Symptômes de maladies du foie et des voies biliaires

Connaissant les principaux signes de maladies du foie et des voies biliaires, une personne peut suspecter le problème à temps et aider le médecin à diagnostiquer rapidement.

Les maladies du foie et des voies biliaires sont très répandues. Ils sont provoqués par un régime alimentaire inapproprié, le stress chronique, la présence de mauvaises habitudes et peuvent également être causés par une infection ou associés à l'hérédité. Les maladies les plus courantes de ce groupe sont l’hépatite, l’hépatite adipeuse, les abcès du foie, la cirrhose du foie, la cholélithiase, la cholécystite et la dispensie des voies biliaires. Chacune de ces maladies a son propre ensemble de symptômes et de manifestations, mais elles se caractérisent également par des symptômes communs. Regardons-les plus en détail.

Jaunisse

Un symptôme courant de la maladie du foie est la jaunisse, qui se manifeste par un jaunissement de la peau et des muqueuses. Ceci est dû à une augmentation de la concentration sanguine de bilirubine (pigment biliaire). La jaunisse entraîne une obstruction des voies biliaires, diverses maladies et intoxications du foie et une hémolyse (lésions des globules rouges).

La jaunisse peut être mécanique, parenchymateuse ou hémolytique. Ainsi, si la voie biliaire est bloquée par un calcul biliaire, par des vers ou si elle est comprimée par une tumeur, une jaunisse mécanique se développe. La bile pénètre dans le sang par le système lymphatique, pénètre dans les tissus et les jaunit.

La jaunisse parenchymateuse est observée dans les cas d'hépatite infectieuse et toxique, de dystrophie du foie et conduit également à la coloration des tissus en jaune.

Les premiers yeux remarquablement jaunes, puis la peau. En cas de jaunisse prolongée, la peau peut devenir verdâtre ou présenter une teinte noire.

La jaunisse hémolytique est associée à une maladie du sang, pas du foie. Il se distingue des types de jaunisse énumérés par une couleur jaune citron de la peau et de la sclérotique, l'absence de démangeaisons et des symptômes d'intoxication caractéristiques de la jaunisse provoquée par des maladies du foie et des voies biliaires.

Inflammation du foie et de la vésicule biliaire, l'obstruction des voies biliaires est accompagnée d'une hypertrophie du foie. Dans ce cas, la personne ressent une lourdeur ou une douleur dans l'hypochondre droit. Le foie fait mal en sondant. La douleur est très vive et insupportable si elle est provoquée par une colique hépatique (généralement une cholélithiase). Des accès de coliques hépatiques, accompagnés de douleurs, apparaissent parfois sans présence de calculs biliaires: ils peuvent avoir une origine neurogène.

Changer la nature de la décharge

Si la bile produite par le foie n'entre pas dans la vésicule biliaire et qu'elle n'est pas excrétée dans l'intestin, les selles deviennent claires, de couleur argileuse et contiennent de la graisse non digérée. La jaunisse est généralement accompagnée de constipation et les matières fécales et les gaz qui en résultent dégagent souvent une odeur putride.

La décoloration fécale complète ou partielle est caractéristique de l'hépatite et de l'obstruction des voies biliaires. Si la décoloration se produit progressivement et de manière irréversible, cela peut être un signe de tumeur des voies biliaires.

Comme la bile est excrétée du corps par l'urine, celle-ci prend une couleur brun foncé et la mousse urinaire devient jaune. Cette urine laisse des taches jaune verdâtre sur le lin.

La bile intervient dans la digestion des graisses, l'absorption des protéines, désinfecte les intestins, améliore sa motilité. C’est pourquoi, dans les maladies du foie et des voies biliaires, l’absorption des nutriments diminue et une personne perd du poids.

Changement d'appétit

Diminution de l'appétit, aversion pour les aliments gras, goût amer dans la bouche parlent souvent de maladies chroniques du foie. Un manque d'appétit complet est un symptôme de formes graves d'hépatite aiguë.

La cholécystite, la cholangite et l'hépatite aiguë s'accompagnent souvent de nausées et d'éructations, parfois de vomissements. En outre, des vomissements peuvent accompagner une crise de colique biliaire.

Symptômes d'intoxication

En circulant dans le sang, la bile empoisonne tout le corps. Cela s'accompagne d'une panne, de maux de tête, d'une humeur dépressive, d'une diminution du rythme cardiaque. En cas de jaunisse prolongée, la bile irrite les terminaisons nerveuses de la peau, entraînant de graves démangeaisons.

Dans certaines maladies du foie, une fièvre est observée. Ainsi, l'élévation de la température à 39-40 ° C et la normalisation en quelques heures s'accompagnent d'une attaque de colique biliaire et d'un blocage du canal biliaire commun avec une pierre. Une température élevée survient dans les abcès du foie, la cholécystite purulente aiguë, la cholangite et sous-fébrile - dans la cholécystite catarrhale et l'hépatite aiguë. Dans les maladies hépatiques chroniques, la température peut rester normale ou augmenter légèrement.

Ascite (hydropisie abdominale)

L'accumulation de liquide dans la cavité abdominale (ascite) est caractéristique de la cirrhose du foie et des tumeurs du foie (généralement malignes). En bonne santé, le sang des organes abdominaux est recueilli dans la veine porte. Il pénètre dans le foie et se ramifie en capillaires. Dans les maladies du foie, le tissu hépatique s’atrophie et le tissu conjonctif entre les lobules hépatiques se développe, formant un foie affaibli. La stagnation du sang dans les veines des organes abdominaux et une augmentation de leur pression entraînent l'expansion des parois des vaisseaux sanguins et la partie liquide du sang qui en provient pénètre dans la cavité péritonéale. L’hydropisie abdominale se développe.

Les maladies du foie et des voies biliaires présentent d'autres symptômes, notamment une violation de la pigmentation de la peau, une tendance à saigner, une dilatation des veines saphènes. Si vous présentez l'un ou plusieurs des symptômes décrits ci-dessus, ne vous pressez pas de vous énerver, fixez-vous un diagnostic et, surtout, pratiquez l'auto-traitement. Consultez votre médecin, qui vous prescrira une étude et, si nécessaire, un traitement.

Pathologies du foie et des voies biliaires: une caractéristique des maladies

Dans la classification des maladies du foie et des voies biliaires, sécrètent une insuffisance hépatocellulaire, une hépatite, une hépatite, des troubles fonctionnels, une cirrhose, des processus inflammatoires et une maladie des calculs biliaires. Toutes ces pathologies du foie et des voies biliaires sont associées à la perte de la capacité des organes à remplir une fonction de désintoxication et à des perturbations du mécanisme de travail.

Dysfonctionnement hépatique et insuffisance hépatocellulaire

Le foie joue un rôle de premier plan dans le métabolisme des protéines, des lipides, des glucides, des hormones, des vitamines et des minéraux. Il s'agit de la synthèse de l'albumine et des globulines, du fibrinogène, de la prothrombine et d'autres facteurs du système de coagulation sanguine, du glycogène, du glucose (à partir de graisses et de protéines), de la synthèse de cholestérol et d'autres lipides, de la formation de bile.

Le foie convertit la bilirubine sanguine non liée en sa forme non toxique. En général, la fonction neutralisante (détoxification) du foie revêt une grande importance: par exemple, l’ammoniac toxique, produit du métabolisme des protéines, est converti en urée non toxique, qui est excrétée dans l’urine par les reins, etc.

Les intoxications par certains poisons, les infections aiguës (hépatite virale), ainsi que les maladies chroniques du foie et des voies biliaires (par exemple, la cirrhose) peuvent entraîner un dysfonctionnement des cellules hépatiques. Les différentes manifestations de ce syndrome sont les suivantes.

Une telle violation des fonctions du foie, telle que l'incapacité de se lier à la bilirubine libre, entraîne l'apparition d'un ictère parenchymateux. L'accumulation de produits azotés non neutralisés (ammoniac) provoque des lésions du système nerveux central (encéphalopathie hépatique) jusqu'au développement du coma hépatique, résultant de la dépression du système nerveux central par des métabolites toxiques.

Dans les maladies du foie et des voies biliaires, une diminution de la production d'albumine et, par conséquent, une diminution de la concentration de protéines dans le sang entraînent une diminution de la pression plasmatique oncotique et l'apparition d'un œdème de la cavité abdominale, l'ascite. Une synthèse réduite des facteurs de coagulation sanguine entraîne un saignement.

De plus, vous pourrez vous familiariser avec une brève description des maladies du foie et des voies biliaires.

Causes de maladie hépatique aiguë et chronique

Les maladies du foie sont dues à une infection, une intoxication, des troubles circulatoires (stase du sang dans le grand cercle), des troubles métaboliques. Dans les cas où la dystrophie et la nécrose des cellules hépatiques prédominent dans le foie, on parle d'hépatose et lorsqu'il y a des signes d'inflammation, d'hépatite.

Ces maladies du foie sont aiguës et chroniques. Parmi les hépatoses aiguës, la dystrophie hépatique toxique, qui se développe le plus souvent en cas d'intoxication par des champignons, du phosphore, de l'arsenic, etc., revêt une importance primordiale. Dans le même temps, il existe une dystrophie des cellules du foie, rapidement remplacée par leur nécrose massive.

En ce qui concerne l’hépatose chronique, il est nécessaire de distinguer l’hépatose graisseuse, qui survient pendant une intoxication chronique (alcool, insecticides), des troubles métaboliques, une hypoxie chronique. Parallèlement, se développent les phénomènes de dégénérescence graisseuse des cellules du foie, jusqu’à leur nécrose.

L'hépatite est primaire (maladies indépendantes) et secondaire (manifestations d'autres maladies, telles que la fièvre typhoïde, le paludisme, diverses intoxications), ainsi que aiguë et chronique.

Les principales causes de maladies du foie telles que les hépatites aiguës et chroniques sont les infections virales, beaucoup moins souvent d’intoxications diverses (par exemple l’alcool) et les agressions auto-immunes. Le cours de l'hépatite chronique est lourd avec sa dégénérescence en cirrhose.

La cirrhose du foie est une maladie chronique caractérisée par une augmentation de l'insuffisance hépatique due à des rides cicatricielles et à une réorganisation structurelle du foie. Dans la cirrhose, le foie devient dense et grumeleux, car les zones de nécrose du tissu entraînent la formation de ganglions de régénération de structure irrégulière (non congruents avec la structure des lobules hépatiques) et germés avec du tissu conjonctif. Selon la taille des nœuds, émettent une cirrhose du foie à petits nœuds, à grands nœuds et mixte.

Outre le syndrome d'insuffisance hépatocellulaire en cas de cirrhose, l'augmentation de la pression dans la veine porte, résultant de la perturbation de la structure normale du foie et de la compression des vaisseaux intrahépatiques (syndrome d'hypertension portale), revêt une grande importance. L'hypertension portale associée à une diminution de la teneur en protéines dans le sang entraîne la formation d'ascites, l'expansion des anastomoses (fistules) entre la porte et la veine cave inférieure dans le nombril, le rectum, les parties cardiaques de l'estomac et de l'œsophage, ce qui conduit (lorsque les vaisseaux sont rompus) à une hémorragie digestive.

Fonction altérée de la vésicule biliaire et causes de la maladie

La fonction principale de la vésicule biliaire (réservoir) est l’accumulation de bile excrétée par le foie, sa concentration due à la réabsorption d’eau et sa libération périodique dans le duodénum au cours de la digestion. Les troubles moteurs de la vésicule biliaire (dyskinésie) surviennent le plus souvent pendant l'enfance et se traduisent par une diminution de la contractilité (dyskinésie de type hypokinétique) ou de son augmentation (dyskinésie de type hyperkinétique).

L'inflammation de la vésicule biliaire - cholécystite - est aiguë et chronique. Les formes suivantes de cette maladie de la vésicule biliaire se distinguent par leur forme aiguë: catarrhale, phlegmoneuse et gangréneuse; Une complication de la cholécystite peut survenir sous la forme d'une perforation de la paroi et de la survenue d'une péritonite.

Très souvent, la cholécystite est associée à la formation de calculs biliaires - la maladie des calculs biliaires. Les causes de la formation de calculs dans cette maladie de la vésicule biliaire sont une combinaison du métabolisme du cholestérol et (ou) de la bilirubine avec une violation de la fonction motrice de la vésicule biliaire et une infection. La maladie biliaire, en plus de la survenue d'une cholécystite, conduit souvent à un blocage par des calculs du canal biliaire commun, à l'apparition d'un ictère obstructif et d'une pancréatite aiguë.

Maladies du foie et de la vésicule biliaire: classification et symptômes

Les maladies du foie et de la vésicule biliaire selon la classification de I. Magyar sont divisées en primaire et secondaire. Tous sont initialement accompagnés de symptômes communs. Dans la plupart des cas, le développement de la pathologie s'accompagne d'une faiblesse de tout le corps, puis des sensations désagréables apparaissent dans la zone sous-costale droite, la couleur de la peau et des muqueuses se modifie, puis les poches se développent, la douleur s'aggrave, les modifications du fond hormonal.

Maladies primaires et secondaires du foie et des voies biliaires

Le foie est un organe spécial. Parfois, une personne ne sait même pas exactement où se trouve son foie, même si elle est déjà gravement malade. La même chose avec la vésicule biliaire: l'absence de symptômes n'est pas l'absence de problèmes. Ces corps peuvent très longtemps ne pas se faire connaître. Pendant ce temps, les maladies du foie et de la vésicule biliaire sont nombreuses et leur capacité à rester discrète pendant une longue période est très insidieuse et non moins dangereuse.

La systématisation des maladies du foie et des voies biliaires permet d’imaginer la diversité des causes et des mécanismes de développement, des processus pathologiques possibles et bien connus de la science médicale dans le foie (aujourd’hui plus de cinquante).

La classification actuelle des maladies du foie et des voies biliaires est basée initialement sur le scientifique et médecin hongrois proposé, I. Magyar, qui a jugé nécessaire de prendre en compte le tableau clinique, les facteurs de causalité de la maladie ainsi que les modifications de la structure du foie. Ainsi, les groupes principaux suivants de maladies du foie et des voies biliaires sont distingués.

Les principales maladies du foie comprennent les processus aigus du parenchyme hépatique (tissu hépatique):

  • hépatite virale;
  • hépatite bactérienne;
  • hépatite causée par des protozoaires;
  • hépatite toxique.

Viennent ensuite les maladies aiguës des voies biliaires:

  • cholangite;
  • cholangiohépatite;
  • lésions hépatiques dues à une cholécystopathie.

Cela inclut également les maladies aiguës des vaisseaux du foie:

  • pyléphlébite;
  • la pilétrombose;
  • attaque du foie;
  • thrombose veineuse hépatique.

Les maladies du foie secondaires comprennent:

  • Dommages au foie dans les tumeurs, les tumeurs, les maladies semblables à des tumeurs.
  • Dommages hépatiques pendant la grossesse.
  • Dommages au foie dans les maladies endocriniennes.
  • Dommages au foie dans les troubles circulatoires.
  • Maladies d'accumulation (stéatose hépatique, hémochromatose, glycogénose).
  • Maladies du foie et du système nerveux (dégénérescence hépatolentique).

Maladies de la vésicule biliaire et des voies biliaires:

Il s’agit d’une classification des maladies du foie et de la vésicule biliaire, qui est assez accessible à la fois pour la médecine générale et pour les personnes intéressées par cette question, et elle est assez complète. Dans le monde de la médecine scientifique, il existe d'autres options, étant donné que les questions de classification des maladies sont constamment revues et modifiées. Néanmoins, la version proposée de l'étude des maladies du foie et de la vésicule biliaire répond pleinement aux objectifs de familiarisation avec ces pathologies.

Quels sont les symptômes communs de la maladie du foie de la vésicule biliaire?

N'oubliez pas une fois pour toutes: s'il y a des plaintes, vous avez probablement déjà une maladie du foie ou de la vésicule biliaire.

Quel type de plaintes devrait vous alerter en premier?

Les symptômes courants de la maladie du foie et de la vésicule biliaire sont les suivants:

  • faiblesse générale;
  • douleur ou sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit;
  • prurit;
  • changements dans l'urine et les selles;
  • changements dans la couleur de la peau et des muqueuses;
  • gonflement;
  • changements dans les vaisseaux cutanés (y compris une manifestation très importante - "varicosités");
  • changements dans les systèmes nerveux et hormonal.

Bien que les maladies du foie et des voies biliaires ne se manifestent généralement pas longtemps, bien avant l’apparition de signes spécifiques de pathologie hépatique, de faiblesse, de malaise, de douleurs dans les articulations, les muscles, les éruptions cutanées ou les hémorragies cutanées, des modifications du sang périphérique (anémie ou d’autres signes), dommages aux reins, ce qui montrera l'urine. Convenez que ces symptômes peuvent amener une personne à faire appel à divers spécialistes - rhumatologue, dermatologue, hématologue, urologue.

Parmi les principaux signes de maladies de la vésicule biliaire et du foie, il est recommandé de consulter un hépatologue (médecin spécialisé dans les pathologies du foie et des voies biliaires), notamment la jaunisse, les démangeaisons, une hypertrophie du foie et une hypertrophie de la rate. En règle générale, la plupart de ces symptômes se manifestent à un stade avancé de la maladie ou même après son passage à la forme chronique. Bien que la jaunisse soit plus souvent observée dans les cas d'hépatite aiguë (virale, toxique), mais avec des lésions irréversibles du foie - la cirrhose - seulement à un stade avancé. Dans l'hépatite chronique, la jaunisse est observée assez rarement - seulement avec des exacerbations marquées de la maladie. La jaunisse associée au prurit se manifeste souvent par des maladies du foie telles que la cirrhose biliaire primitive et la cholangite sclérosante. Les jaunisses avec démangeaisons cutanées sont des signes de maladie des voies biliaires, en particulier lorsqu'elles sont associées à des douleurs du côté droit et à une température corporelle élevée.

La cause du développement d'un tel signe de maladies du foie et de la vésicule biliaire, comme la jaunisse, est dans la plupart des cas une violation de l'écoulement de la bile, qui est beaucoup plus souvent associée à des causes mécaniques, telles que des calculs des voies biliaires, qu'à des lésions directes des cellules du foie.

Quels sont les premiers signes de maladie du foie et des voies biliaires chez l'homme?

Les symptômes de la maladie du foie et de la vésicule biliaire, qui se manifestent principalement:

  • Le jaunissement de la peau, de la sclérotique oculaire et des muqueuses est le plus souvent observé dans les cas d'hépatite aiguë (virale, toxique) et de cirrhose du foie.
  • Prurit, sensation de brûlure, l'apparition d'une sensation de courant électrique traversant la colonne vertébrale ou de vagues chaudes traversant le corps peuvent être causés par des problèmes de foie.
  • Une rate hypertrophiée peut également être due à une maladie du foie.
  • Douleur dans l'hypochondre droit. Ce symptôme se manifeste rarement. En règle générale, la douleur est provoquée par une lésion concomitante de la vésicule biliaire, des voies biliaires ou située près du duodénum, ​​de l'intestin.
  • Engourdissement dans les muscles, refroidissement du bout des doigts sur les mains et les pieds. Ces signes apparaissent progressivement à mesure que la maladie s'aggrave.
  • Changer la forme des ongles sur les mains et les pieds. Leur épaississement et leur assombrissement parlent d’intoxication hépatique chronique.

Un autre symptôme alarmant, qui se manifeste dans les maladies de la vésicule biliaire et du foie, est la douleur, mais la douleur ne survient pas toujours. Même avec des lésions hépatiques très graves - cirrhose - la douleur peut être absente. Quelle est la raison? Le fait est que le tissu hépatique lui-même n’a pas de terminaison nerveuse. Mais ils sont abondamment présents dans la mince capsule qui recouvre la surface de l'organe. Ainsi, seulement avec une augmentation significative du foie due à l’étirement de sa capsule, une douleur sourde est observée, qui est généralement accompagnée d’une sensation de lourdeur dans l’hypochondre droit. Il faut se rappeler que des sensations et des douleurs similaires (mais seulement dans l'hypochondre gauche) se développent en cas d'élargissement de la rate. Cependant, une douleur dans l'hypochondre droit lors d'une hépatite chronique et d'une cirrhose est rarement observée et peut être due à des lésions concomitantes de la vésicule biliaire ou des voies biliaires et parfois à une pathologie duodénale, également localisée ici.

Quels sont les signes de maladie du foie et de la vésicule biliaire?

Et maintenant, en savoir plus sur chacun des signes observés dans les maladies du foie et de la vésicule biliaire chez l'homme. Pour commencer, il convient de signaler les plaintes les plus courantes, à savoir celles qui peuvent se manifester quelle que soit la cause de la maladie.

Prurit La cause du prurit est une violation des fonctions neutralisantes et excrétoires du foie. Des substances nocives et toxiques pénètrent dans le sang et avec le flux sanguin - et dans la peau. Dans le même temps, une irritation des terminaisons nerveuses peut se manifester par des démangeaisons atroces.

Jaunisse Ce symptôme de maladie du foie et de la vésicule biliaire se manifeste lorsque la fonction des organes est tellement perturbée qu’ils ne sont pas en mesure de traiter les cellules sanguines usagées, la bilirubine pénètre dans le sang et entre dans la peau et la conjonctive des yeux en les colorant en jaune.

"Étoiles vasculaires". Les «étoiles vasculaires» caractéristiques désignent des signes hépatiques indiquant un processus pathologique qui a atteint un stade avancé - telle ou telle phase de la cirrhose.

Quels sont les autres symptômes de la maladie du foie et des voies biliaires, nécessitant des visites obligatoires à un hépatologue spécialiste?

Ecchymoses En plus des "étoiles", des ecchymoses se forment facilement, conséquence d'une violation de la coagulation du sang. En d'autres termes, le foie endommagé ne peut plus produire suffisamment de substances pour contrôler la coagulation du sang.

Changer les selles et l'urine. Ces signes de maladie du foie et de la vésicule biliaire sont dus au fait qu'en violation de la formation et de l'excrétion de la bile, la digestion est inévitablement perturbée, car les graisses ne sont plus complètement digérées et quittent partiellement l'intestin sous forme inchangée. Et comme les pigments biliaires, eux non plus, ne pénètrent pas dans l'intestin, les matières fécales sont décolorées: elles deviennent jaune pâle et parfois même blanches. L'urine avec les maladies du foie, au contraire, s'assombrit et devient jaune foncé, voire brun (ce qui est le plus caractéristique de l'hépatite). Cependant, il faut se rappeler qu'avec un foie malade, les selles peuvent parfois être noires en cas de saignement des varices et de l'œsophage ou de l'estomac (parties supérieures).

Sensation de douleur et / ou de sévérité. Le foie lui-même ne fait pas mal ou ça fait très rarement très mal. Cependant, lorsque le corps grossit considérablement en raison du processus pathologique, il se produit un étirement de la capsule du tissu conjonctif superficiel, dont les terminaisons nerveuses donnent une sensation de pression, de lourdeur puis de douleur. Ceci est très caractéristique du foie gras ou de l'hépatite aiguë. A propos, une augmentation de cet organe est non seulement l'un des signes les plus importants de maladie hépatique, ce qui indique clairement la présence d'une pathologie, mais également l'un des premiers, déjà déterminé lors de l'examen initial. Moins souvent, on observe généralement une diminution de la taille du foie, ce qui est asymptomatique - elle est généralement observée en cas de cirrhose.

Symptomatologie du système nerveux central. Les fonctions du cerveau et d'autres organes du système nerveux central sont invariablement altérées en cas de maladies graves et prolongées du foie et des voies biliaires. Les manifestations sont le plus souvent réduites à la fatigue, à la faiblesse, à l'apathie, aux troubles de la mémoire et de la concentration, à l'insomnie. La cause de tous ces symptômes, qui se manifestent dans des maladies de la vésicule biliaire ou du foie, est un empoisonnement du corps causé par une diminution de la fonction hépatique ou biliaire. Les cellules du système nerveux, en particulier du cerveau, sont très sensibles à la neutralisation inadéquate des toxines et des produits métaboliques. La neurasthénie est une manifestation fréquente d'intoxication du système nerveux due à une maladie du foie. Symptômes - incontinence dans les émotions ou, au contraire, léthargie, fatigue physique et mentale, parfois - émotion, colère non motivée. Plaintes fréquentes de maux de tête, vertiges, lourdeur dans la région du cœur, troubles de la sphère sexuelle. Avec des symptômes neurologiques évidents, vous devez réfléchir à la pathologie possible du foie.

Et quels sont les signes de maladies du foie et des voies biliaires manifestées par le système hormonal?

Changements hormonaux. En cas de pathologie hépatique grave, des symptômes cliniques se développent, traduisant un déséquilibre hormonal. Ils sont divers et font souvent «pâlir» le tableau clinique général de la maladie. Ainsi, chez les hommes, cela peut entraîner une diminution de la puissance due à une violation de l'échange d'hormones sexuelles, chez les femmes - à des troubles menstruels. Les troubles du métabolisme des protéines, l’atrophie musculaire et une diminution générale de la masse musculaire sont déterminés chez les patients atteints de maladies chroniques du foie.

Oedème En raison de la charge accrue, les parois des vaisseaux perdent leur élasticité et leur extensibilité. En conséquence, les varices de l'œsophage sont formées. En raison de violations de l'équilibre hydrique et électrolytique, un œdème dans les jambes peut se développer. En cas de cirrhose et de dégénérescence graisseuse du foie, le sang est évacué par les vaisseaux adjacents de l'œsophage, de l'estomac et de la paroi abdominale antérieure. une partie du liquide quitte la circulation sanguine et s'accumule dans la cavité abdominale (cette accumulation de liquide dans l'abdomen est appelée "ascite").

Maintenant que vous savez quels signes de maladie du foie et de la vésicule biliaire chez une personne indiquent une pathologie en développement, évitez de trop stresser au moindre soupçon et assurez-vous de vous faire tester par un hépatologue.

Maladies du foie et des voies biliaires: symptômes et régime alimentaire

Les maladies du foie et des symptômes des voies biliaires sont caractéristiques et permettent de poser un diagnostic préliminaire au patient.La médecine moderne identifie plusieurs maladies majeures de ces organes.

Maladies des voies biliaires

Les principales maladies comprennent: la dyskinésie, la cholécystite et la cholélithiase.

La dyskinésie est une maladie caractérisée par une violation de la fonction contractile de la vésicule biliaire et des conduits organiques, ainsi que par un dysfonctionnement du sphincter d’Oddi. En conséquence, le processus d'élimination de la bile est perturbé. Il existe 2 formes de dyskinésie:

1. Hyperkinétique: il se caractérise par une augmentation du tonus de la vésicule biliaire, des contractions fortes et rapides du corps, une ouverture insuffisante des sphincters. Plus souvent, les jeunes souffrent. Symptômes:

  • douleur paroxystique, qui a un caractère aigu;
  • douleur dans le quadrant supérieur droit.

Ces signes sont aggravés après des expériences émotionnelles, pendant la menstruation.

2. hypocinétique. Cette forme est caractérisée par une contraction insuffisante de la vésicule biliaire. Les personnes âgées sont plus susceptibles de souffrir. Symptômes:

  • douleur dans l'hypochondre à droite d'un personnage terne, légère;
  • douleurs arquées.

Il existe également des symptômes communs de la maladie:

  • sensation de goût amer dans la bouche le matin;
  • faiblesse générale;
  • arrière-plan émotionnel réduit;
  • douleur dans l'hypochondre sur la droite après avoir pris un plat épicé ou une excitation;
  • l'insomnie;
  • diminution de la libido;
  • violation du cycle menstruel;
  • diarrhée ou constipation régulière.

Lorsque l'exacerbation de la dyskinésie est remplacée par la rémission - et ainsi de suite.

Cholécystite - processus inflammatoire

Dans cette maladie, le mur de la vésicule biliaire devient enflammé. Allouer forme aiguë et chronique. Symptômes de la forme aiguë:

  • douleur aiguë et aiguë dans l'abdomen, qui est permanente;
  • se sentir nauséeux;
  • vomissements répétés;
  • haute température;
  • signes intenses de jaunisse;
  • pouls rapide.

La cholécystite chronique survient souvent sans symptômes et ne se manifeste que pendant la période d'exacerbation.

La maladie de calculs biliaires est une autre pathologie. Il se caractérise par la formation de calculs dans les voies biliaires. Dans la plupart des cas, la maladie évolue sans symptômes. Les fonctionnalités les plus courantes incluent:

  • colique biliaire, c'est-à-dire douleur paroxystique aiguë;
  • douleur dans l'hypochondre sur le côté droit, qui "donne" à l'épaule;
  • vomissements.

Aux premiers symptômes, vous devez consulter un médecin.

Maladies du foie et des voies biliaires: régime alimentaire

Les régimes amaigrissants sont importants dans les formes de maladie chroniques et aiguës. L'alimentation contribue à la rémission à long terme et soulage la maladie pendant l'exacerbation. Les règles pour faire un régime sont:

  1. Exclus: aliments gras et épicés, alcool, plats froids, boissons gazeuses.
  2. Protéine Les variétés de viande et de poisson faibles en gras, le lait, le fromage et le fromage cottage sont très utiles. La consommation modérée d'œufs crus ou d'omelettes est autorisée.
  3. Céréales La farine d'avoine et le sarrasin sont particulièrement précieux.
  4. Beurre et huile végétale. C'est une excellente source de graisse. Mais le saindoux, les variétés grasses de viande et de poisson, les conserves, la margarine, etc., sont strictement interdits.
  5. Glucides. Légumes, fruits frais. Mais les radis, l'ail, les oignons, les radis, etc. doivent être jetés. Les verts sont également utiles, en particulier avec des pierres. Oseille, les épinards est préférable de ne pas inclure dans le régime alimentaire.
  6. Jus de fruits Si le patient souffre de diarrhée, il est préférable d'utiliser des légumes et des fruits sous forme de jus ou sous forme minable. Surtout bonnes myrtilles, grenades, coings.

Il est très important d'observer et de suivre un régime. Il est nécessaire de manger souvent et de manière fractionnée, en particulier avec une cholécystite.

Maladies du foie communes

Les principales maladies comprennent: l'hépatite, la cirrhose, la dégénérescence graisseuse et le cancer du foie.

L'hépatite est une atteinte hépatique par un virus. Il existe une forme aiguë et chronique d'hépatite. La forme aiguë se caractérise par les symptômes suivants:

  • signes d'intoxication;
  • signes de jaunisse: la peau et la sclérotique ont une teinte jaune;
  • les matières fécales deviennent de l'ombre d'argile blanchâtre;
  • l'urine s'assombrit pour devenir une riche couleur sombre;
  • signes hémorragiques:
  • saignements du nez;
  • prurit;
  • la bradycardie;
  • état psychoémotionnel déprimé;
  • irritabilité;
  • lésion du système nerveux central;
  • hypertrophie du foie et de la rate.

Dans une forme plus douce d'exacerbation de l'hépatite, les symptômes peuvent ne pas être exprimés. Dans les exacerbations graves, on observe des modifications nécrotiques dans le foie et une diminution de sa taille.

Dans l'hépatite chronique, les symptômes suivants sont observés:

  • le foie et la rate augmentent de taille;
  • sensations douloureuses dans l'organe d'un personnage terne;
  • prurit;
  • sensation de lourdeur;
  • perte d'appétit;
  • éructations;
  • flatulences;
  • hyperhidrose.

Les patients sont difficiles à tolérer les aliments gras et l'alcool.

Diagnostic: cirrhose du foie

Avec cette maladie du foie, la structure normale de l'organe est remplacée par du tissu cicatriciel et devient nodulaire. Cela empêche le fonctionnement complet du corps. Dans la plupart des cas, la maladie se manifeste sans symptômes. Pour la cirrhose, ces signes sont caractéristiques:

  • faiblesse générale;
  • diminution de la capacité de travail;
  • douleur dans l'hypochondre sur le côté droit;
  • des ballonnements;
  • l'urine devient plus sombre;
  • réduction de poids;
  • rougir les paumes.

Si la maladie n'est pas traitée, les complications commencent:

  • accumulation de liquide dans l'estomac;
  • état perturbé de la conscience et de la mémoire;
  • saignements d'estomac;
  • jaunisse.

La cirrhose provoque dans la plupart des cas un cancer du foie. L'oncologie se manifeste par une cirrhose progressive et s'accompagne de douleurs abdominales.

Une autre maladie - la dégénérescence graisseuse ou stéatose. Dans ce cas, le tissu de l'organe est reconstruit, alors qu'il y a une accumulation excessive de graisse dans les cellules de l'organe. La maladie peut survenir sans symptômes et peut s'accompagner des symptômes suivants:

  • foie élargi en taille;
  • douleur dans la région de l'organe;
  • se sentir nauséeux;
  • douleur dans l'hypochondre sur le côté droit.

La stéatose diffère dans la durée. Dans le même temps, les phases d'exacerbation sont remplacées par des rémissions.

Régime alimentaire pour maladie du foie

Avec les pathologies de cet organe, il est très important de suivre un régime thérapeutique. Il comprend les produits suivants:

  1. Produits action lipotrope. C'est du fromage cottage, du soja, de la morue. Ils sont nécessaires à la prévention de la dégénérescence des graisses.
  2. La graisse Il est très important d’observer l’équilibre entre l’origine animale (70%) et végétale (30%). Sources idéales de graisse: poisson, viande, fromage cottage.
  3. Huiles végétales. Olive, tournesol, maïs - à vous de choisir.
  4. Glucides. Indemnité journalière: 400 à 450 g. Toutefois, les glucides dérivés du miel, du sucre et d'autres sucres ne devraient pas dépasser 100 g.

Dans les maladies du foie et de la vésicule biliaire, un autre régime est indiqué.

Nutrition sur le régime numéro 5

La nutrition associée à ce régime est fréquente (jusqu'à 6 fois par jour) et fractionnelle. Les aliments n'ont pas besoin d'être écrasés, le traitement des aliments est important: la cuisson, la cuisson à la vapeur, la cuisson au four sont des options idéales. La viande et le poisson sont d'abord bouillis, puis cuits au four. La température des aliments doit être comprise entre 45 et 60 ° C. Produits recommandés:

  • pain d'hier (seigle, blé), craquelins;
  • soupes au lait;
  • soupes de légumes additionnées de céréales;
  • soupes de fruits;
  • viande maigre (boeuf);
  • variétés de volaille faibles en gras (poulet, dinde);
  • poisson faible en gras (daurade, sandre, merlu, perche);
  • légumes - crus, bouillis, cuits au four;
  • salades de légumes et de fruits;
  • Kashi-rassypushi (bouillir sur de l'eau, puis ajoutez du lait);
  • œuf (pas plus de 1 pc par jour), omelettes sur protéines;
  • produits laitiers fermentés (crus et sous forme de cocottes, gâteaux au fromage, soufflés, etc.);
  • baies et fruits de variétés sucrées.

Modéré dans:

  • épices (cannelle, vanille, feuille de laurier, clou de girofle);
  • les verts (persil, aneth);
  • le thé n'est pas fort;
  • café au lait ou faible.

Les produits suivants doivent être exclus:

  • pain fraîchement cuit, muffins, confiseries, etc.
  • viande grasse (porc, agneau, oie);
  • poisson gras (keta, esturgeon, béluga, esturgeon) et poisson salé;
  • saucisses;
  • entrailles (foie, poumons, cerveaux, reins);
  • fromages pointus et salés;
  • œufs durs;
  • graisse (porc, bœuf, mouton, margarine, culinaire);
  • les champignons;
  • légumineuses (pois, pois chiches, purée, haricots);
  • les verts (épinards, oseille);
  • les légumes (radis, navet, radis, ail, oignon);
  • cornichons (y compris légumes);
  • bouillons (viande, champignons, poisson);
  • okroshka, soupe;
  • assaisonnements et épices (poivre, moutarde, raifort);
  • l'alcool;
  • bonbons (chocolat, crème glacée, cacao).

Ce régime est indiqué pour toutes les maladies du foie et de la vésicule biliaire. Surtout strictement, il doit être observé dans la période de maladie aiguë.

Maladies du foie et des voies biliaires: symptômes et régime alimentaire

Nous vous proposons de lire l'article sur le sujet: "Les maladies du foie et des voies biliaires: leurs symptômes et leur alimentation" sur notre site internet dédié au traitement du foie.

  • Maladies des voies biliaires
    • Cholécystite - processus inflammatoire
  • Maladies du foie et des voies biliaires: régime alimentaire
  • Maladies du foie communes
    • Diagnostic: cirrhose du foie
  • Régime alimentaire pour maladie du foie
    • Nutrition sur le régime numéro 5

Les maladies du foie et des symptômes des voies biliaires sont caractéristiques et permettent de poser un diagnostic préliminaire au patient.La médecine moderne identifie plusieurs maladies majeures de ces organes.

Maladies des voies biliaires

Les principales maladies comprennent: la dyskinésie, la cholécystite et la cholélithiase.

La dyskinésie est une maladie caractérisée par une violation de la fonction contractile de la vésicule biliaire et des conduits organiques, ainsi que par un dysfonctionnement du sphincter d’Oddi. En conséquence, le processus d'élimination de la bile est perturbé. Il existe 2 formes de dyskinésie:

1. Hyperkinétique: il se caractérise par une augmentation du tonus de la vésicule biliaire, des contractions fortes et rapides du corps, une ouverture insuffisante des sphincters. Plus souvent, les jeunes souffrent. Symptômes:

  • douleur paroxystique, qui a un caractère aigu;
  • douleur dans le quadrant supérieur droit.

Ces signes sont aggravés après des expériences émotionnelles, pendant la menstruation.

2. hypocinétique. Cette forme est caractérisée par une contraction insuffisante de la vésicule biliaire. Les personnes âgées sont plus susceptibles de souffrir. Symptômes:

  • douleur dans l'hypochondre à droite d'un personnage terne, légère;
  • douleurs arquées.

Il existe également des symptômes communs de la maladie:

  • sensation de goût amer dans la bouche le matin;
  • faiblesse générale;
  • arrière-plan émotionnel réduit;
  • douleur dans l'hypochondre sur la droite après avoir pris un plat épicé ou une excitation;
  • l'insomnie;
  • diminution de la libido;
  • violation du cycle menstruel;
  • diarrhée ou constipation régulière.

Lorsque l'exacerbation de la dyskinésie est remplacée par la rémission - et ainsi de suite.

Retour à la table des matières

Cholécystite - processus inflammatoire

Dans cette maladie, le mur de la vésicule biliaire devient enflammé. Allouer forme aiguë et chronique. Symptômes de la forme aiguë:

  • douleur aiguë et aiguë dans l'abdomen, qui est permanente;
  • se sentir nauséeux;
  • vomissements répétés;
  • haute température;
  • signes intenses de jaunisse;
  • pouls rapide.

La cholécystite chronique survient souvent sans symptômes et ne se manifeste que pendant la période d'exacerbation.

La maladie de calculs biliaires est une autre pathologie. Il se caractérise par la formation de calculs dans les voies biliaires. Dans la plupart des cas, la maladie évolue sans symptômes. Les fonctionnalités les plus courantes incluent:

  • colique biliaire, c'est-à-dire douleur paroxystique aiguë;
  • douleur dans l'hypochondre sur le côté droit, qui "donne" à l'épaule;
  • vomissements.

Aux premiers symptômes, vous devez consulter un médecin.

Retour à la table des matières

Maladies du foie et des voies biliaires: régime alimentaire

Les régimes amaigrissants sont importants dans les formes de maladie chroniques et aiguës. L'alimentation contribue à la rémission à long terme et soulage la maladie pendant l'exacerbation. Les règles pour faire un régime sont:

  1. Exclus: aliments gras et épicés, alcool, plats froids, boissons gazeuses.
  2. Protéine Les variétés de viande et de poisson faibles en gras, le lait, le fromage et le fromage cottage sont très utiles. La consommation modérée d'œufs crus ou d'omelettes est autorisée.
  3. Céréales La farine d'avoine et le sarrasin sont particulièrement précieux.
  4. Beurre et huile végétale. C'est une excellente source de graisse. Mais le saindoux, les variétés grasses de viande et de poisson, les conserves, la margarine, etc., sont strictement interdits.
  5. Glucides. Légumes, fruits frais. Mais les radis, l'ail, les oignons, les radis, etc. doivent être jetés. Les verts sont également utiles, en particulier avec des pierres. Oseille, les épinards est préférable de ne pas inclure dans le régime alimentaire.
  6. Jus de fruits Si le patient souffre de diarrhée, il est préférable d'utiliser des légumes et des fruits sous forme de jus ou sous forme minable. Surtout bonnes myrtilles, grenades, coings.

Il est très important d'observer et de suivre un régime. Il est nécessaire de manger souvent et de manière fractionnée, en particulier avec une cholécystite.

Retour à la table des matières

Maladies du foie communes

Les principales maladies comprennent: l'hépatite, la cirrhose, la dégénérescence graisseuse et le cancer du foie.

L'hépatite est une atteinte hépatique par un virus. Il existe une forme aiguë et chronique d'hépatite. La forme aiguë se caractérise par les symptômes suivants:

  • signes d'intoxication;
  • signes de jaunisse: la peau et la sclérotique ont une teinte jaune;
  • les matières fécales deviennent de l'ombre d'argile blanchâtre;
  • l'urine s'assombrit pour devenir une riche couleur sombre;
  • signes hémorragiques:
  • saignements du nez;
  • prurit;
  • la bradycardie;
  • état psychoémotionnel déprimé;
  • irritabilité;
  • lésion du système nerveux central;
  • hypertrophie du foie et de la rate.

Dans une forme plus douce d'exacerbation de l'hépatite, les symptômes peuvent ne pas être exprimés. Dans les exacerbations graves, on observe des modifications nécrotiques dans le foie et une diminution de sa taille.

Dans l'hépatite chronique, les symptômes suivants sont observés:

  • le foie et la rate augmentent de taille;
  • sensations douloureuses dans l'organe d'un personnage terne;
  • prurit;
  • sensation de lourdeur;
  • perte d'appétit;
  • éructations;
  • flatulences;
  • hyperhidrose.

Les patients sont difficiles à tolérer les aliments gras et l'alcool.

Retour à la table des matières

Diagnostic: cirrhose du foie

Avec cette maladie du foie, la structure normale de l'organe est remplacée par du tissu cicatriciel et devient nodulaire. Cela empêche le fonctionnement complet du corps. Dans la plupart des cas, la maladie se manifeste sans symptômes. Pour la cirrhose, ces signes sont caractéristiques:

  • faiblesse générale;
  • diminution de la capacité de travail;
  • douleur dans l'hypochondre sur le côté droit;
  • des ballonnements;
  • l'urine devient plus sombre;
  • réduction de poids;
  • rougir les paumes.

Si la maladie n'est pas traitée, les complications commencent:

  • accumulation de liquide dans l'estomac;
  • état perturbé de la conscience et de la mémoire;
  • saignements d'estomac;
  • jaunisse.

La cirrhose provoque dans la plupart des cas un cancer du foie. L'oncologie se manifeste par une cirrhose progressive et s'accompagne de douleurs abdominales.

Une autre maladie - la dégénérescence graisseuse ou stéatose. Dans ce cas, le tissu de l'organe est reconstruit, alors qu'il y a une accumulation excessive de graisse dans les cellules de l'organe. La maladie peut survenir sans symptômes et peut s'accompagner des symptômes suivants:

  • foie élargi en taille;
  • douleur dans la région de l'organe;
  • se sentir nauséeux;
  • douleur dans l'hypochondre sur le côté droit.

La stéatose diffère dans la durée. Dans le même temps, les phases d'exacerbation sont remplacées par des rémissions.

Retour à la table des matières

Régime alimentaire pour maladie du foie

Avec les pathologies de cet organe, il est très important de suivre un régime thérapeutique. Il comprend les produits suivants:

  1. Produits action lipotrope. C'est du fromage cottage, du soja, de la morue. Ils sont nécessaires à la prévention de la dégénérescence des graisses.
  2. La graisse Il est très important d’observer l’équilibre entre l’origine animale (70%) et végétale (30%). Sources idéales de graisse: poisson, viande, fromage cottage.
  3. Huiles végétales. Olive, tournesol, maïs - à vous de choisir.
  4. Glucides. Indemnité journalière: 400 à 450 g. Toutefois, les glucides dérivés du miel, du sucre et d'autres sucres ne devraient pas dépasser 100 g.

Dans les maladies du foie et de la vésicule biliaire, un autre régime est indiqué.

Retour à la table des matières

Nutrition sur le régime numéro 5

La nutrition associée à ce régime est fréquente (jusqu'à 6 fois par jour) et fractionnelle. Les aliments n'ont pas besoin d'être écrasés, le traitement des aliments est important: la cuisson, la cuisson à la vapeur, la cuisson au four sont des options idéales. La viande et le poisson sont d'abord bouillis, puis cuits au four. La température des aliments doit être comprise entre 45 et 60 ° C. Produits recommandés:

  • pain d'hier (seigle, blé), craquelins;
  • soupes au lait;
  • soupes de légumes additionnées de céréales;
  • soupes de fruits;
  • viande maigre (boeuf);
  • variétés de volaille faibles en gras (poulet, dinde);
  • poisson faible en gras (daurade, sandre, merlu, perche);
  • légumes - crus, bouillis, cuits au four;
  • salades de légumes et de fruits;
  • Kashi-rassypushi (bouillir sur de l'eau, puis ajoutez du lait);
  • œuf (pas plus de 1 pc par jour), omelettes sur protéines;
  • produits laitiers fermentés (crus et sous forme de cocottes, gâteaux au fromage, soufflés, etc.);
  • baies et fruits de variétés sucrées.

Modéré dans:

  • épices (cannelle, vanille, feuille de laurier, clou de girofle);
  • les verts (persil, aneth);
  • le thé n'est pas fort;
  • café au lait ou faible.

Les produits suivants doivent être exclus:

  • pain fraîchement cuit, muffins, confiseries, etc.
  • viande grasse (porc, agneau, oie);
  • poissons gras (keta, esturgeon, béluga, esturgeon) et salés;
  • saucisses;
  • entrailles (foie, poumons, cerveaux, reins);
  • fromages pointus et salés;
  • œufs durs;
  • graisse (porc, bœuf, mouton, margarine, culinaire);
  • les champignons;
  • légumineuses (pois, pois chiches, purée, haricots);
  • les verts (épinards, oseille);
  • les légumes (radis, navet, radis, ail, oignon);
  • cornichons (y compris légumes);
  • bouillons (viande, champignons, poisson);
  • okroshka, soupe;
  • assaisonnements et épices (poivre, moutarde, raifort);
  • l'alcool;
  • bonbons (chocolat, crème glacée, cacao).

Ce régime est indiqué pour toutes les maladies du foie et de la vésicule biliaire. Surtout strictement, il doit être observé dans la période de maladie aiguë.

Faiblesse, fatigue

De nombreuses maladies humaines ont leurs manifestations - symptômes. Plusieurs symptômes combinés s'appellent un syndrome. Les symptômes peuvent être les mêmes pour différents organes et spécifiques - caractéristiques uniquement de la pathologie d'un organe ou d'une maladie spécifique.

Les symptômes permettent de reconnaître la maladie dans son diagnostic. Ils peuvent être brillants, permanents. Ceci est caractéristique d'une maladie aiguë. Des symptômes plus lissés sont le signe d'une maladie chronique. La capacité de distinguer et d’observer les manifestations de la maladie est très importante pour le médecin et le patient. Une personne peut ne pas prêter attention aux symptômes et ne pas soupçonner qu’elle contracte une maladie jusqu’à ce qu’elle s’adresse à un médecin, peut-être pour une raison complètement différente. Par conséquent, la connaissance des manifestations de base de la maladie - les éléments de base nécessaires pour les personnes soucieuses de leur santé. Cependant, ayant découvert un symptôme de l'une ou l'autre maladie en soi, il ne faut pas immédiatement diagnostiquer, décourager, et plus encore, procéder à un auto-traitement. Il est nécessaire de bien comprendre que, soupçonnant une violation du fonctionnement d'un organe, vous devez immédiatement consulter un médecin. Lui seul peut isoler objectivement les symptômes, les analyser et procéder à un traitement adéquat ou prescrire des recherches supplémentaires.

En effet, il y a pas mal de vérité dans tout cela. Les gens ne font souvent pas attention aux autres symptômes de maladies graves. La négligence de la maladie est non seulement une souffrance grave pour le patient, mais également un chemin difficile vers le rétablissement. Parfois, cela entraîne inévitablement une invalidité ou même la mort.

Les symptômes sont divisés en objectifs et subjectifs. Les sujets sont associés aux sensations humaines et n’ont aucune manifestation que les autres puissent voir. Par exemple, des plaintes de douleur. Les symptômes objectifs ont de véritables manifestations pouvant être vues par une autre personne. Par exemple, jaunissement de la peau ou élargissement du foie, ressenti à la palpation. Signes objectifs de la maladie plus vrai, et donc informatif.

Naturellement, les maladies du foie, ainsi que les maladies de nombreux autres organes, ont leurs propres manifestations spécifiques et non spécifiques, objectives et non objectives.

Dans les maladies du foie se produisent souvent une faiblesse, une fatigue. Ceci est un symptôme assez commun pour la pathologie de nombreux organes et maladies, et il est subjectif. Parfois, il peut ne pas être lié à une maladie du foie ou à tout autre organe. L'homme est un être vivant caractérisé par des fluctuations de l'état physique et spirituel. Par conséquent, si vous ressentez de la faiblesse ou de la fatigue, ne blâmez pas immédiatement le foie pour cela. Cela est peut-être dû à un stress physique ou émotionnel anormalement élevé. Dans de tels cas, la récupération se produit avec un repos adéquat, en prenant des vitamines. Si vous vous sentez fatigué sans raison ou s'il est exceptionnellement fort, vous pouvez être suspicieux.

Avec une maladie du foie, la faiblesse et la fatigue sont associées à une intoxication. Cependant, si l'intoxication dans les maladies infectieuses est causée par l'agent pathogène lui-même ou par ses toxines, alors en pathologie hépatique, cela est dû à une violation de sa fonction de détoxification. Dans le corps, les toxines s'accumulent du fait de son activité vitale, car elles ne sont pas détruites dans le foie. En cas de violation de la perméabilité des voies biliaires, ses composants sont résorbés à partir de la bile, ce qui entraîne également une intoxication. La faiblesse et la fatigue dans les maladies du foie sont causées par des violations des échanges de protéines, de glucides et de vitamines.

Troubles digestifs

Le foie joue un rôle important dans la digestion, par conséquent, dans ses maladies, la fonction digestive en souffrira certainement. Dans l'hépatite chronique, la cirrhose, la cholécystite chronique, il sera moins visible que dans les maladies aiguës du foie et des voies biliaires. Dans les maladies hépatiques chroniques, les manifestations du système digestif ne sont pas spécifiques. Elles sont caractéristiques de la pancréatite chronique, de l'entérocolite chronique, etc. L'une des manifestations est les symptômes dyspeptiques, qui peuvent se manifester par des selles non formées et la constipation, la flatulence (distension abdominale), des éructations, une lourdeur de l'épigase (haut de l'abdomen entre les côtes). La qualité de la chaise évolue. Cela devient une consistance huileuse - la stéatorrhée, qui est associée à une mauvaise absorption et à une mauvaise scission des graisses. La bile remplit une fonction régulatrice des intestins, améliore l'absorption des graisses et des protéines par les cellules des parois intestinales. Par conséquent, dans les maladies du foie et des voies biliaires, le péristaltisme et la fonction de sécrétion intestinale sont perturbés, l'absorption des nutriments se détériore - tout cela conduit à une perte de poids. Simultanément, l'effet bactériostatique de la bile est minimisé, ce qui contribue à la colonisation de l'intestin grêle par un excès de flore. Cela conduit à l'apparition d'une entérocolite avec ses symptômes caractéristiques. Un long processus pathologique dans la vésicule biliaire conduit régulièrement à une défaillance de la fonction pancréatique. En conséquence, une image de la pancréatite chronique est ajoutée. Sur la base de ce qui précède, il apparaît clairement que, dans les maladies hépatiques chroniques, les symptômes sont divers, que d’autres organes sont impliqués dans le processus pathologique et qu’il est donc difficile de reconnaître les manifestations exclusivement hépatiques.

Les maladies aiguës telles que l'hépatite aiguë, la cholécystite aiguë, la cholédocholithiase (blocage du canal biliaire commun avec une pierre) ont des manifestations plus lumineuses de la part du tube digestif. Des nausées sévères, des vomissements, notamment de la bile peuvent être notés. Une décoloration totale ou partielle des selles est une caractéristique particulière de l'hépatite et du blocage des voies biliaires. Dans l'hépatite, le flux biliaire est perturbé par les cellules mortes qui bloquent les canaux biliaires à l'intérieur du foie. Cette condition est temporaire et caractérise un certain stade de l'hépatite. Dans la cholélithiose, un bloc provient d'une pierre qui s'est infiltrée dans le canal biliaire. Dans ce cas, la décoloration des matières fécales peut survenir brusquement ou augmenter. Il y a des pierres de valve qui, en rotation, bloquent complètement le conduit puis le libèrent. Ensuite, la décoloration peut changer périodiquement à la couleur normale des matières fécales. Violation de l'écoulement de la bile - un satellite fréquent des tumeurs des voies biliaires; la décoloration des selles se produit alors progressivement et de manière irréversible.

La plupart des maladies du foie et des voies biliaires sont accompagnées de douleur. La douleur dans ce cas se fait sentir dans l'hypochondre droit. Il n’ya pas de récepteurs de la douleur dans le tissu hépatique, de sorte que la douleur dans les maladies du foie est provoquée par l’étirement de la capsule fibreuse, qui recouvre le foie. Avec le processus inflammatoire, stase du sang, croissance de la tumeur, le volume du foie augmente en conséquence. Cela conduit à un lent étirement de la capsule.

La douleur est une réaction particulière du corps à un stimulus menaçant le fonctionnement normal de celui-ci. La sensation de douleur est le signal pour l'élimination de l'irritant qui le provoque. La douleur est un élément nécessaire qui permet à un organisme vivant de s’adapter à la nature. Elle, ou plutôt, son caractère et sa localisation aident le médecin à poser le bon diagnostic.

La capsule fibreuse du foie est dense et réagit donc lentement à l'étirement. Ceci explique la nature de la douleur. Lorsque vous localisez un foyer pathologique directement dans le foie, il est terne, terne, c’est-à-dire qu’il n’est pas intense, il persiste longtemps; peut-être une sensation de lourdeur. Ce type de douleur accompagne l'hépatite, les premiers stades de la cirrhose et la maladie tumorale du foie. Si le processus pathologique se produit dans les voies biliaires, la douleur est intense, aiguë et cramponneuse. Cela est dû à l'apparition de spasmes dus aux muscles lisses ou, à l'inverse, à l'étirement des voies biliaires et de la vessie. Une douleur aiguë très intense survient dans les maladies inflammatoires des voies biliaires, telles que la cholécystite aiguë suppurée ou la cholangite. En tapotant le long de l'arc costal, la douleur augmente considérablement. Ce type de douleur est un signe certain d'aller chez le médecin ou de demander des soins médicaux d'urgence.

Doit se rappeler! L'utilisation d'analgésiques en cas de douleurs abdominales intenses avant l'examen par un médecin est strictement interdite! Cela est particulièrement vrai pour les médicaments puissants ou narcotiques. Les analgésiques éliminent la douleur et atténuent le tableau clinique, peut-être d’une maladie très grave, dans laquelle le seul moyen de salut est la chirurgie immédiate. L’acceptation des antispasmodiques est autorisée, mais si vous n’êtes pas très bon en pharmacologie, quittez cette entreprise et appelez le «03».

Augmentation de la température

Souvent, une maladie du foie est accompagnée d'une élévation de la température corporelle - fièvre. C’est la réaction de défense de l’organisme vis-à-vis de l’agent pathogène. À des températures élevées, les réactions immunitaires détruisent mieux l'agent infectieux. La fièvre pouvant atteindre 38 ° C est normale pour le corps, à condition qu'elle soit bien tolérée et qu'elle dure jusqu'à cinq jours. Dans ce cas, la réception d'antipyrétique n'est pas justifiée.

Dans les cas d'hépatite et de cirrhose, la température corporelle ne dépasse généralement pas 38 ° C, elle reste en chiffres entre 37 et 37,5 ° C. Il peut atteindre 36,6 ° C pendant la journée et ne monter que le soir. Pour les maladies aiguës, en particulier les maladies purulentes - cholécystite et cholangite, la température atteint 39 ° C et plus. De tels états peuvent être accompagnés de contractions musculaires squelettiques, y compris les muscles faciaux. Le nom populaire pour cet état est "trembler". Ceci est une autre raison importante de consulter immédiatement un médecin.

Changements dans la peau, les épidermes

Les maladies du foie, en particulier la cirrhose et l'hépatite chroniques et persistantes, sont accompagnées d'une peau pâle, qui fait partie des «espèces malsaines». Les raisons en sont des troubles des processus métaboliques (métaboliques) dans le corps, une altération de l'hématopoïèse et des conditions après saignement.

Il existe des troubles de la pigmentation dans les maladies du foie. De nouvelles taches pigmentaires apparaissent ou la peau prend une teinte bronze ou gris fumé au niveau des aisselles et des paumes.

Les varicosités - de petites plaques de peau aux capillaires dilatés - sont également caractéristiques des maladies chroniques du foie. Ils se produisent en raison de l'épuisement de la paroi capillaire dans le contexte de troubles métaboliques. Plus souvent localisé sur le dos et les joues.

La cirrhose chronique s'accompagne d'une violation de la coagulation sanguine, d'une fragilité capillaire, de l'apparition d'une diathèse hémorragique. Si vous n'avez pas un contact fort, vous pouvez toujours avoir des ecchymoses.

Les «paumes du foie» sont des rougeurs symétriques tachetées des paumes et des plantes, particulièrement prononcées dans la région des bords des paumes sur les élévations, parfois - de la surface palmaire des doigts. Les taches deviennent plus pâles lorsqu'elles sont pressées et virent rapidement au rouge lorsque la pression cesse. Le mécanisme de leur apparition n'a pas été suffisamment étudié. Caractérisé par la cirrhose et l'hépatite chronique.

Les xanthomes sont des plaques jaunes situées sur les paupières (xanthélasma), les coudes, les mains, les pieds, les fesses, les genoux et les aisselles.

Se produisent lorsque les violations de la sortie de la bile, haute teneur en graisses dans le sang.

Parfois, le seul symptôme d'une violation de l'écoulement de bile par le foie est une démangeaison persistante de la peau. Peut persister pendant des années, accompagné d'abrasions et de rayures. On a supposé que la cause de son apparition était la réaction de la peau à une augmentation du taux d'acides biliaires dans le sang, mais cette hypothèse est réfutée.

Jaunisse

La jaunisse (ictère) est l'un des signes spécifiques de la souffrance hépatique. Jaunisse - jaunissement de la peau, sclérotique, muqueuses en raison de l'accumulation dans le sang d'excès de bilirubine. Il existe trois types de jaunisse, en fonction de l'origine: suprahépatique, hépatique et subhépatique. Les effets sus-hépatiques sont associés à une augmentation de la dégradation des globules rouges et, par conséquent, à une augmentation du taux de bilirubine dans le sang. Survient en cas d'empoisonnement par des poisons hémolytiques, des conflits rhésus, etc. La jaunisse hépatique est provoquée par une altération de la fonction hépatique en liaison avec la bilirubine et par sa libération dans la bile. Spécifique à l'hépatite, la cirrhose. La jaunisse sous-hépatique survient lorsque les voies biliaires sont bloquées et que la bilirubine de la bile pénètre dans la circulation sanguine. On le trouve dans la cholélithiose, les tumeurs des canaux biliaires et la tête pancréatique. Selon le type de jaunisse dans le corps, la fraction correspondante de la bilirubine, qui détermine l’ombre de la jaunisse, prédomine. Dans le sushépatique, il s'agit du jaune citron, du hépatique, du jaune safran, du subhépatique, de l'olive verte ou foncée. La jaunisse s'accompagne souvent d'un changement de couleur des matières fécales et de l'urine.

Perte de cheveux

En raison du déséquilibre hormonal qui accompagne une maladie hépatique chronique, la perte de cheveux dans les aisselles et le pubis est possible. Les hommes sur ce fond peuvent apparaître une augmentation des glandes mammaires - gynécomastie.

Varices dans l'abdomen

Un symptôme pronostique défavorable de l'hépatite chronique et, par conséquent, de la cirrhose ou de la cirrhose auto-induite est une augmentation des veines de la peau dans l'abdomen. Elle est associée à un écoulement veineux altéré à travers la veine porte à travers le foie. Par conséquent, le sang des organes abdominaux circule dans les veines de la paroi abdominale antérieure, ce qui augmente. Cela s'accompagne souvent d'une expansion des veines de l'œsophage, qui entraîne un saignement fatal. Le réseau veineux, qui se manifeste dans l'abdomen, a été appelé "la tête de la méduse", car il ressemble à l'original. L'expansion des veines de l'abdomen est rarement observée sans augmentation de son volume - ascite - en raison de l'accumulation de liquide libre dans la cavité abdominale.

Souffle hépatique

Parfois, vous pouvez entendre l'expression "odeur hépatique". Il a un arôme sucré, semblable à l'odeur de foie frais ou de fruits trop mûrs. Se sent quand respire patient de son vomi et transpiration. Cette odeur est causée par une violation de l'échange d'acides aminés et de composés aromatiques.

En résumant ce qui précède, on peut noter que les symptômes donnent une image claire mais incomplète de la maladie. Nous ne devons pas oublier que nous vivons à une époque de progrès technique. Cela vous permet d’utiliser le diagnostic d’une vaste gamme d’examens de laboratoire et d’instruments. L'échographie est l'une des méthodes informatives modernes d'examen du foie et des voies biliaires. D'après les méthodes de laboratoire, un test sanguin biochimique est indicatif. Si vous soupçonnez une maladie du foie, consultez votre médecin. Il vous prescrira les recherches nécessaires, vous indiquera le traitement nécessaire et vous indiquera quelles recettes populaires peuvent être utilisées pour cette pathologie.

Les maladies du foie et des voies biliaires ne constituent pas un petit groupe de maladies de l'abdomen.

Ils prennent beaucoup de temps, de façon chronique, ce qui crée beaucoup de problèmes pour le patient et lui impose de se faire soigner en ambulatoire, à l'hôpital et parfois même à subir des opérations.

Dyskinésie biliaire.

La dyskinésie biliaire est un trouble du tonus des canaux biliaires, qui se manifeste par une violation de l'écoulement biliaire du foie, de la vésicule biliaire dans le duodénum, ​​qui s'accompagne de douleurs dans l'hypochondre droit.

Cette maladie est souvent trouvée chez les personnes souffrant de neurasthénie, après diverses maladies des organes internes, après avoir souffert d'hépatite virale, d'allergies, etc., écrit digest.subscribe.ru

La dyskinésie se caractérise par des douleurs aiguës de la colique dans l'hypochondre droit, s'étendant jusqu'à l'omoplate droite, à l'épaule droite. Les douleurs sont courtes et se répètent plusieurs fois par jour. La température corporelle du patient est normale, le foie n'est pas augmenté, il y a souvent transpiration, pouls rapide, faiblesse, hypotension artérielle, irritabilité.

La dyskinésie peut survenir dans un autre, comme si elle était de type retardé. Il se caractérise par une douleur persistante, sourde et douloureuse dans l'hypochondre droit, des nausées, des éructations, un goût amer dans la bouche, de légers ballonnements, la constipation, une légère douleur dans l'hypochondre droit lorsque vue, le foie n'est pas élargi. Pour la dyskinésie, le lien entre douleur, anxiété, tension neuro-émotionnelle et stress est typique. Les données de laboratoire dans cette pathologie ne sont pas typiques.

En termes d'examen, un sondage duodénal est effectué (réalisation d'une sonde élasto-souple avec une olive métallique à l'extrémité du duodénum) pour contrôler le flux de bile dans l'intestin. En règle générale, aucune pathologie n'est observée ici. Lorsque la cholécystographie (examen aux rayons X de la vésicule biliaire) et l'examen échographique de la vésicule biliaire sont déterminés comme étant paresseux, étirés, stagnants. Avec une forme très douloureuse, la vessie se contracte rapidement, de petite taille, arrondie. En ce qui concerne le traitement de la maladie, des analgésiques et des antispasmodiques non narcotiques sont injectés.

Cholangite

La cholangite est un processus inflammatoire dans les canaux biliaires avec une lésion des petits canaux (cholangiolite) et des canaux externes et intrahépatiques plus larges. Cholédochite - inflammation des voies biliaires principales. Papillite, inflammation de la section de sortie du canal biliaire principal dans le duodénum, ​​où se trouve un sphincter musculaire de muscles lisses qui régule le flux de la bile. La cholangite peut être causée par une bactérie, un virus ou un ver. Dans son cours, il diffère également dans aiguë et chronique. La cholangite peut être provoquée par des processus tumoraux du duodénum et des voies biliaires extrahépatiques, par la présence de calculs dans le système biliaire, par une inflammation du pancréas et par des complications postopératoires.

La cholangite aiguë au début de son développement au premier stade est caractérisée par une élévation de la température corporelle avec des frissons récurrents prononcés. L'apparition de la maladie est soudaine. La température corporelle augmente tous les jours ou 1 tous les 2-3 jours. Caractérisé par une douleur dans l'hypochondre droit, des vomissements, une hypotension artérielle. À l'étape suivante 2 de la maladie, l'élargissement du foie se joint aux symptômes ci-dessus, il devient douloureux à la palpation, il se produit un léger jaunissement des yeux et de la peau. Dans l'étape suivante 3, s'il n'y a pas d'amélioration, l'image de l'insuffisance hépatique se développe avec une jaunisse grave, une activité cardiaque altérée, des collapsus sont possibles, une pancréatite (inflammation du pancréas) se produit souvent et enfin une insuffisance hépatique grave et un coma se développent au stade 4. La cholangite catarrhale aiguë se manifeste par de la fièvre, des frissons, une hypertrophie du foie et une sensibilité accrue, mais la gravité de l'intoxication n'atteint pas un degré grave. La cholangite purulente est très difficile et se caractérise par une grave intoxication pouvant aller jusqu'au développement d'un choc bactérien. Il n'est pas rare que le système nerveux central soit affecté par la prostration, la stupéfaction, la cholangite suppurée est souvent compliquée par des abcès locaux, une pleurésie exsudative et une inflammation de la plèvre, un abcès pulmonaire, une péritonite (inflammation du péritoine), une pancréatite (inflammation du pancréas).

Cholangite chronique - inflammation chronique des voies biliaires, extrahépatiques et intrahépatiques. Il peut s'agir d'une forme cachée. La douleur et la sensibilité dans l'hypochondre droit sont faibles ou absentes, il y a des frissons, une légère augmentation de la température, des démangeaisons occasionnelles de la peau, une faible jaunissement de la peau, une augmentation progressive du foie. Forme récurrente: douleur et sensibilité dans l'hypochondre droit, nausées, goût amer de la bouche, démangeaisons cutanées, jaunisse, fièvre, fièvre prolongée, rate hépatique augmentée au cours de la période d'exacerbation, dense au toucher. Forme septique prolongée - grave avec fièvre, frissons, douleur dans l'hypochondre droit, hypertrophie du foie, rate, intoxication grave, lésions rénales, jaunisse. Forme sténosante - faiblesse générale, malaise, fièvre, frissons, prurit, jaunisse, foie hypertrophié, rate, association fréquente avec la colite ulcéreuse. Dans les derniers stades de la cholangite chronique, une cirrhose du foie peut se développer.

La cholécystite est un calcul chronique.

La cholécystite chronique est une maladie inflammatoire chronique de la vésicule biliaire accompagnée de la formation de calculs. La maladie biliaire est causée par les mêmes facteurs que la cholécystite non calculeuse. En outre, les troubles du métabolisme du cholestérol entraînant la formation de calculs, principalement le diabète, l'obésité, la goutte et l'athérosclérose, jouent un rôle important. Les facteurs congénitaux contribuent à la formation de calculs pigmentaires. La violation d’une nutrition rationnelle est d’une importance capitale: consommation excessive d’aliments riches en graisses contenant du cholestérol (viandes grasses, poisson, œufs, beurre), des céréales et des plats à base de farine qui déplacent la réaction de la bile vers le côté acide, ce qui réduit la solubilité du cholestérol. Le développement de la maladie des calculs biliaires contribue à la carence en vitamine A, ainsi que des facteurs héréditaires. Grossesse, nutrition irrégulière, mode de vie sédentaire, facteurs héréditaires, maladies intestinales dans le passé, hépatite virale dans le passé, alimentation riche en graisse et alimentation excessive, perméabilité duodénale chronique altérée, qui perturbe le flux de bile de la vésicule biliaire et contribue à la formation de la cholélithiase des pierres.

Les calculs biliaires sont formés en raison de la précipitation et de la cristallisation des principaux composants de la bile. Ce processus contribue à la dyskinésie, aux modifications de la composition de la bile, à l'inflammation et à la stagnation de la bile. Le plus souvent, des calculs se forment dans la vésicule biliaire, moins souvent dans les conduits biliaires et hépatiques.

Lorsque l’exacerbation d’une maladie du foie et de la vésicule biliaire est recommandée, passez à un régime amaigrissant numéro 5 après avoir consulté votre médecin.

On distingue les types de calculs biliaires suivants:

1. Des pierres homogènes homogènes, 1. Des pierres de cholestérol, sont formées sur la base de troubles métaboliques, le plus souvent chez des patients obèses, sans inflammation de la vésicule biliaire, rayons X négatifs. 2. Des pigments, des calculs de bilirubine, se sont également formés dans un environnement aseptique. 3 Les pierres calcaires sont rares.

2. Pierres mélangées, la majorité absolue de tous les calculs biliaires. Le noyau est constitué de matière organique autour de laquelle sont déposées des couches de trois éléments principaux: cholestérol, pigments biliaires, sels de calcium.

3. Les pierres complexes sont une combinaison des deux formes. Le noyau de la pierre contient du cholestérol et la coquille a un caractère mixte (calcium, bilirubine, cholestérol). Ces calculs apparaissent lors de processus inflammatoires dans la vésicule biliaire et les voies biliaires.

Le mécanisme de formation des calculs biliaires peut être le suivant:

1. Sursaturation de la bile avec du cholestérol et activation de l’oxydation des lipides (graisses) en elle.

2. Réduction de la teneur en substances biliaires de nature protéique.

3. Diminution nette ou absence totale du complexe lipidique dans la bile, ce complexe empêche la cristallisation du cholestérol et la formation de calculs.

4. Sous l'influence du déséquilibre alimentaire, des allergies, de la microflore, de l'inflammation se développe dans la paroi de la vésicule biliaire avec la libération de mucus.

5. Dans les morceaux de mucus se trouve un dépôt de cholestérol.

6. La fusion et la croissance de grumeaux entraînent la formation de calculs biliaires de cholestérol, des pigments pénètrent dans la pierre et en forment le noyau.

Les symptômes de la cholécystite chronique calculeuse sont très caractéristiques, il commence:

1. Douleurs paroxystiques intenses dans l'hypochondre droit, s'étendant à l'épaule droite, à l'omoplate droite, à la clavicule droite, au cou à droite, accompagnées de vomissements amer, de bouche sèche, de démangeaisons cutanées, de fièvre, de frissons.

2. Ensuite, la jaunisse apparaît chez certains patients.

3. Viennent ensuite une tension et une douleur aiguë dans l'hypochondre droit, dans la projection de la vésicule biliaire pendant l'examen.

4. Une fois la douleur retombée, la vésicule biliaire hypertrophiée et le bord du foie sont palpables. La cholécystographie et l'échographie de la vésicule biliaire révèlent des calculs sur le fond des modifications susmentionnées de la vésicule biliaire.

Cholécystite chronique non calcique

La cholécystite chronique (cholécystite) est une maladie inflammatoire multi-causative chronique de la vésicule biliaire, généralement associée à un dysfonctionnement du système biliaire.

L'infection bactérienne joue un rôle de premier plan dans la maladie. Les sources d’infection sont diverses: maladies des organes ORL et maladies dentaires (amygdalite, sinusite, paradontose), maladies gynécologiques (annexis), maladies inflammatoires du système urinaire (pyélonéphrite, cystite), maladies génitales (inflammation de la prostate), maladies infectieuses de l’intestin. Voies d'infection, remontant de l'intestin au canal biliaire principal, hématogènes (l'infection pénètre dans la vessie par le sang), lymphogènes (l'infection pénètre dans la vésicule biliaire par les voies lymphatiques à partir d'autres organes), les agents de cholécystite les plus courants sont: E. coli, streptocoque, staphylocoque entérocoque. Possible invasion parasitaire des voies biliaires (giardiase, ascarisose, trichinose). Des lésions à la vésicule biliaire et au foie peuvent causer une cholécystite.

Les facteurs prédisposants sont:

1. Stase biliaire (dyskinésie biliaire, grossesse, obésité, émotions négatives).

2. Violation du régime.

3. Influence des organes abdominaux lors du développement de processus inflammatoires dans ceux-ci.

4. Cholécystite aiguë transférée.

5. dysbiose intestinale.

Les principaux mécanismes de développement de la cholécystite chronique non calculeuse:

1. La dyskinésie biliaire accompagne tout cas de cholécystite chronique.

2. Spasmes de la vésicule biliaire et des conduits.

3. Pénétration dans les infections de la vésicule biliaire qui provoquent une inflammation.

Symptômes cliniques de la cholécystite chronique:

1. Douleur dans l'hypochondre droit, s'étendant jusqu'au cou, à la clavicule droite, à l'épaule droite et aux omoplates, au dos, à la région du cœur, habituellement après l'ingestion d'aliments gras, d'alcool, d'aliments frits, accompagnée de nausées, de vomissements, d'amertume et de bouche sèche, de douleurs intense, paroxystique ou autrement monotone, permanent pas très fort.

2. Il y a un léger jaunissement du blanc des yeux, une douleur dans la projection de la vésicule biliaire et du foie à la palpation. Douleur en tapotant légèrement le long arc costal. Douleur lorsqu'on appuie sur la clavicule droite.

Le diagnostic est confirmé par la radiographie de la vésicule biliaire - cholécystographie, en l'absence de l'ombre de la vésicule biliaire, la fonction motrice de la vessie et sa vidange sont fortement ralenties.Il existe une déformation de la vésicule biliaire et des contours inégaux. Lors de l'examen par ultrasons, la taille de la vésicule biliaire est réduite, parfois l'inverse est augmenté, les parois de la vessie sont épaissies (plus de 3 mm), les parois sont déformées, la contraction de la vésicule biliaire est brisée.

Cirrhose du foie.

Cirrhose du foie - maladie hépatique progressive ou moins progressive, diffuse, chronique, multi-causative, qui est le stade final du développement de formes défavorables d'hépatite chronique, conséquence d'une difficulté dans le flux de bile ou de sang provenant du foie ou d'anomalies génétiques et qui se caractérise par une diminution significative de la masse de cellules hépatiques en fonctionnement, se restructurant et le tissu hépatique.

La cirrhose du foie peut être: virale, alcoolique, immunitaire, génétique toxique, etc. Au stade de l'insuffisance hépatique: compensée, sous-compensée et décompensée. Par activité: aggravation, phase active, activité modérée, rémission (phase inactive). L'évolution de la cirrhose peut être stable, lentement progressive et rapidement progressive. Les causes de la cirrhose peuvent être les suivantes: abus chronique d'alcool, hépatite virale active, exposition à des substances toxiques, rétrécissement important des voies hépatiques (cholélithiase), etc. Les types de cirrhose les plus courants sont l'alcool et le virus.

La phase initiale de la cirrhose est la phase de compensation. Le patient présente: douleur modérée au foie et à l'estomac, aggravée après avoir mangé, exercice, goût amer dans la bouche, ballonnements; l'état général est satisfaisant, initialement une augmentation uniforme des deux lobes du foie, puis du lobe gauche principalement, avec une taille normale ou réduite du lobe droit, le foie est dense, sa surface est inégale, inégale à la palpation, il est possible de détecter une augmentation de la rate. Avec l'échographie du foie, il y a une augmentation, des changements diffus dans le tissu du foie et une rate agrandie. Avec le balayage radio-isotopique du foie, les données sont les mêmes.

Au stade avancé de la cirrhose, le patient présente des signes de décompensation: faiblesse générale, fatigue, douleur à l'hypochondre droit, région de l'estomac, nausée, vomissements, distension abdominale marquée, amertume et sécheresse de la bouche, perte d'appétit, perte de poids, saignements des gencives, nez, peau, démangeaisons., maux de tête, impuissance chez l'homme, troubles du cycle menstruel chez la femme; ictère grave, atrophie des muscles squelettiques, fièvre, atrophie génitale chez l'homme, langue lisse et laquée, lèvres rouges prononcées, astérisques rouges sur le corps, foie hypertrophié, dense, souvent même pas, bord arrondi, rate hypertrophiée. Avec la fluoroscopie des varices de l'œsophage dans le tiers supérieur de l'estomac. Échographie du foie - une augmentation du foie, la nature diffuse des lésions, l'expansion de la veine porte.

Stade de décompensation sévère.

Les symptômes cliniques sont les mêmes qu'au stade précédent, mais plus prononcés et caractéristiques. Aussi, jaunisse marquée, saignements nasaux, hématomes du corps après l'injection, maux de tête, perte de mémoire, troubles du sommeil, hallucinations visuelles et auditives. Un œdème est exprimé, une ascite apparaît (fluide dans la cavité abdominale), une expansion des veines sous-cutanées de la paroi abdominale antérieure, une accumulation de fluide dans la cavité pleurale droite, une hernie ombilicale, des hémorroïdes saignantes, souvent des saignements de varices de l'œsophage et de l'estomac.

Commence une diminution progressive de la taille du foie. Avec le balayage du foie par ultrasons, il est toujours élargi, la nature diffuse de la lésion et l'expansion de la veine porte. Fibrogastroduodénoscopie et radioscopie de l'estomac - varices prononcées de l'œsophage et de l'estomac. Un grand nombre des symptômes indiqués de la maladie sont fatals et souvent, le patient ne vit tout simplement pas pour voir tous les symptômes énumérés.

Nouvelles affaires E-NEWS.COM.UA

Les médecins sont sous le choc! Cet outil restaure le foie!

Nutrition pour les maladies des voies biliaires

La nourriture dans la cholécystite aiguë et chronique est quelque peu différente. Pendant l’exacerbation, la nourriture doit être aussi légère et douce que possible, sans alourdir le travail du système digestif. Le premier jour devrait être éliminé de la nourriture, en passant complètement aux tisanes: camomille, rose sauvage, cassis, tilleul. Le lendemain, il est possible d'utiliser des soupes à base de mucus et des céréales en purée, des bouillons faibles additionnés de riz, de flocons d'avoine, d'orge ou de gruau de blé.

Le tableau médical pour la cholécystite est recommandé au numéro 5.

La cholécystite chronique en dehors du stade aigu implique l'ingestion de nourriture pour aider à améliorer la séparation de la bile et à réduire le cholestérol. Le sucre est absolument exclu de l'alimentation, une quantité suffisante de fibres est injectée. En période de crise, ils se tournent vers la nourriture, qui ressemble à un jour de jeûne: kéfir, riz, pastèque.

Pour améliorer le gaspillage de la bile, la nourriture devrait être fréquente, mais non abondante, appelée fraction, jusqu'à 8 fois par jour. Cela réduira considérablement la charge sur la vésicule biliaire.

Le mode de consommation implique l'utilisation d'une quantité suffisante de liquide sous forme d'eau pure, de thé, de compote de fruits. Il faut éviter les eaux minérales très gazeuses, les boissons gazeuses et surtout l'alcool.

Quel est le régime alimentaire pour les maladies des voies biliaires?

Une nutrition inadéquate et déséquilibrée revêt une importance déterminante dans l'étiologie du développement de l'inflammation dans les voies biliaires. Des plats frits, marinés, gras et épicés, riches en cholestérol et en lipides, une alimentation excessive et une consommation alimentaire irrégulière ont une incidence importante sur la qualité des processus biochimiques dans l'organisme. Cela contribue à la formation de sable et de cailloux à partir de substances inorganiques et organiques qui s'accumulent dans la vésicule biliaire et les conduits. Si la nutrition est équilibrée, les processus métaboliques se déroulent normalement et les dépôts ne se forment pas.

Le régime alimentaire pour les pathologies de la vésicule biliaire implique une réduction du nombre de produits contenant du cholestérol et une augmentation du nombre de composants végétaux dans les aliments. Vous devez éliminer les aliments gras (graisses animales), l'alcool, limiter la quantité de sel, de poivre, d'épices, éviter le café fort et les boissons gazeuses de l'alimentation. Il n'est pas recommandé de mourir de faim ou de trop manger - le foie est très sensible au déséquilibre alimentaire. Petit-déjeuner, goûter, déjeuner, goûter et dîner - nombre minimal de repas. Il y a un besoin en petites portions, sortant de la table, sans attendre un sentiment de satiété. Les collations doivent comprendre toute salade de fruits ou de légumes non nutritive.

L'eau doit être bue environ 2 litres par jour entre les repas et non pendant le repas. L'eau gazeuse peut être bue, après l'avoir défendue auparavant contre le dioxyde de carbone. La préférence devrait être accordée aux eaux minérales alcalines: Truskavets, Morshyn, Borjomi, Nabeglavi et autres.

Menu diététique pour les maladies des voies biliaires

Une option de menu approximative pour la pathologie de la vésicule biliaire et des conduits est la suivante:

  • Petit déjeuner - ragoût de fromage cottage à base de fromage cottage faible en gras, de blancs d'œufs et de miel, thé à l'églantier
  • Snack - Salade de fruits au miel ou au yaourt.
  • Déjeuner - soupe de riz aux tomates hachées, poitrine de poulet au four avec légumes, thé vert.
  • Snack - compote de fruits et de baies avec des craquelins.
  • Dîner - Casserole de pommes de terre et carottes avec crème sure, tisane.
  • Pour la nuit - un verre de kéfir.
  • Petit déjeuner - omelette à la vapeur de protéines, une tranche de pain d'hier, du jus de fruits.
  • Snack - pomme ou poire.
  • Déjeuner - soupe de purée de courgette, sarrasin avec des gâteaux à la vapeur de poisson, jus de tomate.
  • Snack - biscuits à l'avoine, yogourt.
  • Dîner - poisson cuit au four avec des légumes, thé.
  • Pour la nuit - un verre de yaourt.
  • Petit déjeuner - riz au lait avec confiture de fraises, tisane.
  • Snack - une pomme cuite au four avec du fromage cottage.
  • Déjeuner - soupe aux légumes, pilaf avec viande de poulet, compote de fruits.
  • Collation - salade de fruits avec du yaourt grec.
  • Dîner - casserole de poisson avec salade de légumes, thé d'églantier.
  • Pour la nuit - thé au lait.

Les produits pour aliments diététiques sont principalement cuits au bain-marie, bouillis ou cuits au four ou au micro-ondes. Les plats frits irritent le tube digestif, leur utilisation est donc exclue.

Les plats ne doivent pas être salés et ne doivent pas consommer plus de 8 à 10 g de sel par jour.

Malgré la composition riche du menu, les portions des plats doivent être petites, vous ne devriez pas en avoir assez pour vous sentir rassasié. Trop manger augmente la charge sur la vésicule biliaire et augmente la douleur.

Un régime pour maladies des voies biliaires se compose de produits de haute qualité qui servent de base à un régime équilibré. Cette nutrition est indiquée non seulement en présence de la maladie, mais également pour prévenir les pathologies et les exacerbations de maladies du tractus gastro-intestinal.


Plus D'Articles Sur Le Foie

Cholestase

Quand puis-je commencer à faire du sport après le prélèvement de la vésicule biliaire?

Avec des calculs dans la vésicule biliaire, un nombre suffisant de médecins doivent recourir à une intervention chirurgicale, appelée cholécystectomie, qui consiste essentiellement à retirer cet organe.
Cholestase

Régime pour la cholélithiase

La stagnation de la bile dans la vésicule biliaire la rend épaisse. Dans cet état, les sels précipitent et créent un sol fertile pour la formation de calculs dans la vessie elle-même et dans les voies biliaires.