Les principaux traitements du cancer du foie

Le cancer du foie est l'un des cancers les plus courants. Pour le citoyen moyen, le diagnostic de «cancer du foie» ressemble à une phrase, mais la médecine moderne (en particulier dans les pays étrangers) a atteint un niveau tel que près de 95% de tous les cancers du foie peuvent être guéris.

En Russie, seules quelques cliniques spécialisées à Moscou, Saint-Pétersbourg et Novosibirsk sont engagées dans le traitement du cancer du foie aux normes mondiales. Des difficultés surviennent lorsqu'une tumeur cancéreuse se métastase au système lymphatique et à des organes distants. Le processus de métastase est la principale pierre d'achoppement dans le traitement du cancer.

En médecine moderne, on préfère les méthodes combinées d'exposition, en particulier la combinaison d'un traitement chirurgical et d'une radiothérapie. Parfois, un traitement de chimiothérapie du cancer du foie ou ciblé est ajouté.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

L'objectif de tout traitement thérapeutique contre le cancer est de détruire l'objectif principal et d'arrêter la propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps.

Opération

Après toutes les procédures de diagnostic, les médecins prescrivent l’option de traitement la plus appropriée dans ce cas clinique. Dans la mesure du possible, la priorité est donnée au traitement chirurgical. Aux stades précoces du cancer, lorsqu'une tumeur occupe une petite partie du foie, une résection partielle de l'organe est possible - parfois environ un tiers du foie est enlevé, dans d'autres cas, la moitié anatomique droite ou gauche.

La résection du foie affecté a pour but de retirer la tumeur et les tissus affectés. Le facteur déterminant est également la taille de la tumeur. Si elle est inférieure à 5 cm, l'opération est jugée appropriée. Les tumeurs plus grandes à éliminer dangereux. Dans de tels cas, utilisez une autre méthode - la transplantation du foie.

La suppression de grosses tumeurs est un motif dangereux: risque d'insuffisance hépatique. Cet état est semé de choc et de mort. Même avec une sélection rigoureuse des tumeurs pouvant être réséquées, le risque de décès demeure. Le point positif est qu’après l’élimination du foie, il peut se régénérer presque à l’état normal dans 90% des cas.

Le cancer du foie est dangereux car il existe un risque de rechute après plusieurs mois (ou années) de traitement chirurgical: des tumeurs se développent dans une autre partie du foie. De tels foyers répétés sont plus dangereux que les originaux. Le traitement chirurgical du cancer du foie secondaire est généralement palliatif.

Les opérations sont effectuées non seulement de manière traditionnelle.

Si la tumeur est de petite taille, les cliniques modernes de Moscou (en particulier la Clinique européenne) offrent d'autres moyens de retirer la tumeur:

  • ablation par radiofréquence (technique CyberKnife - effet sur le néoplasme par rayonnement ciblé);
  • cryoablation - élimination de la tumeur par le froid: de l'azote liquide est délivré à la tumeur, ce qui gèle les cellules cancéreuses;
  • exposition au courant haute fréquence - des électrodes sont appliquées sur la tumeur, ce qui la brûle.

Chimiothérapie pour le cancer du foie

Le cancer du foie, malheureusement, n’est pas résistant à la plupart des médicaments chimiothérapeutiques.

Les effets des médicaments en tant que méthode complète et indépendante de traitement utilisée dans le traitement du cancer du foie sont extrêmement rares: dans la plupart des cas, la chimiothérapie est utilisée comme traitement adjuvant.

La chimiothérapie est également utilisée dans le traitement des métastases ou du cancer du foie inopérable.

Infusion de médicaments de chimiothérapie dans l'artère hépatique

Une méthode plus efficace de traitement médicamenteux est la méthode de perfusion consistant à administrer des médicaments par l’artère hépatique. Dans ce cas, les médicaments pénètrent directement dans le corps de la tumeur et détruisent la tumeur. Dans le même temps, les tissus sains du corps ne sont pas endommagés. Au cours de la chimiothérapie par perfusion, les médecins installent un cathéter spécial dans l’artère du foie.

L’injection de médicaments anticancéreux dans l’artère du foie n’est efficace que chez 20 à 55% des patients, l’espérance de vie étant allongée de 10 à 12 mois. Des effets plus prononcés peuvent être obtenus par perfusion simultanée de médicaments dans l'artère hépatique et la mousse portale.

Drogues

La plupart des médicaments ne fournissent pas d'effet thérapeutique durable.

Parmi ceux qui aident avec le traitement:

L'efficacité de la chimiothérapie pour le cancer du foie

À ce jour, il existe plusieurs domaines thérapeutiques, à savoir la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Cette dernière méthode de traitement du cancer du foie est rarement utilisée en raison de sa faible efficacité.

La portée de l'opération est déterminée en fonction des résultats d'études de laboratoire et d'instruments. En fonction du stade et de la prévalence du processus malin, la chirurgie peut être radicale lorsque la tumeur est complètement retirée ou palliative (avec excision partielle du carcinome).

Dans cet article, nous examinerons de plus près les principes de la chimiothérapie.

Drogues

La chimiothérapie pour le cancer du foie peut être réalisée de plusieurs manières:

  1. embolisation. La méthode est basée sur l'introduction d'un médicament dans un vaisseau sanguin alimentant la tumeur. Le médicament peut être sous forme de gélules ou d'une solution d'huile. Cette méthode de traitement est utilisée assez largement, car elle vous permet d’arrêter l’apport de sang dans la tumeur et de bloquer son développement ultérieur;
  2. perfusion lorsque la solution chimiothérapeutique est injectée dans le vaisseau à travers un cathéter. Les inconvénients de la technique comprennent les effets néfastes non seulement sur la tumeur, mais également sur les tissus sains;
  3. ablation Elle est réalisée en introduisant un agent chimiothérapeutique dans le tissu tumoral.

Vous trouverez ci-dessous les médicaments de chimiothérapie utilisés dans la lutte contre le cancer du foie.

Doxorubicine

Le médicament est inclus dans le groupe des antibiotiques antitumoraux. Il est largement utilisé pour la chimie dans diverses formes de cancer (sein, thyroïde, poumon, foie).

Les contre-indications comprennent:

  • oppression de la moelle osseuse sous l'influence d'autres médicaments de chimiothérapie ou sur le fond de l'irradiation;
  • leuco-, thrombocytopénie (diminution du nombre de leucocytes, de plaquettes);
  • stade aigu de l'hépatite;
  • intolérance individuelle aux hydroxybenzoates;
  • période de lactation;
  • l'arythmie cardiaque;
  • insuffisance hépatique sévère;
  • la grossesse
  • stade aigu de l'infarctus du myocarde.

Le médicament est utilisé pour une administration intraveineuse ou intra-artérielle. La posologie est calculée individuellement. Tout au long du traitement par la doxorubicine, il est nécessaire de surveiller les paramètres sanguins et la fonction cardiaque (deux fois par semaine), ce médicament étant cardiotoxique et susceptible d’inhiber la fonction de la moelle osseuse.

Gemcitabine

Le médicament appartient aux agents antitumoraux, produit sous la forme d'un lyophilisat pour la préparation ultérieure de la solution. Il est largement utilisé dans les cancers du foie et dans le traitement du cancer du poumon, du rein, du sein et du col utérin.

Parmi les contre-indications est à souligner:

  1. la grossesse
  2. hypersensibilité;
  3. période minoritaire;
  4. lactation.

La gemcitabine doit être utilisée avec prudence chez les patients atteints de maladies infectieuses aiguës, d'hépatite, de dysfonctionnement cardiaque, rénal, d'alcoolisme, ainsi que dans l'inhibition de la moelle osseuse due à la chimiothérapie.

En cours de traitement, il est nécessaire de surveiller strictement les numérations sanguines.

Nexavar

Le principal ingrédient actif du médicament est représenté par le sorafénib. Il appartient aux agents antitumoraux et inhibe la reproduction des cellules cancéreuses. Nexavar est prescrit pour le cancer du foie, des reins, de la thyroïde, ainsi que du cancer d'une autre localisation.

Le médicament a la forme d'un comprimé. Le volume quotidien est de 800 mg, qui devrait être divisé en deux doses. La dose d'un agent chimiothérapeutique peut être ajustée exclusivement par le médecin en fonction de la dynamique des modifications en clinique, ainsi que sur la base des données d'études de laboratoire et d'instruments.

Les contre-indications comprennent l'allaitement, la minorité, ainsi que l'intolérance aux composants du médicament et la grossesse. Avec précaution, Nexavar est prescrit pour les pathologies cutanées, l'hypertension, l'hypocoagulation (augmentation du saignement) et l'angine (douleur cardiaque).

Chimioembolisation

La chimie du cancer du foie peut être utilisée sous forme d'embolisation. Il existe deux types de méthodes:

  1. huile Cela implique l'introduction d'embolizat (substances chimiques spéciales) avec un composant cytostatique dans le vaisseau alimentant la tumeur. L'inconvénient de la méthode est la courte durée de l'action thérapeutique. Ainsi, après l'effondrement de l'embolisation en petites gouttelettes de graisse, la lumière du vaisseau se chevauche et l'agent cytostatique a un effet néfaste sur les cellules cancéreuses;
  2. L'utilisation de microsphères est un moyen plus efficace de traiter un nidus malin. Elle diffère par la durée de l’action thérapeutique (jusqu’à plusieurs mois).

Pour obtenir un effet maximal, vous devez suivre certaines recommandations. Ils comprennent:

  • examen complet du patient;
  • prise d'antécédents (présence d'allergies, maladies concomitantes, grossesse);
  • Il est interdit de manger au moins 8 heures avant l'embolisation.

Pour une intervention chirurgicale, un appareil à rayons X est nécessaire, à l'aide duquel est effectué le contrôle de la technique d'exécution, ainsi que le cathéter nécessaire à l'introduction de l'embolie.

Allopurinol est introduit avant l'opération pour protéger les reins. Ensuite, après avoir anesthésié le site de l'incision, le médecin insère un cathéter dans l'artère fémorale et le dirige vers l'artère hépatique. Après l'injection de la substance radio-opaque, une série de prises de vue est prise. En s’assurant que le cathéter est dans la bonne position, le médecin injecte le produit chimique et l’extrait. La durée de la procédure ne dépasse pas 1-2 heures.

Effets secondaires

Les effets indésirables fréquents de la chimiothérapie par perfusion comprennent:

  • vomissements, nausée;
  • l'apparition de défauts ulcératifs dans la muqueuse buccale;
  • essoufflement, violation du rythme cardiaque, gonflement des jambes en signe d'insuffisance cardiaque;
  • phlébosclérose (lésion de la veine dans laquelle le médicament a été injecté);
  • néphropathie;
  • les allergies (frissons, éruptions cutanées, démangeaisons);
  • abaisser la pression artérielle;
  • anémie, leucose, thrombocytopénie;
  • l'insomnie;
  • la diarrhée;
  • mal de tête;
  • hyperbilirubinémie (augmentation du pigment dans le sang);
  • perte de cheveux;
  • la faiblesse;
  • augmentation des transaminases;
  • douleur musculaire;
  • une augmentation du nombre de globules rouges et de protéines dans l'urine;
  • saignements;
  • bourdonnement dans les oreilles;
  • dysfonction érectile.

En ce qui concerne les conséquences indésirables de l’embolisation, elles incluent:

  1. saignements en violation de l'intégrité du navire;
  2. complications infectieuses;
  3. altération de l'apport sanguin dans les tissus sains en raison d'une mauvaise administration de l'embolie;
  4. dysfonctionnement rénal;
  5. réaction allergique à la substance injectée (fièvre, hypotension artérielle, démangeaisons cutanées, éruptions cutanées, maux de tête);
  6. douleur le long du cathéter.

Prévisions

Le succès du traitement et du pronostic dépend de la tactique thérapeutique. Une combinaison de chirurgie et de chimiothérapie peut augmenter considérablement l'espérance de vie du patient.

Chez 75% des patients après embolisation, il existe un ralentissement de la progression du cancer et une diminution significative du volume de la tumeur.

Le pronostic dépend également de la prévalence du cancer et du moment où le traitement a été commencé. Dans le contexte du traitement, 60% des patients atteints du premier stade du carcinome vivent plus de cinq ans après le diagnostic. Sur le deuxième - la survie à 5 ans est de 50%, sur le troisième - 20% et le quatrième - pas plus de 5%, en raison de métastases communes.

Traitement de chimiothérapie du cancer du foie

La chimiothérapie pour le cancer du foie ralentit le développement et la destruction des cellules malignes, réduit le nombre de rechutes et prévient les métastases. Il est utilisé comme une méthode indépendante et complexe, renforçant l’effet du rayonnement et / ou l’excision radicale de la tumeur. La survie pendant cinq ans est de 40% si le traitement est instauré aux premier et deuxième stades.

Les schémas thérapeutiques standard et les types de chimiothérapie (systémique, locale) se sont révélés inefficaces dans le traitement du cancer du foie. Actuellement, une méthode innovante d'exposition aux médicaments contre l'oncogenèse - l'embolisation transartérielle (TACE) est appliquée. La technologie consiste à introduire des médicaments dans l'artère hépatique, ce qui augmente considérablement la concentration de substances actives dans la zone touchée de l'organe.

TACE est effectué dans les cas suivants:

  • • le foie fonctionne normalement;
  • • si la transplantation n'est pas possible;
  • • le patient attend une greffe;
  • • en l'absence de processus métastatique;
  • • il existe des contre-indications au retrait.

TACHE a considérablement augmenté le pourcentage de patients qui se sont complètement débarrassés du cancer. Le seul inconvénient de la technologie est la complexité de sa mise en œuvre. La chimiothérapie systémique est prescrite principalement pour l'hépatoblastome chez l'enfant, sinon elle est inefficace.

Contre-indications

Dans le cancer du foie, il n’existe aucune contre-indication à la chimiothérapie en général, mais directement à l’embolisation transartérielle.

TACE n'est pas effectué si:

  • • il y a une diminution de la fonction hépatique;
  • • il y a une augmentation de la pression dans la veine porte ou de sa thrombose;
  • • ascite développée (fluide dans le péritoine);
  • • il y a une pénurie de toutes les composantes du sang;
  • • violation de la coagulation du sang;
  • • les voies biliaires sont bloquées;
  • • varices oesophagiennes.

La préparation

Comment est la préparation pour la chimiothérapie pour le cancer du foie, dira le médecin en détail. Un mois suffit pour préparer le premier traitement, alors tout dépend de l'état du patient. Un examen approfondi est d'abord effectué sur la base duquel un système individuel est sélectionné.

L'oncologue met en garde sur les conséquences possibles du traitement, met le patient en état de récupérer. Les cytostatiques ont un effet négatif non seulement sur les organes en bonne santé, mais aussi sur la psyché: il y a tout d'abord l'éveil, ensuite l'oppression. C'est pourquoi le soutien et l'aide de parents sont si importants. Une bonne attitude augmente les chances de guérison et facilite le transfert de la chimiothérapie.

Comment la chimiothérapie pour le cancer du foie

Avec la défaite des deux lobes de l'organe, la thérapie de chaque lobe sera tenue séparément avec une différence d'un mois. Pour réduire la taille de la tumeur, il faudra deux ou trois interventions.

Embolisation transartérielle réalisée dans la salle de radiographie, sous contrôle des rayons X avec contraste. Le patient est anesthésié localement et reçoit un agent relaxant. Un cathéter est conduit à travers l'artère fémorale jusqu'à l'artère hépatique. Des cytostatiques sont introduits dans le cathéter, généralement de la «doxorubicine» ou du «cisplatine». Le flux sanguin vers le foyer est bloqué par des particules de gel spécial. L'embolisation prive la tumeur de l'apport sanguin, ce qui entraîne la mort des cellules atypiques. Après deux ou trois mois, une étude de contrôle est réalisée - IRM ou CT. Si nécessaire, la manipulation est répétée un an plus tard. En présence de métastases, TAX est utilisé aussi longtemps que nécessaire, jusqu'à ce que son efficacité commence à diminuer.

Avec la thérapie systémique, la chimiothérapie est le plus souvent administrée par voie intraveineuse.

Conséquences et effets secondaires de la chimiothérapie pour le cancer du foie

Après le traitement, les effets secondaires se développent en fonction du stade de la maladie, de la posologie des médicaments, de la durée des procédures et de l'âge du patient.

  • • indigestion: manque d'appétit, nausée, vomissements;
  • Constipation ou diarrhée;
  • • intoxication: fièvre, frissons, maux de tête, faiblesse;
  • • perte de cheveux;
  • Saignements, hématome;
  • • altération de la mémoire, concentration;
  • • instabilité émotionnelle.

Les effets secondaires sont éliminés avec des médicaments. Parfois, la dose du médicament principal est réduite ou le traitement est arrêté. Après la récupération du corps, les procédures sont reprises.

Réhabilitation

État psychologique - le facteur le plus important dans la guérison. Après la chimiothérapie pour le cancer du foie, le programme de réadaptation devrait inclure l’aide d’un psychologue. Le patient ne peut pas se replier sur lui-même, vous devez davantage communiquer avec vos amis et les membres de votre famille.

Manger de grandes quantités de fruits et légumes aidera à établir un appétit, digérer, renforcer le système immunitaire. Recommandé la marche, le sommeil et la nutrition. Pour éliminer rapidement les toxines, vous devez boire au moins un litre et demi de liquide par jour.

Combien coûte la chimiothérapie pour le cancer du foie

Les technologies de pointe en médecine peuvent augmenter l'espérance de vie et la survie des patients cancéreux. Le prix de la chimiothérapie pour le cancer du foie dépend des prix des médicaments et des produits de diagnostic, du nombre de cliniques à Moscou, des qualifications des spécialistes, du stade de la maladie et de la durée du traitement.

Chimiothérapie et radiothérapie pour le cancer du foie

Quel que soit le degré de dangerosité de la chimiothérapie pour les autres organes, que ce soit dans le cancer du foie ou dans d’autres maladies néoplastiques, il n’ya souvent que cette méthode bénigne qui peut détruire les cellules destructrices en expansion. Malheureusement, l’introduction de médicaments toxiques ou l’irradiation préventive n’épargne pas seulement les tissus affectés, mais également les tissus sains, et se heurte à de multiples complications.

Quelle est la chimie dans le cancer du foie: médicaments pour la chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement d'une maladie parasitaire, infectieuse ou oncologique par l'administration de poisons et de toxines préjudiciables au facteur dommageable. Il faut faire attention à l’usage fréquent du mot «sélectif», qui n’est pas utilisé dans l’interprétation moderne, car dans ce cas, les poisons et les toxines affectent également les tissus et les systèmes organiques sains. Malheureusement, à l'exception de la chimiothérapie pour le cancer du foie stade 4, il n'y a pas d'autre moyen d'influencer la tumeur.

Il faut dire que la chimie dans le cancer du foie peut être utilisée comme un excellent complément efficace en cas d’opération réussie. Le fait est qu'aucun chirurgien ne peut garantir que la tumeur a été complètement retirée ou que des cellules cancéreuses soient encore isolées, ce qui peut à nouveau entraîner une croissance maligne. C'est pourquoi les médecins doivent également prescrire une chimiothérapie pour le cancer du foie, ce qui est une procédure désagréable pour un patient.

Quelle est la composition chimique du cancer du foie et comment les médicaments sont-ils injectés? Il existe de nombreux types de médicaments pour la chimiothérapie du cancer du foie. vous ne les connaissez peut-être même pas tous, surtout que chaque année, cette liste est mise à jour avec des dizaines de nouveaux noms. Il faut faire attention à autre chose: comment administrer le médicament pendant la chimiothérapie du foie, ainsi que la rééducation du patient directement pendant et après la procédure.

Le traitement du cancer du foie par la chimie est généralement effectué par voie intraveineuse, mais cela ne signifie pas que les médecins ne recherchent pas de nouveaux moyens de «délivrer» des médicaments à l'organe malade. L'année dernière, des essais cliniques de chirurgiens américains ont été lancés avec succès. Ils ont permis d'inventer une méthode d'administration du "poison" par les canaux lymphatiques. Ce mode d'administration s'appelait «endolymphatique» il y a vingt ans. Mais jusqu'à présent, avec le traitement des métastases hépatiques par la chimie, il n'a pas été possible de mener de tels traitements.

La médecine ne reste pas immobile, cependant, nous notons que si cette méthode est au stade de test et d’approbation des résultats. La plupart des médecins sont unanimes à dire que le cancer du foie nécessite une chimie et qu'il n'est pas efficace de prendre des comprimés ingérés - ils sont peu susceptibles d'affecter le cancer.

Comment prendre une chimiothérapie pour le cancer du foie, les projections et les effets de la chimiothérapie

Comment prendre une chimiothérapie pour le cancer du foie afin que le traitement soit efficace? La chimiothérapie en oncologie hépatique est effectuée par cours - chaque semaine - après quoi une courte pause est accordée, puis tout se répète. Si vous avez vu un colis contenant un médicament, vous ne l'oublierez jamais. Extérieurement, il s’agit d’un contenant opaque, que le personnel porte uniquement avec des gants, moins souvent dans une combinaison de protection spéciale. Ces précautions dans le traitement de la chimiothérapie hépatique sont justifiées, mais le patient doit être informé que, dans la mesure du possible, il doit également éviter le contact de la substance active du flacon avec la peau, y compris pendant la perfusion. Sur le cancer du foie, le médicament de cette manière ne fonctionnera pas, mais il pourrait bien causer une dermatite - de tels cas ne sont pas rares.

De nombreux patients ont peur de la perte de cheveux et de l'apparition de modifications irréversibles des organes et des systèmes humains. Malheureusement, le médicament détruit non seulement les cellules cancéreuses, mais également les cellules normales et saines - il est privé de toute sélectivité. Il est évident que la croissance des cheveux peut cesser, il est probable que leur fragilité sera observée; mais après une semaine, tous les processus physiologiques sont restaurés. La calvitie complète est observée très rarement, cela ne devrait pas être craint, mais, bien sûr, il est moralement nécessaire d'être prêt. Les patients doivent savoir qu'ils doivent rester immobiles pendant des heures, sous le compte-gouttes, avec de courtes pauses pour se nourrir et se laver. L'effet de la chimiothérapie sur le foie et d'autres organes ne passe pas sans laisser de traces, le traitement "brise" souvent la psyché, qui fait déjà l'objet d'une oncopathologie.

Pour des raisons inconnues, les médecins ne disent pas qu’une petite partie des médicaments peut même modifier directement le statut mental d’une personne, ce qui affecte le système nerveux central. Quelqu'un compare une telle situation à une intoxication, par exemple à la grippe, lorsque le patient est d'abord excité, puis que le stade opposé est observé: l'oppression. Il est difficile de prévoir tous les changements mentaux, mais cela vaut certainement la peine d'avertir à la fois le patient et ses proches. Cette période est la plus cruciale pour tous ceux qui entourent le patient lorsque celui-ci a plus que jamais besoin de soutien. Notez que lorsqu'un patient est au courant d'une opération réussie, la chimiothérapie est perçue par lui comme le dernier maillon de liaison et est transférée beaucoup plus facilement.

Les pronostics de chimiothérapie pour le cancer du foie sont souvent décevants. Si le patient sait qu’il est impossible de l’enlever, les médecins n’effectuent que le traitement symptomatique et le cancer risque de se développer de cette façon - ce n’est qu’une question de temps - vous devez être sensible au patient. Ceci s’applique à la fois au personnel médical et aux proches.

Chimiothérapie des métastases hépatiques: effets de la chimie

Les violations de l'activité mentale d'une personne ne sont pas les seuls effets secondaires d'un tel traitement. Les conséquences de la chimiothérapie hépatique, telles que les problèmes liés au tube digestif. À savoir: nausées persistantes, vomissements et parfois indomptables, diarrhée, alternant avec constipation, appétit réduit (peut-être son absence). En résumé, la liste la plus variée de symptômes ne pouvant être décrits que pour des maladies du tractus gastro-intestinal convient également à la chimiothérapie. Bien sûr, ils devraient être attendus. Aucun médecin ne dira avec certitude si le patient aura des vomissements, de la diarrhée ou autrement, mais vous devez vous préparer à tout.

En ce qui concerne la question du nombre de séances de chimiothérapie pour les métastases hépatiques, leur durée, la dose de traitement, il est impossible de dire quelque chose de précis. Tout d’abord, à l’heure actuelle - et ce sera donc pour longtemps - toutes les méthodes conservatrices de traitement du cancer en sont à la phase de découverte et de test, c’est-à-dire que chaque médecin expérimenté recherche ses propres moyens de résoudre le problème, choisit les médicaments et leur posologie, en particulier lorsque la vie du patient en dépend. Deuxièmement, tous les patients sont individuels, de même que leur maladie, bien que cela implique un processus de cancer commun: tout dépend des caractéristiques individuelles du corps humain. Il est important de dire sur l'opérabilité ou l'inopérabilité du patient - ce sont des schémas thérapeutiques complètement différents, qui dépendent largement de l'habileté du médecin.

Irradiation dans les métastases hépatiques et complications après la radiothérapie

Le principe de la méthode de radiothérapie du foie (radiothérapie préventive) repose sur les effets néfastes des radiations sur le corps humain. Notez que, comme dans le cas de la chimiothérapie, cette méthode est dépourvue de toute sélectivité: si le long du faisceau, les cellules cancéreuses sont capturées, mais également normales et en bonne santé, elles sont également sujettes à la nécrose.

Il y a quelques décennies, alors que l'irradiation du foie et d'autres organes touchés par le cancer entrait dans une vaste pratique médicale, il existait un phénomène dit de «dermatite par radiation» - une complication caractérisée par une inflammation de la peau provoquée par une radiation. Actuellement, vous ne devriez pas avoir peur de quelque chose comme ça. Les cliniques des principales villes de la Fédération de Russie sont équipées de dispositifs permettant de mesurer et, surtout, de diriger les rayons localement vers la zone du corps humain où se trouve le cancer. Cette méthode est devenue extrêmement populaire dans le traitement des tumeurs malignes de la peau, ainsi que dans le traitement du cancer de la prostate. Si nous parlons de cancer du foie, nous utilisons dans ce cas des radiations générales et locales.

Le fait est qu'aucun médecin ne garantira l'absence de métastases. Comme le cancer du foie a une tendance très rapide à métastaser, les médecins doivent souvent recourir à des mesures «impopulaires» de la radiation générale ou totale. Quels problèmes peuvent survenir chez les patients sous radiothérapie? Tout d'abord, il est nécessaire de dire à propos de la réponse de la peau sous la forme d'une réaction inflammatoire, qui en médecine s'appelle "dermatite". Ne pensez pas que ce problème puisse ne pas se produire avec l’irradiation locale. Après tout, seule une petite zone de la peau de la taille d’un palmier est exposée aux radiations. Ici, dans cet endroit et la dermatite peut se développer. Bien sûr, nous ne parlons pas de lésions à grande échelle, mais il peut y avoir un certain inconfort.

Comment traiter une telle complication après une radiothérapie du foie ou d'un autre organe? Aussi paradoxal que cela puisse paraître - en aucun cas. Si vous constatez une légère desquamation ou une rougeur de la peau, le radiologue interrompt parfois les séances de procédure, mais en général, il n'est pas nécessaire de le faire.

Des complications telles que des lésions cutanées ulcéreuses présentent un certain danger lors de la radiothérapie dans les métastases hépatiques. Dans ce cas, il est nécessaire de consulter directement un dermatologue et de suivre ses recommandations sans réserve - après tout, le patient doit recommencer à irradier dès que possible. Étant donné que la radiothérapie a un effet néfaste sur toutes les cellules à division rapide, le patient peut développer des symptômes de insuffisance plaquettaire, de numération leucocytaire et de globules rouges. Si dans la plupart des cas, il est possible de ne pas remarquer de diminution des deux derniers globules sanguins, il est impossible de le dire en ce qui concerne les plaquettes. Ils ne sont pas seulement des facteurs de formation de caillots sanguins, mais alimentent également la paroi vasculaire. Si leur insuffisance se produit, les vaisseaux sont non seulement incapables de thrombater rapidement s’ils sont endommagés dans les conditions de vie, mais deviennent également fragiles en raison du manque de nutriments.

Cliniquement, le patient se plaint d’hématomes, d’éruptions cutanées rouges et même de saignements causés par des plaies éventuelles sur le corps.

Malheureusement, les informations sur les saignements internes sévères pouvant être fatals en une heure sont distribuées par erreur. Dans le monde moderne, lorsque les doses de rayonnement ont été sélectionnées pour plus d'un an; par conséquent, il est difficile, même de mémoire, de rappeler le dernier patient souffrant de saignements abondants dus aux radiations.

Chimiothérapie pour le cancer du foie: une chimie est-elle nécessaire pour les métastases?

Par ailleurs, il convient de mentionner le stade sévère du cancer du foie, alors que dans tous les organes et systèmes, il existe un grand nombre de métastases, ainsi que de multiples troubles du cœur, du foie, des intestins, des poumons et des reins. Dans le cas des métastases hépatiques, le traitement de chimiothérapie a des contre-indications à l'opération elle-même. Peut-être n'y a-t-il pas de données précises, mais peu de radiations et de médicaments peuvent arrêter ou au moins ralentir la croissance tumorale.

Cependant, il est erroné de croire qu'en présence de métastases, l'efficacité de la chimiothérapie au stade 4 du cancer du foie est réduite à zéro et rien ne peut être fait. Bien sûr, vous devez essayer tous les moyens possibles, vous devez rechercher la bonne dose, en essayant d’arrêter la croissance des métastases.

En oncologie, lors de discussions médicales sur le traitement du cancer du foie avec métastases avec chimiothérapie, les médecins n’ont pas une opinion commune à ce sujet. Mais ne rien faire pour soulager la souffrance du patient, ne pas chercher de solutions possibles - ce n’est guère la bonne manière, même du point de vue de la psychologie.

Contre-indications au traitement par chimiothérapie des métastases hépatiques

Existe-t-il des contre-indications à la chimiothérapie et à la radiothérapie, en particulier dans les métastases? Bien sûr, ils sont. L’une des contre-indications est l’intolérance individuelle à la chimiothérapie et à la radiothérapie du corps du patient. Par exemple, il peut y avoir des vomissements incontrôlés, une excitation marquée du patient, un trouble mental et des allergies. Chaque fois que cela est possible, chaque médecin doit prévenir ces complications ou les réduire au minimum afin qu'elles ne causent pas de désagréments sérieux au patient. Malheureusement, cela n’est pas toujours possible.

À propos, ce concept a un caractère très "lâche"; De plus, un oncologue compétent doit être capable de faire la distinction entre «intolérance mentale» et physiologique. Récemment, des dizaines d'articles scientifiques ont été publiés sur ce sujet. Ces statistiques contiennent des statistiques selon lesquelles plus de 60% des complications sont soit artificielles, soit provoquées par leurs patients. Vous pouvez poser une question logique: comment provoquer des allergies, des vomissements ou une dermatite? Dans le cas des troubles mentaux, tout semblerait compréhensible, mais vous serez agréablement surpris, à l’instar des médecins anglais qui ont décidé de mener des recherches curieuses. Deux groupes de patients en oncologie ont été sélectionnés et un groupe, en plus de la chimiothérapie et de la radiothérapie, s'est vu prescrire des doses individuelles d'un sédatif, et le groupe de contrôle, un traitement conforme aux normes. Ce qui était surprenant chez les médecins quand on était dans le groupe témoin était observé avec 20 à 30% moins de complications de toute nature, incluant des manifestations inflammatoires et allergiques.

Pour prévenir les complications, les proches et le personnel médical doivent faire preuve de compassion et d'une sensibilité maximale. Vous ne devez pas les acheter vous-même au patient ou demander sa nomination chez un autre spécialiste, à l'exception d'un psychiatre. Une consommation excessive peut ternir l'image de la maladie sous-jacente et orienter le médecin vers une fausse voie de traitement. Il est également nécessaire que les patients fassent la règle.

Des maladies associées, en particulier au stade aigu, constituent une contre-indication importante à la chimiothérapie et à la radiothérapie, mais moins fréquentes. Bien sûr, nous ne parlons pas de bronchite chronique, de rhinite ou de pyélonéphrite. Les maladies hématologiques, telles que la leucémie chronique, la thrombocytopénie ou l'hémophilie, prennent la part du lion. Au cours de l'irradiation, le nombre de plaquettes sanguines et le nombre de leucocytes diminuent.

En général, la majorité des patients ne présentent pas de contre-indications significatives à la chimiothérapie et à la radiothérapie.

Quel traitement est prescrit pour le cancer du foie?

Cancer du foie - un tel diagnostic est entendu chaque année par des centaines de milliers d'habitants de la planète, dont l'âge est loin d'être avancé.

Le plus souvent, ce sont des citoyens malades de la Chine, de l'Inde et du sud du continent africain. Dans ce cas, la pathologie affecte principalement la population masculine - ils souffrent plusieurs fois plus souvent que les femmes. L'âge moyen des patients est de 42 ans.

Certificat médical

Le cancer du foie est une lésion maligne d'organe provoquée par des cellules cancéreuses atypiques qui se forment directement dans l'organe et y pénètrent à la suite de métastases.

Dans cette dernière version, il s'agit d'un cancer secondaire. La pathologie est difficile à traiter, s'accompagne de symptômes sévères et a un pronostic négatif pour la survie. La tumeur pénètre rapidement dans les vaisseaux sanguins de l'organe et se métastase rapidement.

La maladie se caractérise par une progression accélérée et un parcours court. Les chances de guérison ne sont possibles qu’au début du traitement de la maladie. Dans le cancer secondaire, la thérapie effectuée au stade de la nucléation d’une tumeur peut prolonger la vie d’une personne de 5 à 6 ans.

La qualité de vie des patients souffrant de ce diagnostic est fortement réduite, la maladie est difficile à tolérer et est associée à de nombreuses complications et lésions associées dépendant de l'activité du foie et des organes.

Thérapie

Une approche intégrée du traitement d'une maladie peut permettre une rémission à long terme. Plus le patient se tournera rapidement vers la clinique pour obtenir de l'aide, plus le résultat sera efficace et, partant, plus grande sera sa chance d'une autre vie. Considérez les principales méthodes d’influence sur la pathologie.

À partir de la vidéo suivante prise par le patient, vous pouvez découvrir comment se déroule la consultation avant le traitement à la clinique d'Israël:

Enlèvement de la tumeur et des tissus environnants

L'option de traitement la plus courante. Son objectif est d'éliminer au maximum les formations cancéreuses, d'éliminer le développement de manifestations secondaires de l'anomalie et de réduire le risque de processus récurrents.

Aux premiers stades de la résection, on obtient un bon pourcentage de récupération: environ 40% des patients ont réussi à dépasser la barre des cinq ans, alors que leur qualité de vie est relativement confortable.

Le risque de complications est d'environ 27%. Ce sont principalement les cancers résiduels, les métastases à distance et les processus inflammatoires internes de l'organe.

Au cours de l'opération, la zone où la tumeur est concentrée est amputée ou l'ensemble de l'organe et les fragments de tissu entourant adjacents sont éliminés. L'efficacité de telles opérations dépend également de l'ampleur de la malignité, du lieu de sa formation et du degré d'endommagement des vaisseaux sanguins concentrés dans le foie.

Il est plus efficace de retirer le côté gauche de l'orgue. Les métastases, la localisation de la pathologie dans la veine porte ou la germination du cancer dans ses parois sont des contre-indications à mener. La cirrhose est la principale contre-indication à la résection hépatique.

Transplantation d'organes donneurs

L'indication de base pour mener est la phase initiale du processus. Dans d'autres cas, son efficacité est proche de zéro. La complexité de la manipulation ne réside pas tant dans sa technologie que dans la sélection du donneur; il doit s'agir d'un biomatériau approprié compatible avec le corps du patient en composition structurelle, identique dans le groupe sanguin et en parfaite santé, organe.

Souvent, le foie est transplanté chez un proche parent en bonne santé, ce qui accélère ses chances de guérison, puisqu'un donneur de la base médicale peut attendre des années et perd du temps.

Après avoir greffé le foie du patient, on lui prescrit des médicaments ayant un spectre d'action dépresseur sur le système immunitaire. Il existe également un risque de complication - l’effet des médicaments peut être une sorte de catalyseur pour le développement du cancer récurrent.

De plus, le rejet physiologique d'un organe n'est pas exclu - cela s'explique par les caractéristiques anatomiques de la structure des tissus et par l'état physique général d'une personne, en particulier par son âge.

Avec un peu de chance, le pronostic de la transplantation peut être considéré comme optimiste: un organisme bien établi fonctionnera longtemps en l'absence de facteurs provoquant son dysfonctionnement, dont le plus important est la métastase cachée, qui n'a pas pu être identifiée au stade de la transplantation d'organe.

Cet article traite de la cirrhose chez la femme: symptômes, diagnostic, traitement, pronostic.

Chimiothérapie

Le principe de ce traitement du cancer du foie est l'introduction dans le corps du patient de médicaments qui suppriment l'activité des cellules cancéreuses.

Le traitement est effectué systématiquement, bien sûr, la posologie et la durée sont déterminées individuellement. Les drogues sont injectées dans la veine par des compte-gouttes ou se prennent sous forme de comprimés par voie orale.

La chimiothérapie provoque un certain nombre d’effets secondaires, car l’effet destructeur des composants contenus dans les préparations capture non seulement les tissus malades, mais également les tissus sains.

Les indications pour sa conduite peuvent être considérées:

  • inopérabilité du patient;
  • métastases étendues dans les lésions des organes voisins;
  • consolidation de la dynamique positive après la chirurgie;
  • dans les derniers stades de l'évolution de la maladie en tant que mesure favorisant le seuil de vie et neutralisant les symptômes.

L'efficacité de la chimiothérapie en tant que seule méthode de traitement est très discutable. Avec une utilisation complexe, un résultat positif aux étapes initiales du flux de processus est d'environ 35%.

Récemment, pour augmenter cet indicateur, une méthode d'administration ponctuelle de médicaments a été appliquée directement dans l'artère hépatique.

Les principaux médicaments utilisés en chimiothérapie hépatique:

  • La doxorubicine;
  • La floxuridine;
  • La mitomycine;
  • Cisplastine et ses dérivés.

Méthodes extrêmes

En plus des méthodes traditionnelles susmentionnées d’élimination de la pathologie, appliquez des méthodes extrêmes de lutte contre le cancer du foie. En tant que méthodes de traitement indépendantes, il est peu probable qu'elles apportent des résultats positifs durables, mais elles pourraient bien constituer un traitement supplémentaire.

En outre, ces méthodes de contrôle de la tumeur deviennent dans certains cas la seule alternative lorsque la chirurgie et le traitement chimiothérapeutique sont impossibles en raison de nombreuses contre-indications à leur mise en œuvre.

Le plus couramment utilisé:

L'alcool éthylique - un composant présent dans sa composition, viole les rythmes des processus métaboliques se produisant dans les fragments atypiques de tissus et empêche leur division et leur croissance ultérieures.

Cela empêche la propagation du cancer et, dans les cas où la tumeur est encore trop petite et se trouve au stade initial de développement, l'alcool éthylique peut donner une tendance positive stable à la rémission à long terme.

La seule condition est l'absence totale de processus métastatiques;

  • acide trichloroacétique - le principe de son effet dommageable est similaire à celui décrit ci-dessus. Comme dans le premier cas, la composition est injectée directement sur le site de la tumeur. L'approvisionnement en acide systémique réduit progressivement le néoplasme et la plupart des cellules cancéreuses meurent.
  • Grâce à l'introduction de ces technologies à alimentation directe, le taux de mortalité des patients présentant des contre-indications à la méthode de traitement radical a considérablement diminué. Cependant, il faut comprendre que s’appuyer pleinement sur la guérison avec des méthodes similaires, malheureusement, n’est pas nécessaire.

    Méthodes folkloriques

    Il est important de comprendre que la médecine traditionnelle est sans aucun doute un complément utile à la thérapie traditionnelle. Il est toutefois extrêmement imprudent et parfois dangereux de s’appuyer sur les avantages de son utilisation indépendante avec le rejet total des soins médicaux.

    À quoi ressemble l'adénome du foie à l'échographie? Voici une photo avec des explications.

    En tant que moyen de médecine traditionnelle, l’application la plus populaire:

    L'iode - son principe réside dans la surabondance du corps avec cet élément et son effet supposé toxique sur les cellules cancéreuses. Dans ce cas, l'iode est consommé - en mangeant de grandes quantités de produits en contenant - par exemple, le chou marin.

    Sur le fond de la consommation gastronomique d'iode, ils s'inspirent du corps du filet. On pense que, lorsqu'il s'évapore, il pénètre rapidement dans les tissus internes et atteint l'emplacement de la tumeur. Aux derniers stades de l'évolution de la maladie, un tel traitement peut effectivement prolonger la rémission et augmenter légèrement le seuil de vie;

  • bouillon de myrtille - une cuillère à soupe de baies est remplie avec 0,5 litre d’eau bouillante, infusé pendant trois heures. Les ingrédients boivent une cuillère cinq fois par jour, avant les repas. On pense qu'il est possible de vaincre le cancer du foie au stade de sa formation;
  • jus de melon d'eau - buvez du jus de fruits frais de baies de melon d'eau au moins 6 fois par jour. Après chaque dose, vous devriez boire un verre avec une cuillerée à thé de miel naturel en le dissolvant lentement dans la bouche. Avec une utilisation régulière, la toxicité est réduite, l'état du patient s'améliore nettement et l'impact négatif de la prise de médicaments chimiothérapeutiques est réduit.
  • Régime alimentaire

    Les personnes souffrant d'un cancer du foie, il est impératif de suivre un régime alimentaire économe. Et il faut y adhérer tout au long de la vie.

    • les aliments consommés doivent être saturés de vitamines et de micro-éléments;
    • tous les aliments doivent être digérés rapidement et facilement avec une contrainte minimale sur l'organe;
    • la préférence devrait être accordée aux plats dans lesquels les composants qui réduisent l'intoxication du cancer prédominent et contribuent à son élimination rapide de l'organisme;
    • la nourriture devrait être fréquente, mais fractionnée.

    Si nous résumons tout ce qui précède, nous pourrons alors conclure à l’utilité et à l’acceptabilité de la présence dans le régime alimentaire du patient:

    • produits laitiers;
    • poisson;
    • croupe;
    • des légumes et des fruits;
    • compotes, décoctions de rose sauvage et d'herbes médicinales.

    Les produits marinés, les conserves, les préparations à base de viande, les viandes fumées, les boissons gazeuses et l’alcool sous toutes ses formes devraient être exclus à jamais.

    Chimiothérapie pour le cancer du foie

    La chimiothérapie pour le cancer du foie est une procédure thérapeutique obligatoire, mais sa mise en œuvre est associée à certaines nuances. Ceci est dû à l'apport sanguin abondant à l'organe sécrétoire et à la résistance de la tumeur du parenchyme du foie à l'action de certains médicaments de chimiothérapie.

    Caractéristiques de la chimiothérapie pour le cancer du foie

    Comment la chimiothérapie tue-t-elle les cellules cancéreuses?

    Le traitement par chimiothérapie est l’un des principaux moyens de détruire la structure tumorale du parenchyme hépatique. Grâce à cette procédure, les cellules anormales, dont est composée la tumeur du foie, sont détruites, ce qui ralentit son développement. Mais du fait que la chimie systémique, avec laquelle on traite pratiquement n'importe quel oncologie, s'est révélée inefficace dans le cancer du foie, pour cette forme de condition pathologique, une méthode innovante de localisation de la tumeur affectée sur le parenchyme tumoral - une chimiothérapie intravésicale est utilisée. Son essence réside dans l'admission directe de médicaments de chimiothérapie dans la zone touchée du processus malin.

    Pour y parvenir, des médicaments sont injectés à travers le cathéter dans la veine porte ou l'artère hépatique. La chimiothérapie locale, utilisée pour traiter le cancer du foie, présente un avantage indéniable - tous les médicaments de chimiothérapie se rendent au site du parenchyme hépatique, qui a subi des modifications anormales et n'affectent pas les structures cellulaires intactes, c'est-à-dire qu'ils ne provoquent pratiquement pas l'apparition d'effets secondaires.

    La procédure est obligatoire appliquée dans les cas suivants:

    1. Avant la chirurgie. La chimiothérapie préopératoire a plusieurs objectifs: réduire la dissémination (propagation) de cellules ayant subi une mutation génique, éliminer les micrométastases (destructrices) et réduire la taille de la tumeur primitive. Le succès de la chimie néoadjuvante permet de ramener le néoplasme malin inopérable à la taille opérable.
    2. Après avoir effectué la résection de l'organe de sécrétion. La chimiothérapie postopératoire vise à détruire les cellules anormales restant dans le sang. Pour ce faire, ils détruisent leur ADN et empêchent toute division incontrôlée. Pour arrêter plus efficacement le processus de malignité et prévenir les récidives pouvant causer le cancer du foie, les médicaments pour chaque patient doivent être sélectionnés individuellement, en fonction des caractéristiques de la tumeur préopératoire et de l'état général du corps du patient.

    La chimiothérapie pour les métastases dans le foie, qui accompagne toujours le stade 4 de l'oncologie de certains organes internes éloignés et proches, joue un rôle tout aussi important dans les interventions thérapeutiques. Étant donné que la majorité des patients atteints d'un cancer métastatique du parenchyme hépatique et leurs proches s'intéressent souvent à la question de savoir si la chimie est nécessaire pour les métastases qui ont germé dans l'organe de sécrétion, il est utile de citer l'opinion mutuelle des chimiothérapeutes.

    Les experts croient sans exception qu'il est possible de guérir le cancer du foie métastatique uniquement par une thérapie combinée, qui comprend l'utilisation combinée d'une intervention chirurgicale et d'un traitement anticancéreux. Il est très efficace de pratiquer une chimioembolisation avant et après l'opération, méthode innovante de la chimie locale consistant à emboliser (fermer) la lumière de l'artère métastatique. La procédure est effectuée à l'aide d'un matériau spécial contenant un agent antitumoral et vous permet de détruire la tumeur naturellement, en arrêtant le flux de sang.

    C'est important! La chimiothérapie pour le cancer du foie chez les hommes et les femmes, en tant que méthode indépendante à part entière, est utilisée extrêmement rarement, uniquement pour le cancer du foie inopérable. Dans la plupart des cas, il est utilisé comme traitement néoadjuvant ou adjuvant, ainsi que conjointement avec la radiothérapie dans le traitement des métastases qui ont germé dans des organes internes distants.

    Types de chimiothérapie

    La principale technique thérapeutique, prescrite après une intervention chirurgicale pour le cancer du foie, la chimiothérapie.

    Les médicaments pour les lésions du parenchyme hépatique avec tumeur non cuite sont administrés de plusieurs manières:

    1. Embolisation La technique consiste à administrer des médicaments enrobés d'une autre substance destinée à recouvrir la lumière d'un vaisseau sanguin, le flux sanguin se dirigeant directement vers la tumeur. La chimiothérapie pour le cancer du foie utilisant la chimioembolisation tansartérielle a été largement utilisée dans la pratique moderne en oncologie. Sa pertinence est liée à la capacité inhérente de cette méthode non seulement à détruire les cellules anormales, mais également à bloquer efficacement le développement ultérieur d’onco-tumeurs.
    2. Infusion de médicaments de chimiothérapie dans l'artère hépatique. L’administration de médicaments par perfusion est le moyen le plus efficace de thérapie antitumorale. Les solutions chimiothérapeutiques dans ce cas sont administrées à la structure tumorale également avec le sang, mais leur introduction est réalisée à travers un cathéter spécial inséré dans l'artère hépatique.
    3. Ablation L'introduction dans le corps d'une tumeur maligne est composée à 96% d'alcool capable de détruire efficacement les structures cellulaires présentant une mutation génique ou des anomalies chromosomiques. Des injections percutanées d'éthanol pour le cancer du foie sont effectuées 1 ou 2 fois par semaine sous anesthésie locale et avec contrôle visuel obligatoire du scanner ou de l'échographie.

    Les 3 méthodes de traitement anticancéreux du parenchyme hépatique à partir du processus de malignité ont un avantage incontestable sur la chimie systémique - les médicaments vont directement à la tumeur et n’ont aucun effet sur les structures des tissus sains.

    Inconvénients et avantages du traitement par chimiothérapie

    En comparant diverses méthodes thérapeutiques qui détruisent efficacement une tumeur hépatique maligne, les oncologues notent que le meilleur résultat est obtenu avec une combinaison de traitement antitumoral chirurgical et médical.

    La chimiothérapie intra-artérielle pour le cancer du foie présente plusieurs avantages indéniables:

    • une procédure thérapeutique nécessite une petite quantité de médicaments, ce qui minimise l'apparition d'effets secondaires;
    • la destruction des cellules anormales se produit sans nuire au système immunitaire du corps humain;
    • la période d'hospitalisation est minimale, car elle n'est nécessaire que pour l'installation d'un cathéter. Tout le reste du traitement est effectué en ambulatoire, sans perturber le mode de vie habituel;
    • destruction complète ou partielle des cellules anormales, ralentissement effectif de leur division et soulagement des symptômes douloureux de l'état pathologique.

    L'avantage théorique de la chimiothérapie intra-artérielle, qui guérit le cancer du foie, est la possibilité d'administrer directement une chimiothérapie à haute concentration directement à la tumeur, ce qui empêche le développement d'une intoxication systémique. Mais ceci n’est qu’une théorie, mais dans la pratique, il s’avère que de puissants principes actifs infectent tous les organes et systèmes internes, ce qui entraîne le développement d’effets secondaires habituels en oncologie. En outre, ce type de traitement peut déclencher certaines affections pathologiques locales - ulcères de l’intestin ou de l’estomac, inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite) ou du pancréas (pancréatite).

    Préparation et conduite de la chimiothérapie

    Une tumeur du foie diagnostiquée chez une personne implique une chimiothérapie. Toutefois, cette procédure entraîne de nombreux effets secondaires graves et graves. Au stade préparatoire, avant de choisir la chimiothérapie pour le cancer du foie chez un patient donné, certaines procédures de diagnostic comprenant les méthodes suivantes sont prescrites:

    • étudier le fonctionnement du système cardiovasculaire et des reins;
    • test sanguin de laboratoire;
    • radiographie des poumons;
    • scanner les os.

    Le protocole de chimiothérapie ultérieure est établi par un spécialiste sur la base des résultats obtenus. Si nécessaire, des tests supplémentaires peuvent être attribués au patient. Leur choix dépend directement des médicaments devant être utilisés pour la perfusion dans l'artère hépatique. Par exemple, si le médicament prescrit peut avoir un effet négatif sur le fonctionnement des organes visuels, un examen approfondi par un ophtalmologiste sera prescrit au patient.

    À savoir! Dans certains cas cliniques, un patient chez lequel une lésion oncologique du parenchyme hépatique a été diagnostiquée peut recevoir une radiothérapie simultanément à la chimie. Dans le cancer du foie, cette technique n’a été utilisée que récemment, avec l’apparition de nouvelles techniques novatrices de radiothérapie qui ne causent pas de dommages importants au parenchyme hépatique sensible.

    Schémas et cours

    Une opération pour le cancer du foie ne garantit pas la guérison complète du patient sans chimie ultérieure. Le traitement par cytostatiques, administré par voie intra-artérielle, dure 3 semaines. Chacun de ces deux jours est consacré à la perfusion de médicaments, le reste restant au repos.

    Les principaux médicaments pour le cancer du foie utilisés pour la chimioembolisation en une étape:

    1. Doxorubicine (Zavedos, Kelix) 80 mg / m2;
    2. Carboplatine (cycloplatine, Kemocarb, Krabotera) 150 mg / m2;
    3. Pharmaubicine instantanée (Adriblastin, Doksolik) 60 mg / m2;
    4. Adriamycine (Aksidokso, Doksorubitsina un chlorhydrate, Rastocin) 20-30 mg / m2.

    Toutes les préparations sont des lyophilisats en poudre, destinés à la préparation d'une solution spéciale. Ils sont mélangés avec des microemboles (éponges de gélatine) ou dissous dans un lipoïde. Lorsque vous utilisez les solutions préparées de traitement antitumoral thérapeutique qui détruisent le cancer du foie, il est nécessaire de surveiller attentivement vos sentiments et votre état de santé général. Si des manifestations négatives apparaissent, il est nécessaire de contacter d'urgence un spécialiste afin que le médecin traitant puisse, avant que de graves conséquences se produisent, arrêter le traitement ou en modifier le schéma.

    Lors du diagnostic du cancer du foie au stade 4, la chimiothérapie est un traitement palliatif. Son but dans ce cas est de réduire les symptômes négatifs et douloureux, améliorant ainsi la qualité des dernières semaines ou des derniers mois de la vie du patient. Il convient de noter que le traitement de chimiothérapie, qui permet de détruire les métastases du cancer du foie aux derniers stades de développement, n’a aucune limite de temps. Les procédures de traitement anticancéreux seront effectuées jusqu'à ce qu'elles perdent leur efficacité. De plus, tout en réduisant les effets de certains médicaments, les oncologues prescrivent immédiatement un nouveau schéma thérapeutique avec d’autres médicaments. Un tel changement de cap cohérent se poursuit généralement jusqu'à la mort.

    Doit être rappelé! Avec le développement d'une lésion cancéreuse du parenchyme hépatique, les schémas thérapeutiques, les traitements et les doses de médicaments de chimiothérapie sont sélectionnés individuellement après le diagnostic du cancer du foie. Cette condition pour le traitement anticancéreux est considérée comme très importante, car un protocole de chimiothérapie bien choisi évite le développement d’un grand nombre d’effets secondaires.

    Rééducation: nutrition, régimes possibles

    Le traitement du cancer du foie avec des médicaments de chimiothérapie injectés directement dans l'artère hépatique nécessite la restauration de l'organe de sécrétion. Pour ce faire, les experts recommandent l'organisation d'événements spéciaux qui aident à nettoyer le parenchyme hépatique. La chimiothérapie intra-artérielle pour le cancer du foie est considérée comme l'une des méthodes de traitement les plus sûres, mais provoque néanmoins des dommages importants aux structures cellulaires et tissulaires de cet organe.

    La prévention des effets néfastes du traitement anticancéreux peut être commencée à temps (avant de procéder à une chimie) à la réception de médicaments pharmacologiques et phytothérapeutiques qui protègent l'organe de sécrétion contre les effets toxiques. Le choix du médicament de ce groupe est effectué par le médecin traitant pour chaque patient spécifique. Simultanément à la prise de médicaments, un ajustement de l'alimentation est nécessaire, qui consiste en l'observance obligatoire d'un régime alimentaire spécial.

    Vidéo informative

    Caractéristiques de la nutrition avant, pendant et après la chimie

    Le traitement médicamenteux intra-artériel, ainsi que le traitement systémique, est prescrit par des séances. En raison du fait que les médicaments de chimiothérapie agissent sur la diminution de l’appétit et l’apparition de troubles gastro-intestinaux, le régime alimentaire du patient doit être modifié. Des repas bien organisés aideront à transférer facilement les séances de chimie et à récupérer plus rapidement après celles-ci.

    Les règles de base pour une bonne nutrition pendant ces procédures qui sont difficiles pour le corps sont les suivantes:

    1. 3-4 jours avant le début de la session de chimie, il est recommandé de se limiter à la nourriture. Il doit être mangé en petites portions et pas aussi souvent qu'avant, mais vous ne devez en aucun cas laisser apparaître la sensation de faim. N'importe quel, même un petit épuisement du corps dans la période préparatoire est hautement indésirable.
    2. Immédiatement avant les séances, il est nécessaire de limiter complètement la consommation d'aliments gras et lourds, ainsi que de sel et d'épices chaudes. Cela aidera à ne pas aggraver les problèmes fonctionnels déclenchés par le processus malin dans l'organe sécrétoire.
    3. Au cours de la chimie intra-artérielle, il est recommandé de manger des purées de fruits et de légumes frais en quantité suffisante et de boire des jus naturels. Mais avant cela, vous devriez consulter votre médecin pour savoir quels types d'avantages apporteront des avantages concrets à un patient en particulier et lesquels seront inefficaces.

    Assurez-vous d'inclure dans le menu du jour, avant et pendant le cours de la chimie intra-artérielle, du fromage cottage et du lait faibles en gras, du miel, une boisson à la levure et du son de blé. Une fois le traitement de chimiothérapie terminé, l’accent doit être mis sur la restauration du corps. À l'heure actuelle, les repas doivent être copieux, vous pouvez donc tout manger, mais de manière fractionnée - assez souvent (5 à 6 fois par jour), mais dans les portions les plus petites. La seule chose qui devrait être évitée pendant au moins trois jours après un cours de chimie est celle des aliments épicés et gras.

    Complications et effets du traitement de chimiothérapie pour le cancer du foie

    La principale conséquence attendue du cours de la chimie est la destruction de cellules anormales dans le parenchyme hépatique, entraînant la suspension de la croissance du cancer et le retour du patient, même pour une courte période, à une vie normale. Cependant, les médicaments de chimiothérapie prescrits à cette fin dans le cancer du foie ont un effet excessivement toxique. Par conséquent, outre l'obtention de résultats positifs, un grand nombre d'effets secondaires sont observés chez les patients cancéreux. Les effets négatifs de la chimiothérapie dans le cancer du foie font de cette procédure un test difficile pour l'homme.

    La manifestation la plus commune des phénomènes pathologiques suivants:

    • violation du fonctionnement du tube digestif, nausées et vomissements;
    • perte de cheveux, capable de mettre fin à l'alopécie (alopécie);
    • perte d'appétit, perte auditive (acouphènes constants) et acuité visuelle.

    Tous ces problèmes provoqués par la chimiothérapie intra-artérielle pour le cancer du foie sont observés chez des patients cancéreux, sous diverses combinaisons. Mais, malgré la sévérité des manifestations négatives qui en résultent, le cours de la chimie ne peut en aucun cas être arrêté. Toutes les conséquences d'un traitement qui détruit une tumeur du foie disparaîtront d'elles-mêmes quelque temps après leur achèvement.


    Plus D'Articles Sur Le Foie