La maladie de Botkin

L'hépatite A (maladie de Botkin) est un dommage viral au foie résultant d'une violation de l'hygiène personnelle, de la consommation d'aliments ou d'eau contaminés. Cette infection appartient à la catégorie des "maladies des mains sales". Plus commun dans les pays chauds.

La maladie de Botkin est répandue dans les pays d’Asie et d’Afrique, y compris dans les États touristiques traditionnels - Tunisie, Égypte, Turquie et Inde. Le plus souvent, les enfants de moins de 5 à 6 ans sont malades et beaucoup souffrent d'une forme légère d'hépatite.

Les éclosions sont fréquentes dans les groupes d'enfants, car la maladie reste une immunité à vie.

Raisons

La maladie de Botkin est à l'origine d'un virus qui se transmet par l'eau, la nourriture et les mains sales.

Lorsque les virus pénètrent dans l'intestin, ils sont absorbés et passent par le sang dans le foie. Le développement de l'infection se produit dans les cellules du foie, les endommageant et causant les principaux symptômes de la maladie. Le processus inflammatoire a un mécanisme immunitaire, le corps reconnaît les cellules endommagées et les détruit.

Qui est à risque de tomber malade

Il existe un risque élevé de contracter la maladie de Botkin lorsque:

  • contact étroit avec les patients, violation des règles d'hygiène;
  • en embrassant, le sexe;
  • lorsque vous vous rendez à l'étranger dans des pays à forte incidence de maladie;
  • lorsque vous utilisez des drogues.

Comment se renseigner sur l'infection

Si vous soupçonnez une maladie de Botkin ou si vous déterminez la présence d'immunité, des analyses de sang sont effectuées pour détecter la présence d'anticorps dirigés contre le virus IgG anti-VHA.

S'ils sont dans le sang, cela signifie qu'il y a déjà eu un contact avec le virus (à la suite d'une vaccination ou d'une maladie). Dans ce cas, la réinfection est impossible, la vaccination n'est pas nécessaire.

S'il n'y a pas d'anticorps, cela signifie qu'il n'y a pas d'immunité contre la maladie de Botkin et qu'il est nécessaire de procéder à la vaccination planifiée ou d'urgence avec l'administration d'immunoglobuline (elle peut prévenir l'infection ou enrayer l'infection pendant deux semaines).

Tous les membres de la famille du malade et les personnes de contact, s’il s’agit d’un enfant, sont soumis à un examen.

Symptômes de la maladie de Botkin

La maladie de Botkin se produit par étapes, la période d'incubation à partir du moment de l'infection dure de 15 à 50 jours.

Une fois terminé, le stade des phénomènes prodromiques (c'est-à-dire les symptômes communs) commence - les symptômes d'intoxication générale du corps apparaissent:

  • fièvre
  • des nausées et des vomissements;
  • troubles de l'appétit;
  • lourdeur dans l'estomac;
  • douleur au côté droit;
  • faiblesse, troubles du sommeil.

À l'apogée de la maladie de Botkin apparaissent:

  • urine mousseuse et sombre;
  • jaunisse sur la peau, les muqueuses et le blanc des yeux;
  • décoloration de la chaise.

Dans le contexte de la jaunisse, le bien-être général du patient s’améliore. La jaunisse dure environ un mois et son intensité diminue progressivement.

En fonction de l'âge et de l'état du système immunitaire, la maladie dure de 30 à 40 jours et, chez les patients affaiblis, peut se transformer en une forme chronique pouvant durer jusqu'à six mois.

La plupart des cas de maladie de Botkin conduisent à un rétablissement complet, sans conséquence.

Diagnostics

Le diagnostic est posé par un médecin spécialiste des maladies infectieuses.

Pour poser un diagnostic, il est important d’indiquer tout contact avec un porteur de la maladie de Botkin ou de rester dans des pays exposés au risque d’infection. Un examen détaillé avec la détermination de la taille du foie et de la rate, une série de tests.

  • analyse générale du sang et de l'urine;
  • test sanguin pour la bilirubine et les enzymes hépatiques (tests de la fonction hépatique);
  • test sanguin biochimique;
  • sang pour les anticorps contre l'hépatite;
  • sang sur la coagulation.

Le critère de la forme aiguë de la maladie de Botkin est la détection d'anticorps de la classe M dans le sang; en cours d'évolution ou d'immunité, des anticorps de la classe G apparaissent.

Traitement de la maladie de Botkin

Grâce au travail actif du système immunitaire dans la lutte contre les virus, la guérison se fait même sans traitement. L'utilisation de thérapies vise à soulager la maladie et à atténuer les symptômes d'intoxication.

  • au moment de la période aiguë, le régime "hépatique" (tableau numéro 5);
  • création de la paix, isolement du patient;
  • élimination de l'intoxication par l'introduction de solutions de glucose et de chlorure de sodium;
  • l'introduction de vitamines pour maintenir l'immunité et la fonction hépatique;
  • l'introduction de médicaments qui protègent les cellules du foie de la destruction.

Dans le numéro de la table de régime 5, vous trouverez une table végétarienne bouillie ou en sauce, des produits laitiers, des plats à base de céréales et de la viande maigre. Interdit gras, frits, plats épicés, épices et excès de sel. Il est important de manger souvent, au moins cinq fois, en petites portions.

Plus d'informations sur la nutrition dans la maladie de Botkin sont écrites dans notre article séparé.

Le traitement antiviral n’est pas pratiqué car il n’a aucune efficacité. Lorsque des anticorps sont détectés dans le sang des personnes de contact, une immunoglobuline anti-hépatite est administrée pour prévenir l'infection.

Des complications

La maladie de Botkin est grave chez les enfants de moins d'un an et chez les personnes âgées. Chez l'adulte, l'hépatite A s'accompagne d'une intoxication grave.

Il peut y avoir des cas de pneumopathie anicterique, une telle personne est une source d’infection, particulièrement dangereuse pour les enfants.

Avec des anomalies du système immunitaire ou un âge précoce pouvant aller jusqu'à six mois, la maladie de Botkin se développe sévèrement avec le développement de lésions hépatiques, voire la mort.

L'hépatite A ressemble à bien des égards à une autre hépatite, de sorte que tout cas de jaunisse doit être examiné.

Prévention

La prévention de la maladie de Botkin est la vaccination. Aujourd'hui, il n'est pas inclus dans le calendrier des vaccinations obligatoires, mais il est vivement recommandé aux enfants des jardins d'enfants, aux personnes partant en vacances et aux personnes présentant un risque élevé de contact.

Le vaccin est administré deux fois, à 6 mois d'intervalle, tandis qu'une immunité complète se forme pendant 10 ans au maximum. La vaccination est administrée aux enfants à partir de trois ans, aux adultes non atteints d'hépatite A et aux personnes appartenant aux groupes à risque.

Hépatite A (maladie de Botkin)

L'hépatite A (maladie de Botkin) est une inflammation aiguë du foie d'origine infectieuse, accompagnée du décès d'hépatocytes. Inclus dans le groupe des pathologies intestinales, en raison du mécanisme d'infection: la maladie est transmise par la méthode fécale-orale. La transmission aérienne n'est pas possible.

Caractéristiques de l'agent pathogène

Le virus de l'hépatite A appartient au groupe des hépatovirus, le génome est représenté par l'ARN. Stable en dehors du corps du transporteur. À la température ambiante, il meurt en quelques semaines, à +4, il peut survivre plusieurs mois, à -20, il reste actif pendant des années.

L'agent pathogène meurt en faisant bouillir au bout de 5 minutes et peut rester actif pendant une courte période dans de l'eau du robinet chlorée. Elle est transmise par la méthode féco-orale principalement par voie alimentaire et par l'eau. La contamination par contact avec le ménage n'est pas exclue: le transfert s'effectue à l'aide d'ustensiles ou d'objets ménagers courants.

Causes de développement

La source d'infection est une personne malade. Il devient contagieux à partir des derniers jours de la période d’incubation et continue à être porteur de la maladie tout au long de son évolution. La première semaine et la période prodromique (le temps écoulé entre la fin de l'incubation et les premiers symptômes de la maladie) deviennent les plus dangereuses pour les autres.

Vous pouvez attraper le virus au contact d'une personne malade. L'infection est réalisée par contact alimentaire et domestique. Le virus des mains du patient pénètre dans la surface de travail. L'hépatite A est communément appelée «maladie des mains sales». Ceci explique l'apparition de la maladie dans les jardins d'enfants, les écoles, les camps de pionniers et d'autres groupes organisés.

Symptômes de l'hépatite virale

La durée de la période d'incubation est de trois à quatre semaines, au bout de laquelle apparaissent les premiers signes d'hépatite A. Pour une maladie, l'apparition est habituellement aiguë. La pathologie traverse plusieurs périodes successives:

  • dozheltushny ou prodromal - peut avoir lieu sous forme fébrile, dyspeptique et asténo-végétative;
  • jaunisse;
  • convalescence.

Les symptômes de la période fébrile sont les suivants:

  • forte augmentation de la température corporelle;
  • il y a des signes d'intoxication du corps - faiblesse générale, muscles et maux de tête;
  • toux sèche;
  • nez qui coule;
  • rougeur de la gorge.

Dans certains cas, les symptômes dyspeptiques - rotations, nausées, détérioration de l'appétit. Pour la variante dyspeptique, les symptômes seront quelque peu différents - les symptômes catarrhaux et l'intoxication sont exprimés légèrement. Les principales plaintes sont:

  • une indigestion;
  • accès de nausée se terminant par des vomissements;
  • goût amer dans la bouche;
  • éructations;
  • violation de la défécation - constipation, remplacement de la diarrhée.

La période Dozheltushny, qui se déroule sous le format astenovegetative, ne présente aucun symptôme spécifique. Plaintes standard: état apathique, faiblesse générale, troubles du sommeil - problèmes d'endormissement. Dans de rares cas, la période prodromique est asymptomatique et la maladie débute immédiatement par une jaunisse.

La durée de la période dozheltushny est de 2 à 10 jours, mais elle dure le plus souvent une semaine. Le passage à la phase suivante de l'hépatite A se fait progressivement. Pendant la période ictérique, les symptômes de l'hépatite A chez l'adulte changent. C'est typique pour lui: la disparition complète des signes d'intoxication, la normalisation de la température corporelle, l'amélioration du bien-être général.

Les symptômes de la dyspepsie persistent et s’aggravent même. La formation de jaunisse est lente. Au début, le patient a un changement de couleur de l'urine: elle prend une couleur sombre. Ensuite, la sclérotique des yeux devient jaunâtre. Suivant les muqueuses jaunes de la bouche, le palais mou. Ce dernier change la couleur de la peau: il devient une teinte jaune-safran intense.

L'hépatite A sévère se caractérise par les symptômes suivants:

  • la formation de pétéchies, hémorragies transformées sur les muqueuses et la surface de la peau;
  • la formation à la surface de la langue et des dents caractéristique de la plaque jaunâtre;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • légère douleur à la palpation;
  • la bradycardie;
  • diminution de la pression artérielle;
  • blanchiment des matières fécales.

La durée de la période ictérique ne dépasse pas un mois. Le plus souvent, il est limité à 2 semaines. Ceci est suivi d'une période de récupération (récupération). La condition est normalisée, les signes de jaunisse disparaissent. La phase prend 3-6 mois.

L'hépatite A est légère ou modérée dans la plupart des cas diagnostiqués. Le parcours sévère est rare. Le patient, après sa guérison complète, n’est pas porteur du virus.

Formes de l'hépatite A

Selon l'évolution de l'hépatite A, il se présente sous trois formes: légère, modérée et sévère. Les signes de pathologies bénignes sont l’absence presque totale de jaunisse. Sa durée maximale ne dépasse pas deux à trois jours. Cela n'affecte pas le bien-être du patient.

Parfois, la maladie de Botkin est complètement asymptomatique. Le diagnostic dans ce cas est basé sur la détermination de l'activité d'une enzyme spécifique, l'aldolase. Avec une gravité modérée, le patient présente les symptômes suivants:

  • somnolence;
  • la léthargie;
  • jaunisse grave;
  • des pétéchies (hémorragies ponctuelles) se forment à la surface de la peau;
  • coeur élargi;
  • tonus myocardique faible;
  • tachycardie.

Le format malin de l'hépatite A (dégénérescence du foie) accompagne la mort massive d'hépatocytes. Typique de la maladie: développement d'une jaunisse grave, diminution rapide de la taille du foie à la suite de la mort du parenchyme, saignement, fièvre, insuffisance hépatique, symptômes de lésions du système nerveux central.

Complications possibles

Les exacerbations pour l'hépatite virale A ne sont pas typiques. Parfois, une infection peut causer une cholangite, une cholécystite, des troubles de l'écoulement de la bile, une inflammation de la vésicule biliaire. Il est possible l'apparition d'une infection secondaire. Les conséquences hépatiques graves, en particulier l'encéphalopathie hépatique aiguë, sont extrêmement rares.

Diagnostic de pathologie

Le diagnostic repose sur les symptômes caractéristiques, ainsi que sur des études physiques et des tests de laboratoire. Les patients doivent donner du sang. La biochimie montre les changements suivants:

  • teneur élevée en bilirubine (bilirubinémie);
  • augmentation des enzymes hépatiques - AST, ALT;
  • diminution de l'indice de prothrombine;
  • réduction d'albumine;
  • Thymol chute et croissance du sublimé.

Les changements sont enregistrés dans l'analyse générale du sang. Il y a une augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes, ainsi que de la leucopénie et de la lymphocytose. Il existe également un diagnostic spécifique basé sur la détection des anticorps. Méthodes utilisées de ELISA et RIA. Le sérodiagnostic est une méthode plus précise qui permet de détecter l'ARN viral dans le sang.

Traitement de l'hépatite A chez les enfants et les adultes

Le traitement de l'hépatite A est possible à la maison. L'hospitalisation du patient n'est nécessaire qu'en cas d'évolution sévère de la maladie et également si le patient doit être "mis" en quarantaine. Combien de temps une personne reste-t-elle à l'hôpital? La durée du séjour dans le service des maladies infectieuses est d’au moins 4 semaines.

En cas de signes d'intoxication prononcés, il est recommandé au patient de rester au lit. Le patient se voit attribuer un régime numéro 5, qui élimine complètement les aliments gras, les aliments qui stimulent la production de bile, l’alcool. Le régime devrait inclure des produits laitiers et des légumes.

La thérapie spécifique pour l'hépatite A n'existe pas. L’élaboration d’un protocole clinique vise à éliminer et à atténuer les symptômes actuels. Pour soulager les signes d'intoxication, il est recommandé au patient de boire beaucoup de liquide. Si le besoin s'en fait sentir, l'administration de solutions cristalloïdes par voie intraveineuse est prescrite.

Pour exclure le développement de la cholestase - la stagnation de la bile - des médicaments peuvent être prescrits dans le groupe des antispasmodiques. Après la récupération, le patient doit être suivi par un gastro-entérologue pendant trois à six mois.

Traitement de l'hépatite dans l'enfance

La maladie chez les enfants est diagnostiquée lorsque les premiers symptômes ont déjà été manqués, c'est-à-dire au stade de développement de la jaunisse. L'enfant de cette période n'est pas dangereux pour son entourage et n'a pas besoin de quarantaine. Le passage de la thérapie à l'hôpital - stress pour l'enfant.

En outre, un système immunitaire affaibli augmente sa vulnérabilité à diverses infections hospitalières. Si l'hépatite A est bénigne, le traitement à domicile est la meilleure option.

La thérapie pathologique comprend les activités suivantes:

  • Respect du strict repos au lit pendant les 10 premiers jours suivant le développement de la jaunisse.
  • Suivre les principes de la nutrition diététique est un rejet complet des aliments gras / épicés / frits. Les produits laitiers fermentés, la viande et le poisson maigres, les céréales, les pâtes, les pommes de terre, les compotes, les salades avec vinaigrette à l'huile végétale, les kissels sont autorisés. Il est recommandé à l'enfant de boire beaucoup d'eau.
  • Réception de boissons cholérétiques à base de légumes.
  • Thérapie de vitamine.

Des hépatoprotecteurs à base de plantes peuvent être administrés à l’enfant. La décoction d'herbes cholérétiques, en particulier la renouée, donne de bons résultats. Après le rétablissement clinique, un suivi de trois à six mois est nécessaire.

Traitement à domicile

L'hépatite A légère est traitée avec succès à la maison. Pour exclure l'infection des membres de la famille, il est nécessaire de suivre certaines recommandations: il est nécessaire de passer des tests et des visites régulières chez le médecin, l'évolution de la maladie n'est pas compliquée, le malade doit être dans une pièce séparée, le respect des principes de l'alimentation et de la demi-literie.

Après la formation de la jaunisse, il n'y a plus de danger pour le patient, il peut donc manger à la table commune et utiliser les installations sanitaires. Le patient doit être protégé du processus de cuisson. Il est recommandé aux membres de la famille d’hygiène personnelle stricte. En particulier, il est nécessaire de se laver les mains à l’eau et au savon après chaque utilisation des toilettes.

Au cours de la période préicterique, il était recommandé au patient de respecter un repos strict au lit. Un symptôme typique est une faiblesse grave, des charges supplémentaires sur le corps seront inutiles et peuvent affecter négativement l'état du foie. Pendant la période ictérique à partir du strict respect du repos au lit, vous pouvez être.

Prévention

Une prévention spécifique de l'infection est manquante. Les mesures générales pour prévenir l’infection sont les suivantes:

  • purification de haute qualité des sources d'approvisionnement en eau potable;
  • respect des exigences d'hygiène;
  • contrôle épidémiologique dans les entreprises de production, de stockage et de transport de produits alimentaires.

En cas d’apparition d’une hépatite A, des mesures de quarantaine antiépidémiques sont obligatoires dans des équipes organisées. Les personnes malades sont isolées pour une période de 2 semaines. Les patients ne représentent plus un danger pour les personnes qui les entourent après le début de la période ictérique.

Ils ne sont autorisés à travailler et à étudier qu’après le rétablissement clinique, c’est-à-dire lorsque les résultats du test sont normalisés. Les personnes qui sont entrées en contact direct avec des personnes infectées doivent surveiller leur état pendant 35 jours. Dans les écoles maternelles et les écoles pour cette période, la quarantaine est déclarée. La pièce est parfaitement assainie sur toutes les surfaces.

La vaccination

La vaccination contre l'hépatite A en Russie ne figure pas dans le calendrier des vaccinations obligatoires, bien qu'elle soit pratiquée activement dans d'autres pays et qu'elle soit obligatoire. Le vaccin Havriks 720 du fabricant belge a fait ses preuves. Il s’agit d’une suspension de virus inactivé au formol.

La vaccination est effectuée à l'avance: environ 10 à 14 jours avant le contact potentiel avec le porteur du virus. Il est conseillé de vacciner avant d'aller dans un camp pour enfants, dans un autre pays, où de fréquents épidémies de maladie de Botkin sont enregistrées.

L'introduction du vaccin est justifiée après le contact direct de la personne infectée. Date limite - la première semaine après la communication. Les enfants tolèrent assez bien le vaccin. Dans de rares cas, il peut y avoir une légère détérioration du bien-être général. Ceci est considéré comme une norme physiologique acceptable.

Le médicament est administré deux fois avec un intervalle de 6 à 12 mois, ce qui procure une forte immunité à la maladie, au moins pendant 6 ans. Le pronostic de l'hépatite virale A est favorable. La maladie se caractérise par une récupération sans danger 3 à 6 mois après l’infection. Le porteur du virus et le passage de la maladie à la forme chronique ne sont pas typiques.

Maladie de Botkin (hépatite A) - causes, symptômes et traitement

La maladie de Botkin, l'hépatite A est une maladie infectieuse virale. Tout d'abord, au cours de son développement, une lésion spécifique du parenchyme hépatique se produit.

La maladie a reçu son nom en mémoire du célèbre médecin russe Sergey Petrovich Botkin. Il a d'abord deviné de quoi il s'agissait et comment cette maladie se transmettait, accompagnée d'une jaunisse.

Raison

Le virus pénètre dans le foie

L'étiologie de l'hépatite infectieuse est associée à l'ingestion de virus pathogènes. Les virus de l'hépatite A, B et C se différencient par leurs qualités morphologiques, antigéniques et structurelles. Les maladies causées par chaque type de virus de l'hépatite diffèrent par les modes d'infection, la vitesse d'apparition des symptômes de lésions hépatiques, les méthodes de diagnostic spécifiques et les caractéristiques du traitement.

Le virus de l'hépatite A est assez stable dans l'environnement, en particulier à basse température. Le virus est inactivé lorsqu'il est chauffé à 60 degrés pendant une heure. Trouvé la réponse à la question: combien de virus vivent quand ils sont en ébullition. Ils s'effondrent dans cinq minutes. À la température ambiante, le virus survit pendant des semaines. En raison de la résistance élevée au chlore, l'agent infectieux peut pénétrer dans le réseau d'alimentation en eau en contournant les barrières de purification de l'eau. Le virus est relativement résistant aux acides et aux désinfectants.

Voies d'infection

La maladie de Botkin est transmise comme autant de maladies infectieuses par voie fécale-orale.

Seules les personnes atteintes d'hépatite A sont à l'origine de l'infection. À partir de leurs matières fécales, le virus pénètre dans l'environnement extérieur, par exemple dans un étang en se baignant, dans un puits d'un puisard situé à proximité du réseau public de distribution d'eau. L'infection des voies navigables est caractéristique de la maladie de Botkin, de même que de la nourriture et du ménage.

Le virus de l'hépatite est extrêmement pathogène pour l'homme. Selon l'Organisation mondiale de la santé, il est possible que la maladie se développe lorsqu'elle est infectée par une seule unité virale.

Les excréments d’une personne infectée sont dangereux pour les autres 12 à 14 jours avant l’apparition de la jaunisse ainsi que trois ou quatre semaines après la période ictérique.

Le virus pénètre dans le corps humain lorsqu'il est ingéré avec des aliments contaminés, avec des mains insuffisamment lavées, des objets destinés au soin des patients, des ustensiles de cuisine des patients, des jouets d'un enfant malade et de l'eau contaminée. Tout d'abord, le virus pénètre dans la bouche, puis dans le tractus gastro-intestinal, puis dans les ganglions lymphatiques régionaux. Par la circulation sanguine, l'agent pathogène atteint le foie. Les cellules de cet organe parenchymal sont la cible du virus.

Pathogenèse

Les dommages aux cellules du foie proviennent de l'effet direct d'un agent toxique sur le parenchyme du foie et sont véhiculés par ses propres cellules immunitaires. Il existe une violation complexe d'une réponse immunitaire adéquate. Le mécanisme de destruction du tissu hépatique peut être auto-immune.

Lorsque les lésions parenchymateuses sont violées, l'excrétion de bilirubine dans les capillaires et les conduits biliaires. La bilirubine, en contournant le foie, passe directement dans le sang. Ici, la teneur en bilirubine totale et directe augmente de manière significative. En cas d'hépatite virale, le degré d'augmentation du taux de bilirubine dans le sang est en corrélation avec la gravité de la maladie.

Caractéristiques du flux

Depuis la pénétration du virus de l'hépatite dans l'organisme et jusqu'à la détection de la jaunisse, une période d'incubation asymptomatique est écoulée. Avec l'hépatite A, cela dure environ un mois. Viennent ensuite la période de prodrome (période pré-oculaire) et l’ampleur de la maladie - manifestation sous forme d’ictère.

L'hépatite A, avec un diagnostic opportun et une prescription appropriée du traitement, se termine par une guérison complète. Après la guérison, une immunité humorale permanente est produite.

La dégénérescence dangereuse de l'hépatite chronique non traitée est dangereuse, pouvant entraîner une cirrhose du foie ou un cancer - carcinome hépatocellulaire.

Signes d'hépatite

La maladie se caractérise par des symptômes d'intoxication chronique.

  • Une personne s'inquiète d'une fatigue déraisonnable à long terme, d'une diminution de sa capacité de travail normale.
  • Les patients se plaignent auprès du médecin de leur faiblesse générale, de symptômes pseudo-grippaux avec fièvre, d'insomnie.
  • Développer des nausées, accompagnées d'une sensation de sécheresse et d'amertume dans la bouche. Cela provoque une perturbation de l'appétit, dans les cas graves, on observe des vomissements.
  • Après avoir mangé, vous ressentez une sensation de gonflement du côté droit, une sensation de lourdeur, une augmentation progressive des symptômes, voire de la douleur.

La jaunisse est l’un des principaux signes de l’hépatite A. Au début, légère jaunisse de la sclérotique et des muqueuses. Ensuite, la jaunisse se propage à la peau, la jaunisse globale augmente à la couleur safran. Elle se déroule parallèlement à l'apparition d'urines foncées et de selles claires. Les patients sont irrités par des démangeaisons atroces, des égratignures de la peau.

Diagnostics

La percussion et la palpation révèlent un foie hypertrophié et douloureux.

Le diagnostic est établi par le médecin traitant à partir de plaintes, d'examens et de tout un ensemble d'examens.

  • Les tests biochimiques sont conçus pour évaluer l'état fonctionnel du foie.
  • Les marqueurs sérologiques sont utilisés pour clarifier l'étiologie de la maladie. Le dosage immunoenzymatique détermine le type d'hépatite développé par le patient.
  • Réaction en chaîne de la polymérase - Un diagnostic par PCR est nécessaire pour définir la phase de l’infection virale et déterminer l’ampleur de la charge virale.
  • Etudes par ultrasons - Les USI avec biopsie hépatique percutanée et analyse histologique du punctate obtenu sont utilisés pour déterminer le degré d'activité du processus pathologique.

Changements biochimiques

  • Les études biochimiques en laboratoire détectent une hyperbilirubinémie à 85-250 µmol / l, soit 4 à 10 fois le niveau normal de bilirubine dans le sérum sanguin. Dans le même temps, le niveau de toutes les fractions de bilirubine (directes et liées) augmente.

La coloration ictérique de la peau apparaît avec une augmentation de plus de 30 à 35 µmol / l de la bilirubine totale dans le sérum.

  • Lorsque le parenchyme hépatique est endommagé, on détecte une augmentation de l'activité des enzymes sériques: aldolase, aspartate aminotransférase, alanine aminotransférase 10 à 15 fois. L'activité de la gammaglutamitransférase, la phosphatase alcaline, augmente de 5 à 10 fois.
  • L'altération de la fonction synthétique du foie se traduit par une diminution de la quantité de protéines: le taux d'albumine et de protéines totales est réduit. Une violation de la production de facteurs du système de coagulation: fibrinogène, prothrombine est également associée à cela.
  • Dans le test sanguin clinique général, une augmentation de la RSE est détectée.

Tout traitement est prescrit par un médecin, après examen et diagnostic, en fonction de l’état spécifique du patient et de la présence de maladies concomitantes. Le médecin vous indiquera comment prendre soin des malades et comment éviter l'infection de ses proches.

Il n'y a pas de traitement antiviral spécifique pour l'hépatite A. Il traite l'utilisation complexe de détoxication, de médicaments immunostimulants, d'hépatoprotecteurs et de diététique.

Traitement

  • Il est recommandé de prendre des médicaments qui affectent le système immunitaire. Les immunomodulateurs qui activent la prolifération des cellules immunitaires protectrices augmentent la synthèse des anticorps antiviraux: "Licopid", "Derinat", "Polyoxidonium".
  • Le soulagement de l'état est obtenu par l'utilisation d'agents de détoxification. Grâce à leurs propriétés d'adsorption, ils neutralisent l'action des toxines, favorisent l'élimination des éléments viraux, éliminent l'excès de bilirubine: "Polysorb", "Enterosgel", "Enterodez".
  • Utilisé des médicaments qui améliorent la fonction du foie - hépatoprotecteurs. Ils normalisent les processus hépatiques synthétiques, restaurent les cellules hépatiques endommagées, renforcent et protègent les membranes des hépatocytes, facilitent le transport des acides biliaires dans les cellules hépatiques. Leur utilisation réduit considérablement la gravité du prurit: "Essentiale", "Karsil", "Ursosan".
  • Vous pouvez utiliser des médicaments du groupe qui réduisent les troubles de la digestion. Les enzymes facilitent la digestion des protéines, des glucides et des lipides, corrélent les déficiences biliaires: "Panzinorm", "Festal", "Mezim".
  • Des médicaments spéciaux pour réduire les nausées et les vomissements améliorent également la qualité de vie des personnes atteintes d'hépatite. Ils réduisent l'inconfort sous forme d'éructations, de nausées, de sensations de lourdeur: "Motilium", "Zerukal".

Peut-être le médecin vous prescrira-t-il une utilisation à base de plantes avec effet cholérétique, anti-inflammatoire, tonique, tonique, en fonction de l'état actuel de votre corps.

Régime alimentaire

Les patients atteints d'hépatite infectieuse doivent nécessairement suivre un régime alimentaire spécial. Ce régime numéro 5 a été mis au point en URSS dans les années 50 du siècle dernier par A. A. Pokrovsky, spécialiste de la nutrition, spécialisé dans le traitement des patients atteints d'hépatite chronique. Il fournit une bonne nutrition, avec un traitement doux maximal pour le foie malade.

  • La liste des régimes comprend des plats cuits à l'étouffée, cuits au four et au four à base de viandes et de poissons à faible teneur en matières grasses, de produits à base d'acide lactique, de céréales et de légumineuses, d'œufs et de pain.
  • Un ensemble de légumes et de fruits contenant des fibres, permet une action cholérétique suffisante des protéines et des graisses.
  • L'alcool est interdit.
  • Fumer est interdit.
  • Ne pas utiliser de drogues.
  • Il exclut l'utilisation de produits réfractaires gras, d'aliments frits, épicés, fumés.
  • L'utilisation d'aliments en conserve, y compris les boissons gazéifiées et marinées, est exclue.
  • La consommation de sel est limitée.

Les puissants stimulateurs de la sécrétion gastrique et pancréatique sont exclus. Des conditions favorables sont créées pour le fonctionnement normal du foie avec l'activation de processus régénératifs et compensatoires. La quantité de protéines, lipides et glucides digestibles contenus dans le régime alimentaire correspond aux besoins physiologiques en nutrition fractionnée.

Un diagnostic précoce et un traitement approprié garantissent une guérison complète. L'immunité post-infectieuse est longue et durable, soutenue par les cellules de la mémoire immunitaire.

Prévention

L'hépatite A est principalement une maladie des "mains sales". Il est nécessaire de suivre les règles d'hygiène de base, de leur apprendre les enfants.

  • Lavez-vous toujours les mains avant de manger, après avoir utilisé les toilettes, lors de votre retour à la maison, après avoir effectué des travaux associés à des surfaces sales.
  • Lavez-vous soigneusement les mains à l'eau tiède et au savon, essuyez-vous les mains avec une serviette individuelle ou séchez-les à l'air chaud.
  • Utilisez une tasse individuelle pour boire ou des tasses jetables.
  • Bien laver les aliments avant de les manger sans les faire cuire.
  • Rincez les fruits et les légumes avec de l'eau bouillante.
  • Ne buvez que de l'eau bouillie ou en bouteille.
  • Ne nagez pas dans des étangs inconnus avec de l'eau sale, dans des endroits non prévus pour la baignade.
  • Traitez les plaies et les coupures avec des solutions désinfectantes, scellez-les avec un pansement médical.

Vacciner. La prévention vaccinale spécifique est particulièrement indiquée pour les personnes en contact avec des patients atteints d'hépatite.

Combattez les mauvaises habitudes, arrêtez de fumer, buvez de l'alcool et prenez de la drogue.

Ne prenez pas de médicaments sans ordonnance. Ils peuvent avoir des effets secondaires qui affectent négativement le foie.

Refuser de l'utilisation de la restauration rapide publique. Restauration rapide, essayez de remplacer par vos propres plats frais. Réduisez la quantité de boissons gazeuses consommées.

Prendre en compte la situation épidémiologique dans les pays du voyage proposé. Soyez vigilant dans les pays où la culture sanitaire est discutable.

La maladie de Botkin

La maladie de Botkin est une maladie dont les manifestations pathologiques sont localisées exclusivement dans le foie, caractérisées par une évolution favorable et une origine virale. Non seulement chaque adulte, mais également un enfant doit savoir comment la maladie de Botkin se transmet et comment éviter l'infection, car cette catégorie appartient au groupe de risque d'infection. L’agent responsable de la maladie de Botkin étant susceptible de se propager rapidement par le biais d’aliments et d’articles ménagers contaminés, un assainissement et une hygiène personnelle inadéquats sont les conditions les plus favorables à la vie.

La principale différence entre la maladie de Botkin et d'autres maladies virales du foie réside dans le fait que cette pathologie n'est pas sujette à la chronicité en raison de l'absence d'effet dégénératif sur le parenchyme du foie. L’apparition de la mort dans le cas de la maladie de Botkin n’est possible que dans le cas d’une évolution compliquée, qui est observée très rarement et qui constitue plutôt une exception à la règle.

Des cas de maladie de Botkin ont récemment été observés sous forme d'épidémies, bien qu'il y ait eu auparavant des épidémies entières de cette pathologie infectieuse à travers le monde, qui se sont développées avec une certaine nature cyclique.

Parmi toutes les infections à toxicité, la maladie de Botkin est la plus répandue. L'agent responsable de la maladie de Botkin persiste longtemps dans des conditions environnementales et résiste à la plupart des processus de production alimentaire couramment utilisés pour inhiber les bactéries pathogènes.

La maladie de Botkin entraîne des pertes économiques et sociales du fait que le traitement et la réadaptation des patients prennent en général une longue période. La question de la prévention de cette pathologie infectieuse est donc un lien extrêmement important.

Causes de la maladie de Botkin

La principale source de propagation de l'infection dans la maladie de Botkin est une personne qui a un tableau clinique de cette pathologie et qui, conjointement avec des matières fécales infectées, libère des virions dans l'environnement. L'agent causal de la maladie de Botkin est pathogène chez l'homme et extrêmement résistant aux facteurs environnementaux. Il convient de garder à l'esprit que non seulement une personne malade, mais également un porteur du virus peut jouer le rôle de source de la propagation du virus dans la maladie de Botkin.

En plus de détecter le virus dans les matières fécales des patients atteints de la maladie de Botkin, l'agent pathogène se concentre en grande quantité dans le sang. L'infection par la maladie de Botkin peut être réalisée par presque n'importe quelle méthode, cependant, les solutions fécale-orale et aqueuse sont préférentielles. Le plus grand danger en ce qui concerne l'épidémiologie de la propagation du virus de la maladie de Botkin concerne les porteurs de virus cachés, qui incluent les patients présentant une évolution clinique latente.

La pathogenèse de la maladie de Botkin réside dans le fait que le virus se propage de manière hématogène dans tout le corps et se concentre dans le foie, entraînant des modifications inflammatoires du parenchyme. La maladie de Botkin entraîne une violation de la fonction des hépatocytes productrice de bilirubine, qui s'accompagne d'une accumulation excessive de bilirubine dans le sang en circulation, provoquant le développement d'une jaunisse. La reproduction des particules virales dans le cas de la maladie de Botkin se produit dans le cytoplasme des hépatocytes, après quoi elles pénètrent massivement dans l'intestin avec la bile en se déplaçant le long des voies biliaires. Les personnes qui se remettent de cette maladie acquièrent une réponse immunitaire à vie qui ne protège pas les convalescents des infections par d'autres types d'hépatite virale.

La maladie de Botkin peut être catégorisée avec certitude comme une infection infantile, bien que la plupart des cas d’incidence de cette pathologie chez les enfants ne soient pas enregistrés, car ils sont asymptomatiques.

Symptômes et signes de la maladie de Botkin

Le cours classique de la maladie de Botkin se développe par étapes. Cette pathologie est caractérisée par la présence d'une longue période prodromique, qui se manifeste par un syndrome fébrile et dyspeptique, se manifestant par un malaise, une sensation de faiblesse, une perte d'appétit, des éructations, des nausées et des vomissements dévorés par la nourriture, une douleur dans l'hypochondre droit, une fièvre jusqu'à 38,5 ° C.

Le développement des manifestations cliniques de la période ictérique dans la maladie de Botkin est très rapide et s’accompagne d’une amélioration de l’état général du patient. Tout d'abord, le jaunissement se manifeste sur les muqueuses et les sclérotiques et s'étend ensuite à la peau de tout le corps. La croissance de la jaunisse se produit progressivement, contrairement aux manifestations de la période d'incubation, et prend environ une semaine. La jaunisse avec la maladie de Botkin s'accompagne le plus souvent d'un développement d'adynamie, de maux de tête, d'insomnie, de prurit et d'irritabilité.

Les signes objectifs de la maladie de Botkin sont considérés comme une augmentation faible ou significative de la taille du foie, dont le bord est quelque peu compacté et sensible à la palpation. Dans certaines situations, l'hépatomégalie est associée à une rate hypertrophiée. Le noircissement de l'urine dans la maladie de Botkin est dû à la concentration d'urobiline dans l'urine et, en raison d'un déficit en bilirubine dans l'intestin, les matières fécales deviennent décolorées. Les critères de laboratoire pour la période ictérique dans la maladie de Botkin sont la leucopénie et une légère augmentation de la concentration sérique en bilirubine à 8-10 mg%. Avec une évolution prolongée de la maladie de Botkin, on note une augmentation de la période ictérique à plusieurs mois.

La durée et l'intensité des manifestations cliniques dans la maladie de Botkin peuvent varier considérablement. La période d'incubation de la maladie de Botkin, ainsi que la jaunisse, au cours d'une évolution bénigne, sont caractérisées par une courte durée. Dans cette situation, l’utilisation de méthodes de diagnostic de laboratoire permettant de déterminer l’activité de l’aldolase, qui est augmentée plusieurs fois, est un atout.

Une évolution sévère de la maladie de Botkin est caractérisée par le développement de troubles neuropsychiatriques sous forme de léthargie, de somnolence, ainsi que par une intensité prononcée de la jaunisse, l'apparition d'une éruption pétéchiale sur la peau de nature diffuse. Les signes de laboratoire d'un cours grave de la maladie de Botkin sont une augmentation du taux de bilirubine dans le sang circulant jusqu'à 20 mg%, un indicateur de test du thymol à 20-24 unités et une diminution simultanée de l'échantillon sublimé à 1,4-1,1 unités.

L'évolution maligne de la maladie de Botkin, appelée «dystrophie hépatique aiguë», s'accompagne du développement d'une nécrose diffuse massive du foie et de la formation de modifications dystrophiques irréversibles dans son parenchyme. Les marqueurs cliniques de cette forme de la maladie de Botkin sont la réduction progressive du foie, la jaunisse, le syndrome d'intoxication sévère générale, de profondes perturbations de l'activité des structures du système nerveux central avec le développement du coma hépatique.

Les symptômes de la nécrose hépatique toxique, qui est une forme de la maladie de Botkin, sont le développement d’une anorexie persistante, de nausées, de vomissements répétés de «marc de café», de faiblesse générale croissante, de léthargie, d’apathie, de somnolence diurne et d’insomnie la nuit. L'hépatomégalie est remplacée par des modifications scléreuses du foie et la consistance du parenchyme devient douce. Les signes pathognomoniques du développement de changements neurologiques sont l’émergence de l’excitation du patient, l’augmentation des réflexes tendineux et des tremblements, ainsi que la progression du coma.

La maladie de Botkin chez les enfants

La maladie de Botkin se développe également chez des enfants d'âges différents. La période d'incubation de la maladie de Botkin chez les enfants varie de 15 à 40 jours, et la durée de la période prodromique est beaucoup plus courte que chez les adultes. Elle se caractérise par un malaise général, des troubles dyspeptiques tels que perte d'appétit, nausées, vomissements, éructations, constipation, douleurs dans la région épigastrique, ainsi que des signes de catarrhe.

Le développement de la jaunisse dans la maladie de Botkin chez les enfants est progressif et se manifeste par une coloration ictérique au premier endroit des muqueuses, puis de la peau, accompagnée de légères démangeaisons cutanées. La maladie de Botkin chez les enfants est toujours accompagnée par le développement d'une hépatosplénomégalie et, dans cette pathologie, le foie est non seulement hypertrophié, mais également douloureux. La diminution de l'intensité des manifestations cliniques survient après le soulagement de la jaunisse. Le mode de transmission de la maladie de Botkin chez les enfants, qui se manifeste par une dystrophie hépatique aiguë, n'est pas connu avec certitude et, fort heureusement, cette pathologie est extrêmement rare chez cette catégorie de personnes.

Un diagnostic précoce chez l’enfant est possible en présence de symptômes cliniques pathognomoniques et lors de la vérification du contact avec un adulte ou un enfant atteint de cette maladie pendant 15 à 45 jours, étant donné que la période d’incubation de la maladie de Botkin correspond précisément à cette période. Pour une vérification précoce de la maladie de Botkin, il est important que les enfants analysent en laboratoire les concentrations sériques de bilirubine, les pigments biliaires, les taux d'urobiline dans l'urine ainsi que l'activité des enzymes telles que l'aldolase et la transaminase. Avant de prescrire un traitement à des enfants atteints de la maladie de Botkin, il convient de garder à l'esprit que le tableau clinique de cette maladie peut être simulé par la grippe, la jaunisse obstructive et l'intoxication alimentaire.

Le traitement de la maladie de Botkin chez les enfants doit être effectué exclusivement dans les hôpitaux présentant un profil infectieux et présentant l’observance du repos au lit pendant toute la période ictérique. Le régime alimentaire de la maladie de Botkin chez les enfants implique la consommation d'aliments riches en calories, la restriction des graisses animales et l'enrichissement du régime alimentaire quotidien en fromage cottage, légumes et fruits crus. Avec cette pathologie infectieuse, le besoin en vitamines augmente, ce qui ne peut pas être couvert par une rationalisation du comportement alimentaire. Il est donc recommandé d’administrer par voie orale des complexes vitaminiques sous forme de vitamine C à une dose quotidienne de 0,1-0,3 g, de l’acide nicotinique à une dose quotidienne de 0 mg. 04 g, vitamines du groupe B à raison de 0,003 g par jour.

Il a été démontré que les enfants atteints de la maladie de Botkin utilisaient une solution à 25% de sulfate de magnésium dans un volume de 5 à 10 ml, selon l’âge, d’eau minérale de Borjomi, de 100 ml chacun, avant de manger à la température ambiante. La sévérité de la maladie de Botkin, accompagnée du développement du syndrome d'intoxication, constitue la base du traitement parentéral avec une solution de glucose à 20%.

La prévention de la maladie de Botkin dans l’enfance n’est pratiquée qu’avec un contact fiable entre l’enfant et une personne atteinte de cette pathologie et implique l’administration intramusculaire de gamma globuline à une dose correspondant à l’âge de l’enfant.

Traitement de la maladie de Botkin

La maladie de Botkin appartient à la catégorie des pathologies infectieuses dans lesquelles le traitement antiviral n'est pas un élément fondamental du traitement. La principale mesure thérapeutique dans le cas de la maladie de Botkin consiste à utiliser un traitement symptomatique induit par un médicament, impliquant l'administration de perfusions de solutions cristalloïdes, de complexes vitaminiques et d'hépatoprotecteurs, contribuant à la restauration rapide de toutes les fonctions hépatiques.

Le repos au lit ne doit être observé que par les enfants en période de jaunisse active, tandis que les patients adultes ne doivent limiter que leur activité locomotrice. Un régime alimentaire avec la maladie de Botkin implique l'enrichissement du menu quotidien du patient avec des aliments riches en calories avec l'utilisation obligatoire de légumes et de fruits crus, ainsi que de légumes verts en quantité suffisante. Le traitement de la maladie de Botkin, même s'il y a une évolution légère, doit être effectué dans un hôpital spécialisé dans les maladies infectieuses avec l'envoi d'un avis d'urgence au poste sanitaire et épidémiologique local.

La prévention de la maladie de Botkin dans un hôpital consiste à traiter des articles ménagers, ainsi que les excréments naturels du patient, par ébullition, nettoyage mécanique et trempage dans des désinfectants contenant du chlore.

Une intoxication sévère avec la maladie de Botkin est une indication pour l’injection intraveineuse d’une solution de glucose dans un volume de 250 ml, l’hémodèse, l’oxygénothérapie ainsi que la prise de glucocorticostéroïdes. L’indication absolue de l’utilisation des hormones stéroïdiennes à la dose de 30 mg selon la prednisolone est la maladie de Botkin, se présentant sous la forme d’une dystrophie hépatique aiguë. L’hormonothérapie de la maladie de Botkin doit être réalisée sous le contrôle d’indicateurs de la coagulation du sang. Dès les premiers signes d’une augmentation du saignement, il est nécessaire d’administrer par voie intramusculaire une solution à 1% de Vikasol à la dose de 2 ml.

La complication de la maladie de Botkin, caractérisée par la formation d'infiltrats inflammatoires du foie et des abcès du foie, nécessite de compléter le traitement avec des agents antibactériens sous forme de pénicilline à raison de 100 000 000 UI, Erythromycine, 200 000 UI quatre fois par jour par voie orale.

La prévention spécifique de la maladie de Botkin n'est appliquée que si elle est indiquée avec une gamma globuline à une dose de 2 ml. Une réaction protectrice après immunisation est observée dans 100% des cas dans un délai d'un mois. Même lorsque l'agent responsable de la maladie de Botkin pénètre dans le corps humain, une réponse immunitaire suffisante se développe dans les deux semaines suivant la vaccination. Afin d'assurer le développement d'une protection immunitaire à long terme contre le virus de la maladie de Botkin, une double vaccination est recommandée. L'introduction du vaccin contre le virus de la maladie de Botkin est bien tolérée par les patients de différents âges.

Conséquences de la maladie de Botkin

La grande majorité des patients ayant des antécédents de maladie de Botkin sont en parfaite santé, même en cas d'évolution clinique grave. Une évolution récurrente de la maladie de Botkin n'est pas observée, mais dans 30% des cas, les patients peuvent développer une évolution chronique prolongée. Cette évolution de la maladie de Botkin est observée lorsque le patient ne demande pas rapidement l'aide médicale d'un spécialiste des maladies infectieuses et ne respecte pas non plus les recommandations du médecin traitant concernant le respect du travail et de la nutrition.

Le résultat de la maladie de Botkin au cours de la période aiguë est une violation des capacités fonctionnelles du parenchyme du foie et des perturbations enzymatiques associées, qui affectent négativement le fonctionnement de l'organisme tout entier et sont heureusement de nature transitoire. En l'absence d'un diagnostic opportun et du respect des conditions du traitement médical, la maladie de Botkin peut provoquer le développement de complications telles qu'une cirrhose du foie, une ascite, une insuffisance hépatique et une encéphalopathie. L'issue fatale ne peut être observée que dans le cas de la maladie de Botkin, qui survient sous une forme dystrophique aiguë chez les personnes souffrant d'immunodéficience.

La période de rétablissement de la maladie de Botkin est de 2 à 3 mois et se termine dans 70% des cas par un rétablissement complet. La maladie grave se caractérise par Botkin chez les nouveau-nés, ainsi que chez les personnes âgées, de sorte que la prévention des complications chez cette catégorie de patients doit être abordée avec une attention particulière. La prévention non spécifique de la maladie de Botkin est d'une importance primordiale et consiste à observer la propreté des aliments et de l'eau du robinet, règles de l'hygiène personnelle.

La maladie de Botkin - quel médecin aidera? En présence ou en cas de suspicion d'évolution de la maladie, Botkin devrait immédiatement demander conseil à des médecins tels qu'un infectiologue, un thérapeute.

La maladie de Botkin

La maladie de Botkin (hépatite virale A) est une infection du foie, qui est l’une des formes les plus favorables d’hépatite, car elle n’est pas encline à devenir chronique. La maladie de Botkin est l'une des infections intestinales les plus courantes. Toutes les catégories de la population sont sensibles à la maladie, l'hépatite A est le plus souvent diagnostiquée chez les enfants, mais l'incidence a augmenté ces dernières années chez les adultes.

La prévalence de cette forme d'hépatite étant directement liée aux mauvaises conditions sanitaires et au climat chaud, elle est particulièrement élevée dans les pays en développement.

Avec un traitement opportun et bien choisi, le pronostic est favorable. La fonction hépatique est complètement rétablie dans environ 90% des cas.

Causes et facteurs de risque

Le virus de l'hépatite A est un virus à ARN du genre Hepatovirus. Il est assez stable dans l'environnement: à une température de 4 ° C, il persiste pendant plusieurs mois, à -20 ° C, pendant des années, à la température ambiante pendant plusieurs semaines. Maintient l'ébullition jusqu'à 5 minutes; lorsqu'il est exposé à l'inactivation des ultraviolets, il se produit en une minute; un certain temps capable de maintenir la viabilité dans l’eau du robinet chlorée. Il possède un boîtier résistant aux acides, ce qui lui permet de traverser le milieu gastrique acide sans l'endommager. Le virus de l'hépatite A se caractérise par une forte immunogénicité. Après une maladie reportée, une personne développe une immunité persistante tout au long de sa vie.

La source d'infection est une personne malade. L'infection se produit principalement par contact avec le ménage (par la vaisselle, d'autres articles ménagers) et par des moyens alimentaires (par la consommation d'aliments contaminés). Lorsque le virus de l'hépatite A pénètre dans les réservoirs d'eau publics, la maladie se déclare. La voie de transmission parentérale est moins courante - par le sang, en violation des règles applicables aux injections intraveineuses, aux transfusions sanguines et aux procédures dentaires.

La propagation de la maladie de Botkin se produit le plus souvent chez des groupes d'enfants. Les employés à risque des établissements de restauration collective, des établissements médicaux et des établissements de santé, ainsi que des personnes ayant un mode de vie social.

Le plus souvent, la maladie de Botkin affecte les enfants âgés de 3 à 12 ans et les jeunes. L'incidence est de nature saisonnière, son augmentation est observée durant la période été-automne.

Formes de la maladie

La maladie de Botkin peut avoir une évolution typique (avec la présence de symptômes caractéristiques de l'hépatite) et atypique (pas de symptômes spécifiques).

Selon le tableau clinique, on distingue les formes suivantes de la maladie:

Pendant la durée de la maladie, la maladie de Botkin peut être aiguë ou prolongée. Selon la gravité: légère, modérée et lourde.

La période prodromique d'une maladie de Botkin peut se dérouler sous la forme fébrile, dyspeptique, asténo-végétative et mixte.

Stade de la maladie

Dans l'évolution clinique d'une variante typique de la maladie de Botkin, il existe trois étapes:

  1. Période Prodromal (dozheltushny).
  2. Période ictérique.
  3. Reconvalescence.
Après la fin de la période ictérique commence la convalescence, c'est-à-dire la récupération. Il y a une régression d'intoxication, la jaunisse, la taille du foie normalisée. Cette étape peut durer 3-6 mois.

Symptômes de la maladie de Botkin

Dans certains cas (le plus souvent chez les enfants de moins de 6 ans), la maladie est asymptomatique.

La période d'incubation de la maladie de Botkin est de 3 à 4 semaines. Le début est généralement aigu.

La variante fébrile de la période prodromique de la maladie de Botkin se caractérise par une élévation de la température, accompagnée de signes prononcés d’intoxication du corps (faiblesse, maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, perte d’appétit), des nausées, des éructations, un inconfort au niveau de l’estomac et du foie, symptômes d'inflammation catarrhale des voies respiratoires supérieures - mal de gorge, rhinite, toux sèche.

Dans la variante dyspeptique de la période prodromique de la maladie, les symptômes catarrhaux sont généralement absents. Les patients se plaignent de nausées, vomissements, éructations, goût amer dans la bouche, douleur sourde dans l'hypochondre droit et la région épigastrique, ainsi que de selles bouleversées (diarrhée ou constipation, ou alternance).

La variante astenovegetative de la période pré-jaunisse n’est pas très spécifique. Il y a une faiblesse générale, une léthargie, une fatigue, une diminution des performances, des troubles du sommeil, une perte d'appétit. Dans certains cas, la maladie peut commencer par l'apparition de la jaunisse en l'absence de tout signe de la période prodromique.

Pour une variante mixte de la période prodromique, la combinaison de plusieurs syndromes cliniques est caractéristique.

La période prodromique dure habituellement de deux à dix jours, passant progressivement au stade ictérique. Les signes d'intoxication générale disparaissent, la température corporelle se normalise, l'état général du patient s'améliore. Cependant, les symptômes dyspeptiques, en règle générale, non seulement persistent, mais deviennent également plus prononcés. L'obscurcissement de l'urine, la sclérotique ictérique, les muqueuses jaunes du palais mou et du frein de la langue, puis de la peau, sont d'autres symptômes de la maladie de Botkin au cours de la période ictérique. Fleur jaunâtre trouvée sur la langue et les dents. Les matières fécales s'illuminent pour compléter la décoloration.

Dans les cas graves de la maladie de Botkin, un syndrome hémorragique se développe (des hémorragies, des pétéchies apparaissent sur la peau et les muqueuses, des saignements de nez, etc.). Le foie est hypertrophié, douloureux à la palpation; dans 10 à 20% des cas, il se produit une augmentation de la rate. Bradycardie et hypotension observés, peuvent développer des symptômes asthéno-végétatifs, des troubles du système nerveux central.

La durée de la période ictérique varie de quelques semaines à un mois, après quoi la récupération commence, c'est-à-dire la récupération. Il y a une régression d'intoxication, la jaunisse, la taille du foie normalisée. Cette étape peut durer 3-6 mois.

La maladie de Botkin se présente généralement sous une forme légère ou modérée. Le passage de la maladie à la forme chronique ou au porteur du virus (forme latente) ne se produit pas.

Dans de rares cas, cholangite, dyskinésie biliaire et vésicule biliaire, une cholécystite peut se développer dans le contexte de la maladie de Botkin. Voir aussi:

Diagnostics

Pour le diagnostic, une collection de plaintes et d'anamnèse, un examen physique, des tests de laboratoire de sang et d'urine sont effectués. Afin de déterminer l'état morphologique et fonctionnel du foie, recourir à des méthodes de diagnostic instrumental.

En général, l'analyse du sang a détecté une diminution du nombre de leucocytes, une lymphocytose, une augmentation de la RSE. Au cours de l'étude biochimique du sang, une forte augmentation (de 8 à 10 fois) de l'activité des transaminases hépatiques, une augmentation de la concentration en bilirubine (principalement due à la bilirubine directe), une diminution du niveau d'albumine est détectée. L'indice de prothrombine est généralement inférieur à la normale.

Le diagnostic spécifique de la maladie de Botkin, c'est-à-dire l'identification de l'agent pathogène, est réalisé à l'aide d'un dosage immunoenzymatique et de dosages radioimmunologiques. Au cours de la période ictérique, il existe une augmentation du titre en IgM, au stade du rétablissement de la maladie - IgG. De plus, la détection de l'ARN du virus de l'hépatite A est réalisée par la méthode de la réaction en chaîne de la polymérase.

Traitement

Traitement de la maladie de Botkin effectué dans la plupart des cas en ambulatoire. L’hospitalisation n’est requise que pour les formes graves de la maladie, selon les indications épidémiologiques. En présence de signes prononcés d'intoxication générale, le repos au lit est indiqué. Un élément important de la thérapie est l'observance du régime alimentaire (tableau №5 de Pevzner) et du schéma de consommation (consommation d'alcool abondante).

Le traitement étiotropique pour l'hépatite A n'a pas été développé, le traitement vise à réduire les symptômes et la correction pathogénétique. Pour réduire les signes d'intoxication grave, une perfusion intraveineuse de solutions cristalloïdes est réalisée. Afin de normaliser les processus digestifs, des préparations de lactulose sont utilisées. Des antispasmodiques sont prescrits pour prévenir le développement de la cholestase. Dans certains cas, l'utilisation de médicaments à base de corticostéroïdes est nécessaire. Avec le développement du syndrome hémorragique peut nécessiter l'utilisation de médicaments hémostatiques, qui sont perfusés dans l'estomac avec une sonde. En cas d’infection par une infection bactérienne, des médicaments antibactériens sont utilisés.

Après la disparition des manifestations cliniques de la maladie, un suivi clinique est assuré par un gastro-entérologue pendant 3 à 6 mois.

La vaccination contre l'hépatite A est recommandée pour les enfants à partir de la deuxième année de vie, ainsi que pour les adultes n'ayant aucun antécédent de Botkin et présentant également un risque accru d'infection.

Complications possibles et conséquences

Dans de rares cas, cholangite, dyskinésie biliaire et vésicule biliaire, une cholécystite peut se développer dans le contexte de la maladie de Botkin. Les complications hépatiques graves (encéphalopathie hépatique aiguë), les hémorragies internes sévères, la cirrhose, le cancer du foie, le coma et le décès sont extrêmement rares.

Prévisions

Avec un traitement opportun et bien choisi, le pronostic est favorable. La fonction hépatique est complètement rétablie dans environ 90% des cas, les patients restants ayant des effets résiduels. La mortalité dans la maladie de Botkin ne dépasse pas 0,04%.

La prévalence de cette forme d'hépatite étant directement liée aux mauvaises conditions sanitaires et au climat chaud, elle est particulièrement élevée dans les pays en développement.

Prévention

Les mesures préventives générales visant à prévenir le développement de la maladie de Botkin comprennent le contrôle des rejets d'eaux usées, une purification de qualité de l'eau de boisson, l'alimentation de la population conformément aux exigences sanitaires et hygiéniques, les mesures de quarantaine nécessaires en cas d'apparition de la maladie de Botkin chez des enfants et des adultes organisés collectifs. Les personnes de contact sont soumises à une surveillance au cours du mois à partir du moment où elles entrent en contact avec le patient. Dans les foyers d'infection, il est nécessaire de procéder à des mesures de désinfection.

La vaccination contre l'hépatite A est recommandée pour les enfants à partir de la deuxième année de vie, ainsi que pour les adultes n'ayant pas d'antécédents de Botkin et présentant un risque accru d'infection (travailleurs médicaux des départements de maladies infectieuses, de l'approvisionnement en eau et de la restauration, les personnes se rendant à l'étranger). épidémiquement dangereux pour l'hépatite virale A, le personnel des institutions préscolaires, les assistants sociaux en contact avec des consommateurs de drogues injectables, etc.).

Afin de réduire le risque d’infection par le virus de l’hépatite A, il est recommandé de suivre les règles d’hygiène personnelle, de ne pas manger de nourriture de qualité douteuse, d’éviter de boire de l’eau provenant de sources douteuses ou de réservoirs ouverts, d’éviter le contact avec des patients atteints de la maladie de Botkin.


Plus D'Articles Sur Le Foie