux. Le développement d'une pathologie due à une infection de la vessie par des champignons, des virus et des vers n'est également pas exclu.

Facteurs augmentant le risque de progression de la pathologie:

  • tumeurs de nature bénigne et maligne, localisées sur les organes adjacents;
  • défauts congénitaux de la vésicule biliaire;
  • dommages traumatiques à la vésicule biliaire de gravité variable;
  • troubles métaboliques;
  • violation du régime alimentaire;
  • mauvaise alimentation;
  • troubles circulatoires dans la vésicule biliaire;
  • la grossesse
  • hypodynamie.

Cette maladie se caractérise par une évolution chronique, ainsi que par une tendance à alterner les rechutes et les rémissions. Les cliniciens déterminent la gravité de la cholécystite chronique en fonction du nombre d'exacerbations au cours d'une année.

Il existe deux types de maladie:

  • cholécystite chronique non calculeuse. Il s'appelle également bezkamenny. Le processus inflammatoire affecte les parois de l'organe, mais la formation de calculs n'est pas observée;
  • cholécystite chronique calculeuse. En raison de la progression de ce type de maladie, des calculs spécifiques (calculs) se forment.

Bezkamenny

Il est à noter que c'est le type de pathologie de type bezkamenny qui est le plus souvent diagnostiqué chez les patients. La pathologie progresse avec la pénétration d'agents infectieux dans la vessie et en raison de la stagnation de la bile. En conséquence, les parois du corps subissent une destruction. Avec la progression d'une maladie sans pierre, le développement de la pancréatite, l'hépatite, la péricholécystite n'est pas exclu.

Calcaire

La cholécystite chronique calcique se caractérise par la formation de calculs. Ce processus pathologique est précédé par la stagnation de la bile. La composition de ce secret comprend divers acides, pigments, minéraux et lipides. Si, sous l'influence de divers facteurs endogènes et exogènes indésirables, une modification du rapport de ces substances se produit, le cholestérol pénétrant dans l'organisme précipitera et se cristallisera.

La cholécystite chronique calculeuse est plus dangereuse que l'absence de calculs, car elle est presque toujours accompagnée d'un organe défectueux.

Symptomatologie

Le symptôme principal de la progression de la cholécystite chronique (sans calcaire ni calcaire) est l'apparition d'une douleur à l'abdomen droit. La douleur peut être paroxystique ou prolongée. Il peut irradier les épaules et les omoplates. Outre le syndrome douloureux, les signes pathologiques suivants apparaissent:

  • cardialgie;
  • fièvre
  • le patient constate l'apparition d'un goût amer dans la bouche;
  • nausée et bâillonnement;
  • douleur abdominale. Il convient de noter que, parfois, le patient ne peut pas nommer une localisation claire de la douleur;
  • la diarrhée.

Entre les exacerbations, le patient ressent parfois une douleur sourde ou douloureuse du côté droit de l'abdomen. Il convient de noter que, lors de l’exacerbation des symptômes de la cholécystite chronique, ressemble beaucoup aux signes de la forme aiguë de la maladie.

La cholécystite chronique se manifeste généralement par une unité nosologique indépendante (type primaire). Mais aussi la pathologie peut évoluer après une cholécystite aiguë préalablement transférée. Après le type de pathologie aiguë, l'organe est significativement détérioré. Cet élément devient plus dense et ne peut pas accumuler complètement la bile.

Les symptômes de la maladie apparaissent progressivement. La pathologie évolue généralement sur une longue période. Si, dès l'apparition des premiers symptômes, vous consultez immédiatement un médecin et effectuez un traitement complet de la cholécystite chronique, vous pouvez obtenir une rémission prolongée.

Les cliniciens identifient 4 variantes de pathologie qui diffèrent par leurs symptômes et leur évolution:

  • arthritique Le symptôme principal est la douleur dans les articulations;
  • cardiaque La marque est l'arythmie;
  • neurasthénique. Dystonie vasculaire manifeste, insomnie;
  • faible teneur. Symptômes typiques - fièvre jusqu'à 38 degrés, syndrome d'intoxication.

Diagnostics

Si vous suspectez une progression de la cholécystite chronique sans calculs ou calcaire, contactez l’hôpital pour obtenir le diagnostic. Les techniques les plus informatives sont:

  • Échographie de la vésicule biliaire;
  • intubation duodénale.

Traitement

Thérapie sans pierre

Le traitement de la cholécystite chronique d'une espèce sans pierre ne devrait être complet:

  • prendre des antibiotiques;
  • thérapie diététique;
  • phytothérapie;
  • l'utilisation de médicaments antispasmodiques;
  • l'utilisation d'agents améliorant la circulation de la bile;
  • physiothérapie.

Le traitement pathologique est effectué uniquement dans des conditions stationnaires (en particulier pendant la période d'exacerbation) Si vous respectez scrupuleusement les recommandations du médecin, les signes de pathologie disparaîtront quelques jours après le début du traitement.

Traitement des espèces calcaires

Le traitement avec des méthodes conservatrices n'apporte pas l'effet souhaité. La principale méthode de traitement de la cholécystite de ce type est la cholécystectomie (prélèvement de l'organe et des calculs).

Traitement chirurgical de la cholécystite chronique

Thérapie de régime

Avec cette pathologie recommandée diète fractionnaire. Le meilleur de tous, si le patient va manger en même temps. Il est également important de boire suffisamment de liquide.

Un régime pour la cholécystite chronique est signé pour chaque patient strictement individuellement, en tenant compte de la gravité de sa pathologie et des caractéristiques de son corps. Le régime est un diététicien. Le régime alimentaire pour la pancréatite chronique implique l'utilisation de tels aliments:

  • produits à base de farine;
  • produits laitiers;
  • viande blanche;
  • la marmelade;
  • les soupes;
  • fruits et légumes

Le régime alimentaire pour la cholécystite exclut l'utilisation des aliments suivants:

  • aliments frits;
  • pâte feuilletée;
  • les épices;
  • fromage épicé ou salé;
  • les abats;
  • bouillons;
  • du chocolat;
  • boissons gazeuses;
  • légumes marinés;
  • viande fumée;
  • café
  • glace

Si vous pensez souffrir d'une cholécystite chronique et des symptômes caractéristiques de cette maladie, votre gastro-entérologue pourra vous aider.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

Maladies présentant des symptômes similaires:

Yersiniose (symptômes correspondant à: 6 sur 13)

La yersiniose est une maladie infectieuse caractérisée principalement par une lésion du tractus gastro-intestinal, ainsi que par une lésion généralisée affectant la peau, les articulations et d'autres organes et systèmes du corps.

. Lymphadénite (symptômes correspondant à: 6 sur 13)

La lymphadénite est un processus inflammatoire localisé dans les ganglions lymphatiques. Dans de rares cas, il s’agit d’une pathologie indépendante; sa présence est le plus souvent une sorte de symptôme signalant la présence de réactions pathologiques dans le corps humain. Il est à noter que les symptômes de la lymphadénite peuvent être variés - tout dépend du type de pathologie qui évolue chez l'homme.

. Phéochromocytome (symptômes correspondant à: 6 sur 13)

Un phéochromocytome est une tumeur bénigne ou maligne constituée de tissu chromaffinique extra-surrénalien et de médullosurrénale. Le plus souvent, la formation ne touche qu'une seule glande surrénale et a un cours bénin. Il convient de noter que les raisons exactes de la progression de la maladie n'ont pas encore été établies. En général, le phéochromocytome de la glande surrénale est assez rare. Habituellement, la tumeur commence à progresser chez les personnes âgées de 25 à 50 ans. Mais la formation de phéochromocytome chez les enfants, en particulier chez les garçons, est également possible.

. Pyélonéphrite chronique (symptômes correspondant à: 6 sur 13)

La pyélonéphrite chronique est une pathologie chronique caractérisée par une inflammation non spécifique du tissu rénal. En raison de la progression du processus pathologique, une destruction du bassin et des vaisseaux de l'organe est observée.

. Amygdalite lacunaire (symptômes correspondants: 6 sur 13)

L'angine lacunaire est une maladie aiguë de nature infectieuse caractérisée par une inflammation locale d'un ou plusieurs éléments de l'anneau lymphadénoïde du pharynx. En règle générale, l'inflammation recouvre les amygdales, mais des lésions du larynx et du pharynx sont également possibles. Les micro-organismes pathogènes peuvent provoquer une telle maladie, notamment les méningocoques, les streptocoques, le bacille de l'hémophilus, etc. La maladie n'a aucune restriction concernant le sexe et l'âge.

Cholécystite aiguë et chronique: code pour ICB 10

La cholécystite chronique est une inflammation récurrente de la vésicule biliaire de nature bactérienne, virale ou parasitaire de temps à autre. Il existe deux formes de la maladie: la cholécystite calcique et la cholécystite calculeuse. En outre, l'inflammation est divisée en formes catarrhale, purulente et destructrice.

Causes de la cholécystite chronique

La chronisation du processus est provoquée par une inflammation aiguë de la vésicule biliaire insuffisamment traitée.

Les représentants de la flore pathogène conditionnelle provoquent le plus souvent une exacerbation de la cholécystite chronique:

  • strepto et staphylocoque;
  • Escherichia;
  • protée;
  • ou le bâton pyocyanique.

Les inflammations causées par des champignons, des virus et des parasites hépatotropes sont moins rarement diagnostiquées.

Qu'est-ce que la CIM-10?

La CIM-10 est une classification des maladies de la norme internationale, qui a été révisée pour la dixième fois. Il s’agit d’un codage courant des maladies approuvées par l’Organisation mondiale de la santé.

Il présente 21 catégories, chacune comprenant des sous-sections correspondant à la maladie et à ses caractéristiques de flux. Par exemple:

  • dans la première classe, les maladies infectieuses et parasitaires sont cryptées;
  • sous le deuxième - néoplasmes;
  • dans le troisième cas, les maladies du sang, des organes hématopoïétiques et les troubles du système immunitaire;
  • quatrièmement, troubles endocriniens, métaboliques et nutritionnels;
  • le cinquième est la maladie mentale, etc.

Les maladies digestives sont cryptées en 11e année, subdivisées en sections allant de K00 à K93. Les maladies du foie se trouvent dans les sections K70 à K77. Maladies de la vésicule biliaire et des voies biliaires - sous le code K80 à K87.

Codage de la cholécystite CIM-10

La cholécystite peut être trouvé sous le code K81.

Depuis l'inflammation des parois de la galle est divisée en formes aiguës et chroniques, respectivement, le codage des maladies selon la CIM-10 est situé sous différentes sections.

Cholécystite aiguë

La cholécystite aiguë porte le code K81.0.

  • l'angiocholécystite;
  • cholécystite emphysémateuse;
  • gangréneux;
  • purulent;
  • et inflammation de la vésicule biliaire sans formation de calculs.

Sous K80.0, il est nécessaire de comprendre la cholécystite aiguë avec calculs, et sous le code K 80.2, l’existence indépendante de calculs est cryptée sans inflammation des parois de la vésicule biliaire. Ce code caractérise également l’état des coliques de la vésicule biliaire, de la cholélithiase, la formation de calculs à caractère non sophistiqué et le blocage du tractus biliaire par un calcul sans inflammation de la vésicule biliaire.

Cholécystite chronique

La cholécystite chronique porte le code K81.1 et, sous K80.1 - chiffre le processus inflammatoire chronique à l'aide de calculs.

La cholécystite chronique de nature non spécifiée est généralement attribuée au groupe K81.9 et les autres formes d'inflammation sont soumises au groupe K81.8.

Symptômes de cholécystite aiguë et chronique

La cholécystite aiguë peut être reconnue par les symptômes suivants:

  • douleur intense dans l'hypochondre droit, qui se fait sentir par des échos dans l'épaule droite et l'omoplate du côté droit;
  • température corporelle élevée;
  • nausée avec vomissement possible, après quoi la situation s’améliore légèrement.

De plus, la douleur se manifeste généralement principalement le soir ou la nuit.

La cholécystite chronique peut ne pas se rappeler pendant longtemps, mais elle peut s'aggraver sous certains facteurs, ce qui se traduit par:

  • douleur sourde ou douloureuse dans la région du foie;
  • nausée, éructations amères;
  • l'insomnie;
  • irritabilité accrue.

Dans certains cas, les symptômes d'exacerbation peuvent être complétés par des vomissements.

Il est à noter que la douleur dans la cholécystite chronique est permanente, il apparaît pour la première fois après l'erreur dans le régime alimentaire, surtout après avoir bu de l'alcool. La sensation est localisée uniquement dans l'hypochondre droit, mais peut donner à l'épaule ou à l'omoplate à droite ou ressembler à une attaque de colique de la vésicule biliaire. La douleur est toujours associée à des nausées.

Dans certains cas, les symptômes de la cholécystite chronique sont perçus comme des manifestations de la gastrite, mais la jaunisse peut survenir en tant que caractéristique de la maladie, avec stase biliaire.

La cholécystite chronique calculeuse se manifeste par une force particulière de sensations douloureuses, quand une pierre bourgeoise obstrue le cou de la vésicule biliaire ou du conduit. La colique est une douleur aiguë et insupportable. En cas d'apparition, une hospitalisation urgente et l'aide d'un médecin, parfois d'un chirurgien, sont nécessaires.

Traitement de la cholécystite aiguë et chronique

Le traitement de la cholécystite ne peut que choisir un médecin, car la nature du traitement en fonction de la forme de la maladie, de sa complexité et de certaines caractéristiques, déterminées à l'aide d'études spéciales.

Pour éliminer la cause de la cholécystite, le médecin prescrit des antibiotiques (sulfamides ou céphalosporines), des médicaments anti-mycotiques ou parasitaires. Pour soulager la douleur, il est possible de prescrire des antispasmodiques.

Si une stase biliaire est détectée, une préparation cholérétique peut contribuer à son écoulement et un trouble de la digestion résout le traitement avec des enzymes spéciales.

Les approches physiothérapeutiques du traitement de la maladie donnent également de bons résultats.

Si la composition des calculs avec cholécystite calcique leur permet de se dissoudre, des médicaments contenant des acides biliaires (ursodéoxycholiques ou chénodésoxycholiques) peuvent être prescrits pour le traitement.

Comment peut-on guérir une cholécystite chronique une fois pour toutes?

Peu importe la façon dont elle loue les réalisations de la pharmacologie moderne, les médicaments ne sont pas en mesure d’éliminer la récurrence de la cholécystite chronique. Cependant, comme il est complètement sujet à une intervention chirurgicale, le retrait d’une vésicule biliaire dérangeante modifiera sérieusement le mode de vie du patient, mais le libérera à jamais de la maladie.

Le prélèvement de la vésicule biliaire peut être effectué en utilisant la méthode ouverte traditionnelle, la cholécystostomie percutanée ou la méthode laparoscopique.

On peut tenter de traiter une cholécystite calculeuse avec une lithotritie par onde de choc, mais les calculs concassés ne garantissent pas l'impossibilité de leur re-formation. Par conséquent, une méthode radicale, mais justement efficace, de traitement de l'inflammation chronique consiste précisément à retirer la vésicule biliaire enflammée.

Prévention de la cholécystite chronique

Pour que l'inflammation de la vésicule biliaire ne se transforme pas en phase chronique, elle doit être traitée qualitativement sous une forme aiguë. Les méthodes populaires et les méthodes de médecine alternative, dans ce cas, ne sont pas pertinentes, elles peuvent non seulement ne pas agir, mais aussi aggraver la situation du patient.

Il convient également de rappeler que la prévention de la cholécystite chronique comprend:

  • bon aliment diététique qui ne contribue pas à la formation de calculs et à la stagnation de la bile;
  • normalisation du poids corporel;
  • examens réguliers du foie, du pancréas et de la vésicule biliaire, surtout si la maladie est suspectée.

Les articles et les critiques de notre site sont consultatifs et informatifs. Pour l'application de toutes les méthodes de traitement et de prévention, vous devez consulter votre médecin!

  • Vous êtes tourmenté par un sentiment de lourdeur et une douleur sourde dans votre côté droit.
  • Une mauvaise odeur de la bouche n'augmentera pas la confiance.
  • Et de façon ou d'autre honte si votre foie provoque toujours des perturbations de la digestion.
  • En outre, les médicaments recommandés par les médecins pour une raison quelconque sont inefficaces dans votre cas.

Un remède efficace contre les maladies du foie existe. Suivez le lien et découvrez comment Olga Krichevskaya a guéri et nettoyé le foie en 2 semaines!

Cholécystite chronique

Approuvé par le protocole de la réunion de la Commission d'experts sur le développement sanitaire du ministère de la Santé de la République du Kazakhstan n ° 23 du 12/12/2013

1. Nom du protocole: cholécystite chronique

K81.0 - Cholécystite aiguë

K81.1 - Cholécystite chronique

K81.8 - Autres formes de cholécystite

K81.9 - Cholécystite, sans précision

4. Abréviations utilisées dans le protocole:

JCB - cholélithiose CT - tomodensitométrie

IRM - Imagerie par résonance magnétique Échographie - Échographie du XXe siècle - Cholécystite chronique

5. Date de développement du protocole: 2013

6. Catégorie de patients: adultes.

7. Utilisateurs du protocole: gastro-entérologue, médecin généraliste, médecin généraliste.

8. Notification d'absence de conflit d'intérêts: aucune

La cholécystite chronique est une maladie récurrente chronique de la vésicule biliaire, caractérisée par une violation de sa fonction d'évacuation motrice, une modification des propriétés physicochimiques de la bile et une formation assez fréquente de calculs intravésicaux, cliniquement le plus souvent manifestée par une colique biliaire. [1]

Ii. MÉTHODES, APPROCHES ET PROCÉDURES DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT:

10. Classification clinique:

Il n’existe pas de classification généralement acceptée de la cholécystite chronique. Le plus complet est le classement de Ya. S. Zimmerman.

Par étiologie et pathogenèse

4. Nemicrobial ("aseptique", immunogène)

Selon les formes cliniques

1. cholécystite chronique sans ston

2. Avec la prédominance du processus inflammatoire

3. Avec la prédominance des phénomènes dyskinétiques

4. cholécystite chronique calculeuse

Par type de dyskinésie

1. Violation de la fonction contractile de la vésicule biliaire:

Hyperkinésie de la vésicule biliaire

Hypokinésie de la vésicule biliaire - sans changement de tonus (normotonie), avec diminution du tonus (hypotension)

2. Violation du tonus du sphincter des voies biliaires:

Sphincter Oddi hypertonus

Hypertonus sphincter Lutkens

Hypertonus des deux sphincters

Par la nature du flux

1. Rarement récurrent (évolution favorable)

2. Souvent récurrent (flux persistant)

3. Flux constant (monotone)

4. Masquage (flux atypique)

Les phases de la maladie

1. Exacerbation de phase (décompensation)

2. Exacerbation par atténuation progressive (sous-compensation)

3. Phase de rémission (compensation - persistante, instable)

Les principaux syndromes cliniques

4. Réactif de droite (irritant)

1. Pancréatite réactive (cholépancréatite)

2. Maladies des organes digestifs

5. Duodénite et périduodénite chroniques

6. Stase duodénale chronique

Manifestations cliniques de la cholécystite chronique calculeuse. Forme torpide:

l'absence d'attaques douloureuses de coliques biliaires, de douleurs sourdes et douloureuses dans l'hypochondre droit, de phénomènes dyspeptiques;

attaques douloureuses rares (1 fois en plusieurs années) et rapidement intraitables, longues périodes de rémission, aucune plainte entre les attaques.

Douleur forme paroxystique:

peu fréquents (1 à 3 fois par an), courts (pas plus de 30 à 40 min), attaques de douleur faciles à soulager. Il existe des douleurs persistantes et modérées et des phénomènes dyspeptiques dans la période intercritique;

fréquentes (1 à 2 fois par mois), arrêt rapide, fréquentes, attaques prolongées, difficiles à arrêter, accompagnées de réactions autonomes. Dans la période intercritique, la douleur dans l'hypochondre droit et les troubles dyspeptiques persistent;

attaques douloureuses fréquentes et durables pendant des heures, avec de courtes périodes de rémission, accompagnées de frissons, de fièvre, de jaunisse.

1. vésicule biliaire déconnectée;

3. vésicule biliaire ridée;

4. vésicule biliaire de l'eau;

5. holédocholithiase, jaunisse obstructive;

7. papillite, sténose de la principale papille duodénale;

8. fistule saline, obstruction intestinale;

10. hépatite biliaire, cirrhose du foie;

–Empyème de la vésicule biliaire;

–Perforation de la vésicule biliaire, péritonite.

11. Indications d'hospitalisation:

maladie grave

inefficacité de la thérapie ambulatoire

12. La liste des mesures de diagnostic principales et supplémentaires:

AlT, AST, bilirubine

13. Critères de diagnostic:

13.1 Plaintes et antécédents:

1) périodique de durée différente ou constant, sensation de lourdeur, sensation de lourdeur, inconfortable, insensible, dans l'hypochondre droit, non associé à la prise de nourriture;

2) douleur et inconfort dans l'hypochondre droit, d'intensité et de durée variables, associés à l'alimentation;

3) crise colique biliaire:

Douleur aiguë, intense, intolérante, brûlante, cambrée, compressive et cramponneuse dans l'épigastre et l'hypochondre droit. Le patient se met au lit, d'une durée allant de 15 minutes à 5 heures, pour un maximum de 20 à 30 minutes;

rayonnant vers l'épaule droite, la ceinture scapulaire, la moitié droite du cou, l'omoplate droite, le dos, la moitié droite de la cage thoracique et parfois même un caractère qui l'entoure;

apparaît soudainement, tard dans la soirée ou la nuit, après une erreur d'alimentation, de stress physique et émotionnel, chez la femme souvent associée au cycle menstruel;

Initialement, lorsque le patient bouge, l'intensité de la douleur ne change pas, mais si l'attaque ne s'arrête pas dans les 10 à 12 heures, une inflammation aiguë de la paroi de la vésicule biliaire se développe, la clinique de cholécystite aiguë, la douleur devient permanente, augmente avec le changement de la position du corps;

Fièvre avec une augmentation de la température corporelle ne dépassant pas 38 ° C, caractère à réflexe nerveux interne après la fin de l'attaque, normalisé, accompagné de frissons, d'une sueur froide et collante. Le maintien d'une température supérieure à 38 ° C indique le développement de complications.

Vomissements. Abondant, ne pas apporter de soulagement, d'abord la nourriture, puis le contenu avec un mélange de bile, accompagné de nausées.

Jaunisse Ikterichnost sclera, décoloration à court terme des matières fécales, urine foncée. En raison d'une violation du canal biliaire principal: calcul, papillite, sténose de la grande papille duodénale (MDP), compression de la tête oedémateuse élargie du pancréas.

Les phénomènes diarrhéiques précèdent souvent le développement d'une attaque et persistent pendant la période intercritique:

sensation constante ou périodique d'amertume dans la bouche;

sécheresse persistante ou intermittente dans la bouche;

éructations d'air ou de nourriture;

selles instables avec tendance à la constipation;

selles instables avec tendance à la diarrhée;

objectivement, lors de coliques biliaires, le patient est souvent agité, tendu, essayant de choisir une position du corps où l'intensité de la douleur est minimale;

palpation dans l'hypochondre droit, douleur épigastrique observée, douleur également au point Mackenzie (intersection du bord extérieur du droit droit et de l'arc costal droit); Boas (sur la face postérieure de la poitrine le long de la droite paravertébrale à droite au niveau de la cavité thoracique X-XI); Myussi (dans la région supraclaviculaire droite entre les jambes du sternum

muscle mastoïde claviculaire); Bergman (le lieu de sortie du nerf orbital sous l'orbite droite et autres);

Symptômes: Murphy - douleur à la palpation dans l'hypochondre droit lors de l'inhalation; Kera - douleur dans l'hypochondre droit lors d'une respiration profonde; Aliyev - l'apparition avec la tendresse locale lors de la palpation

aux points du Boas ou du Mackenzie qui irradient de la douleur vers la vésicule biliaire; Eisenberg I - un coup avec le bord de la paume au-dessous de l'angle de l'omoplate droite provoque une douleur locale modérée et "pénétrante" - dans la vésicule biliaire;

aucun symptôme d'irritation péritonéale;

La palpation et la percussion peuvent révéler chez certains patients des zones d'hyperesthésie et de douleur locale, souvent dans la moitié droite de l'abdomen. Parfois, un symptôme de protection musculaire locale peut être détecté;

chez les personnes âgées, en cas de douleur intense, on peut observer des troubles hémodynamiques: cyanose, chute de la pression artérielle et trouble du rythme cardiaque;

la sclérotique subicterique, le palais mou et la peau sont parfois détectés;

avec obstruction du canal cholédoque par une pierre ou étranglement dans l'ampoule de la principale papille duodénale, se développe une jaunisse mécanique (prurit, urine de la «couleur de la bière», fèces acholiques);

fièvre, frissons légers à modérés possibles.

la numération globulaire complète est généralement dépourvue de caractéristiques, mais lors de l'exacerbation, on observe une leucocytose avec neutrophilie, un déplacement de la leucoformule à gauche, une légère augmentation de la RSE;

l'analyse d'urine est le plus souvent normale, vous pouvez identifier une réaction positive à la bilirubine (avec une complication de la cholécystite chronique, un jaunisse obstructif);

indicateurs biochimiques - hyperbilirubinémie, principalement due à la fraction conjuguée, hypercholestérolémie, élévation des autres marqueurs de la cholestase. Il peut y avoir une légère augmentation à court terme des transaminases dans le sang;

dosage immunoenzymatique pour la détection des helminthes: opisthorchiase, giardiase, toxacrose, ascaridiose;

les matières fécales sur i / g trois fois;

Ultrasons - la principale méthode d’études instrumentales des maladies de la vésicule biliaire, disponible et très informative. Il révèle un épaississement de la paroi de la vésicule biliaire (lors de l'exacerbation

processus - plus de 3 mm), une augmentation de son volume, dans la lumière de la bulle - un secret épais, des pierres. Parfois, on détecte une vésicule biliaire ridée, de taille réduite, remplie de calculs et pratiquement exempte de bile;

La cholangiographie rétrograde endoscopique est utilisée pour évaluer l'état des voies biliaires, la présence de calculs dans ceux-ci. L'étude est réalisée lorsque de petits calculs dans la vésicule biliaire sont associés à une expansion du diamètre du canal biliaire principal et à une augmentation du contenu en bilirubine dans le sang. S'il y a des calculs dans le canal biliaire commun, une papillosphinctérotomie endoscopique et le retrait des calculs peuvent être effectués;

tomodensitométrie (TDM) et imagerie par résonance magnétique (IRM) - méthodes de recherche très informatives, mais assez coûteuses. Ils permettent d’identifier l’expansion des voies biliaires, l’augmentation du nombre de ganglions lymphatiques rétropéritonéaux, les maladies de la tête et du foie pancréatiques;

méthodes radio-opaques d’examen de la vésicule biliaire: cholécystographie orale, cholécystocholangiographie par voie intraveineuse. Les images sont déterminées en comblant les défauts de la vésicule biliaire dus à la présence de pierres dans celle-ci. L’obturation du canal cystique entraîne un «cholécystogramme négatif» (le canal biliaire est déterminé et la vésicule biliaire ne contraste pas), le soi-disant "Vésicule biliaire déconnectée";

La radiographie radiographique de l'hypochondre droit en tant que méthode de diagnostic du DCI n'est actuellement pas significative. Il vous permet d'identifier uniquement le calcul par rayons X (le plus souvent calcaire).

13.5 Lectures pour consultants spécialistes:

le chirurgien doit clarifier les indications du traitement chirurgical;

oncologue - pour identifier la formation de la vésicule biliaire et des voies biliaires;

psychothérapeute - en présence de symptômes de psychopathie, de labilité de caractère, de syndrome de stress psycho-émotionnel.

Pyélonéphrite chronique du côté droit - la douleur est généralement localisée dans la région lombaire ou le long de la ligne médiane de l'abdomen dans la région para-ombilicale. Le plus souvent, la douleur irradie à l'aine ou sur le devant de la cuisse. Le syndrome douloureux est souvent accompagné de fièvre et d'événements dysuriques. Dans l'analyse clinique de l'urine - manifestations du syndrome urinaire sous forme de protéinurie, leucocyturie, bactériurie, hématurie dans diverses combinaisons.

La pleuropneumonie du lobe inférieur droit est caractérisée par un début aigu qui peut être précédé d'infections virales, d'hypothermie. Parmi les manifestations cliniques, ainsi que les symptômes pulmonaires (douleur à la poitrine et à l'hypochondre droit, essoufflement, toux), il existe également des signes d'intoxication: fièvre jusqu'à 38-40 degrés, frissons, transpiration, tachycardie). Les patients occupent une position forcée

- Allongé sur le côté affecté, les traits du visage sont pointus, l'hyperhémie des joues du côté de la lésion, la respiration superficielle facilitée, les narines gonflées à la respiration, la cyanose diffuse, la toux sèche. La moitié droite de la poitrine est à la traîne lors de la respiration, avec percussion des poumons - ternissement du côté affecté, auscultation - divers bruits respiratoires, en fonction du stade de la maladie (crépase, râles humides, frottement pleural). Dans le plan différentiel, un examen aux rayons X des organes thoraciques peut aider, dans lequel l'infiltration du tissu pulmonaire dans le lobe du poumon et les signes de pleurésie sont déterminés.

Obstruction intestinale aiguë. Symptômes: symptômes dyspeptiques (vomissements, selles tardives et gaz), crampes douloureuses, température corporelle normale au début, avec complications de la péritonite de 38 à 400 ° C. Le symptôme de l'irritation péritonéale est léger, symptôme positif de Valya (boucle de l'intestin fixée et étirée en ballon), Kivul (son tympan avec une teinte métallique), Mondor (rigidité de la paroi abdominale), symptôme de «l'hôpital d'Oboukhov», «Silence mortel». Symptômes d'irritation péritonéale après 12 heures, avec développement de péritonite. Signes radiologiques: Boucles intestinales séparées remplies de liquide et de gaz, bols Kloyber, arches ou boucles verticales de l'intestin grêle gonflées de gaz (symptôme des tuyaux d'organes)

élimination de la douleur et de la dyspepsie;

l'élimination des modifications inflammatoires de la vésicule biliaire, permettant dans certains cas de prévenir l'apparition de complications;

traitement des complications nécessitant un traitement chirurgical (intervention chirurgicale nécessaire);

prévention des complications et réadaptation des patients;

améliorer la qualité de la vie.

15.1 Traitement non médicamenteux:

Tableau N 5 selon Pevzner. Le principe général de la thérapie par le régime consiste en une prise alimentaire fractionnée fréquente (jusqu'à 5 à 6 fois par jour), aux mêmes heures, en tenant compte de la tolérance individuelle des produits. Le tableau N 5 a une valeur énergétique de 2500-2900kkal avec une teneur optimale en protéines, lipides, glucides et vitamines. La réduction de la proportion de graisses animales et l’augmentation des légumes sont importantes dans le régime alimentaire. Parmi les

produits contenant des protéines animales, il convient de privilégier les viandes maigres (bœuf, volaille, lapin, poisson). Au stade aigu de la maladie, les plats de viande sont préparés à la vapeur et à la vapeur. Pour prévenir la stagnation de la bile et améliorer le passage du chyme dans les intestins du plat sont enrichis en fibres alimentaires sous forme de bouillie de son de blé, sarrasin et millet, thé au lait, kéfir, pommes fraîches et cuites au four, compote de fruits séchés, compote de fruits séchés, pain de blé et craquelins. Il est recommandé à tous les patients de boire beaucoup de liquide (jusqu'à 2 litres par jour). Ils excluent les plats épicés et froids, les assaisonnements, les spiritueux, les aliments frits, gras et fumés, les produits de la pâte, en particulier les sucrés, les bouillons de viande et de poisson, les boissons gazéifiées et froides, les noix et les crèmes du régime des patients. Aliments contenant de grandes quantités de cholestérol (foie, cervelle, jaune d'oeuf, graisse de mouton et de bœuf, etc.). La tactique de traitement des patients souffrant de calculs biliaires dépend en grande partie de l'évolution clinique de la maladie (fréquence et gravité des coliques biliaires), du nombre, de la taille, de la composition des calculs, de l'état fonctionnel de la vésicule biliaire et de certains autres facteurs.

15.2 Traitement de la toxicomanie:

Les médicaments antibactériens pour la cholécystite chronique non calculante sont prescrits en cas d'étiologie bactérienne:

clarithromycine 500 mg 2 fois par jour

érythromycine 0,25 g4-6raz par jour

ciprofloxacine 500-750 mg 2 fois par jour

Le traitement avec des agents antibactériens est effectué en moyenne au moins 8-

Métronidazole 500 mg x 2-3 fois par jour

Ornidazole 500 mg: pour la giardiase, on prescrit habituellement 1,5 g du médicament une fois par jour (il est conseillé de prendre Ornidazole le soir). La durée du traitement est de 1-2 jours.

atropine 0,1% - 1 ml;

platifilline 0,2% - 2 ml;

métacine 0,1% - 1 ml.

Drotavérine 2% 2-4 ml par voie intramusculaire ou intraveineuse;

papaverine 2% - 2 ml sous la peau;

Chlorhydrate de mébévéine 200 mg 2 fois par jour pendant 2-4 semaines;

Hymécromone 200 à 400 mg 3 fois par jour avant les repas pendant 15 à 20 minutes;

hyascine bromure de butyle à 2% - 2 ml par voie intramusculaire, intraveineuse, puis en gouttes de 10 mg × 3 fois par jour.

Suppression des vomissements et des nausées dans la cholécystite chronique

Métoclopramide 2 ml × 2 fois par voie intramusculaire ou intraveineuse;

10 mg de dompéridone 1 comprimé 2 à 3 fois par jour pendant 7 à 14 jours.

Les médicaments cholélitholytiques oraux sont parfois efficaces contre les calculs radiologiques négatifs (cholestérol): acide ursodésoxycholique à 8-15 mg / kg / jour et 2 à 3 fois par voie orale pendant une longue période (jusqu’à 2 ans).

15.3 Autres traitements: -

15.4 Chirurgie:

La cholécystite chronique calculeuse est sujette à une chirurgie programmée.

15.5 Mesures préventives:

La prévention primaire vise à reconnaître et à traiter rapidement les maladies du système biliaire.

Secondaire - pour prévenir les exacerbations et le développement de complications.

15.6 Autres connaissances: -

16. Indicateurs de l'efficacité du traitement et de la sécurité des méthodes de diagnostic et de traitement décrites dans le protocole:

élimination des maladies aiguës;

soulagement de la douleur et des syndromes dyspeptiques.

III. ASPECTS ORGANISATIONNELS DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROTOCOLE: 17. Liste des concepteurs de protocoles:

1. Nersesov A.V. - Docteur en sciences médicales, professeur, chef du département de gastroentérologie et d'hépatologie avec un cours d'endoscopie de l'Université de médecine nationale du Kazakhstan. S. Asfendiyarov, chef du département de gastroentérologie et d'hépatologie, Institut de recherche en cardiologie et maladies internes.

Encodage de la cholécystite chronique dans la CIM

La maladie inflammatoire d'un organe interne tel que la vésicule biliaire, d'origine bactérienne, est appelée cholécystite (cholécystite). Dans la classification internationale, chaque maladie est affectée à un code, cholécystite aiguë ou chronique, conformément à la CIM 10 portant le code K81.

Apparition de la maladie

La maladie survient à la suite d'une violation ou de l'arrêt complet de l'écoulement de la bile pour une raison quelconque. Le facteur principal est le blocage du calcul des voies biliaires. Dans la plupart des cas, la cholécystite apparaît comme une complication de la cholélithiase. Des pierres dans la vésicule biliaire endommagent les parois et entravent la circulation de la bile. Lorsque de tels dépôts sont découverts, la forme pathologique de pathologie est diagnostiquée. La cholécystite dans la CIM 10 est incluse dans la section des maladies des organes internes responsables de la digestion et dans le sous-groupe combinant les diagnostics de la vésicule biliaire, de la glande, des chemins K80–87 et a la valeur de code K81.

La cholécystite chronique est un processus inflammatoire aigu ou chronique des parois de la vésicule biliaire résultant d'une infection.

Un autre facteur de développement de la maladie peut être la présence dans le corps de parasites - vers, versille, griffe du chat, dysenterie amibe.

Symptômes de la maladie et diagnostic

La cholécystite chronique dans la CIM 10 se caractérise par des signes évidents dont la sévérité dépend de l'évolution de la maladie et des lésions organiques. En fonction du degré de développement de la pathologie, on distingue les types de cholécystite suivants:

  • Catarrhale - se manifeste d'abord par paroxystique, puis par des douleurs constantes dans le bas du dos, les épaules et le cou. Nausées, vomissements, fièvre, tachycardie.
  • Flegmate - douleur intense, y compris lors de la respiration et de la toux, vomissements fréquents, température corporelle élevée.
  • Gangrène - intoxication prononcée, apparition de péritonite, douleur intense dans tout le corps, forte fièvre, distension abdominale, tachycardie, symptômes d’irritabilité de la cavité abdominale.

Si vous avez des symptômes et des soupçons, vous devriez consulter un médecin qui vous diagnostiquera. Dans un premier temps, le spécialiste palpera la zone sous-costale du côté droit. La présence de la maladie confirmera une tension musculaire notable dans cette zone. Le gastro-entérologue prescrira un test sanguin qui, au cours de la période d'exacerbation, révélera une leucocytose et une augmentation de la RSE. Le principal outil de diagnostic est une échographie.

Traitement de la cholécystite

Selon MKB 10, la cholécystite se présente sous une forme chronique, portant le numéro K81.1 (au cours de l'évolution de la maladie depuis plus de six mois). Si la maladie est une inflammation aiguë, elle doit être traitée à l'hôpital. Les formes flegmoneuses et gangréneuses de la maladie nécessitent un traitement chirurgical. La principale méthode thérapeutique utilisée dans le traitement de la cholécystite consiste à utiliser des produits pharmaceutiques - antibiotiques, spasmolytiques. En rémission, un complexe de sanatorium et un cours de physiothérapie sont recommandés. La santé des organes digestifs est un facteur important. Un régime spécial est attribué au patient, qui exclut la consommation d'aliments frits, épicés et alcoolisés. Consommez de la nourriture de préférence souvent et en petites portions.

Tout traitement à domicile doit être supervisé et prendre en compte les recommandations du médecin.

Code de cholécystite calcique pour MKB 10

La cholécystite est une inflammation de la vésicule biliaire résultant de la présence de calculs dans la vésicule biliaire. Dans environ 50 à 75% des cas de cholécystite, des bactéries se trouvent dans la bile. Cependant, on pense qu'une infection bactérienne dans la vésicule biliaire se développe une seconde fois.

Cliniquement, la maladie se manifeste par une douleur et une sensibilité dans l'hypochondre droit; on peut noter une tension musculaire dans la paroi abdominale antérieure de l'hypochondre droit dans l'hypochondre droit (cholécystite aiguë).

La principale méthode de diagnostic est l’échographie, qui détermine la présence de calculs dans la vésicule biliaire et de signes d’inflammation.

Le traitement consiste à prescrire un traitement antibiotique et à prélever la vésicule biliaire (cholécystectomie).

  • Epidémiologie de la cholécystite calcique

La prévalence de la cholécystite calculeuse est directement liée à l'épidémiologie de la maladie des calculs biliaires. Ainsi, aux États-Unis, environ 10 à 20% de la population souffre de cholélithiase et un tiers d'entre eux développent une cholécystite aiguë. La cholécystite calculeuse est plus répandue chez les Scandinaves et les Indiens Pima En savoir plus Épidémiologie de la maladie des calculs biliaires.

La cholécystite, comme la cholélithiase, est plus fréquente chez les femmes.

La fréquence de la cholécystite augmente avec l'âge, ce qui peut être dû à des modifications du fond hormonal.

  • Classification de la cholécystite calculeuse

    Il existe deux formes principales de cholécystite calculeuse:

    • Cholécystite aiguë calculeuse.

    C'est une inflammation de la vésicule biliaire qui se développe en quelques heures. Se produit à la suite d'une obstruction du canal cystique par des calculs biliaires.

  • Cholécystite chronique calculeuse.

    Il s'agit d'une inflammation à long terme de la vésicule biliaire, résultant de la présence de calculs dans celle-ci.

  • Codes de la CIM-10
    • K80.0 - Pierres de la vésicule biliaire atteintes de cholécystite aiguë.
    • K80.1 - calculs vésiculaires avec une autre cholécystite.
    • K80.4 - Calculs biliaires avec cholécystite.

Étiologie et pathogenèse

La principale cause de cholécystite calculeuse est le calcul de la vésicule biliaire, entraînant une obstruction du canal kystique.

Les facteurs de risque pour le calcul de la cholécystite sont:

  • Sexe féminin
  • Facteur ethnique (le plus souvent chez les Scandinaves et les Indiens Pima).
  • L'obésité ou, à l'inverse, une forte diminution du poids corporel.
  • Certains médicaments (en particulier l’utilisation de contraceptifs hormonaux par les femmes).
  • La grossesse
  • Âge (risque accru de maladie avec l'âge).
  • Pathogenèse de la cholécystite aiguë

    L'obturation du canal cystique par la pierre entraîne la stagnation de la bile. La stagnation de la bile s'accompagne à son tour de la libération d'enzymes pro-inflammatoires (par exemple, la phospholipase A, qui convertit la lécithine en lysolécithine). Une muqueuse endommagée produit plus de liquide dans la vésicule biliaire. En conséquence, la production de médiateurs inflammatoires (par exemple, les prostaglandines), qui augmentent les dommages causés à la membrane muqueuse, est accrue dans la vésicule biliaire distendue.

    Une augmentation de la pression dans la vésicule biliaire peut entraîner une pression sur les vaisseaux de la paroi de la vessie et sa nécrose. Il est également possible d'infection de la vésicule biliaire et de sa perforation.

  • Pathogenèse de la cholécystite chronique

    La cholécystite chronique peut survenir après une infection aiguë, mais le plus souvent, elle se développe indépendamment et progressivement.

    Les dommages à la paroi de la vésicule biliaire dans la cholécystite chronique varient d’une infiltration légère à un épaississement et à des rides fibreuses. Dans la cholécystite chronique, le processus inflammatoire cicatriciel couvre toutes les couches de la paroi de la vésicule biliaire. Elle se sclérose progressivement, s'épaissit et, à certains endroits, de la chaux s'y dépose, ce qui crée les conditions nécessaires au maintien du processus inflammatoire et de ses exacerbations périodiques.

  • Photo histologique avec cholécystite

    L'œdème et la congestion veineuse sont appelés changements aigus précoces.

    Les modifications histologiques de la cholécystite aiguë se superposent généralement au tableau histologique caractéristique de la cholécystite chronique.

    Les caractéristiques spécifiques incluent la fibrose, l'aplatissement de la membrane muqueuse et la présence de cellules d'inflammation chronique. Dans 56% des cas, une hernie de la membrane muqueuse (sinus de Rokitansky-Askhoff), provoquée par une augmentation de la pression hydrostatique, est détectée. Une nécrose aiguë et une infiltration de neutrophiles peuvent également être notées.

    Avec la progression de la lésion, une gangrène et une perforation se développent.

    Clinique et complications

    • Le tableau clinique de la cholécystite aiguë

    Caractérisé par une douleur aiguë ("colique biliaire"). La douleur est localisée dans la région sous-costale épigastrique ou droite et irradie dans le dos sous l'angle de l'omoplate droite, de l'épaule droite, moins souvent dans la moitié gauche du corps.

    La douleur survient généralement la nuit ou tôt le matin et augmente en moins d'une heure. Contrairement à la colique biliaire normale, la douleur dans la cholécystite aiguë est plus longue (plus de 6 heures) et plus prononcée.

    L’émergence de douleur peut être précédée par l’utilisation d’aliments gras, épicés, épicés, d’alcool, ainsi que par des expériences émotionnelles.

    La douleur peut être accompagnée de transpiration excessive, d'une grimace de douleur au visage et d'une posture forcée - du côté avec les jambes collées à l'estomac.

    Il y a des nausées, des vomissements, parfois avec un mélange de bile.

    La fièvre apparaît généralement 12 heures après le début de l'attaque et est associée au développement d'une inflammation bactérienne. Chez les patients âgés et séniles, la fièvre peut ne pas survenir et le premier ou le seul symptôme peut être une manifestation systémique non spécifique (manque d'appétit, vomissements, malaise et faiblesse).

    L'apparition d'un ictère indique une obstruction au moins partielle du canal biliaire principal.

  • Le tableau clinique de la cholécystite chronique

    Caractérisé par une douleur sourde et douloureuse dans l'hypochondre droit de nature constante ou apparaissant 1 à 3 heures après l'ingestion d'aliments copieux et particulièrement gras et frits.

    La douleur irradie jusque dans la région de l'épaule droite et du cou, l'omoplate droite. Périodiquement, il peut y avoir une douleur aiguë ressemblant à une colique biliaire. Cependant, des modifications inflammatoires parfois même prononcées de la vésicule biliaire peuvent ne pas être accompagnées de symptômes de coliques biliaires.

    La cholécystite chronique habituellement chronique ne s'accompagne pas de fièvre.

    Des phénomènes tels que nausée, irritabilité, insomnie sont fréquents.

    La jaunisse n'est pas caractéristique.

  • Complications de la cholécystite calculeuse
    • Empyème de la vésicule biliaire (développé à la suite d'une infection bactérienne).
    • La formation de fistules intestinales kystiques. Il se développe à la suite de l'érosion et de la percée du tartre à travers le mur de la vésicule biliaire dans les organes voisins (le plus souvent dans le duodénum), et un iléus biliaire de l'intestin peut survenir.
    • Cholécystite emphysémateuse (ne survient que dans 1% des cas à la suite de la propagation de micro-organismes générateurs de gaz, tels que: E. coli, les espèces de Clostridia perfringens et de Klebsiella).
    • Sepsis
    • Pancréatite
    • Perforation de la vésicule biliaire (se développe chez jusqu'à 15% des patients).

Diagnostics

Le diagnostic de cholécystite peut être suspecté avec l'apparition de douleurs dans l'hypochondre droit, accompagnées de fièvre.

Le diagnostic de la maladie, en plus de la collecte de l'anamnèse et de l'examen physique, comprend des méthodes de visualisation et de diagnostic en laboratoire, dont la principale dans la cholécystite calcique est l'échographie.

  • Objectifs de diagnostic
    • Dès que possible, vérification du diagnostic.
    • Détection de complications.
    • Définition des indications et des contre-indications à un traitement chirurgical.
  • Méthodes de diagnostic
    • Prise d'histoire

      Lors de la collecte des antécédents devrait clarifier la prescription de l'apparition de la douleur et leur localisation, ainsi que la relation avec la consommation de nourriture et l'activité physique. Vous devez également vous renseigner sur la présence de symptômes supplémentaires de cholécystite, notamment de la fièvre, des nausées.

      • Inspection.

      Dans la cholécystite aiguë de calcul, on note une respiration superficielle, l’abdomen est peu impliqué dans l’acte respiratoire. Dans environ 15% des cas, un jaunissement de la peau peut survenir.

      Pour la cholécystite chronique, la jaunisse n'est pas typique.

      Caractérisé par la douleur et la tension des muscles abdominaux dans l'hypochondre droit ou l'épigastre. Dans environ 30 à 40% des cas, le bas de la vésicule biliaire est palpable.

      Dans la cholécystite chronique, la vésicule biliaire n'est pas palpable dans la plupart des cas, car elle est généralement ridée en raison du processus de sclérose cicatricielle chronique.

      Un symptôme positif de Murphy est la rétention de souffle involontaire lors de l'inhalation avec pression sur la région de l'hypochondre droit. Douleur lors de l'inhalation lors de la palpation de l'hypochondre droit (symptôme de Kera). Douleur lorsque vous tapez sur le bord de la bonne arche costale (symptôme Ortner). Symptôme Géno de Mussi-Georgievsky (symptôme frénikus) - douleur ressentie lorsqu'on appuie un doigt entre les jambes du muscle sternocléidomastoïdien droit.

      Avec la percussion de l'abdomen - tympanite (parésie réflexe de l'intestin).

      Les indicateurs de laboratoire pour la cholécystite sont non spécifiques et peu assistés dans le diagnostic.

      Dans la cholécystite aiguë, une leucocytose peut survenir avec un décalage de la formule leucocytaire vers la gauche.

      Une augmentation de l'ALAT et de l'ASAT peut être observée avec une cholécystite et une obstruction des voies biliaires principales.

      Une augmentation de l'activité de la bilirubine totale et de la phosphatase alcaline peut être observée avec une obstruction de la voie biliaire principale.

      La sensibilité et la spécificité des ultrasons pour la détection des calculs vésiculaires sont supérieures à 95% (dans le cas de bétons de plus de 2 mm de diamètre). La sensibilité de cette méthode avec la cholécystite est de 90-95% et la spécificité de 78-80%. L’échographie est la méthode la plus informative lorsqu’on mène cette étude à jeun (s’abstenant de manger pendant 8 heures) avant de mener une étude diagnostique.

      Les signes ultrasoniques de cholécystite aiguë sont:

      • Fluide dans l'espace vésical.
      • Épaississement de la paroi de la vésicule biliaire (plus de 4 mm).

      Les calculs de rayons X peuvent être visualisés dans 10-15% des cas. Mais ce symptôme n'indique pas la présence obligatoire d'une cholécystite.

      La présence de gaz dans la lumière ou la paroi de la vésicule biliaire est caractéristique de la cholécystite emphysémateuse provoquée par des bactéries génératrices de gaz, telles que les espèces E. coli, Clostridium et Streptococcus.

      La cholécystite emphysémateuse est plus fréquente chez les hommes atteints de diabète ou de cholécystite avec calcul.

      La calcification diffuse de la vésicule biliaire ("bulle de porcelaine") est le plus souvent associée au développement du carcinome, mais selon une étude rétrospective, Towfigh (2001), la calcification partielle de la vésicule biliaire n'a aucun lien avec le carcinome.

      La sensibilité et la spécificité de ces méthodes de recherche pour identifier la cholécystite aiguë sont supérieures à 95%. En outre, ces méthodes vous permettent d'inspecter les organes et les tissus environnants, ce qui peut aider dans les cas de diagnostic difficiles.

      Les signes de cholécystite, déterminés par cette méthode de recherche, incluent:

      • Épaississement de la paroi de la vésicule biliaire (plus de 4 mm).
      • Accumulation de fluide près de la bulle.
      • Œdème sous-séreux.
      • Gaz dans les parois de la vésicule biliaire (cholécystite emphysémateuse).
      • Membrane muqueuse rejetée.

      La sérigraphie hépato-adolescente permet de diagnostiquer avec précision une cholécystite aiguë dans 95% des cas. La sensibilité et la spécificité de cette méthode se situent dans les intervalles de 90-100% et 85-95%, respectivement.

      En règle générale, la substance marquée entre dans la vésicule biliaire, les voies biliaires principales et l'intestin grêle en 30 à 45 minutes.

      La nomination de morphine peut améliorer la visualisation de la vésicule biliaire, car ce médicament augmente la résistance à la circulation de la bile dans le sphincter d’Oddi, ce qui contribue au remplissage de la vésicule biliaire (en fonction de la perméabilité du canal cystique).

      L’introduction de la morphine contribue donc à réduire le nombre de résultats de scintigraphie faussement positifs pouvant être observés chez des patients gravement malades et immobilisés avec une bile épaisse stagnante.

      Cette méthode de recherche est utilisée en cas de suspicion de concrétions dans la voie biliaire principale.

      ERPHG vous permet de visualiser les voies biliaires. Il est également possible, au cours de cette procédure, d’extraire des calculs des voies biliaires principales.

      Cependant, cette méthode présente un risque élevé de développer une pancréatite (une pancréatite se développe dans 3 à 5% des cas) après cette procédure de diagnostic.

      Traitement

      Avec exacerbation de la cholécystite chronique et le traitement prolongé, en règle générale, est effectué à l'hôpital, dans la phase de rémission - dans la clinique ou le sanatorium.

      Le traitement vise à éliminer la douleur et les troubles dyskinétiques, ainsi qu'à supprimer l'infection et le processus inflammatoire. En outre, le traitement devrait inclure le traitement de la maladie de calculs biliaires. En savoir plus Traitement de la maladie des calculs biliaires..

      La cholécystite aiguë est une indication pour une hospitalisation urgente dans un hôpital chirurgical et nécessite généralement une intervention chirurgicale. Lors de l'admission à l'hôpital, le traitement initial des patients atteints de cholécystite aiguë comprend l'élimination de la charge sur les intestins (famine), l'hydratation intraveineuse, le soulagement de la douleur et l'administration d'antibiotiques par voie intraveineuse. Dans les cas bénins de la maladie, l’antibiothérapie consiste à prescrire un seul agent antibactérien à large spectre.

      • Traitement de la cholécystite aiguë
        • Objectifs de traitement
          • Soulagement de la maladie aiguë.
          • Prévenir le développement de complications.
          • Exclusion de conditions favorables à la formation de pierres.
        • Méthodes de traitement de la cholécystite aiguë
          • Thérapie conservatrice
            • Thérapie de régime

              Au début d'une attaque de cholécystite aiguë - une pause de thé à l'eau pendant 1-2 jours. Ensuite, prescrivez le numéro de régime 5a et, avec la disparition de tous les événements aigus, le passage au régime numéro 5.

              La douleur dans la cholécystite aiguë ou l'exacerbation des chroniques peut être assez prononcée et nécessiter la nomination d'analgésiques narcotiques; il convient de noter que la nomination de morphine n'est pas indiquée, car ce médicament augmente le tonus du sphincter d'Oddi et le rend difficile pour la bile.

              Les médicaments suivants sont utilisés:

              L'analgésique narcotique, offrant un soulagement adéquat de la douleur, n'entraîne pas de violation du tonus du sphincter d'Oddi. Nommé en une dose unique de 0,04 g par voie orale / intraveineuse / intramusculaire / sous-cutanée. La dose quotidienne est de 0,16 g.

              Analgésique non narcotique, appartenant au groupe des AINS. Attribuer une dose unique de 750 mg.

              Analgésique non narcotique, appartenant au groupe des AINS. Assign in / in ou in / m 1-2 ml de solution à 50% 2-3 fois / jour, la dose quotidienne maximale est de 2 g

              Antispasmodique myotrope. Réduit le ton. Détend les muscles lisses des organes internes (GIT, voies respiratoires, système urinaire) et des vaisseaux sanguins. Attribuez n / a, in / m - 1-2 ml 2 à 4 fois par jour; in / in, lentement - 1 ml avec une dilution préliminaire d'une solution à 2% dans 10 à 20 ml d'une solution de chlorure de sodium isotonique.

              Les agents antibactériens utilisés dans le traitement de la cholécystite devraient affecter les espèces E. coli, B. fragilis, Klebsiella, Pseudomonas et Enterococcus.

              • Avec un état stable du patient souffrant de douleur et de basse température - ampicilline (sel de sodium d'ampicilline) 4-6 g / jour.
              • En cas de septicémie sévère, une association d'antibiotiques est recommandée:
                • Gentamicine (sulfate de gentamicine) 3-5 mg / kg / jour + clindamycine (Dalatsin, Clindamycin Caps.) 1,8-2,7 g / jour. ou
                • Métronidazole (Metrogil) + III céphalosporine ou
                • imipénème + cilastatine (Tienam).

              Le traitement de désintoxication est effectué par voie intraveineuse de solutions de glucose à 5%, de solution saline, d’hémodez, pour un total de 2 à 3 litres par jour.

              Les patients atteints de cholécystite présentent souvent des nausées et des vomissements. La nomination de médicaments antiémétiques peut améliorer l'état des patients et prévenir la perte de liquide et d'électrolytes.

              Un antihistaminique avec des effets sédatifs et antiémétiques. Attribuez i / m ou / dans la dose initiale de 25 mg, puis 12,5-25 mg toutes les 4 à 6 heures.

              La cholécystectomie par laparoscopie des plaies est la principale méthode de traitement.

              L'opération est généralement effectuée immédiatement après la réduction des symptômes de la maladie. Avec une telle opération, la mortalité et la fréquence des complications sont plus faibles qu'avec une opération planifiée réalisée après 6-8 semaines de traitement conservateur.

              Les cholécystectomies d’urgence sont les patients atteints de cholécystite aiguë, de péritonite compliquée, de cholécystite gangréneuse, de perforation de la paroi de la vésicule biliaire.

              La cholécystostomie percutanée combinée à un traitement antimicrobien est la méthode de choix pour traiter les patients gravement malades et âgés atteints de complications de la cholécystite aiguë.

              Les contre-indications à la cholécystectomie par laparoscopie sont:

              • Risque élevé de faible tolérance à l'anesthésie générale.
              • L'obésité, empêchant le fonctionnement normal du corps.
              • Signes de perforation de la vésicule biliaire (abcès, péritonite, formation de fistules).
              • Pierres géantes de la vésicule biliaire ou processus présumé malin.
              • Lésions hépatiques graves avec hypertension portale et coagulopathie sévère.

              Dans ces cas, la chirurgie chirurgicale abdominale recommandée - cholécystectomie.

              Dans la cholécystite aiguë, il est nécessaire d'utiliser des tactiques de traitement actives. Cette tactique est due au fait que les modifications morphologiques de la vésicule biliaire au cours du processus inflammatoire ne disparaissent jamais complètement et conduisent au développement de nombreuses complications.

              Il convient de rappeler qu’avec le traitement médicamenteux par perfusion en cours, l’amélioration prochaine de l’état du patient ne reflète pas toujours la "réversibilité" du processus inflammatoire. La pratique regorge d'observations lorsque, dans le contexte d'un traitement par perfusion en cours, y compris un traitement antibiotique, et dans le cadre de signes cliniques d'amélioration, le patient a développé une gangrène de la vésicule biliaire, sa perforation ou un abcès péri-musculal.

              La question du choix de la tactique de traitement d'un patient atteint de cholécystite aiguë dans une clinique moderne est résolue dès les premières heures d'un séjour hospitalier, à partir du moment de la déclaration et de la confirmation du diagnostic clinique par des méthodes échographiques ou laparoscopiques. Cependant, l'opération est réalisée à des moments différents du moment de l'hospitalisation.

              Le séjour à l’hôpital préopératoire est utilisé pour un traitement intensif dont la durée dépend de la gravité de l’état physique du patient.

              La méthode de choix est une cholécystectomie laparoscopique précoce (dans les 72 premières heures), car avec une telle opération, le taux de mortalité et de complications est inférieur à celui d'une opération planifiée réalisée après 6-8 semaines de traitement conservateur.

              Les cholécystectomies d’urgence sont les patients atteints de cholécystite aiguë, de péritonite compliquée, de cholécystite gangréneuse, de perforation de la paroi de la vésicule biliaire.

              La cholécystostomie percutanée combinée à un traitement antimicrobien est la méthode de choix pour traiter les patients gravement malades et âgés atteints de complications de la cholécystite aiguë.

              • Tactiques de traitement des patients atteints de cholécystite aiguë de vieillesse et de personnes âgées dans un état grave

              Les patients âgés et de l'âge sénile atteints de multiples maladies concomitantes sévères peuvent ne pas subir de cholécystectomie au stade aigu de la maladie, peu importe le type de tactique chirurgicale utilisée.

              La solution au problème réside dans une méthode de traitement en deux étapes. La première étape, mise en œuvre sous le contrôle d'un laparoscope ou d'une échographie, est la ponction ou la microcholécystostomie, c'est-à-dire la décompression en une étape ou prolongée et l'assainissement de la vésicule biliaire. L’élimination du principal facteur pathogénique de la cholécystite aiguë destructrice - augmentation de la pression intravésicale - permet d’arrêter les manifestations cliniques et inflammatoires de la maladie, de préparer le patient et de produire le deuxième stade radical du traitement chirurgical dans une période relativement sûre.

              La méthode de traitement en deux étapes peut considérablement réduire la mortalité postopératoire chez les patients du groupe "menacé" (groupes de patients à risque accru). Cependant, la méthode présente également un certain nombre d'inconvénients, dont le principal doit être considéré comme un long séjour à l'hôpital, une qualité de vie médiocre pour un patient en cas de fistule biliaire en état de fonctionnement, l'utilisation extensive et souvent déraisonnable de méthodes en deux étapes de traitement de la cholécystite aiguë chez les personnes de plus de 60 ans, le développement de nouvelles complications rares mais graves associées à la ponction de la vésicule biliaire ou à une cholécystostomie existante.

        • Traitement de la cholécystite chronique
          • Méthodes de traitement de la cholécystite chronique
            • Thérapie conservatrice
              • Thérapie de régime

                Eaux minérales recommandées provenant des sources: Essentouki, Jermouk, Zheleznovodsk, Borjomi, Izhevsk. Les bouteilles d'eau minérale sont ouvertes à l'avance pour permettre la libération des gaz dissous. À cette fin, vous pouvez légèrement réchauffer l'eau dans un bain d'eau.

                Lorsque la douleur prescrit des antispasmodiques (papaverine, no-spa, atropine, platifilline).

                Antispasmodique myotrope. Réduit le ton. Détend les muscles lisses des organes internes (GIT, voies respiratoires, système urinaire) et des vaisseaux sanguins. Attribuer à l'intérieur - 0,04-0,06 g 3-5 fois par jour. La dose unique la plus élevée - 0,4 g, par jour - 0,6 g, P / C, in / m - 1-2 ml 2 à 4 fois par jour; in / in, lentement, 1 ml avec une dilution préliminaire d'une solution à 2% dans 10 à 20 ml d'une solution de chlorure de sodium isotonique.

                Antispasmodique myotrope. Développe de manière explicite et permanente les muscles lisses des organes et des vaisseaux internes, abaisse la pression artérielle, augmente le volume minute du cœur. Pratiquement aucun effet sur le système nerveux autonome et ne pénètre pas dans le système nerveux central. Attribuer à l'intérieur - à 0,04-0,08 g 2-3 fois par jour. V / m, n / a - 2-4 ml 1 à 3 fois par jour, pour soulager lentement les coliques - 2-4 ml.

                Bloque les récepteurs m-cholinergiques et exerce un effet relaxant direct sur les muscles lisses. Développe les vaisseaux sanguins, diminue le tonus des muscles lisses des voies biliaires et de la vésicule biliaire, les bronches, provoque la mydriase. Attribuer à l'intérieur de p / k. Pour les spasmes des muscles lisses (soulager le syndrome de la douleur) - s / à 1-2 ml de solution à 0,2%.

                Bloque les récepteurs m-cholinergiques. Détend les muscles lisses des bronches, du tube digestif, de la bile et des systèmes urinaires - effet antispasmodique. Provoque une mydriase, une paralysie de l'accommodation, une augmentation de la pression intra-oculaire, une tachycardie, une xérostomie. Inhibe la sécrétion des glandes bronchiques, gastriques et sudoripares. Attribuer à l'intérieur (avant les repas) - 0,5-1 mg 1-2 fois par jour. In / in, in / m ou s / c - 1 ml de solution à 0,1%.

                Le traitement avec des agents antibactériens est effectué en moyenne 8-10 jours. Après une pause de 2 à 3 jours, le traitement avec des agents antibactériens doit être répété pendant 8 à 10 jours supplémentaires (en tenant compte de la microflore sélectionnée pendant l'intubation duodénale).

                Il est conseillé d'utiliser des agents antibactériens à large spectre pénétrant dans la bile à une concentration suffisamment élevée. Sur cette base, nommez à l'intérieur:

                • Erythromycine (Tableau Erythromycine.). 0,25 g 6 fois par jour. Il a également un effet anti-lamblious.
                • la doxycycline (Unidox Solutab, chlorhydrate de doxycycline). À 0,05-0,1 g 2 fois par jour.
                • métacycline. 0,15-0,3 g 2 fois par jour.
                • ampicilline (trihydrate d'ampicilline). 0,5 g 4-6 fois par jour.
                • Furazolidone (Furasolidone tab.) À 0,05 g 4 fois par jour. Il a également un effet anti-lamblious.

                La cholécystite calculeuse chronique nécessite généralement un traitement chirurgical. S'il existe des contre-indications à la chirurgie, un traitement médicamenteux est utilisé.

                Le traitement peut être effectué en ambulatoire. Le traitement de la cholécystite chronique est à long terme et commence par l'utilisation de médicaments qui soulagent l'état du patient. Un traitement sans exacerbation est un traitement conservateur.

                Étant donné qu'en cas de cholécystite chronique calculeuse de la vésicule biliaire, les concrétions sont déterminées, il est nécessaire de résoudre le problème de leur retrait. Lire la suite: Traitement de la maladie de calculs biliaires.

                Le traitement en sanatorium est indiqué en l'absence d'exacerbation, de cirrhose du foie et de vésicule biliaire déconnectée.

                Les patients atteints de cholécystite chronique doivent subir un examen prophylactique 2 fois par an. L'activité professionnelle ne doit pas être associée à un effort physique intense ni à des vibrations.


Plus D'Articles Sur Le Foie

La cirrhose

Recettes hypocaloriques avec photos

«Tout est vanité» - une fois le troisième roi juif prononcé. "Tous les régimes de régimes" - après trois mille ans, pour paraphraser Salomon, le monde entier devient fou.
La cirrhose

Vésicule biliaire avec une courbure dans le corps

La cause de la douleur dans le côté droit, des nausées et de la lourdeur après avoir mangé peut être due à diverses pathologies de la vésicule biliaire, dont l'une est une inflexion du corps de l'organe.