Attaque de la maladie de calculs biliaires

Parfois, une personne sujette aux maladies de la vésicule biliaire provoque accidentellement une attaque de la maladie des calculs biliaires, se trouvant dans une position inconfortable pour la vésicule biliaire pendant une longue période, mangeant un produit nocif, buvant de l'alcool dans un plat. Les causes de l'exacerbation sont nombreuses, la question demeure: que faire en cas de maladie des calculs biliaires, comment arrêter la douleur et prévenir les rechutes.

Symptômes et progression de la maladie

La maladie se développe lentement et imperceptiblement: initialement, plusieurs calculs se forment dans les voies biliaires, ce qui rend difficile l'extraction de la bile, et aucune inflammation, formation d'ulcères et autres complications ne sont observées. Déjà au stade initial, le premier signe évident apparaît: des coliques au foie. La douleur est associée au passage de calculs dans les canaux biliaires - les calculs tentent de pénétrer dans l'intestin, puis de sortir avec le reste des déchets du corps. Cependant, la taille des calculs ne permet parfois pas de traverser les canaux étroits, le flux de bile se bloque à mi-chemin, provoquant des douleurs.

Les symptômes d'une attaque de cholélithiase au cours des stades avancés incluent:

  • douleur intense et prolongée;
  • le patient a l'essoufflement avec de petites respirations et de petites respirations;
  • il y a un changement général dans la peau, la couleur devient pâle;
  • en raison de l'augmentation du métabolisme, la transpiration se développe;
  • possible l'apparition d'un choc douloureux.

Si une personne est directement confrontée aux symptômes énumérés, il ne vaut pas la peine de retarder de nouvelles visites chez le médecin.

Un peu de colique au foie

La colique hépatique est le premier et certain symptôme de la maladie des calculs biliaires. La colique hépatique a les propriétés suivantes:

  • la douleur est localisée dans le côté droit, est aiguë;
  • parfois, la douleur irradie dans le dos - l'omoplate, le cou, dans de rares cas, la fesse et le bras;
  • le signe principal peut être une distension abdominale externe;
  • dans certains cas, le patient monte en température - bat le froid ou fait de la fièvre;
  • l'exacerbation correspond souvent à un trouble des fonctions du tractus gastro-intestinal, à des difficultés de digestion;
  • il y a une arythmie (rythme cardiaque irrégulier).

Une douleur aiguë agace le patient pendant une demi-heure, puis se transforme doucement en caractère douloureux. S'il est impossible d'anesthésier l'estomac après quelques heures, la douleur disparaît complètement et dure parfois de 10 à 15 minutes.

Bien entendu, la présence de l’un des symptômes énumérés n’indique pas la formation obligatoire de calculs dans la vésicule biliaire, mais une telle agression sera un bon moyen de changer ses habitudes et de se rendre à l’hôpital.

Comment vous aider

Si l'attaque est prise au dépourvu, vous devrez éliminer vous-même l'attaque de la maladie des calculs biliaires.

Premiers soins est la suivante: vous devez vous allonger sur un canapé, un lit ou une chaise - un endroit où vous pouvez vous dégourdir les jambes et ressentir la paix. Si le patient est seul à la maison, il ne fera pas de mal d'appeler des amis, des parents pour demander de l'aide. Demandez à vos amis de venir, il peut y avoir un cas de vomissement ou d'aggravation d'une attaque (le traitement de la douleur ne vous aide pas toujours), de sorte que vous devez appeler une calèche.

Les antidouleurs sont souvent:

  • pas de shpa;
  • la drotavérine;
  • la papavérine;
  • antispasmodiques de tout ordre.

Les médecins traitants avertissent la tâche à l'avance - ils offrent un analgésique au patient en cas d'attaque. Si une offre du médecin n’a pas été reçue, discutez du nom des médicaments à la réception.

Certains médecins recommandent un bain. L'eau est recueillie à une température agréable et chaude (de 37 à 39 ° C), ne doit pas brûler le corps humain. Il n'est pas nécessaire de rester longtemps dans le bain: il suffit de se détendre pendant 10-15 minutes. Ensuite, il est recommandé d'aller rapidement au lit afin que le corps chaud ne refroidisse pas et que la température corporelle ne change pas. Un autre moyen de «réchauffer» le corps pour améliorer le travail des vaisseaux consiste à fixer un coussin chauffant aux jambes. Il est recommandé d'envelopper le patient autant que possible dans des couvertures et des vêtements chauds. La chaleur de la cholélithiase fera du bon travail. Si le patient a de la fièvre, des frissons, enveloppez la personne dans une couverture plus solide.

Buvez beaucoup d'eau pour éviter la déshydratation. L'eau minérale filtrée est recommandée, l'eau du robinet et les boissons gazeuses sont strictement interdites.

En règle générale, les attaques graves durent entre 20 et 30 minutes. Une fois le délai imparti écoulé, il est autorisé à quitter le lit ou le bain et à continuer à faire des choses. Si la crise n'est pas terminée, cela signifie que c'est une affaire grave, il est urgent de consulter un médecin. Nous devrons appeler l'hôpital et appeler une ambulance.

N'oubliez pas que plus tôt une pierre de la vésicule biliaire est détectée (ou plusieurs) et que le patient se plaint auprès du médecin, plus la probabilité d'éviter une intervention chirurgicale est élevée.

Complications de la maladie de calculs biliaires et des maladies concomitantes

Si vous n'allez pas chez le médecin à temps avec des calculs dans la vésicule biliaire, vous risquez de rencontrer un certain nombre de complications assez graves qui affectent fortement l'état de votre corps. Au début, les calculs sont de petite taille, les analgésiques permettent d’atténuer la douleur, mais progressivement, les formations deviennent plus massives, le passage le long des sentiers excrétant la bile est compliqué. Lorsque les calculs sont bloqués et obstruent les voies biliaires, des phénomènes désagréables se produisent:

  • cirrhose biliaire;
  • jaunisse;
  • cholécystite (inflammation de la vésicule biliaire);
  • cholangite.

La cholécystite est accompagnée de symptômes reconnaissables:

  • la douleur est localisée des deux côtés du corps, acquérant un caractère de zona;
  • peau jaunie;
  • changement de la température corporelle;
  • la douleur irradie dans le dos, créant une sensation de pulsation;
  • problèmes de manipulation des aliments - envie émétique, nausée.

Lorsque les calculs grossissent et que les canaux sont obstrués, le fait que la douleur ne cesse pas est effrayant et très intense. Afin de ne pas retarder le traitement menant à l'opération, il est préférable de prévenir les conséquences à l'avance.

Ces maladies vont causer des calculs biliaires:

La cause commune de la transition des maladies entre elles - la détérioration du corps. En règle générale, dans les cliniques, on se souvient d'une telle relation et on observe que les mesures prophylactiques réduisent le risque de calculs biliaires.

En raison de complications et de maladies parallèles qui ne guérissent pas à temps, une personne en souffre plusieurs fois: la première fois où elle tente de faire face à une maladie diagnostiquée, la seconde, lorsqu'une maladie supplémentaire apparaît et que le patient doit se battre sur plusieurs fronts à la fois. Le métabolisme et la vie d'une personne dépendent des complications de la cholélithiase; les symptômes indiquant la survenue de complications nécessitent un besoin urgent d'appeler une ambulance. Le médecin traitant sera en mesure de décider si le patient doit être hospitalisé ou s'il sera possible de gérer un ensemble de mesures élémentaires.

Pendant l'hospitalisation, un traitement supplémentaire est prescrit individuellement, en fonction de la cause de l'attaque, en plus de la vésicule biliaire négligée.

Prévention

Une attaque biliaire d'un seul personnage - un avertissement et un rappel du besoin de soins de santé. Pour se protéger contre la répétition, il suffit de se conformer à un certain nombre de mesures préventives. La valeur d'urgence de l'exigence est obtenue après l'attaque. Par exemple:

  • mourir de faim pendant 12 heures après l'apparition de la douleur;
  • ensuite, ils boivent du bouillon d'églantier, utilisent des soupes cuites dans des légumes frais;
  • le troisième jour après l'inflammation, les céréales bouillies dans de l'eau, du fromage cottage (sans gras), du lait (faible en gras), du bouillon de viande maigre, du pain (seigle), des légumes et des fruits frais - sans goût amer;
  • avec beaucoup de soin après l'attaque, il est nécessaire d'ajouter du poisson de rivière, de la viande de dinde, du poulet (sans peau) à la nourriture. Discutez avec votre médecin de la possibilité d'un traitement à l'eau minérale.

Un régime mis au point par des nutritionnistes uniquement pour prévenir de nouvelles attaques de la maladie des calculs biliaires est accompagné d'une liste d'aliments interdits:

  • pâtes (même premium);
  • saucisse;
  • les épinards;
  • produits laitiers riches en matières grasses;
  • plats soumis à un traitement thermique, en plus d'ébullition et de cuisson à la vapeur;
  • Oubliez les assaisonnements, les aliments marinés et très salés;
  • café
  • alcool

Suivre le régime est nécessaire pendant et après l'attaque. Le mode Nutrition aide à réduire la charge sur la vésicule biliaire, sur le système de traitement dans son ensemble. Prenez soin de votre régime, il est facile et ne nécessite pas beaucoup d’effort.

Si on vous diagnostique une «maladie des calculs biliaires», vous devrez temporairement oublier les techniques de perte de poids intensive. Très souvent, les femmes croient à tort que la forme physique peut améliorer la santé, les calculs biliaires sont une exception. De tels régimes violent le métabolisme, la transformation des aliments et la libération de la bile par les voies biliaires sont dégradés. Il est préférable de discuter avec votre médecin de la nécessité de perdre du poids afin de trouver une issue qui convienne aux deux parties.

Recommandations pour manger

Le régime comporte une liste d'aliments autorisés et interdits, ainsi que des recommandations concernant le dosage et la fréquence des repas quotidiens. Le taux quotidien de nutriments chez les personnes varie. Donner des conseils individuels clairs ne peut être que médical. Cependant, les règles sont communes à chaque cas.

Par exemple, le matin, vous devez planifier le menu et le rapport quantitatif des plats de la liste. Une grande partie de la nourriture devrait être divisée en 5-6 repas. La taille de la parabole ne doit pas être trop massive pour ne pas surcharger les organes enflammés.

En suivant des règles préventives simples, il s’avère que l’on oublie longtemps les calculs dans les voies biliaires. Il est important de se rappeler - de ne pas provoquer d'attaques, de manière à ce que la tâche consistant à supprimer les douleurs indésirables ne soit plus nécessaire.

Douleur dans la vésicule biliaire comment enlever une attaque

Symptômes qui devraient alerter n'importe qui

La cholécystite est une maladie dangereuse, accompagnée d'une inflammation des parois de la vésicule biliaire. Dans la plupart des cas, ce processus est associé à la cholélithiase. Par conséquent, dans les pires circonstances, des calculs peuvent obstruer les voies biliaires et provoquer une rupture de la vessie et le développement d'une péritonite, ce qui, dans la moitié des cas, entraîne la mort du patient.

Par conséquent, les symptômes d'une attaque de cholécystite sont une indication pour une hospitalisation et parfois une intervention chirurgicale d'urgence.

Causes et symptômes

Très souvent, une inflammation de la vésicule biliaire est observée après les vacances, car les causes les plus courantes d'attaque de cholécystite sont les suivantes:

  • boisson alcoolisée lourde;
  • manger de grandes quantités d'aliments gras;
  • nourriture sèche;
  • boire des boissons gazeuses.

Important: le surpoids est une condition préalable essentielle au développement d’une crise de cholécystite.

En raison de l’impact de ces facteurs sur le corps, le métabolisme est ralenti, la bile s’épaissit et provoque l’apparition de processus inflammatoires et la formation de calculs dans la vésicule biliaire, tout en contribuant à modifier la structure de ses parois. Ainsi, il y a une attaque de cholécystite aiguë.

En règle générale, ses symptômes ne se font pas attendre et se développent déjà plusieurs heures après le festin. Les patients commencent soudain à se plaindre de:

  • douleurs aiguës et longues dans le côté droit, pouvant être infligées à l'épaule ou sous l'omoplate, et présentant également le caractère d'un zona;
  • des nausées;
  • des frissons;
  • goût amer;
  • la faiblesse;
  • vomissements pouvant contenir des impuretés de la bile;
  • des ballonnements;
  • éructations;
  • bouche sèche;
  • augmentation de la température;
  • la tachycardie;
  • apparition d'une plaque incompréhensible dans la langue.

Attention! Un signe de diagnostic important est l'apparition de douleurs aiguës dans l'hypochondre droit lorsqu'il est pressé.

Nos lecteurs recommandent!

Pour la prévention et le traitement des maladies du tractus gastro-intestinal, nos lecteurs conseillent le thé monastique. Cet outil unique composé de 9 plantes médicinales utiles à la digestion, qui non seulement complètent mais renforcent également les actions de chacun. Le thé monastique va non seulement éliminer tous les symptômes de la maladie du tractus gastro-intestinal et des organes digestifs, mais aussi soulager de manière permanente la cause de son apparition.
Médecins d'opinion. "

L'apparition de la cholécystite est facilement confondue avec une appendicite aiguë, vous ne devez donc pas refuser l'hospitalisation.

Dans certains cas, les patients ont observé une coloration jaune des protéines des yeux et de la peau ainsi qu'un assombrissement de l'urine. À l'avenir, les matières fécales acquièrent des teintes claires, car en raison du manque de bile, les aliments ne sont pas digérés jusqu'au bout.

Premiers secours

La première chose à faire dans une crise de cholécystite est d'appeler une ambulance. Il est strictement interdit de donner au patient des analgésiques ou d'appliquer un coussin chauffant sur le côté droit, car cela pourrait éliminer temporairement les symptômes de lésions de la vésicule biliaire et lubrifier le tableau clinique de la maladie. En conséquence, un temps précieux peut être manqué, le degré de phénomènes dystrophiques va augmenter et il sera urgent de prélever la vésicule biliaire avec des calculs.

Attention! Si vous consultez un médecin immédiatement après le développement d'une crise de cholécystite, vous pourrez faire face à un processus inflammatoire aigu en 2 à 3 jours et éliminer tous les symptômes de la maladie en une semaine.

Comment faire face à une attaque de cholécystite chronique

Dans les cas où une personne a longtemps été diagnostiquée avec une cholécystite chronique sans calculs. il peut recevoir une injection antamasmique intramusculaire, se coucher et attendre que la douleur s’apaise. Dès que cela se produit, le patient doit immédiatement consulter un gastro-entérologue et obtenir des recommandations pour un traitement ultérieur. Si les causes de la crise de cholécystite restent inconnues, essayez de les rechercher avec le médecin. Dans les premiers jours qui suivent l'attaque, il est préférable de refuser de manger, puis de suivre strictement un régime, d'éviter le stress et le surmenage.

Sans respect du régime alimentaire, les crises de cholécystite chronique menacent de devenir des compagnons permanents de la vie du patient.

Attention! Essayer indépendamment d’arrêter une attaque de cholécystite n’est possible que si l’on sait avec certitude qu’il n’ya pas de calculs dans la vésicule biliaire, et que le médecin traitant a autorisé de telles actions amateurs.

En outre, il existe des méthodes de médecine traditionnelle qui aident à soulager la douleur liée à la cholécystite, mais elles ne peuvent également être utilisées qu'en toute confiance en l'absence de calculs biliaires. Alors, contribuez à améliorer le flux de bile:

Les infusions mono-composants sont préparées à partir de ces herbes médicinales ou combinées en charges. Néanmoins, avant de vous engager dans la phytothérapie, vous devriez consulter un médecin et choisir avec lui l’option idéale pour un tel traitement, car dans certains cas, une action cholérétique peut être souhaitable, alors que dans d’autres elle est absolument contre-indiquée.

Mais peut-être est-il plus correct de ne pas traiter l’effet, mais la cause? Nous vous recommandons de lire l'histoire de Galina Savina, comment elle a guéri son estomac.
Lire l'article

Comment supprimer une attaque de cholécystite à la maison?

La cholécystite est une maladie qui repose sur une irritation de la paroi enflammée de la vésicule biliaire. Le plus souvent, cela se produit dans le contexte de la maladie des calculs biliaires, de la stagnation de la bile en raison de son écoulement difficile ou de ses changements athérosclérotiques dans la paroi de la vessie elle-même.

Le groupe à risque comprend les personnes qui ont eu des infections intestinales ou ont subi des invasions helminthiques. En outre, cette condition est observée chez les personnes atteintes de troubles circulatoires de la vésicule biliaire.

Les manifestations

Les symptômes d'une attaque de cholécystite aiguë sont divisés en primaire et suivant.

La patiente se plaint de douleurs soudaines dans l'hypochondre droit, qui ne perdent pas leur intensité lorsque la position du corps dans l'espace change. Cela est dû au fait que, en raison de violations, la sortie de la bile est entravée et son excès s’accumule et étend excessivement les parois de la vésicule biliaire. La douleur peut être non seulement à la place de la projection de la vésicule biliaire, mais aussi «migrer» vers l'omoplate droite ou la région supraclaviculaire. Si la cholécystite progresse, la douleur devient intense, plus aiguë. Elle peut partir seule ou être arrêtée avec des médicaments, mais en l'absence d'un traitement adéquat, elle reviendra certainement.

Cette condition est accompagnée de nausées et de vomissements, le patient note un goût amer lancinant dans la bouche. L'état du patient est également compliqué par une forte fièvre.

Avec la progression de la maladie et la stagnation à long terme de la bile, des symptômes pathognomoniques tels que la jaunisse de la peau et de la sclérotique peuvent apparaître. Le médecin détermine également une augmentation du pouls du patient: plus il est élevé, plus la maladie est grave. Le nombre de battements de coeur est également lié à la température - ces deux indicateurs augmentent simultanément.

La nausée est également un symptôme pathognomonique. Le patient se plaint d'un sentiment constant d'amertume, qui ne peut être interrompu en mangeant ou en buvant beaucoup. Cependant, les vomissements n'apportent pas le soulagement souhaité.

Diagnostics

Pour un diagnostic correct et la prescription du traitement, il est important de procéder à un examen physique adéquat et à un historique des antécédents.

En parlant, le patient marque l'apparition de signes de la maladie. Il indique également souvent ses maladies antérieures du tractus gastro-intestinal ou tout trouble dyspeptique.

À la palpation, l'hypochondre droit et les points de projection de la vésicule biliaire sont douloureux. En cas de pression, non seulement la douleur, mais aussi les nausées peuvent augmenter. Un symptôme pathognomonique est un revêtement blanc de la langue.

Pour une détermination plus précise de la pathologie, on prescrit au patient une échographie des organes abdominaux.

Méthodes de thérapie

Le but principal des premiers secours est de soulager la douleur lors d’une crise de cholécystite aiguë. Cela peut être fait à l'hôpital ou à la maison.

Le patient doit prendre une position horizontale et un sac de glace peut être appliqué sur la zone de douleur intense. Au stade préhospitalier, tout antispasmodique disponible peut être administré par voie intramusculaire: Spazmalgon, No-Shpu, Papaverin. L'atropine et la platifilline peuvent également être administrées pour réduire les spasmes.

Pour soulager les nausées, vous pouvez offrir au patient du thé à la menthe ou de l'eau minérale non gazeuse. Si ces méthodes sont inefficaces, l'administration intramusculaire de cerucal est indiquée au patient.

Pour traiter la cause immédiate qui a provoqué l'attaque, il vaut mieux à l'hôpital sous la surveillance du personnel médical. Le traitement est divisé en médicament et chirurgie. S'il n'y a aucun signe de stagnation de la bile ou de présence de calculs sous ultrasons, le patient est renvoyé chez lui avec les recommandations de traitement.

Articles connexes:

Ne mentez pas # 8212; Ne demande pas

Comment se manifeste la douleur dans la maladie de calculs biliaires?

Les pierres de la vésicule biliaire sont à l’origine de cette douleur; elles sont accompagnées de bile et se déplacent le long des voies biliaires dans l’intestin. La tachycardie et l'hypertension artérielle accompagnent parfois la douleur dans la cholélithiase.

La maladie biliaire se manifeste sous diverses formes, de l’absence totale de symptômes à la combinaison multiple de signes et symptômes de gravité variable et de leurs combinaisons. Lorsque la douleur abdominale est le principal symptôme, il est nécessaire de déterminer à quel moment elle a commencé et ce qui l’a déclenchée.

Dans le même temps, le patient ressent une sensation de blessure pénétrante et de tension dans la paroi frontale de la cavité abdominale. À mesure que les symptômes cliniques augmentent, la douleur liée à la cholélithiase peut commencer à se transmettre à l'épaule droite et sous l'omoplate droite. Des troubles menant à la jaunisse peuvent survenir à différents stades de la maladie des calculs biliaires.

Comment se manifeste la douleur dans la maladie de calculs biliaires?

Le développement de la jaunisse en l'absence de douleur dans l'abdomen suggère une obstruction maligne des voies biliaires. Bien qu'il y ait plusieurs raisons, les démangeaisons sont associées à une cholestase (stagnation de la bile dans la vésicule biliaire) et peuvent constituer le symptôme le plus désagréable chez un patient.

Comment supprimer une attaque de la maladie de calculs biliaires?

La détection de la douleur et de la tension involontaire des abdominaux lors de la palpation implique le développement d'une péritonite. À la palpation, on peut détecter une hypertrophie du foie et un épaississement du bord inférieur. La plénitude dans l'hypochondre droit et la vésicule biliaire sous tension sont également palpés. Maladie biliaire # 8212; C'est une maladie dans laquelle les calculs biliaires sont formés pour diverses raisons. S'il y a des événements inflammatoires dans la paroi de la vésicule biliaire, alors cette condition s'appelle la cholécystite calculeuse.

Très souvent, les calculs biliaires ne se manifestent pas et peuvent être trouvés accidentellement avec une méthode d'examen particulière. La douleur dans la cholélithiase est associée à une forte réduction des canaux biliaires et à une augmentation de la pression dans ceux-ci. Ces douleurs piquent dans la nature, peuvent donner dans le bas du dos, l'épaule droite et l'omoplate.

Test sanguin général. Dans cette analyse, l'apparition d'une leucocytose neutrophilique et d'une augmentation de la RSE (avec inflammation des parois de la vésicule biliaire). Retirez les calculs de la vésicule biliaire lorsque vous commencez à provoquer des symptômes (douleur dans l'hypochondre droit, accès de colique biliaire, jaunisse). Soulager la douleur dans la cholélithiase permet de recevoir des antispasmodiques (drotavérine, No-shpa, platyphiline, papavérine), ainsi que le rhume dans la région de l'hypochondre droit.

Un médecin appelé à la maison peut non seulement fournir une assistance d'urgence en cas de maladie des calculs biliaires, mais également exclure les pathologies chirurgicales aiguës. La chirurgie de la lithiase biliaire peut être réalisée par accès direct à travers la paroi abdominale antérieure et à l'aide d'une chirurgie endoscopique. Dans certains cas, après le retrait de la vésicule biliaire, des symptômes peuvent réapparaître (douleur et lourdeur dans l'hypochondre droit).

Il y a des médicaments qui peuvent s'accumuler dans la bile et affecter les calculs d'une certaine composition (cholestérol). Les médicaments utilisés pour la cholélithiase comprennent les préparations d'acide ursodésoxycholique et chénodésoxycholique (ursofalk et henofalk).

Ainsi, le traitement de la cholélithiase sans chirurgie par diverses méthodes est efficace chez les patients au stade précoce de la maladie et avec de petites pierres. Dans la cholélithiase, toutes sortes d’exercices sont utiles car ils réduisent le taux de cholestérol sanguin et le poids du patient. Un certain nombre de médicaments peuvent provoquer une cholélithiase (certaines hormones, fibrates, antibiotiques). Lorsque les voies biliaires sont obstruées, les analyses indiquent la présence d’acides biliaires dans le sang, ainsi qu’une augmentation de son taux de cholestérol.

Dans la première variante, de petites pierres passent dans les canaux biliaires ou pénètrent dans la lumière de la vessie, tandis que la perméabilité du canal cystique est rétablie et que la crise douloureuse cesse. Parfois, la maladie se développe progressivement, en commençant par des douleurs mineures dans le haut de l'abdomen et des selles bouleversées, et parfois # 8212; immédiatement avec la colique biliaire. La maladie des calculs biliaires, a-t-il écrit, est souvent exprimée par des phénomènes qui se concentrent principalement dans la région du cœur. "

Autres signes de maladie des calculs biliaires

Avec des attaques qui ne disparaissent pas dans les 6 heures, les patients sont hospitalisés dans un hôpital chirurgical. Gardez à l'esprit que des pierres dans la vésicule biliaire se trouvent souvent chez ceux qui ne sont pas dérangés et qui, comme on dit, «ni en sommeil ni en esprit» ne supposent pas qu'ils sont présents. En examinant seulement quelques symptômes, vous serez en mesure de déterminer avec précision si la douleur dans la vésicule biliaire ou la source de la douleur est différente.

Au début du développement de la maladie des calculs biliaires, seules des petites pierres se forment, le patient n’a pas de processus inflammatoires ni de complications. L’attaque de la maladie des calculs biliaires peut durer 30 minutes. À l’avenir, tout devient douloureux dans la nature.

Apparence avec cholélithiase

Si la taille des pierres est suffisamment grande, la douleur au moment de l'attaque sera plus forte. Si les formations sont petites, la douleur s’estompe lorsque vous passez par le canal cholédoque dans l’intestin. Si vous avez des problèmes cardiaques et que vous avez peur d'une attaque sténocardique, vous pouvez boire un médicament pour le cœur, prescrit par un médecin. Supprimer l'attaque de la maladie de calculs biliaires aidera au réchauffement compresse, mettez-le sur le côté droit.

Une attaque peut survenir lors de la prise d'une grande quantité d'aliments, d'aliments frits ou gras, de boissons alcoolisées. Avant d'examiner les symptômes de la maladie des calculs biliaires, il est nécessaire de déterminer le mécanisme de son développement. Les signes de la maladie des calculs biliaires peuvent ne pas apparaître immédiatement, c'est-à-dire que la pathologie se développe pendant un certain temps.

Un diagnostic précis ne peut donc être posé par un médecin que sur la base de données complètes d'analyses de laboratoire et physiques. Les études cliniques, notamment les ultrasons et la radiographie de la vésicule biliaire et de ses canaux, aident à poser un diagnostic précis. La plus grande localisation de la douleur est réalisée dans la région épigastrique. En fonction de l'emplacement du site de déformation du canal, la nature du syndrome douloureux change également.

Outre les manifestations ci-dessus, il existe d'autres signes indirects de cholélithiase. Une attaque douloureuse avec cholélithiase peut survenir lorsque les calculs se déplacent et que les canaux biliaires sont obstrués (totalement ou partiellement) avec des calculs.

Spasme de la vésicule biliaire

La défaite de la cavité abdominale provoque une douleur dans l'hypochondre droit. La vésicule biliaire peut faire mal en raison d'une inflammation de la membrane muqueuse. Un syndrome douloureux peut apparaître en raison d'un étirement excessif, ce qui perturbe le flux biliaire opportun.

Spasme des symptômes de la vésicule biliaire

Les calculs provoquent l'apparition de coliques biliaires. Les pierres obstruent les voies biliaires, provoquant des spasmes et une inflammation. Dans le même temps, la personne est malade, inquiète de vomissements et émet une odeur d’oeuf pourri, la langue change de couleur. Parfois, la douleur passe dans l'intestin grêle et une diarrhée apparaît.

Les symptômes de spasme de la vésicule biliaire n'apparaissent pas immédiatement. La vésicule biliaire commence à faire mal lorsqu'une personne enfreint constamment le régime alimentaire, ne surveille pas son régime alimentaire et ne participe pas à la culture physique.

Au début, la dyskinésie biliaire apparaît, la bile stagne dans la cavité de la vessie, ce qui entraîne un développement actif de la flore microbienne. Alors, la cholécystite apparaît. Les cellules de la muqueuse touchée précipitent et forment des calculs en combinaison avec des pigments biliaires. Lorsque les calculs se développent, ils obstruent les canaux biliaires et des coliques apparaissent. Se débarrasser de ce phénomène désagréable ne peut être que chirurgicalement. Pour JCB ne semble pas, vous devez surveiller la santé. Au premier stade, une douleur dans l'hypochondre droit peut apparaître, aggravée par l'effort physique et la consommation d'aliments gras. Chez une personne qui a des calculs biliaires, la diarrhée est remplacée par la constipation, les selles normales sont rares. Puis tous les symptômes s'intensifient.

La maladie biliaire est une continuation de la forme chronique de la cholécystite. Peu à peu, la douleur devient plus vive et paroxystique. Parfois, les coliques sont tellement fortes qu'une personne perd conscience. De petites pierres pointues peuvent déchirer la vésicule biliaire ou le canal, ce qui peut entraîner la mort. Les grosses pierres ne sont pas dangereuses, car elles forment plus d'un canal deux fois. S'il y a des calculs dans la vésicule biliaire, il ne faut en aucun cas prendre de médicaments cholérétiques. Il est également déconseillé de réchauffer l'hypochondre droit, il est préférable d'aller immédiatement chez le médecin, de préférence un chirurgien, mais vous pouvez commencer avec un thérapeute. Si le médecin dit qu'il existe une possibilité de rupture de la vessie, une intervention chirurgicale doit être effectuée immédiatement.

Avec l'apparition de la lourdeur dans l'hypochondre droit, vous ne devriez pas penser immédiatement au mauvais. La maladie biliaire présente les mêmes symptômes que le zona ou la névralgie intercostale. Afin de savoir ce qui se passe dans le corps, vous devez être examiné et observé par un médecin.

Spasme de la vésicule biliaire, que faire?

La douleur dans l'hypochondre droit est due à des problèmes de foie ou de vésicule biliaire. La colique biliaire est une douleur aiguë et aiguë dans l'hypochondre droit, qui survient soudainement. De telles sensations découlent de la chute dans les calculs biliaires.

La longueur du système biliaire d'une personne est de 2000 mètres. La bile est recueillie dans les canalicules biliaires extracellulaires du foie. Les canaux biliaires gauche et droit quittent le foie, qui récupère ensuite le canal hépatique commun. Ensuite, le canal de la vésicule biliaire est relié au canal hépatique commun. Cette combinaison élimine la bile dans le duodénum. Lorsque le canal biliaire commun pénètre dans l'intestin, le canal pancréatique se joint. Avant de pénétrer dans le duodénum, ​​les voies biliaires se rétrécissent et c’est à cet endroit que les caillots de bile, les calculs ou les bouchons de mucus se bouchent habituellement.

La vésicule biliaire a la forme d'une poire. Il accumule et stocke la bile. Cet organe est situé dans un lit spécial du lobe droit du foie. Dans des conditions normales, la vessie contient 70 ml de bile. Sa largeur est de 3 cm et sa longueur de 7 cm.L'organe est constitué de fibres musculaires qui sécrètent le corps, le fond, le cou et l'entonnoir de la vésicule biliaire. La bile se déplace en raison de sphincters musculaires spéciaux qui la déplacent vers le duodénum. La colique hépatique peut être déclenchée par un spasme du sphincter.

Afin de diagnostiquer avec précision, vous devez savoir où se trouve la vésicule biliaire. Cet organe est situé à l'intersection du bord externe du muscle abdominal et de l'arc costal droit.

Spasme de la vésicule biliaire, que faire? Si la douleur est intense, il est préférable d'appeler immédiatement une ambulance. Une hospitalisation urgente aidera à subir rapidement un examen et à éliminer la cause de la douleur. La douleur aiguë dans l'hypochondre droit peut être due à un ulcère, à la maladie de Crohn, à la colite, à la cholélithiase, à une cholécystite aiguë ou à une appendicite, à une altération du sphincter d'Oddi ou de la vésicule biliaire dans son ensemble.

L'écoulement de la bile peut être dû à un blocage du mucus ou de la pierre du canal biliaire. En outre, la cause peut être une violation de l'écoulement de la bile due au spasme du sphincter d'Oddi.

Si la pierre pénètre dans le canal biliaire, la douleur apparaît soudainement et ne disparaît pas avant plusieurs heures. La douleur est localisée dans l'hypochondre droit, sous le sternum, se déplaçant parfois vers l'omoplate et le cœur droits. Les respirations profondes aggravent la douleur.

La cholécystite aiguë sans calculs est une inflammation des parois de la vésicule biliaire. En raison du fait que le flux normal de la bile est impossible, diverses infections se rejoignent et une inflammation se développe. Les hommes sont les plus susceptibles à cette maladie. Cette maladie s'accompagne parfois d'une élévation de température allant jusqu'à 37 degrés.

La cholangite aiguë est une maladie dans laquelle les canaux biliaires deviennent enflammés. Lorsqu'une pierre pénètre dans le canal biliaire, l'écoulement de la bile est perturbé et l'inflammation commence. Une personne a mal à l'hypochondre droit, la température corporelle augmente et la peau devient jaune. Dans la cholangite aiguë, l'urine s'assombrit, les matières fécales deviennent décolorées, la conscience devient confuse et la pression est basse.

Pour améliorer votre état, vous devez appeler une ambulance et, si nécessaire, vous rendre à l'hôpital. Les médecins seront en mesure de poser le bon diagnostic en tenant compte des symptômes existants. Dans cette situation, les médicaments anesthésiques sont le plus souvent administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse. L'hospitalisation évite le développement de complications. Le patient est envoyé au service de chirurgie. Ici, le médecin décide ce qu'il y a de mieux à traiter: soit des antibiotiques, des analgésiques et des antispasmodiques, soit une opération d'urgence permettant de retirer la vésicule biliaire ou les calculs.

Que peut-on faire à la maison? Avant l'arrivée de l'ambulance, vous pouvez prendre des médicaments antispasmodiques qui détendent les muscles lisses. Si la douleur n’est pas trop forte, les médicaments contenus dans les pilules aideront: “No-shpa Forte”, “Nitroglycerin” ou “Duspatalin”. En cas de douleur intense, il est préférable d’injecter par voie intraveineuse ou intramusculaire Papaverin, Drotaverin ou Platyfillin. Vous pouvez utiliser une combinaison de médicaments contenant des substances analgésiques et antispasmodiques, notamment "Spazgan" ou "Pris". Si une personne perd connaissance en raison de la douleur, il est possible, en plus des antispasmodiques, de l'initier aux puissants analgésiques «Tramadol» ou «Kétorolac».

"Duspatalin" a un effet spasmolytique, détend les muscles lisses du tractus gastro-intestinal. Le médicament ne réduit pas la pression et ne provoque pas de diarrhée. Vous pouvez boire une ou deux capsules à la fois.

"Buscopan" réduit la sécrétion des glandes digestives et détend les muscles lisses des organes internes. Vendu en tablettes ou bougies. Vous pouvez prendre un ou deux comprimés à la fois ou injecter deux bougies par voie rectale. Ce médicament provoque une somnolence, retient l'urine, assèche la bouche et provoque une tachycardie.

"Drotaverin" détend les muscles lisses des organes internes, les vaisseaux sanguins, abaisse la pression artérielle. Le médicament est administré par voie intraveineuse, intramusculaire ou orale. Les médecins ne recommandent pas de médicaments aux personnes atteintes de glaucome.

"Papaverine" réduit le tonus et détend la musculature des organes internes. Le médicament ne peut pas être pris chez les personnes atteintes de glaucome et d'insuffisance hépatique. Ce médicament est vendu en comprimés ou en ampoules.

Odeston ne détend que les sphincters de la vésicule biliaire. Le médicament ne peut pas être utilisé chez les personnes atteintes d'insuffisance hépatique ou rénale, ainsi que d'obstruction des voies biliaires, provoquée par des calculs. Vous pouvez prendre jusqu'à quatre comprimés à la fois.

"Bral" aide à soulager les douleurs sévères et modérées. Le médicament n'est pas recommandé pour les personnes souffrant d'insuffisance rénale et hépatique. Entrez par voie orale, intraveineuse et intramusculaire.

Le "tramadol" est un analgésique narcotique, disponible en comprimés ou en ampoules. Il ne peut pas être utilisé pendant la grossesse et l’insuffisance rénale.

Comment éliminer les spasmes de la vésicule biliaire?

S'il n'y a pas de médicament sous la main et qu'il n'y a pas de force pour supporter la douleur dans l'hypochondre droit. Vous pouvez faire un massage du ventre. À une température corporelle élevée, le massage ne peut être fait. Avec une certaine pression sur les muscles, ils commencent à se détendre par réflexe. Comment éliminer les spasmes de la vésicule biliaire? Il est nécessaire d’appuyer légèrement sur le ventre dans la vésicule biliaire. Il est nécessaire d'appuyer jusqu'à ce qu'une douleur plus confortable apparaisse. Soyez zélé à cet égard, l’objectif principal est de réduire la douleur et non de l’augmenter.

Les tisanes, qui comprennent la menthe poivrée et la mélisse, aideront. Ces herbes détendent les muscles lisses, soulagent le système nerveux et soulagent les spasmes.

Pour que les calculs biliaires ne se forment pas, vous devez boire le moins de thé et de café forts possible, prendre de l’alcool, manger moins de frites et de matières grasses. Le régime alimentaire quotidien de chaque personne devrait comprendre le son de blé, les flocons d’avoine, le sarrasin et le mil. Il est nécessaire de manger cinq fois par jour, en essayant de ne pas transmettre. Afin de tomber moins malade, vous devez avoir une alimentation équilibrée, vous détendre activement, vous permettre de faire de l'exercice modéré et créer une atmosphère de confort et d'harmonie autour de vous.

Spasme du traitement de la vésicule biliaire

Pour être en bonne santé, vous devez bien manger. Pour les maladies du foie et de la vésicule biliaire, vous ne pouvez manger que des aliments bouillis et cuits au four. De frits, fumés, gras et salés devront abandonner pour toujours. Chaque jour, des produits laitiers, des céréales, des soupes, de la gelée et des boissons aux fruits devraient figurer sur la table. Si vous ne voulez pas manger en vous forçant à ne rien faire, il est préférable de sauter un repas en le remplaçant par un verre d'eau.

En cas de douleur, consultez un médecin. La cholécystite aiguë doit parfois être traitée à l'hôpital.

Le spasme de la vésicule biliaire est traité avec des analgésiques et des antispasmodiques. Lorsque le syndrome de la douleur est préférable pour se conformer au repos au lit. Une fois la douleur relâchée, il est préférable de ne pas s'allonger, mais de commencer par marcher un peu autour de l'appartement, puis de sortir à l'air frais.

Spasmes après le retrait de la vésicule biliaire

Le plus souvent, une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire conduit à une guérison complète. Il est important de suivre strictement un régime qui aidera à enseigner au système digestif qu'il n'aura plus de vésicule biliaire.

Le syndrome postcholécystectomie est une maladie qui survient après le retrait de la vésicule biliaire. Parfois, après l'opération, apparaissent des douleurs abdominales, une faiblesse, des nausées, des vomissements, des selles bouleversées, etc. Tout cela est dû au fait que le corps ne possède pas de vésicule biliaire, ce qui est nécessaire au fonctionnement normal de tous les systèmes et organes.

Crampes après le retrait de la vésicule biliaire apparaissent en raison du fait que la voie biliaire principale augmente. L'opération prive le corps de la capacité de recueillir la bile. Auparavant, la bile était collectée dans la vésicule biliaire et laissée au besoin, c'est-à-dire lorsque les aliments à digérer entraient dans le tube digestif. La bile commence à pénétrer de manière incontrôlable dans l'intestin, ce qui perturbe le processus digestif.

Chez quelqu'un, tout se passe bien et la personne n'a plus de problèmes après l'opération. Et quelqu'un devra souffrir le reste de sa vie. Par conséquent, s’il existe une possibilité, il est préférable d’éviter une intervention chirurgicale. Après tout, tout ce qui existe dans notre corps n'est pas simplement créé. Il n'y a pas d'organes qui peuvent être coupés aussi inutiles. Mieux, bien sûr, il suffit d'enlever les pierres et c'est tout. Ils n'étaient pas à l'origine dans le corps et ils ne sont pas nécessaires. Mais la vésicule biliaire est un organe petit mais nécessaire.

Comment enlever la douleur dans la vésicule biliaire

Douleur dans la vésicule biliaire - coliques biliaires

Déterminer la cause exacte de la douleur dans l'hypochondre droit n'est possible que dans le cadre de recherches approfondies en laboratoire. Ici sont importants comme les données de l'échographie du foie, de la vésicule biliaire et du pancréas, et les résultats de l'analyse biochimique du sang, de l'endoscopie de l'estomac et du duodénum. Sur la base des données obtenues, il est possible de déterminer la cause de la douleur avec un degré de probabilité élevé et de l'éliminer à l'aide d'un traitement adéquat.

À la maison, il est recommandé de ne prendre qu'un comprimé de Drotavérine ou non-shpy sans douleur aiguë. Si le syndrome douloureux ne peut être éliminé dans les 30 minutes, consultez immédiatement un médecin. Une douleur persistante dans la cavité abdominale est dangereuse pour la vie. La péritonite, l'appendicite, la rupture de la vésicule biliaire peuvent être cachés sous eux.

Douleur caractéristique dans la vésicule biliaire

Il faut faire attention à la localisation de la douleur. La douleur dans la vésicule biliaire et ses canaux est habituellement ressentie à 7 cm de la ligne médiane de l'abdomen et juste en dessous de la côte droite. Avec un processus aigu long, il est possible d'irradier la douleur à l'épaule droite, sous l'omoplate droite. Dans certains cas, la douleur peut s'étendre à la région lombaire. Lorsque la vésicule biliaire se rompt, la douleur est diffuse, la paroi abdominale antérieure est tendue et la palpation est douloureuse.

La douleur dans la vésicule biliaire peut indiquer un certain nombre d'autres maladies:

  1. inflammation du parenchyme hépatique;
  2. pancréatite aiguë;
  3. urolithiase à droite;
  4. pyélonéphrite aiguë du côté droit;
  5. la duodénite;
  6. bulbit;
  7. névralgie intercostale;
  8. myosite des muscles de la paroi abdominale antérieure.

La vraie douleur dans la vésicule biliaire s'appelle la colique biliaire. Cela peut être causé par les raisons suivantes:

  1. les calculs biliaires;
  2. cholécystite calculeuse;
  3. cholécystite aiguë et chronique;
  4. cholangite;
  5. maladies oncologiques de la vésicule biliaire et de ses canaux;
  6. dyskinésie biliaire;
  7. dysfonctionnement du sphincter d'Oddi;
  8. fibrose du canal biliaire.

Diagnostic de la colique biliaire

Pour le diagnostic de la colique biliaire, il est important de procéder à un premier examen et à interroger un malade. En cas d'obstruction des voies biliaires, un processus de désintégration de la bile est observé directement dans la cavité vésicale. La bilirubine est présente en grande quantité dans le sang. Cela provoque une teinte jaune de la peau et une sclérotique des yeux. Si ce symptôme est présent, il est très probable que l'obstruction des voies biliaires soit causée par une pierre ou par un spasme (fibrose). Trop étirer la paroi musculaire est douloureux. Mais dans ce cas, la personne ressent une lourdeur et une douleur sourde et douloureuse dans l'hypochondre droit.

Dans ce cas, si une pierre bloque l'écoulement de la bile, la douleur est aiguë en raison du fait que les excréments blessent la membrane muqueuse pendant son mouvement, provoquant des sensations plus aiguës.

L'analyse biochimique du sang fournit des données sur l'état des transaminases hépatiques, le contenu en bilirubine et l'amylase pancréatique.

Décodage de l'analyse biochimique du sang.

Ensuite, une échographie est prescrite. Si cette méthode n'a pas permis d'identifier la cause du syndrome douloureux, un examen endoscopique des ulcères gastriques et duodénaux est réalisé et le contenu est collecté pour des tests de laboratoire.

Colique biliaire avec calculs

Les pierres provoquent des douleurs 30 à 40 minutes après un repas. Cela ressemble à un spasme musculaire sous la côte inférieure droite. Les facteurs provocants sont l'exercice et la consommation d'aliments épicés et gras. La douleur peut se propager à la partie supérieure droite du dos (entre les omoplates) ou à l'épaule droite. L'attaque peut durer de 15 minutes à plusieurs heures, disparaître et apparaître plus tard. La douleur peut être accompagnée de nausées ou de vomissements. La paroi abdominale sous la côte droite peut être douloureuse au toucher.

Parfois, les calculs biliaires, surtout lorsqu'ils ne provoquent pas d'inflammation de la vésicule biliaire, peuvent ne provoquer aucun symptôme, même s'ils sont présents dans la cavité pendant de nombreuses années. La jaunisse n'apparaît que lorsque la vésicule biliaire augmente à la taille à laquelle elle appuie sur le canal biliaire principal et empêche l'écoulement de la bile par le foie. Cela augmente la pression dans le foie, ce qui provoque l'entrée de la bilirubine dans le sang et, à partir de là, sous sa forme dépliée dans l'épiderme. Les démangeaisons de la peau se produisent lorsque les sels des acides biliaires se déposent dans les cellules de l'épiderme.

Lorsque les calculs provoquent une inflammation (cholécystite), une augmentation de la température corporelle peut survenir. En général, la numération sanguine augmente les leucocytes et la RSE.

Avec le passage de la pierre dans la voie biliaire, la jaunisse obstructive est le facteur distinctif sur la base duquel il est possible d'effectuer un diagnostic différentiel.

Encyclopédie de la douleur. Coliques biliaires, symptômes, traitement de la colique biliaire

Ce n’est pas tout à fait à juste titre que certains l’appellent «colique« hépatique », car il s’agit d’un spasme des voies biliaires - la vésicule biliaire et les canaux biliaires. Par conséquent, la colique biliaire est divisée en une colique biliaire et une colique biliaire cholédoque («cholédoch» - le nom grec pour le canal biliaire principal).

La colique biliaire chez l'adulte est rarement (5-10% des cas) fonctionnelle. Au contraire, dans l’enfance et l’adolescence, les coliques biliaires sont fonctionnelles dans la majorité des cas (90%), c’est-à-dire qu’elles surviennent en l’absence d’obstacle mécanique à la circulation de la bile.

Causes de la colique biliaire:

  • Dyskinésie biliaire
  • Giardiase
  • Calculs biliaires et sable
  • Constriction congénitale des voies biliaires

Giardiase des voies biliaires

Les Giardia appartiennent à la classe des flagellés les plus simples et ont un corps en forme de poire avec une extrémité postérieure allongée de 10-15 micromètres. De profil, il représente une figure incurvée due à une dépression en forme de cuillère de la surface abdominale, qui est fixée à la membrane muqueuse du tractus gastro-intestinal.

Lyamblia a été découverte dès 1681 par l'inventeur du microscope A. Levenguk, mais son rôle en pathologie a été noté pour la première fois par le docteur en médecine de l'Université de Kharkov, D.F. Ljamblom (1824-1895), du nom duquel le parasite tire son nom.

Chez l'homme, les Giardia vivent principalement dans le duodénum et l'intestin grêle; dans le contenu du côlon ne sont que ses kystes.

La giardiase est très répandue dans la nature et est très commune chez les rongeurs (souris, rats), ainsi que chez les lièvres et certaines autres espèces animales. Nous avons trouvé des kystes de lamblia sur les pattes et les ailes de mouches. La maladie des gencives chez l'homme est une affection assez courante.

Il a été constaté que Giardia peut vivre dans l'intestin de personnes en parfaite santé. Cependant, Giardia peut provoquer une maladie intestinale chronique accompagnée d'une diarrhée difficile à traiter. On suppose que le nombre de parasites est important.

Les Giardia pénètrent dans les voies biliaires depuis le duodénum, ​​en particulier dans la vésicule biliaire, où la bile est relativement au repos. Un courant constant de bile dans les canaux biliaires empêche les lamblia de les parasiter, les "lave". La propagation des parasites aux plus petites ramifications des voies biliaires dans le foie ne s'observe que dans les maladies accompagnées de stagnation de la bile.

Les toxines de Giardia provoquent une irritation de la paroi de la vésicule biliaire et des canaux avec le développement de spasmes, qui se manifeste sous la forme de coliques biliaires. Les enfants et les jeunes hommes les plus touchés.

Dyskinésie biliaire

La dyskinésie biliaire est une affection dans laquelle la fonction de leur système neuromusculaire est altérée. Les dyskinésies sont de type hypomoteur ou hypermoteur. La colique biliaire est caractéristique de la dyskinésie hypermotor (spastique), caractérisée par une sensibilité accrue des terminaisons nerveuses des voies biliaires. Il se développe souvent avec névrose (neurasthénie), après une irritation prolongée de l'appareil digestif avec des aliments épicés et épicés, avec d'autres maladies chroniques des organes digestifs (gastrite, duodénite, colite, etc.), avec une consommation excessive de café, ainsi qu'avec des effets prolongés (professionnel) le contact avec les sels de métaux lourds (plomb, mercure, manganèse) peut se développer à tout âge.

Les contractions congénitales des voies biliaires (appelées siphonopathies) sont le plus souvent localisées dans la section de sortie de la vésicule biliaire et sont associées soit au sous-développement de son canal, soit au contraire à une croissance excessive des replis de sa muqueuse.

Les calculs biliaires sont la cause la plus courante de coliques biliaires chez l'adulte. La formation de calculs biliaires se produit principalement dans la vésicule biliaire et est associée à des troubles métaboliques, dans lesquels la composition chimique de la bile est perturbée. Simultanément, des sels et des substances organiques (cholestérol, pigments biliaires) précipitent dans le concentré sursaturé de bile kystique. Celui qui aime les cristaux croissants sait qu’un petit cristal dans une solution salée saturée augmente et atteint une grande taille. Ainsi sont les calculs biliaires. Parfois, un énorme «pavé» pousse dans la vésicule biliaire, mais le plus souvent, il existe de nombreux centres de cristallisation dans la bile et de multiples calculs se forment.

Ils sont ronds, ovoïdes, en forme d’entonnoir, à facettes, avec des baies de mûrier. Leur dureté varie de calcaire très dur à facilement émietté, contenant de nombreuses substances organiques. Le nombre de calculs biliaires atteint 5000.

En plus des pierres typiques (concrétions), associées à la maladie des calculs biliaires, la bile de la vésicule biliaire peut contenir des masses informe et pâteuses ressemblant à du sable ou du gravier. Ils se composent de cellules aplaties de la membrane muqueuse de la vésicule biliaire, de leucocytes et de petits cristaux de cholestérol. Si le contenu de la vésicule biliaire contient du "sable" sans grosses pierres décorées, cette variante de la maladie est appelée micro cholélithiose, contrairement à la cholélithiase typique - cholélithiase (du grec "chole" - bile, "moulée" - pierre).

Les calculs biliaires sont très souvent formés chez l'homme. Les scientifiques américains R. Brook et R. Glenn estiment qu'aux États-Unis, environ 10% de tous les résidents adultes ont ou auront des pierres.

Dans le développement de la maladie de calculs biliaires, le facteur d'âge est d'une grande importance. L’incidence de la maladie augmente considérablement avec l’âge, atteignant un maximum de 50 à 60 ans de la vie. 75% de toutes les pierres sont formées chez les personnes de plus de 40 ans. Les calculs biliaires sont rares chez les enfants.

Le facteur suivant est le sexe du malade. Chez les femmes, les calculs biliaires sont formés 8 à 16 fois plus souvent que chez les hommes. Parmi les femmes avec des pierres, 80% ont accouché et 75% ont une pince multiple.

Le facteur géographique est également important. Dans certains pays, la cholélithiase se propage très largement, dans d’autres, dans une moindre mesure. Cela s'explique par la nature différente de la nourriture. Au Japon, où les aliments à base de légumes et en particulier le riz servent d’aliments traditionnels, la fréquence des maladies de calculs biliaires est extrêmement faible, en particulier si on la compare à l’Allemagne, pays traditionnellement de la «viande».

L'obésité et la suralimentation constante, en particulier de la graisse et de la viande, ont une certaine importance dans le développement de la cholélithiose. Dans 2/3 des patients atteints de maladie des calculs biliaires, l'obésité est plus ou moins grave; au contraire, en temps de guerre et d’interruptions massives de la nutrition de la population, le nombre de patients diminue fortement.

L'hépatite virale, l'athérosclérose et certaines maladies du sang entraînant une altération du métabolisme des pigments sont d'autres facteurs contribuant au développement de la cholélithiase. Il existe également une prédisposition génétique à la cholélithiase, en particulier chez les femmes blondes.

Les grosses roches (plus de 5 mm de diamètre), déplacées par le flux de bile, peuvent se loger dans le canal cystique et, lorsqu'elles sont bouchées, provoquer une colique typique de la vésicule biliaire. De petites pierres et du "sable" passent à travers le canal de la vésicule biliaire dans le canal biliaire commun et, irritant son mur, provoquent une colique canalaire ou cholédochocale. Ces pierres peuvent être collées de manière permanente à la sortie du tractus biliaire dans le duodénum, ​​bloquant le conduit dans le mamelon duodénal; Cette variante est particulièrement dangereuse en raison de la stagnation de la bile mais également du suc pancréatique.

Parfois, lorsque de petites particules de "gravier" et de "sable" partent, la première colique de la vésicule biliaire se produit. Des contractions spasmodiques de la paroi de la vessie poussent l'obstruction plus loin dans les conduits. Les coliques de la vésicule biliaire s'atténuent, mais apparaissent alors des cholédoches Cependant, la nature de la douleur varie. À l'avenir, le "sable" quitte les voies biliaires et l'état de santé est rétabli.

Toutes choses égales par ailleurs, la sévérité de la colique biliaire est associée aux caractéristiques individuelles de la structure des "espaces étroits" - le conduit de la vésicule biliaire et le grand mamelon du duodénum.

Avec un canal cystique étroit, les coliques se produisent plus souvent, mais sont moins susceptibles de déplacer des calculs dans le canal commun. Si le canal cystique est très large, il ne peut y avoir aucune colique de la vésicule biliaire, mais la douleur cholédochal se produit généralement. La colique des conduits est plus probable qu'un gros mamelon duodénal.

Symptômes de la colique biliaire

Une douleur soudaine, aiguë à insupportable commence plus souvent le soir ou la nuit après un dîner copieux. Dans les coliques de la vésicule biliaire, la douleur commence dans l'hypochondre droit, à la pointe de la vésicule biliaire (l'intersection de la ligne des côtes inférieures à droite et de la verticale, passant par le mamelon droit). Lorsque la colique cholédochique commence au milieu de la ligne abdominale, au-dessus du nombril et légèrement à droite.

Douleur dans la colique biliaire irradiant (reflétant): avec colique de la vésicule biliaire - dans l'omoplate droite et la clavicule droite; avec choledochaeal - "entourent" les deux hypochondries aux omoplates.

La douleur dans les coliques biliaires s'accompagne d'une sensation de satiété dans le foie; Je veux déboutonner une ceinture serrée, me pencher en avant. En cas de dyskinésie et de giardiase, la douleur peut ne pas être très forte; car la maladie des calculs biliaires est caractérisée par une douleur très vive et intolérable. Parfois, les douleurs se reflètent dans la région cardiaque (syndrome cholécystocardique) et peuvent simuler une maladie cardiaque (angine de poitrine, infarctus du myocarde). Chez les patients souffrant d'angine de poitrine, cela peut en fait survenir avec une colique biliaire.

Les coliques biliaires sont souvent accompagnées de nausées, en particulier si elles sont causées par une dyskinésie ou une giardiase; chez ces derniers, on note la bave au moment de la douleur. La plupart des patients vomissent après avoir présenté une colique causée par la cholélithiase; ils ressentent un soulagement après avoir vomi, en particulier si la bile est présente dans le vomi.

La colique biliaire se caractérise également par une sensation d'amertume dans la bouche.

Les coliques biliaires, en particulier le cholédoque, s'accompagnent souvent de frissons et d'une augmentation de la température corporelle dès les premières minutes de douleur, même avant l'apparition d'une inflammation, ce qui indique une stagnation de la bile.

La jaunisse apparaît lorsque la cholélithiase colique cholédochique, si elle ne passe pas dans les 6 heures.

Ce dernier est diagnostiqué à un stade précoce sur trois bases:

  1. jaunisse de la sclérotique (yeux «protéiniques»);
  2. urine foncée (couleur de la bière dans l'urine);
  3. décoloration des matières fécales (il devient argile, gris).

Avec coliques biliaires, on observe des ballonnements. En ressentant l'abdomen, une douleur maximale est notée aux points de la vésicule biliaire et des conduits (hypochondre droit, sous l'apophyse xiphoïde) accompagnée d'une colique vésiculaire, qui commence à se sentir tendue et douloureuse sous l'arcade costale droite, de la taille d'un œuf d'oie (vésicule biliaire tendue). Grogner sur la voûte costale droite est beaucoup plus douloureux que sur la gauche.

Des coliques cholédochées répétées chez des patients ayant une vésicule biliaire préalablement prélevée pour cholélithiase indiquent que des calculs ont été laissés dans les canaux, un rétrécissement du gros mamelon du duodénum ou une maladie du pancréas (pancréatite).

Résultats de la colique biliaire

Les coliques ont passé sans conséquences. Cela se produit aussi bien avec la dyskinésie qu'avec "l'ouverture" des voies biliaires: soit une petite pierre est entrée dans l'intestin, soit elle s'est éloignée du canal cystique dans la cavité de la vésicule biliaire. Le passage de la bile est rétabli, les spasmes sont terminés et la douleur a disparu. Dans de tels cas, il est nécessaire d’établir la cause de la colique (giardiase, dyskinésie, maladie des calculs biliaires) et il n’ya pas de hâte particulière. Il est nécessaire de procéder à une échographie de la vésicule biliaire ou à une image de contraste aux rayons X. Recherchez Giardia (pour cela, vous devez procéder à un sondage duodénal et à un examen microscopique de la bile). En fonction du résultat de l'examen, le traitement doit être différent.

La colique ne passe pas. Un besoin urgent de consulter un médecin (échographie, etc.). Premiers secours - bain chaud général, repos, refus de manger et de boire. Ne pas faire vomir.

Les coliques ont disparu, mais de nouveaux symptômes sont apparus et l'état de santé ne s'est pas amélioré. Cela signifie une obstruction non résolue (probablement une pierre) du flux de bile et le développement de complications inflammatoires - cholécystite aiguë ou cholangite. Il faut une hospitalisation dans un hôpital chirurgical. Premiers secours - une bulle avec de la glace sur le ventre.

Traitement de la colique biliaire

Principe général du traitement: enlevez d’abord les coliques biliaires, puis déterminez la cause et, en fonction des résultats, éliminez la cause de la maladie. Pour réaliser cette dernière tâche, des méthodes thérapeutiques et chirurgicales sont utilisées.

Premiers secours en cas de colique biliaire: prendre un bain chaud commun, suivi d’une application locale (sur le ventre) de froid (vessie avec glace). Il est impossible de mettre une bouteille d'eau chaude sur le ventre. Vous devriez déboutonner vos vêtements serrés, vous allonger sur le côté droit et essayer de vous détendre. Dans ce cas, vous pouvez mettre 1 comprimé ou une capsule de nitroglycérine sous votre langue (élimine le spasme pendant une courte période). Les comprimés à prendre par la bouche provoquent généralement des vomissements et n’aident pas.

Le principal effet de la drogue sur la colique biliaire est l'injection intramusculaire ou intraveineuse d'antispasmodiques et d'analgésiques - analgésiques. Les médicaments les plus couramment utilisés:

  1. 2 à 4 ml d'une solution de papaverine à 2% ou 2 ml d'une solution amputée non-shp + 2 ml d'une solution d'analgine à 50%; parfois, on ajoute à ce mélange 1 ml de dimédrol à 1% et 0,02% de platifilline; ces derniers renforcent l'effet thérapeutique;
  2. médicaments qui sont déjà une combinaison prête antispasmodique et analgésique - ampulla trigana, spazgana ou baralgin (5 ml).
  3. en cas d'association de coliques biliaires et de douleurs au cœur (syndrome cholécystocardique), il est préférable d'utiliser des antispasmodiques agissant à la fois sur les voies biliaires et sur les vaisseaux coronaires du cœur. Ceux-ci comprennent les halidor et les carillons (prandiol) en ampoules, 2 à 4 ml par voie intramusculaire (injectés par voie intraveineuse très lentement et en dilution avec du chlorure de sodium isotonique à 20 ml);
  4. parallèlement, il est possible d'obtenir un effet antispasmodique en utilisant des médicaments absorbés par la cavité buccale (prendre des comprimés à la hauteur d'une colique biliaire n'aide pas, car ils provoquent des vomissements); pour cela, le cholagol est préférable: gouttes rouges (2 à 5 gouttes par morceau de sucre, sucer jusqu'à ce que la douleur cesse); Vous pouvez sucer une pilule de menthol, de validol, n'importe quel bonbon ou même un chewing-gum à la menthe (Mynthon, Pepermint, etc.); La menthe poivrée est un excellent antispasmodique naturel pour les voies biliaires et les intestins; le seul inconvénient est une action faible; bon effet chez les enfants et dans le traitement des maladies chroniques.

La suite du traitement dépend des résultats de l'examen. Considérons les différentes options.

La colique biliaire est causée par une dyskinésie. Le complexe médical comprend: le numéro de régime 5 (tout bouilli, le rejet des aliments épicés et épicés, le café fort).

Yaourts, céréales, poisson bouilli, côtelettes à la vapeur, jus de fruits, purée de pommes de terre, légumes bouillis, soufflés, etc. Attribuez aux eaux minérales chaudes et alcalines (borzhom, narzan) pendant un mois.

De plus, dans un mois, il est nécessaire de prendre des comprimés sans silo (1 à 2 comprimés, avec de l'eau minérale). La nuit, les patients boivent un thé à la menthe avec du miel (1 cuillère à café de menthe par tasse d'eau bouillante) ou une décoction de racine de valériane (si la menthe provoque des brûlures d'estomac), ainsi que du miel. Il est préférable d'utiliser de la teinture de valériane sans alcool, à savoir la racine séchée broyée, qui (une cuillère à thé par verre d'eau) ne doit pas simplement être remplie d'eau bouillante, comme de la menthe, mais bouillie pendant 10-15 minutes.

La colique biliaire est causée par la giardiase. Traitement nécessaire contre la lambidose. On prescrit au patient deux traitements de cinq jours au métronidazole (Trichopolum), à un adulte - un comprimé 3 fois par jour, pendant les repas et pendant la pause (2 jours), des médicaments cholérétiques sont prescrits. Le principe de la thérapie: le métronidazole tue Giardia, puis le flux de bile les lave.

Dans le traitement de la giardiase, il est préférable d'utiliser un cholagogue tel que des holosas (1 cuillère à soupe pour les enfants, 30 g pour les adultes, après les repas); cholenzyme (1 capsule pour les enfants, 2 pour les adultes, après les repas); Zixorin (1 capsule pour les enfants, 2 - pour les adultes, après les repas). La propriété cholérétique a également radis, aneth, soie de maïs, racine de pissenlit, cumin, fenouil, absinthe. À la fin du traitement, après deux cycles de traitement de cinq jours au métronidazole avec une «fente cholagogue», un tubage fermé est créé (stimulation de la sécrétion de bile).

Tubazh le fait. Après un déjeuner léger, le patient prend 2 cuillères à soupe d'huile d'olive chaude par voie orale (adulte) ou 10 à 20 ml d'une solution tiède de sulfate de magnésium à 25% (enfant) et se couche à droite, plaçant un coussin chauffant sous la région du foie pendant 1-1,5 heures. Au début, il peut y avoir une brève augmentation de l'inconfort (nausée, douleur sourde), puis tout s'en va. L'effet d'un tuba se traduit par une amélioration permanente de la santé, dans laquelle disparaissent nausées et douleurs, appétit, vigueur; sommeil normal. Après correctement et selon les indications du tubage réalisé, un tabouret noir presque noir apparaît (écoulement de la bile stagnante dans l'intestin).

Le tube est efficace, en plus de la giardiase, et en cas de dyskinésie hypomotrice (congestive) des voies biliaires.

Ces dernières années, de nouveaux médicaments sont apparus, plus efficaces que le métronidazole - ciprinol (ciprofloxacine) et ses analogues pour le traitement de la giardiase.

Si un enfant a des contractions congénitales de la vésicule biliaire et des conduits, demandez conseil à un hépatologue. Parfois, il est nécessaire d'attendre: l'enfant grandira et le conduit s'élargira. Parfois (en présence de jaunisse), il est impossible d'attendre et il faut opérer.

Le traitement de la maladie des calculs biliaires est principalement chirurgical. Exception: les toutes premières étapes avec la présence de "sable" fin. Dans ces cas, la thérapie comprend des remèdes qui aident à restaurer les systèmes chimiques colloïdaux de la bile. Ceux-ci comprennent:

  1. une alimentation riche en agrumes (citrons et pamplemousse en particulier), rhubarbe, chicorée et graines de coriandre (coriandre) - 1 cuillerée à thé de graines de coriandre infusez 200 ml d'eau bouillante; boire pendant la journée;
  2. l'huile d'olive ou les olives;
  3. décoction d'herbe de chardon (1 cuillère à soupe pour 500 ml d'eau, faire bouillir, dessiner, boire pendant la journée).

Le traitement est prescrit pendant 2 mois, après quoi, à l’aide d’une échographie, ses effets doivent être surveillés. Ces cours de deux mois doivent être répétés deux fois par an. Dans le même temps, vous devriez éviter de trop manger, de style de vie sédentaire, de nourriture épicée.

Dans d’autres cas (et la plupart d’entre eux), un traitement chirurgical planifié est nécessaire pour soigner la cholélithiase.

L'opération consiste en une cholécystectomie - retrait de la vésicule biliaire avec des calculs. Pendant l'opération, les conduits sont examinés et, s'ils sont recouverts de pierres, ils sont également retirés des conduits.

Habituellement, cela soulève quatre questions.

La première question Est-il possible de supprimer (écraser, dissoudre et éliminer) les calculs biliaires sans intervention chirurgicale?

Réponse: Oui, en effet, il existe dans la nature des substances capables de dissoudre les pierres. Les préparations correspondantes ont été synthétisées (dérivés de l'acide urso- et de l'acide chénodésokeicholique sous diverses dénominations commerciales - henofalk, Henodnol, ursofalk, urs-100, etc.). Cependant, ils ne dissolvent que les calculs de cholestérol.

Ces médicaments ne doivent pas être utilisés avec des calculs pigmentaires et des calculs de carbonate de calcium, car ils ne se dissolvent pas, ne tentent pas de dissoudre les calculs de plus de 2 cm de diamètre, ni avec une vésicule biliaire inopérante, des coliques biliaires, une cholécystite aiguë et la présence de calculs dans les canaux biliaires, inflammation de ces canaux.

Les pierres peuvent être écrasées mécaniquement. Cependant, tout écrasement de calculs biliaires entraîne une augmentation de leur nombre (de nombreux fragments sont obtenus avec une seule grosse pierre). Les chirurgiens savent que plus les calculs sont petits, plus ils sont dangereux: le gros conduit ne passera pas et le maximum qu’il peut causer est une cholécystite aiguë. Les petites pierres, qui «marchent» le long des canaux, peuvent entraîner une jaunisse grave, une suppuration des voies biliaires et même une pancréatite mortelle.

De plus, même le retrait réussi des calculs existants du patient ne garantit en aucun cas sa répétition, car la source de formation de calculs demeure - la vésicule biliaire. Le patient dépense beaucoup d’argent, se soumet à des procédures dangereuses et prend des médicaments (toxiques pour le foie, en passant) pendant une longue période et à forte dose. - et après 2 ans, s'il vous plaît, les pierres - les voici à nouveau! Une opération est nécessaire.

La deuxième question Est-il possible de retirer les calculs de la vésicule biliaire, de les coudre et de les laisser, car l'organe est nécessaire à la digestion?

Réponse: oui, vous pouvez enlever les pierres en gardant la vésicule biliaire. Mais une fois encore, nous soulignons que la vésicule biliaire est la source de la formation de calculs. En outre, cela ne fonctionne pratiquement pas chez les patients atteints de la maladie des calculs biliaires, surtout si le patient "porte" les calculs pendant une longue période. Il y a des adhérences, des cicatrices, des excès de la vésicule biliaire, à savoir une cholécystite chronique calculeuse, à savoir une inflammation chronique de la vésicule biliaire avec des calculs. Une telle vésicule biliaire n’est pas nécessaire, c’est la source de la souffrance et doit être enlevée.

La troisième question Est-il possible d'opérer "sans coupure"?

Réponse: Il existe deux méthodes de fonctionnement fondamentalement différentes: ouverte (traditionnelle), avec ouverture de la cavité abdominale par une incision, et fermée, à l'aide d'une technique vidéo-laparoscopique. Avec ce dernier, à travers les perforations de la paroi abdominale, divers outils sont introduits dans la cavité abdominale, qui, sous le contrôle de la vision et de l'écran de télévision, permet au chirurgien de prélever la vésicule biliaire.

Les avantages de la méthode sont:

  1. cosmétique (pas de cicatrice);
  2. presque pas de hernie postopératoire;
  3. sortie du patient de l'hôpital le 2-3ème jour après l'opération.

Inconvénients: risque de complications dans certaines formes de maladie des calculs biliaires.

Il est recommandé de réaliser des opérations de laparoscopie vidéo avec des spécialistes expérimentés, dans une bonne «clinique». Les opérations endoscopiques ne sont pas recommandées en présence de multiples calculs dans les canaux, de modifications cicatricielles soudaines dans les tissus, en présence de complications purulentes courantes, de pancréatite.

La quatrième question Que doit faire un homme très âgé ou très malade s’il a des pierres?

Réponse: tout d’abord, évaluer dans quelle mesure ils interfèrent avec la vie. Dans les situations critiques, les anciens du centenaire fonctionnent également avec succès.

Cela vaut la peine de consulter un chirurgien expérimenté et de garder à l'esprit que la présence, par exemple, d'une maladie coronarienne avec angine de poitrine ou infarctus du myocarde, n'a pas exclu, mais nécessite une intervention chirurgicale.

Le fait est que les calculs biliaires ont un effet très défavorable sur le travail du cœur, provoquant des attaques d’angine de poitrine.

En outre, la douleur au cœur et même les modifications de l'ECG peuvent être fausses et même disparaître après le retrait de la vésicule biliaire.

Par conséquent, dans le syndrome dit cholécystocardiaque (cholélithiase + douleur dans la région du cœur + modification de l'ECG), l'opération est indiquée.

En général, le test Barbell permet d’évaluer les capacités d’une personne âgée et malade (inspiration inspirée maximale): s’il dépasse 20 secondes, il est probablement possible d’opérer, et s’il n’atteint pas cette valeur, il est préférable de ne pas toucher le patient.

Maladie biliaire - diagnostic et traitement.

La présence de calculs dans la vésicule biliaire provoque souvent une inflammation; D'où le deuxième nom, cholécystite calcique. Le mot "calculous" signifie la présence de pierres.

Les pierres sont des formations assez dures et denses. Le nombre de calculs biliaires peut varier de un à plusieurs centaines, voire des milliers. La taille des pierres varie également - d'un grain de sable et d'une tête d'épingle à une prune et un œuf de poule. Plus il y a de calculs biliaires, plus ils sont petits. Le plus souvent, les calculs sont situés dans la vésicule biliaire, au moins - dans les canaux biliaires et hépatiques, dans les canaux biliaires intrahépatiques.

Causes des calculs biliaires

Selon les statistiques médicales, les facteurs contribuant au développement de la cholélithiase se répartissent comme suit: - grossesse (77,5% des femmes malades); - nutrition irrégulière (53,4%); - mode de vie sédentaire (48,5%); - poids corporel excessif (37,8%); - hérédité chargée de troubles métaboliques (32,1%); - antécédents de fièvre typhoïde ou de salmonellose (31,3%); - paludisme antérieur (20,8%); - l'utilisation d'aliments gras (20%); - hépatite virale (6,5%); - diabète sucré (2,6%).

Les principaux symptômes de la maladie de calculs biliaires

Les symptômes cliniques de la maladie dépendent de la localisation des calculs biliaires, de leur taille, de leur composition, de leur nombre, de l'état fonctionnel du système biliaire, de la présence d'une infection et de troubles des organes digestifs.

La maladie biliaire est caractérisée par une douleur paroxystique intense dans l'hypochondre droit, qui s'étend au niveau de l'omoplate, de l'épaule et du cou, accompagnée de vomissements, d'amertume, de bouche sèche, de démangeaisons cutanées et de fièvre. Peut-être le développement de la jaunisse. La palpation révèle une douleur dans l'hypochondre droit lors de la projection de la vésicule biliaire. Formes cliniques

De par la nature de l'évolution de la maladie, il existe des formes latentes, dyspeptiques, paroxystiques douloureuses et des formes torpides douloureuses.

1. La forme latente de la maladie des calculs biliaires est souvent observée en présence de calculs simples, généralement du cholestérol. Les patients se sentent normaux, la présence de calculs est déterminée aléatoirement par échographie. La forme latente de la maladie des calculs biliaires est plus fréquente chez les personnes âgées et les hommes.

2. La forme dyspeptique de la maladie des calculs biliaires est observée dans environ 1/3 des cas de maladie des calculs biliaires. Pendant de nombreuses années, les patients peuvent présenter des nausées périodiques ou persistantes, une lourdeur après le repas, des éructations, un goût amer dans la bouche, une dyspepsie, généralement associés à la consommation d'aliments gras, frits ou épicés, de boissons gazeuses. Les symptômes locaux des lésions de la vésicule biliaire sont bénins ou absents pendant longtemps. Très souvent, toutes ces manifestations sont attribuées à la dysbactériose, et le plus souvent elle est effectivement présente, mais en tant que pathologie secondaire.

3. Forme paroxystique douloureuse de la maladie des calculs biliaires - la plus courante et la plus facile à diagnostiquer. Elle se caractérise par un parcours récurrent: de graves crises douloureuses surviennent soudainement et sans raison apparente ou après des troubles de l'alimentation, un effort physique, etc.

4. La forme douloureuse et tordue de la maladie des calculs biliaires est caractérisée par l’absence ou la rareté des attaques. La douleur est sourde, persistante ou périodique. Sous l'influence de troubles alimentaires, de stress physique, la douleur augmente, mais n'atteint pas la netteté d'une colique typique. Augmentation de la douleur dans la plupart des cas brièvement. Au cours de l'exacerbation, aucune augmentation de la température corporelle n'est observée, le taux de leucocytes dans le sang et la vitesse de sédimentation des érythrocytes restent normaux.

Selon la gravité de l'évolution clinique, on distingue 3 formes de maladie des calculs biliaires.

1. La forme bénigne de la maladie des calculs biliaires se caractérise par de rares attaques de coliques biliaires (de 1 à 5 fois par an) d’une durée de 30 minutes à 1 heure (rarement plus), fièvre de courte durée sans jaunisse tout en maintenant la concentration et les fonctions motrices de la vésicule biliaire. Les attaques sont facilement éliminés avec des médicaments. Dans la période entre les attaques de douleur et les symptômes dyspeptiques sont légers.

2. La forme modérée de la maladie des calculs biliaires se caractérise par une douleur persistante modérément prononcée et des accès occasionnels de coliques biliaires. Les attaques se produisent 6 à 12 fois par an pendant 3 à 6 heures ou plus, accompagnées de fièvre, de vomissements répétés, souvent d'ictère. La fièvre, la coloration ictérique de la sclérotique persistent pendant 2-3 jours après l'attaque. Les symptômes de la pancréatite secondaire rejoignent les modifications marquées des voies biliaires (cholangite) et du foie (hépatite). Dans la période entre les attaques persistent le syndrome de la douleur modérément prononcé, les symptômes dyspeptiques. Possibilité de violation de la concentration (capacité à rendre la bile plus concentrée, ce qui permet au foie de la produire sans faute) et aux fonctions motrices de la vésicule biliaire, modification modérée de la fonction hépatique, fonction pancréatique exocrine.

3. La forme grave de la maladie des calculs biliaires se caractérise par des accès fréquents (2-3 fois par semaine) et prolongés de coliques biliaires. Les attaques ne sont éliminées que par la prise répétée d'analgésiques puissants. Entre les attaques, on observe un syndrome douloureux persistant prononcé, des troubles dyspeptiques, une température sous fébrile. La concentration et les fonctions motrices de la vésicule biliaire, la fonction hépatique et la fonction pancréatique exocrine sont altérées.

Diagnostic de la maladie de calculs biliaires

Il existe de nombreux moyens fiables d’identifier la maladie des calculs biliaires. Mais l'analyse principale reste la condition générale de l'homme. Un gastro-entérologue expérimenté peut, après une inspection minutieuse, déterminer l’ampleur des problèmes de son patient: élargissement de la vésicule biliaire, sensibilité de celui-ci, etc. Cependant, seule une analyse minutieuse de l’ensemble des symptômes cliniques et des résultats des méthodes de recherche auxiliaires permet de poser un diagnostic correct.

Pour ce faire, effectuez une échographie de la vésicule biliaire (échographie) et une cholécystographie, qui permettent de détecter les modifications de la vésicule biliaire et la présence de calculs. En outre, des tests de laboratoire sont effectués: un test sanguin, de l'urine et de la bile de vésicule biliaire occasionnelle (prélevée par sondage duodénal) sont soumis.

Méthodes de traitement de la maladie de calculs biliaires

1. traitement chirurgical

La chirurgie pour enlever les pierres ne doit pas effrayer les malades. Actuellement, ces opérations sont pratiquées à un niveau satisfaisant dans presque tous les hôpitaux et, dans certains hôpitaux, la laparoscopie est réalisée, c’est-à-dire une mini-opération avec une incision en point. Après l'opération, le patient revient rapidement à la vie normale. Pour l'anesthésie, seuls des médicaments de haute qualité sont utilisés: ils ne causent pas de problèmes graves à l'organisme, à ses systèmes excréteurs, ne provoquent pas d'intoxication grave et leur action peut être suspendue à tout moment. Par conséquent, si une opération est indiquée, si une échographie et des tests confirment la présence de calculs, vous ne devriez pas attendre de complications. Il est préférable de rester serein, au moment où l'aggravation est passée, d'aller à l'hôpital, de se préparer à l'opération et de se sentir après environ un mois comme une personne en bonne santé et non "porteuse de pierres" dans la zone à risques.

2. agents thérapeutiques

En plus de la chirurgie, il existe d'autres méthodes de traitement - thérapeutiques. Tout d’abord, il s’agit de médicaments qui devraient soulager une attaque visant à fournir des soins médicaux d’urgence en cas de colique biliaire, afin de sauver une personne de douleur douloureuse. À cette fin, divers médicaments antispasmodiques sont administrés.

Le choix de divers médicaments par un médecin spécialiste et le mode d’administration (intraveineux, intramusculaire, sous-cutané) dépendent de la force de l’attaque et de l’état du patient. Le plus souvent, l'attaque est éliminée par injection de platyphylline, de papavérine ou de dibazol. En période d'attaque aiguë de colique biliaire, l'administration intramusculaire de No-shpy ou d'Eufillin est également efficace. Naturellement, chacun de ces médicaments ayant des contre-indications, les médecins ne choisissent le médicament nécessaire qu'après avoir examiné le patient.

En règle générale, les antispasmodiques sont administrés simultanément avec des analgésiques. Baralgin est particulièrement efficace (il soulage les spasmes et soulage la douleur). Vous pouvez utiliser des analgésiques ou faire une injection intraveineuse de Novocain.

Si l'attaque est très lourde et qu'il n'est pas possible de l'enlever à l'aide des moyens énumérés, on utilise alors «de l'artillerie lourde»: des médicaments puissants spéciaux sont introduits, par exemple Tramal en association avec de l'atropine ou d'autres antispasmodiques. Dans certains cas, l'utilisation de la nitroglycérine est efficace. En milieu hospitalier, un blocus périrénal droit est effectué.

Zerukal (il régule la fonction motrice du tube digestif, soulage parfaitement les nausées et les vomissements les plus divers), vous pouvez également utiliser Diphenhydramine, Aminazin ou Pipolfen, mais il est plus rapide de combiner ces médicaments. Également désigné pour boire des solutions de Regidron ou de Cytroglukosolan.

Si l'attaque n'est pas très forte: pas de douleurs aiguës, vomissements (seulement des nausées), alors vous pouvez vous passer d'injections. Dans ce cas, le médecin prescrit des agents antispastiques: 5 à 10 gouttes d’une solution à 0,1% d’atropine, de comprimés d’extrait de Belladonna, de Besalol ou de papavérine, de No-shpy ou de Dibazol. Avec l'un de ces médicaments pour un soulagement complet de la douleur - Pilule Baralgin.

Mais souvent à cause de la nausée, il est difficile de boire le médicament. Dans ce cas, les médicaments sont administrés à l'aide d'un lavement - à la fois efficace et sans danger. Pour un lavement, on prend généralement une combinaison d'Euphyllinum, de Belladonna et d'Analgin.

Une fois que la douleur a cessé et que les nausées ont disparu, le patient peut recevoir un laxatif, mais pas une solution saline. Les laxatifs salins ont un effet cholérétique prononcé et ne doivent pas être pris dans les premiers jours qui suivent l'attaque.

Les patients n'ont pas d'appétit et il n'est pas nécessaire de les forcer à manger. Seules les boissons chaudes sont prescrites: thé sucré, boissons aux fruits à la canneberge (sucrée), compotes, eau tiède Essentuki No. 4. Un repos complet et un repos au lit strict sont nécessaires.

Donc, l'attaque est supprimée. Et, comme vous pouvez le constater, les possibilités sont nombreuses. Il est important de ne les utiliser que d'une manière habile, d'une part, pour aider le patient le plus rapidement possible - pour le soulager de la douleur et de tous les autres symptômes désagréables, d'autre part, pour ne pas provoquer d'effets secondaires indésirables du médicament.

Mais il n’est pas moins important d’empêcher que les crises se reproduisent, de rester en bonne santé, d’aider la vésicule biliaire et les voies biliaires à travailler et de prévenir la formation de nouvelles pierres. Pour cela, d'autres moyens sont utilisés.

3. Dissoudre les pierres

La litolyse médicamenteuse («lithos» - pierre, «lyse» - dissolution) est une méthode de traitement de la cholélithiase, développée dans les années 70 du siècle dernier. Initialement, la dissolution des calculs biliaires a été réalisée à l'aide d'acide chénodésoxycholique, qui, avec un usage prolongé, inhibe la synthèse du cholestérol dans le corps et contribue à la dissolution des calculs biliaires. Mais l'utilisation de l'acide chénodésoxycholique à des doses thérapeutiques entraîne un grand nombre d'effets secondaires. C'est pourquoi, de nos jours, l'acide ursodésoxycholique, qui est aussi un hépatoprotecteur, est le plus souvent utilisé comme médicament pour la litolyse.

Cependant, lorsqu’on utilise cet acide comme "solvant", il existe un certain nombre de limitations, à savoir: les calculs biliaires doivent être radio-transparents (cholestérol); la vésicule biliaire doit fonctionner (le canal cystique doit passer); la totalité de la lumière des calculs de la vésicule biliaire ne doit pas dépasser la moitié, etc. De plus, les calculs dont la densité ne dépasse pas 70-100 unités sur l'échelle de Hounsfield sont sujets à dissolution à l'aide d'acides biliaires.

Compte tenu de ces limitations, seuls 20% du nombre total de patients atteints de maladie des calculs biliaires peuvent être aiguillés vers des calculs de dissolution. Mais même avec leur sélection la plus minutieuse, l'effet thérapeutique est loin d'être observé chez tous les patients (de 25 à 50%).

Contre-indications générales à la dissolution des calculs par quelque méthode que ce soit: • maladies infectieuses aiguës; • maladies aiguës nécessitant un traitement hospitalier; • grossesse; • formes compliquées de maladie des calculs biliaires;

Vésicule biliaire déconnectée, etc.

Ce que vous devez savoir sur la nutrition

Premièrement, il est très important de savoir que la violation du régime alimentaire, en particulier les longs intervalles entre les repas, conduit à la stagnation de la bile.

La consommation de grandes quantités d'aliments gras ou frits peut provoquer des spasmes des sphincters, par lesquels passe la bile, et des effets hyperkinétiques dans les voies biliaires. Même une seule consommation de grandes quantités d'aliments gras, épicés et salés contribue au développement de modifications inflammatoires dans le tractus gastro-intestinal, y compris dans le tractus biliaire.

Les troubles métaboliques, en particulier la violation du métabolisme du cholestérol, revêtent une grande importance pour l'apparition de la cholécystite et de la cholélithiase. Ils sont la cause d'autres maladies, telles que l'athérosclérose, le diabète, l'obésité. Et encore une fois, tout dépend du problème de la nutrition.

En consommant des aliments riches en cholestérol (viandes grasses, poisson, beurre, œufs, foie, sortes de crème grasse, lait, crème, etc.), nous créons les conditions les plus favorables au développement de tels troubles. En outre, l'excès de contenu dans le régime alimentaire des céréales et des plats à base de farine contribue à modifier la réaction de la bile du côté acide, ce qui réduit la solubilité du cholestérol et conduit donc à son accumulation.

Pas moins dangereux et trop manger. L'obésité n'est pas seulement la cause de nombreuses maladies, elle complique également leur traitement. Ainsi, selon plusieurs études étrangères, la teneur calorique des patients atteints de cholélithiase était en moyenne de 24% supérieure aux besoins. Sur les 100 patients testés pour la maladie des calculs biliaires, 92 ont très souvent consommé de la viande (30 d'entre eux ont préféré le porc), 59 - du beurre en grande quantité, 27 - de la crème, 72 - de la pâtisserie de fantaisie, 24 - du chocolat. Le poids corporel des patients atteints de la maladie des calculs biliaires chez les hommes était en moyenne de 6 kg, et les femmes de 11 kg de plus que chez les personnes en bonne santé du même âge.

Nourriture en période de maladie aiguë

Un régime d'entretien est nécessaire pendant les crises dans tout le système digestif. Et donc pas de nourriture (!), Seul boire est lent, en petites portions: eau minérale (sans gaz, température ambiante), thé sucré faible (pas chaud), jus de fruits sucrés, dilué avec de l'eau 1: 1.

Après 1-2 jours, selon les conditions, la nourriture râpée est prescrite en quantités limitées: soupes muqueuses et râpées (riz, semoule, farine d'avoine), porridge râpé (riz, farine d'avoine, semoule), kissels, gelées, mousse de fruits sucrés et baies. À côté du régime alimentaire, vous trouverez du fromage cottage faible en gras, de la viande maigre minable, du poisson cuit à la vapeur et maigre. Les biscuits blancs sont autorisés. Il devrait être en petites portions 5-6 fois par jour.

Pendant toute cette période, l’alcool est strictement interdit sous toutes ses formes!

Comme déjà mentionné, ces restrictions sont temporaires. Après 3 à 4 mois dans le cours normal des événements, il sera possible de prendre en compte certaines «allégements» dans le régime. Après un délai identique, il est tout à fait possible de passer en mode général. Naturellement, si l'état de santé sera bon, des indicateurs objectifs satisferont le médecin traitant.

Après avoir adopté un régime alimentaire normal, vous devez suivre quelques règles. Les aliments doivent être pris en même temps, ils contribuent à la libération rapide des sucs digestifs et à leur meilleure absorption. Mais dans tous les cas, ne mangez pas trop: ralentissez et ralentissez les processus métaboliques et digestifs. Le dîner doit être au plus tard 2-3 heures avant le coucher, il est préférable que ce soit un plat léger: poisson bouilli, légumes, fruits. La gamme de produits pouvant être consommés dans les maladies de la vésicule biliaire est très variée: viande, poisson, céréales, produits laitiers, produits laitiers (beurre en quantités limitées), œufs (2-3 par semaine), légumes, fruits, légumes verts, baies, jus de fruits. Mais il y a des limites: vous devez abandonner les saucisses (en particulier fumées) et d'autres mets similaires, légumineuses, oseille, radis et aussi moins d'ail et d'oignons crus. Il est préférable de mijoter, bouillir ou dorer. Si elle veut faire frire, alors pas de croûtes d'or. L'alcool devrait au moins être limité. Si vous buvez de la vodka ou du brandy, alors seulement de haute qualité et seulement en observant la norme: pour les hommes - 100-120 g, pour les femmes - 70-80 g (par soir).

Mangez plus de légumes, de fruits et de baies sous toutes leurs formes - crus, en compote, bouillis. Ils ont un effet cholérétique et ont l’effet le plus bénéfique sur le fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire. Les jus sont particulièrement actifs à cet égard. Comme nous l'avons déjà mentionné, l'effet cholérétique des légumes est renforcé lorsqu'il est utilisé avec de l'huile végétale, qui est en soi un excellent stimulateur de l'excrétion biliaire. Par conséquent, je recommande fortement de refuser la mayonnaise, les sauces, les ketchups et autres délices de notre industrie alimentaire.

Les fruits, particulièrement sucrés, en raison de la teneur en grande quantité de glucides hydrosolubles, constituent une source précieuse de formation de glycogène dans les cellules du foie. La vitamine C contribue également à l'enrichissement du glycogène par le foie, car elle augmente les dépôts de glycogène dans le foie et d'autres organes, ainsi que l'absorption du glucose de l'intestin. Les légumes et les fruits ont un impact sur le métabolisme du cholestérol, en favorisant l'élimination du cholestérol du corps, et jouent donc un rôle important dans la prévention de la cholélithiase. En outre, l'utilisation de légumes et de fruits (à l'exception des figues, des dattes, des bananes, des kakis, des raisins) constitue la meilleure prévention de l'obésité.

Cependant, tous les légumes, fruits et baies ne sont pas bénéfiques pour les maladies du foie. Les légumes riches en acide oxalique sont exclus, car ils irritent le parenchyme hépatique et peuvent en outre être l’un des facteurs de la formation de calculs dans les voies biliaires. Les variétés acides de baies et de fruits, provoquant une irritation de la membrane muqueuse de l'estomac, peuvent contribuer aux spasmes musculaires de la vésicule biliaire. Bolotovsky G.V.

Coliques biliaires: symptômes, causes, traitement

La colique biliaire - un phénomène pas si rare. Environ 15% des cas d'opérations laparoscopiques travaillent avec elle. Et plus souvent, cela se produit chez les femmes que chez les hommes. Pour remarquer une telle pathologie dans le temps et procéder au traitement en temps opportun, il est nécessaire de connaître les symptômes et les manifestations de la colique. Ceci est particulièrement important pour ceux qui ont des antécédents de diverses maladies de l'estomac et du foie.

La colique biliaire est appelée douleur à l'estomac. Une douleur aiguë dans l'abdomen survient le plus souvent dans le contexte de l'absence de calculs dans la vésicule biliaire. Un tel problème est associé à des altérations structurelles et fonctionnelles. La colique hépatique est également appelé un problème de vessie dans le contexte du développement de calculs. La colique biliaire donne un certain nombre de symptômes caractéristiques sur la base desquels un médecin expérimenté peut facilement suspecter la présence de cette pathologie chez un patient. Ainsi, par exemple, des accès de douleur se manifestent soudainement et surtout après avoir mangé. Si vous surveillez votre régime, vous constaterez que les coliques sont étroitement liées aux aliments traditionnellement nuisibles (gras, frits, fumés, épicés, pâtisseries et alcool). En outre, les coliques biliaires peuvent se manifester après une activité physique intense, ainsi que par suite d'un stress. Chez la femme, l'apparition de coliques coïncide parfois avec l'apparition des règles ou se manifeste après l'accouchement. Les coliques se caractérisent par une douleur assez intense qui dure une heure et augmente considérablement. Parfois, l’inconfort peut durer de 2 à 6 heures. Localisation de la douleur dans l'hypochondre droit et juste au-dessus du nombril. En outre, les coliques peuvent être accompagnées de nausées ou de vomissements; dans certains cas, il se produit une élévation de la température et un changement de couleur de la peau en jaune. Premièrement, le médecin doit éliminer la présence de calculs dans la vésicule biliaire. Si ce n'est pas le cas, continuez à diagnostiquer le diagnostic de «colique biliaire». Le patient subit une échographie conventionnelle, une échographie endoscopique et une FGS. Vérifiez également la fonction d'évacuation de la vésicule biliaire. Pour cela, on utilise la gravure par adolescence. Pour détecter d'autres dysfonctionnements, appliquer la CPRE avec manométrie biliaire. Si la situation est négligée, une cholécystectomie par laparoscopie est utilisée. Avec elle, retirez les calculs microscopiques et restaurez la motilité de la vésicule biliaire. Dans certains cas, une méthode de traitement par ultrasons est utilisée. Dans d'autres cas, le traitement vise à soulager la douleur et à éliminer l'inflammation. Pour vous débarrasser des problèmes de vésicule biliaire, vous devez suivre un schéma thérapeutique clair. N'oubliez pas que si vous éliminez les coliques, sans éliminer la cause de celles-ci, elles réapparaîtront au bout d'un certain temps et, éventuellement, d'une plus grande intensité.

Assurez-vous de suivre votre poids et votre nutrition. Si vous allez perdre du poids, il ne devrait pas y avoir de régime express et de gouttes soudaines en kilogrammes. Il est également nécessaire d'ajuster le mode d'activité physique.


Plus D'Articles Sur Le Foie

La cirrhose

10 mythes sur l’alcool auxquels nous avons cru toute ma vie. Et en vain

L’alcool, ainsi que ses modes de consommation, a acquis un grand nombre de mythes populaires. Ils nous guident souvent et ne pensons même pas si cela est vrai.
La cirrhose

Galstena Drops - mode d'emploi officiel

Numéro d'inscription:
Nom commercial du médicament: Galstena® / Galstena®
Forme posologique: gouttes homéopathiques pour l'ingestion
La composition
100 ml du médicament contient: