Foie pendant la grossesse

La grossesse est la meilleure période de la vie de chaque femme. La période de son printemps et de sa prospérité, parce qu’elle s’attend à un miracle, son petit amour naît, se fortifie et se développe. Malheureusement, bien qu’il s’agisse d’un processus naturel, la grossesse est également un lourd fardeau pour le corps de la femme et tous ses organes internes. De nombreuses maladies chroniques et absolument soudaines des organes internes sont «déclenchées». Le foie devient l'un des organes les plus «impressionnables» au cours de cette période.

Bien sûr, chez une femme enceinte normale, le niveau de l'apport sanguin ne devrait pas changer en raison de la taille, de la structure et des limites du foie, mais néanmoins, précisément à ce moment-là, sa fonction peut être gravement altérée. Le processus est assez naturel car pendant la grossesse, le foie est soumis à une charge très lourde: il doit nettoyer les déchets du fœtus, activer les ressources, améliorer les processus métaboliques et, depuis la fin du premier trimestre, les hormones sont métabolisées et inactivées par le foie.

Cependant, si la grossesse se déroule normalement, le processus métabolique n'est pas perturbé. Mais avec les maladies du foie et la toxicose tardive, les femmes enceintes ont des problèmes car les ressources du foie commencent à se dessécher rapidement.

En règle générale, le foie souffre chez 2 à 3% des femmes enceintes: ces femmes doivent nécessairement être surveillées de près par un obstétricien-gynécologue. Mais même dans ce cas, le danger existe: si le médecin manque d’expérience et n’évalue pas correctement les problèmes de foie, il ne peut éviter les complications - toxicose tardive, hypotrophie fœtale, complications lors de l’accouchement.

Il est possible que lorsque des problèmes de foie sont découverts, une femme puisse être hospitalisée. En règle générale, il est recommandé aux premiers stades - en moyenne jusqu'à 12 semaines - si l'inflammation du foie et des voies biliaires aggrave ou si une pathologie gynécologique est ajoutée à une maladie du foie existante. Ou s'ils ne peuvent pas faire un diagnostic précis. Hospitalisation possible et 2-3 semaines avant l'accouchement. Si une femme souffre d'une maladie grave du foie, la grossesse est malheureusement interrompue.

La jaunisse est l'un des symptômes les plus alarmants et les plus courants de la maladie du foie pendant la grossesse. Il peut causer à la fois des causes communes et des facteurs associés à la grossesse. Dans la moitié des cas, la jaunisse se développe en raison d'une ancienne maladie de Botkin (hépatite virale), dans un quart des cas en raison d'une toxicose tardive avec syndrome hépatique et dans 7% des cas en raison d'une cholélithiase.

L'hépatite virale A chez les femmes enceintes n'est pas très différente de l'hépatite virale A chez les femmes non enceintes. Le fœtus et le nouveau-né ne sont généralement pas infectés.

Maladies du foie pendant la grossesse: causes, symptômes, traitement

Dans cet article, je vais essayer de décrire en détail les maladies du foie les plus courantes pendant la grossesse, leurs symptômes, leur effet sur l'évolution de la grossesse et le développement de l'enfant, ainsi que les méthodes de traitement et de prévention de leur apparition.

Cholestase intrahépatique des femmes enceintes

La cholestase intrahépatique (VHB) chez la femme enceinte est une maladie du foie liée à la grossesse qui se caractérise par une diminution de la production et du flux de bile (une substance produite par le foie qui participe à la digestion et à l'absorption des graisses). Ces troubles entraînent l’accumulation d’acides biliaires (composants de la bile) dans le sang de la mère, ce qui provoque un symptôme tel que de fortes démangeaisons cutanées. En moyenne, environ 1% des femmes enceintes souffrent d'HVC.

Les raisons de l'émergence de l'HV ne sont pas bien étudiées, mais les médecins s'accordent pour dire que les principaux facteurs responsables sont les fluctuations hormonales et l'hérédité accablée (chez près de la moitié des femmes qui ont vécu l'HV, les antécédents familiaux sont aggravés par diverses maladies du foie). Il a également été constaté que le VHB est plus fréquent chez les femmes ayant une grossesse multiple.

Les symptômes de la maladie apparaissent généralement au cours du deuxième ou du troisième trimestre de la grossesse. Les symptômes les plus courants sont:

  • démangeaisons de la peau - surviennent le plus souvent sur la paume des mains et la plante des pieds, mais de nombreuses femmes ressentent des démangeaisons sur tout le corps. Très souvent, les démangeaisons au fil du temps deviennent de plus en plus puissantes, ce qui entraîne des troubles du sommeil et perturbe les activités quotidiennes de la femme.
  • Le jaunissement du blanc des yeux et de la peau (jaunisse) se manifeste chez 10 à 20% des femmes atteintes de BSH. La jaunisse est causée par une augmentation de la quantité de bilirubine (une substance chimique dans le sang) résultant d'une maladie du foie et par une diminution du débit biliaire.

VHB peut causer beaucoup de désagréments à une femme enceinte. Cela peut aussi nuire à un enfant. Environ 60% des femmes atteintes de vhb ont un travail prématuré. Et on sait que les bébés prématurés présentent un risque accru de problèmes de santé pendant la période néonatale (jusqu'à l'invalidité et le décès). WCH augmente également le risque de mortinatalité (dans 1 à 2% des cas). Pour prévenir ces problèmes potentiels, il est très important de diagnostiquer et de traiter la cholestase à temps.

Comment diagnostique-t-on la cholestase si son symptôme principal, les démangeaisons, est assez courant chez les femmes enceintes en bonne santé?! En fait, les démangeaisons de la peau ne sont pas toujours inoffensives et de nombreuses maladies de la peau peuvent provoquer des démangeaisons. Cependant, la plupart ne nuisent pas à la mère et à l'enfant. Le test sanguin biochimique habituel, qui mesure le niveau de divers produits chimiques dans le sang, montrera le fonctionnement correct du foie de la femme et la quantité d’acides biliaires dans le sang permettant de déterminer si les démangeaisons sont associées à la VHB.

Si la femme confirme le diagnostic de «cholestase intrahépatique», on lui prescrira probablement un traitement par le médicament Ursofalk (acide ursodéoxycholique). Ce médicament soulage les démangeaisons, aide à corriger le dysfonctionnement du foie et peut aider à prévenir la mortinaissance.

Pendant le traitement de la mère, les médecins surveillent attentivement l’état de l’enfant (en utilisant l’échographie et le contrôle du rythme cardiaque) afin de détecter rapidement tout problème survenant s'il se présente soudainement. Si cela se produit, la femme devra accoucher à l'avance pour réduire le risque de donner naissance à un enfant mort.

Le médecin peut également administrer une amniocentèse à la femme lorsque la gestation atteint 36 semaines pour s'assurer que ses poumons sont mûrs pour la vie en dehors de l'utérus. Si les poumons du bébé sont suffisamment matures pour lui permettre de respirer par lui-même, il peut être conseillé à la femme de provoquer le travail entre 36 et 38 semaines.

Les symptômes de VHB disparaissent habituellement environ 2 jours après l'accouchement. Cependant, chez 60 à 70% des femmes touchées, la cholestase des femmes enceintes se développe à nouveau lors d'une grossesse ultérieure.

Hépatite A, B et C

L'hépatite est une inflammation du foie, généralement causée par un virus. Les plus courantes sont les hépatites A, B et C.

Certaines personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Cependant, les symptômes les plus fréquents sont:

  • jaunisse;
  • fatigue
  • des nausées et des vomissements;
  • inconfort dans l'abdomen, dans la partie supérieure, dans la région du foie;
  • fièvre de bas grade.

Chez certaines personnes atteintes d'hépatite B ou C, le virus reste dans l'organisme jusqu'à la fin de la vie. Dans ce cas, l'hépatite est appelée chronique. Les personnes atteintes d'hépatite chronique présentent un risque accru de développer une maladie grave du foie et un cancer du foie. 10 à 15% des personnes atteintes d'hépatite B et au moins 50% des personnes atteintes d'hépatite C développent des infections chroniques.

L'hépatite A se transmet généralement par de la nourriture et de l'eau contaminées. Les hépatites B et C sont transmises par contact avec le sang et d’autres liquides organiques d’une personne infectée. Cela peut se produire en échangeant une aiguille (le plus souvent, les toxicomanes sont infectés de la sorte), ainsi que lors de rapports sexuels avec une personne infectée (bien que l'hépatite C soit rarement transmise par contact sexuel).

La meilleure protection contre les hépatites A et B est la vaccination. L’innocuité du vaccin contre l’hépatite A n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie chez la femme enceinte, mais il contient un virus inactivé et n’est donc pas un danger. Le vaccin contre l'hépatite B est considéré comme sûr pendant la grossesse, mais il est préférable de se faire vacciner avant la grossesse. Quant au vaccin contre l'hépatite C, il n'existe pas. Cependant, les femmes peuvent se protéger des hépatites B et C en pratiquant des pratiques sexuelles moins risquées, en évitant de s'injecter des drogues et en ne partageant pas les articles d'hygiène personnelle qui peuvent avoir du sang (rasoirs, brosses à dents, épilateurs électriques).

Malheureusement, il n’ya pas de remède contre l’hépatite aiguë (récemment contractée). Il existe des médicaments pour le traitement des hépatites chroniques B et C, mais ils ne sont généralement pas recommandés pendant la grossesse.

Un certain nombre de médicaments antiviraux pouvant être utilisés pour traiter l'hépatite B sont des analogues de nucléosides (adéfovir, lamivudine) et des médicaments du groupe de l'interféron alpha (interféron). Cependant, l'innocuité de ces médicaments pendant la grossesse est mal connue. Certains les soupçonnent d’augmenter le risque de malformations congénitales et de fausses couches. Ces médicaments ne sont également pas recommandés pendant l'allaitement.

L'hépatite C chronique peut être traitée avec une combinaison de deux médicaments antiviraux (ribavirine et interféron pégylé alfa-2a). il a été prouvé que ces médicaments provoquaient des anomalies congénitales et des fausses couches. Les femmes doivent éviter une grossesse pendant leur admission et six mois après la fin du traitement. Ils ne doivent pas non plus être utilisés pendant l'allaitement.

Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite pendant la grossesse? L'hépatite A ne présente généralement pas de danger pour le bébé et se transmet rarement lors de l'accouchement de mère en bébé. L'hépatite C n'est transmise à l'enfant lors de l'accouchement que dans 4% des cas.

L'hépatite B est le plus grand danger pendant la grossesse. Les femmes porteuses du virus (infection aiguë ou chronique) peuvent le transmettre à leurs enfants lors de l'accouchement. Dans la plupart des cas, le risque varie de 10 à 20%, bien qu’il puisse être plus élevé si une femme a un taux élevé de virus dans le corps. Les nourrissons infectés à la naissance développent généralement une hépatite chronique et courent un risque élevé de développer une maladie grave du foie et un cancer du foie.

Pour empêcher l’hépatite B d’infecter un enfant, il est recommandé de soumettre toutes les femmes enceintes à un test de dépistage de l’hépatite B en effectuant une prise de sang. Si une analyse sanguine montre qu'une femme est atteinte d'hépatite B aiguë ou chronique, son enfant doit recevoir un vaccin contre l'hépatite B et une immunoglobuline (qui contient des anticorps pour lutter contre l'hépatite) dans les 12 heures suivant la naissance. Cette procédure empêche le développement de l'infection dans plus de 90% des cas. L'enfant doit également recevoir deux doses supplémentaires du vaccin au cours des six premiers mois de sa vie.

Même si la mère est en bonne santé, le ministère de la Santé recommande de vacciner tous les nouveau-nés contre l'hépatite B avant leur sortie de l'hôpital (au cours des deux à quatre premiers jours de la vie), puis de revacciner deux fois - un à trois mois et six à dix-huit mois.

Syndrome HELLP

Le syndrome HELLP (syndrome HELP) est une complication dangereuse de la grossesse qui touche environ 1% des femmes enceintes. Il se caractérise par des problèmes de foie et des anomalies de la numération globulaire.

HELLP fait référence à une hémolyse (dégradation des globules rouges), à une augmentation de l'activité des enzymes hépatiques et à une diminution du nombre de plaquettes. Il s'agit d'une forme de pré-éclampsie sévère pendant la grossesse. Le syndrome HELP survient dans environ 10% des grossesses compliquées d'une prééclampsie sévère.

Les symptômes du syndrome HELP apparaissent généralement au cours du troisième trimestre de la grossesse, bien qu'ils puissent commencer plus tôt. Les symptômes peuvent également apparaître dans les 48 heures suivant l'accouchement. Une femme enceinte devrait contacter son médecin si elle présente:

  • douleur dans l'estomac ou l'abdomen supérieur droit;
  • nausée ou vomissement;
  • malaise général;
  • mal de tête, particulièrement sévère.

Le diagnostic du syndrome HELP consiste à effectuer une analyse de sang, qui détermine le niveau de plaquettes, de globules rouges et de divers produits chimiques permettant de déterminer le bon fonctionnement du foie.

Si le syndrome HALP ne guérit pas rapidement, il peut en résulter de graves complications. Chez la mère, cela peut provoquer des lésions (jusqu’à la rupture) du foie, une insuffisance rénale, des saignements, des accidents vasculaires cérébraux et même la mort. Quand une mère a de graves complications, la vie de son bébé peut aussi être en danger. Le syndrome HELP augmente le risque de décollement placentaire, qui peut menacer la vie du bébé et de sa mère, et augmente le risque d'accouchement prématuré.

Le traitement du syndrome HELP consiste à prendre des médicaments pour stabiliser et maintenir la pression artérielle et prévenir les convulsions, parfois lors de transfusions de plaquettes. Les femmes qui développent le syndrome HALP ont presque toujours besoin d'un accouchement d'urgence afin d'éviter des complications graves.

Si une femme a moins de 34 ans de grossesse, le travail peut être différé de 48 heures pour lui donner des corticostéroïdes, des médicaments qui aident à accélérer la maturation des poumons du fœtus et à prévenir les complications de sa prématurité.

Dans la plupart des cas, le syndrome HELP disparaît une semaine après l'accouchement. La probabilité de récurrence de cette complication lors de grossesses ultérieures est d'environ 5%.

Dystrophie aiguë du foie gras (ORD)

L'obésité du foie ou la stéatose hépatique aiguë au cours de la grossesse est une complication rare, mais très fatale, de la grossesse. Environ 1 femme enceinte sur 10 000 souffre de cette maladie caractérisée par une augmentation de la graisse dans les cellules du foie.

La principale cause de cette maladie est considérée comme un facteur génétique. Des études ont montré que 16% des femmes atteintes de cette maladie avaient des enfants avec des problèmes génétiques héréditaires (en particulier avec des défauts dans l'oxydation des acides gras). Les enfants atteints de tels troubles peuvent développer des maladies du foie, des problèmes cardiaques et des problèmes neuromusculaires mettant la vie en danger de mort. Ces données suggèrent que tous les bébés nés de femmes atteintes de TOD devraient être examinés pour détecter la présence de défauts d’oxydation des acides gras afin qu’ils puissent recevoir un traitement en temps voulu.

Les symptômes de cette maladie commencent généralement au troisième trimestre de la grossesse et peuvent ressembler au syndrome de HELLP:

  • nausée et vomissements persistants;
  • douleur dans l'estomac ou l'abdomen supérieur droit;
  • malaise général;
  • jaunisse;
  • mal de tête

Sans traitement en temps voulu, les BPP peuvent entraîner le coma, l'insuffisance de nombreux organes internes et même la mort de la mère et de l'enfant.

La PDOC peut être diagnostiquée avec un test sanguin qui mesure un certain nombre de facteurs liés à la fonction hépatique et rénale.

La mère peut avoir besoin d'une transfusion sanguine pour stabiliser son état. L'enfant doit naître le plus tôt possible pour éviter des complications graves.

La plupart des femmes commencent à ressentir des améliorations quelques jours seulement après l'accouchement. Cependant, les femmes porteuses du gène responsable des anomalies grasses d'oxydation (y compris les femmes ayant un enfant présentant de telles anomalies) ont un risque accru d'obésité du foie lors de grossesses ultérieures.

Douleur hépatique pendant la grossesse

Chez une femme en bonne santé, la grossesse se déroule sans gêne. Pendant cette période, tous les organes et systèmes devraient fonctionner de manière améliorée, en soutenant l'activité vitale de la mère mais aussi de l'enfant. En outre, ils sont déplacés en raison de la croissance du fœtus et cela n’affecte pas non plus leur travail. Beaucoup de femmes souffrent de foie pendant la grossesse, ce qui peut être causé par plusieurs raisons. Ce symptôme disparaît souvent tout seul après l'accouchement, lorsque le corps commence à se rétablir.

Causes de douleurs hépatiques pendant la grossesse

La grossesse est une période stressante pour le foie. Non seulement il est comprimé en raison de la croissance du fœtus, mais sa charge augmente. Il remplit normalement plusieurs fonctions importantes:

  • produit la bile, une digestion intestinale nécessaire;
  • neutralise les toxines ─ les déchets de la mère et de l'enfant;
  • désactive les substances actives biologiques (hormones).

Maladie liée à la grossesse

Certaines maladies du foie ne surviennent que chez les femmes enceintes. Ils se produisent dans différents trimestres, certains passent ensuite, et le reste nécessite un traitement. Pour leur diagnostic, il est nécessaire de mener une étude par ultrasons, de prélever du sang et de l'urine pour analyse.

Gestose

La gestose (toxicose) est une maladie associée au dysfonctionnement de nombreux systèmes organiques. Les médecins proposent plus de 30 théories sur le développement de la prééclampsie, mais la cause exacte de celle-ci n’a pas encore été déterminée. Au cours du premier trimestre, de nombreuses femmes manifestent une maladie appelée vomissement indomptable des femmes enceintes, qui se transmet ensuite d'elle-même. Au bout de 1 à 3 semaines après le début des vomissements, des signes indiquant des dommages au foie apparaissent:

  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • prurit (dans certains cas);
  • urine sombre.

Il y a 3 sévérité de la prééclampsie précoce. Le premier degré n'est pas dangereux pour les femmes et les fœtus, car la numération globulaire est normale. La gestose de gravité modérée se manifeste par une détérioration générale de l'état, l'apparition d'acétone dans les urines. La dernière étape est un vomissement indomptable de la femme enceinte, au cours duquel le taux de bilirubine et de créatinine augmente dans le sang et le corps se déshydrate.

Foie gras aigu de femmes enceintes

Si le foie a mal au cours de la grossesse à un stade avancé, cela peut indiquer une dégénérescence graisseuse. La maladie se développe souvent à la 32ème semaine et plus tard, mais elle n’est pas très commune. Un tel diagnostic ne concerne qu'une femme enceinte sur 10 000. Cette pathologie entraîne l'apparition d'inclusions graisseuses dans le tissu hépatique, ce qui l'empêche de fonctionner normalement. La jaunisse se manifeste en plus des douleurs au foie et les paramètres sanguins et urinaires changent.

Cholestase intrahépatique des femmes enceintes

La cholestase est une stagnation de la bile dans les voies biliaires. On l'appelle intrahépatique parce que la bile reste dans les conduits hépatiques et n'entre pas dans la vésicule biliaire. Ses composants sont toxiques et détruisent progressivement les tissus hépatiques sains. Les symptômes de cette maladie seront des douleurs dans l'hypochondre droit, la jaunisse, des démangeaisons et des troubles digestifs.

Faites ce test et découvrez si vous avez des problèmes de foie.

Dommages au foie lors de prééclampsie ou d'éclampsie

La prééclampsie et l'éclampsie sont des complications graves de la gestose chez la femme enceinte. Ce sont des phénomènes nerveux qui se développent à la base d'une intoxication du cerveau par la bilirubine et d'autres substances toxiques.

  • La pré-éclampsie se manifeste par des maux de tête, des troubles du sommeil et de la mémoire, une douleur dans l'hypochondre droit, une diminution de l'acuité visuelle.
  • L'éclampsie est une contraction convulsive des muscles qui se développe progressivement.

Rupture hépatique aiguë

La rupture du foie est associée à des manifestations de fin de gestose et de prééclampsie ou d'éclampsie. Une femme enceinte développe le syndrome dit de HELLP, qui se traduit par un complexe de pathologies:

  • jaunisse;
  • une augmentation du niveau de bilirubine (liée et libre);
  • hémolyse intravasculaire (destruction) des érythrocytes;
  • diminution du nombre de plaquettes.

La rupture du foie est une complication rare. De petits hématomes se forment sous la capsule, sous la pression desquels le foie peut se rompre. Dans ce cas, une hémorragie interne se produit et la femme enceinte doit recevoir une assistance immédiate.

Maladies qui ont des caractéristiques du cours chez les femmes enceintes

De nombreuses maladies ont une évolution chronique et présentent des rechutes périodiques. Pendant la grossesse, si le foie ne fait pas face à une surcharge, il existe un risque de complications. Si de telles pathologies font partie de l'histoire, vous devez surveiller votre état de santé particulièrement attentivement pendant cette période.

Maladie biliaire

Les calculs biliaires peuvent avoir différentes origines et tailles. Dans la plupart des cas, des épisodes de calculs biliaires se manifestent à la fin du deuxième trimestre. Ils peuvent causer une douleur aiguë dans l'hypochondre droit (colique hépatique), obstruer les voies biliaires. En plus de la douleur, il existe une jaunisse, une indigestion et une détérioration générale de la santé. Les parois de la vésicule biliaire deviennent enflammées (cholécystite aiguë par calcul) et les signes ne disparaissent que lorsque la pierre est libérée dans l'intestin.

Hépatite virale

Le virus de l'herpès simplex est considéré comme l'infection la plus courante. L'infection initiale d'une personne survient à l'âge préscolaire, après quoi le virus reste dans le sang tout au long de sa vie. Il peut causer des maladies de divers organes, y compris le foie. Pour la mère, la maladie n’est pas dangereuse, mais il existe un risque d’infection du fœtus en fin de grossesse et lors de l’accouchement. On diagnostique chez le nouveau-né les symptômes caractéristiques de l'hépatite:

  • mauvais sommeil et bien-être;
  • jaunisse;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • modification des paramètres biochimiques du sang.

L’hépatite herpétique doit être distinguée des manifestations d’autres infections virales. Si la mère a contracté l'herpès pour la première fois pendant la grossesse, rien ne peut être fait pour empêcher la transmission du virus à l'enfant. Dans la plupart des cas, la maladie se termine par une guérison, mais les enfants restent sous la surveillance d'un neurologue pendant un certain temps en raison de lésions possibles du système nerveux.

Syndrome de Budd-Chiari

Le syndrome de Badd-Chiari est appelé thrombose veineuse hépatique. La cause exacte ne peut pas être nommée, mais on suppose que les hormones féminines sont impliquées dans son développement. C'est la raison pour laquelle le syndrome peut se manifester dans le contexte de la grossesse. L'obstruction hépatique est un grave danger pour la vie d'une femme. En plus de la douleur dans l'hypochondre droit, il existe un symptôme principal. Les veines se remplissent de sang et deviennent clairement visibles à travers la peau.

Pathologies du foie non liées à la grossesse

Les médecins recommandent de subir un examen complet au stade de la planification de la grossesse, car de nombreuses maladies peuvent s'aggraver au cours de cette période. Parmi les maladies pouvant être contre-indiquées lors du port d'un enfant, on peut citer:

  • hépatite virale A, B, C;
  • hépatite chronique d'origine non contagieuse;
  • cirrhose du foie;
  • maladies auto-immunes du foie, y compris la cirrhose biliaire.

Il est nécessaire de comprendre qu'un enfant naîtra en bonne santé s'il peut se développer et se former normalement pendant la grossesse. Le foie joue un rôle de premier plan dans le métabolisme de la mère et du fœtus. Même un foie auparavant en bonne santé ne peut pas supporter le stress et tombe périodiquement malade pendant la grossesse, et en présence de pathologies, il y a un danger pour l'enfant. De plus, les infections virales sont transmises par le placenta ou par le sang lors de l'accouchement.

Ce symptôme est-il dangereux?

Douleur dans l'hypochondre droit ─ C'est un symptôme courant pour un grand nombre de maladies. Lors du diagnostic, le médecin attire l'attention sur les signes qui l'accompagnent, ainsi que sur les résultats de l'analyse biochimique du sang. L'interruption de grossesse n'est recommandée que dans les cas où la vie de la mère et de l'enfant sont menacées, mais cela se produit rarement. Fondamentalement, vous pouvez maintenir la santé du foie avec un médicament et un régime pendant la grossesse et, après l’accouchement, le corps de la mère se rétablira progressivement. La meilleure option est de savoir quoi faire si le foie est malade: consultez un médecin et faites-vous tester.

Schéma général de prévention

Il faut se préoccuper de la santé du foie tout au long de la vie, et non lorsque les premiers symptômes sont déjà apparus. Il est recommandé à la future mère de suivre les règles générales de la prophylaxie afin de soulager au maximum la charge du foie:

  • boire beaucoup d'eau propre et non gazeuse;
  • renoncez aux mauvaises habitudes ─ fumer et boire de l'alcool;
  • exclure du régime alimentaire des aliments gras et frits, des sauces, des produits semi-finis;
  • passez du temps à l'air frais et n'oubliez pas d'effort physique modéré.

Si le foie fait mal pendant la grossesse, cela peut être une source de préoccupation. Lors du diagnostic, le médecin s’intéresse non seulement à la douleur, mais également à d’autres manifestations, notamment aux tests sanguins. Une attention particulière doit être portée à la santé du foie. Si des problèmes surviennent même avant la grossesse pendant cette période, il se peut que la charge ne soit pas suffisante. Le médecin vous prescrira un schéma thérapeutique. Il découvrira la cause de la douleur et sélectionnera les médicaments les plus sûrs pour la femme et le fœtus.

Grossesse avec pathologies du foie

Laisser un commentaire

La condition dans laquelle le foie est en cours de grossesse est variable. Le corps commence à travailler dur, car il impose le fardeau de maintenir le deuxième organisme. Non seulement le foie subit une augmentation de la charge, mais tous les autres organes changent le mode de fonctionnement en mode plus intensif. Après tout, le corps de la femme assume la responsabilité de porter le fœtus.

Informations générales

Les organes d'une femme sans pathologies pendant la grossesse ne changent ni la taille, ni la forme, ni la structure. Mais la fonctionnalité du foie subit des changements, en même temps que la pression artérielle, l’approvisionnement en sang et les besoins nutritionnels des femmes. Au cours de la période de toxicose (gestose tardive), le foie souffre le plus. Par conséquent, il convient de prêter plus d'attention aux réserves de ressources de cet organisme. Les hormones, produites pendant la grossesse, constituent également un travail supplémentaire. Les déchets métaboliques du fœtus sont traités par filtration hépatique. Ces processus entraînent des modifications de l'état de la peau. Les manifestations d'éruptions hépatiques au cours des premières règles sont considérées comme normales; cet effet est observé chez 6 femmes enceintes sur 10. Les types les plus courants d'éruption cutanée:

Causes non pathologiques de la douleur dans le foie

Le foie d'une femme enceinte gère les déchets de deux organismes grâce à la filtration des toxines et autres substances nocives. Parfois, une femme ne modifie pas sa nourriture pour le mieux, il y a des habitudes alimentaires spéciales, cela devient une cause de sensations douloureuses tolérables. Dans ce cas, le système digestif se bat de manière indépendante, sans influence médicale.

Il arrive que le foie fasse mal pendant la grossesse pendant la période de croissance active du fœtus. Dans le même temps, il se produit des changements de pression sur les organes abdominaux et une modification de la composition du sang. Le manque d'équilibre hormonal provoque des douleurs non seulement dans le foie, mais aussi dans tout le corps. Un déséquilibre hormonal, nutritionnel et des modifications de la composition du sang provoquent des courbatures et une fatigue chronique.

Caractéristiques du corps féminin pendant la grossesse

Au début de la grossesse, des hormones empêchent la contraction utérine. Après tout, si l'utérus est réduit, il y a un risque de fausse couche. La femme commence déjà à préparer l'alimentation du bébé au cours du deuxième trimestre, car c'est la hormone prolactine qui est produite. Sa concentration dans le sang augmente de dix fois. Lorsqu'une femme se trouve dans une position «intéressante», un organe temporaire est formé - le placenta. Il se développe et mûrit indépendamment. Fonctions du placenta:

  • De protection. Le corps protège le fœtus contre les bactéries pathogènes et les toxines.
  • Nutritif Le fœtus reçoit de l'air et des nutriments à travers le placenta.
Retour à la table des matières

Quand est-il temps d'aller chez le médecin?

Le principal symptôme de la maladie du foie est une douleur sous les côtes du côté droit. Les douleurs sont douloureuses, coupantes ou pressantes, selon la maladie. Le deuxième signe qui apparaît dans les pathologies du foie est la couleur jaune de la peau. Si des filets capillaires ou des ecchymoses apparaissent sans raison sur le corps d'une femme enceinte, il est urgent de consulter un médecin. Ces signes indiquent une violation de la synthèse des protéines, qui dépend de l'état du foie.

Les maladies du foie et leurs principaux symptômes

Souvent, les femmes enceintes sont porteuses du virus de l'hépatite A. La maladie n'est pas dangereuse pour le fœtus ou le nouveau-né. L'hépatite B est difficile chez la femme enceinte et, afin d'éviter toute infection du nouveau-né, elle est immédiatement vaccinée. Si une femme a une hépatite chronique, la maladie devient légère pendant la grossesse. Symptômes de l'hépatite:

  • peau jaune et sclérotique des yeux;
  • urine foncée;
  • les matières fécales lumineuses;
  • l'apathie;
  • manque d'appétit;
  • douleur dans l'hypochondre droit.

Le diagnostic de maladie des calculs biliaires s'explique par le fond hormonal instable de la femme. Les pierres apparaissent dans les organes au cours du premier trimestre. Signal sur la formation de calculs - douleur pendant la miction. Pour le diagnostic final, le médecin envoie la femme enceinte à une échographie. Si nécessaire, retirez la pierre, l'opération est effectuée après la naissance. Avant ce traitement vise à arrêter l'inflammation.

Une cholestase intrahépatique se manifeste uniquement pendant la grossesse. Depuis la cause de la maladie - un fond hormonal spécial. Les défauts métaboliques affectent la filtration, la formation de la bile et la séparation. La cholestase fœtale est absolument sans danger. Au troisième trimestre, le risque d'hépatose cholestatique augmente. L'essence de la maladie est l'accumulation de pigment biliaire dans le foie. Lorsque cela se produit, une violation du métabolisme des protéines et du cholestérol. La maladie est très dangereuse et l’avortement est donc souvent nécessaire pour sauver la vie d’une femme.

Diagnostic du problème

Après avoir recueilli l'anamnèse, au cours de laquelle le médecin découvre la nature de la douleur et l'état de la femme, examinez les muqueuses et la peau. Selon les résultats des premières étapes de l'enquête, ils révèlent les causes présumées de problèmes de foie. Le point suivant de l'enquête - la palpation de la cavité abdominale. Pour établir un diagnostic, il est fait référence à une femme en position:

  • Échographie du foie;
  • analyse d'urine;
  • test sanguin;
  • dans de rares cas - biopsie.
Retour à la table des matières

Traitement du foie pendant la grossesse. Caractéristiques spéciales

Le traitement de l'hépatite implique la nomination d'un "interféron" et d'une "ribavirine". Le traitement des tumeurs commence après l'accouchement, car les médicaments affectent grandement le développement du fœtus. Dans les cas enregistrés, le traitement d'une femme enceinte à l'interféron provoque une hypotrophie chez le fœtus. Étant donné que la femme porte le fœtus, les médecins vous recommandent de porter une attention particulière à la concentration de substances dans les préparations. Si, au cours du traitement par Inteferon, la femme tombe enceinte, l’abandon du traitement médicamenteux entraîne de nombreuses conséquences pour la santé du fœtus.

Le traitement du foie chez les femmes enceintes doit être sous la surveillance d'un médecin, en utilisant les méthodes les plus douces.

Pour protéger le fœtus contre l’infection par des virus transmis verticalement, il est nécessaire de vacciner une femme avant d’accoucher et l’enfant immédiatement après la naissance. Une méthode par césarienne est recommandée, car elle minimise le risque de transmission du virus à l'enfant. D'autres maladies sont traitées avec des médicaments homéopathiques qui ont moins d'effets secondaires. Avant de commencer le traitement, il est nécessaire de consulter un médecin, celui-ci sélectionnera les médicaments nécessaires, avec l’action la plus douce.

Mesures préventives

Il est beaucoup plus difficile de traiter une maladie que de respecter les règles qui aident à maintenir la santé d'une femme dans une position. Pour le fonctionnement normal du foie, il est recommandé de mener une vie saine avant la grossesse. Au stade de la planification de l'enfant, il convient d'examiner le foie et, si nécessaire, de procéder au traitement à l'avance. Le premier élément de la prévention - un régime pour le foie pendant la grossesse. La nutrition diététique est basée sur les règles suivantes:

  • Manger des fruits et des légumes comme base de rationnement.
  • Il vaut la peine de choisir du pain de seigle sans levure.
  • Refus des produits de confiserie en faveur des fruits secs.
  • Manger des graisses saines présentes dans le poisson, les avocats et les noix.
  • Il est préférable de cuisiner soi-même, contrôlant ainsi l'utilité de tous les ingrédients.
  • Il est utile de boire de l'eau minérale sans gaz. Il convient de rappeler que le taux d'eau est d'environ 2 litres par jour.

Dans la prévention de la maladie du foie aidera à l'exercice. Pendant la grossesse, choisissez une promenade au grand air ou un yoga spécialement conçu pour les femmes en position. Il est recommandé de marcher à un rythme libre, et les activités sportives en groupe amélioreront non seulement la santé, mais aideront à se détendre émotionnellement. Il est important de dormir suffisamment, au moins 8 heures, voire plus.

Que faire en cas de mal au foie pendant la grossesse - conseils utiles pour les femmes enceintes

La grossesse est la période la plus importante de la vie d’une femme. Mais il arrive que dans le corps du beau sexe il y a des changements importants - entre autres choses, le foie fait mal pendant la grossesse, l'estomac, il y a d'autres problèmes. Les conditions émotionnelles et physiques changent.

Le corps commence à travailler avec vengeance. Certains organes ne peuvent pas supporter une telle charge, et donc une douleur au foie. Si un tel problème survient, vous devriez immédiatement consulter un médecin.

Maladies du foie pendant la grossesse

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles un organe peut faire mal. Ce peut être du surmenage, des maux dangereux et un effort physique considérable.

La douleur physiologique dans le foie chez les femmes enceintes est notée pour les raisons suivantes:

  • le corps est sous pression à cause du fœtus qui le presse;
  • activité physique excessive;
  • trop manger

Parfois, la douleur survient à cause de maladies graves:

  • blessures d'organes;
  • l'hépatite;
  • l'hépatose;
  • pancréatite aiguë;
  • les tumeurs;
  • Réception Utrozhestan, etc.

Identifier la cause des sentiments désagréables de leur propre chef ne fonctionnera pas. Il est préférable de contacter immédiatement un gynécologue, un hépatologue ou un gastro-entérologue.

S'il existe une maladie des calculs biliaires, elle se caractérise par l'apparition de coliques. Au deuxième trimestre, les patients atteints de toxicose. Dans ce cas, le diagnostic est posé sur une échographie, où les canaux et la vésicule biliaire sont visibles. Lorsque la maladie de calculs biliaires devrait contacter immédiatement un spécialiste. Il essaiera de normaliser l’état du patient et, si cela n’est pas fait, l’opération sera effectuée.

À 6-9 mois, une femme peut développer une prééclampsie ou une éclampsie. Pour de telles maladies, un gonflement et une pression accrue, des crampes et même des ruptures du foie sont caractéristiques. Fondamentalement, l'état des patientes après un accouchement immédiat se stabilise.

L'hépatite chronique est plus fréquente chez les personnes qui ont eu une hépatite aiguë dans leur enfance. Il est agressif et inactif. Les symptômes de la maladie se manifestent, généralement immédiatement après la fécondation, ainsi que quelques mois après l'accouchement. L'état à 5 mois de grossesse se stabilise.

La cholestase intrahépatique est diagnostiquée principalement entre 6 et 9 mois. Il est noté principalement chez 2 femmes enceintes sur un millier. Les symptômes caractéristiques de la maladie sont les vomissements, les nausées et les douleurs sous la côte droite. Le pronostic pour la maladie présentée est principalement favorable. Cependant, les femmes peuvent avoir des saignements après l'accouchement.

Au cours du troisième trimestre, il est très rare que les femmes enceintes détectent une stéatose hépatique aiguë. Les causes de l'apparition de la maladie sont caractérisées comme génétiques. Le pronostic de la maladie présentée est défavorable, dans certains cas, une pathologie conduit à la mort.

Un autre syndrome rare est Budd-Chiari. La clé de son traitement réussi est un diagnostic opportun.

L'hépatite virale est transmise par voie fécale-orale (hépatites A et E), ainsi que par transfusion de sang infecté, relations sexuelles, etc. (hépatite B, C, D, F, G). Les virus des groupes B, C, D et G peuvent infecter le fœtus, alors que les femmes enceintes souffrent d’hépatite B.

Avec la défaite d'un organe atteint de cirrhose, le processus est irréversible. La naissance d'un enfant dans ce cas est contre-indiquée. Le risque de décès de la mère est très élevé.

À quel point ces douleurs sont-elles dangereuses pour la mère et le bébé?

Au cours du premier trimestre et des suivants, l’hépatite et d’autres problèmes liés à l’organe en question peuvent être dangereux pour la santé de la mère et pour l’état du bébé.

Les complications sont très différentes:

  • le fœtus ne se développe pas comme il se doit;
  • un enfant peut être né mort ou une fausse couche se produit;
  • la mère du bébé développe une cirrhose du foie;
  • l'insuffisance hépatique entraîne la mort de la femme enceinte.

Si le traitement est effectué à un stade précoce, le pronostic sera favorable quel que soit le type de maladie. Si vous laissez les choses suivre leur cours, les conséquences peuvent être désastreuses. Ainsi, avec une cholestase chez environ 60% des femmes, on observe un travail prématuré.

Si vous ne traitez pas le syndrome HELP, il existe un risque de rupture du foie. Le risque de décollement placentaire augmente également et l'accouchement peut être prématuré.

La dystrophie graisseuse aiguë est dangereuse car elle provoque parfois le coma, la mort, l'insuffisance d'un certain nombre d'organes internes. Pour sauver sa mère, elle devra faire une transfusion sanguine. Pour prévenir les complications chez le bébé devra provoquer une naissance prématurée.

Diagnostic de la maladie

Lorsque le patient vient chez le médecin, il effectue des activités de diagnostic. L'analyse biochimique et la durée de la grossesse sont prises en compte.

Le plus souvent, les femmes souffrent de cholécystite et d'hépatite virale, mais d'autres pathologies peuvent également se produire.

Dystrophie de graisse hépatique

Les causes du développement de la pathologie sont des maladies du système respiratoire, transportant des jumeaux, l'utilisation à long terme de la tétracycline. Les problèmes apparaissent de 30 à 39 semaines. Dans la région de l'abdomen marquée douleur intense, la nausée augmente. Après 7 jours, une jaunisse peut survenir.

Dans le sang d'une femme, le taux d'ammoniac et de sucre est élevé. Il est très important que le médecin diagnostique correctement les douleurs dans le foie pendant la grossesse. Il doit faire la distinction entre la dystrophie organique et l’hépatite.

Cela aide à faire une biopsie. La dystrophie hépatique diminue en taille, devient pâle, le niveau d'hépatocytes augmente.

Syndrome de Budd-Chiari

Au deuxième trimestre, les symptômes de la pathologie du type présenté peuvent être détectés. La maladie se développe en raison de l'utilisation de contraceptifs. Le patient ressent une douleur dans l'abdomen, une pression artérielle élevée, alors que le foie grossit et commence à faire mal.

Cholestase

Dans les derniers mois de la grossesse, la cholestase peut être détectée. Les raisons de son apparition n'ont pas encore été clarifiées. L'un des principaux symptômes est de souligner les démangeaisons de la peau.

Parfois, une femme souffre de saignements. Dans ce cas, il est nécessaire d'aller à l'hôpital le plus tôt possible pour que l'accouchement ne commence pas prématurément.

Toxémie

Il est plus facile de détecter des signes de maladie au cours du deuxième trimestre. Les patients ont des crises, des oedèmes apparaissent, la pression augmente. La maladie affecte souvent les femmes qui accouchent très tôt ou tardivement: environ 5% des femmes enceintes en souffrent.

Il se produit, en règle générale, chez ceux qui souffrent de diabète, les grossesses multiples. Il est nécessaire que le spécialiste diagnostique le plus tôt possible, sinon la santé de l'enfant sera en danger.

Tumeurs malignes

On les trouve chez les femmes enceintes assez rarement et le plus souvent déjà avec des métastases, qui pénètrent dans l'organe du pancréas, de l'estomac, des glandes mammaires, etc. Il est difficile de traiter la maladie, il est généralement trop tard pour la détecter.

Que faire si votre foie fait mal - recommandations du médecin

Si vous ressentez un fort inconfort dans la région du foie, consultez immédiatement un spécialiste. Il diagnostiquera la maladie et prescrira un traitement. Tout d'abord, il est préférable de consulter un gynécologue.

Le médecin effectuera l'examen initial. Des analyses d'urine et de sang, des ultrasons, une biochimie sanguine, une tomographie et une laparoscopie permettront de tirer des conclusions. Après cela, une référence à un hépatologue ou un gastro-entérologue sera émise.

Au début

Si vous ressentez un inconfort dans l'organe, vous devez d'abord vous allonger et prendre une position confortable. Après cela, il est recommandé de boire un demi-verre d'eau sans gaz. Si les sensations se répètent régulièrement, vous devriez aller à la clinique.

Le jaunissement indique que le traitement de la bilirubine n’est pas correct. Vomissements de sang est un symptôme de saignement dans l'estomac.

En retard

Ceux qui ont souffert du foie disent que le bien-être se dégrade assez fortement au 3ème trimestre. Les forums écrivent sur l'apparition d'œdèmes, de problèmes de pression.

Il est nécessaire de contacter un spécialiste si les symptômes suivants apparaissent:

  • des convulsions;
  • amertume dans la bouche;
  • hémorragies sur la peau;
  • des nausées;
  • démangeaisons de la peau;
  • douleur ou piqûre sous le bord droit;
  • jaunissement de la sclérotique, de la peau et de la langue.

Plus vite vous verrez un médecin, mieux ce sera. Les maux de tête et les convulsions indiquent que le système nerveux est affecté, ce qui peut être très dangereux. Si des hémorragies sont observées, il s'agit d'un signe de mauvaise coagulation du sang.

Si un diagnostic de cholestase est posé, le médecin peut vous prescrire des médicaments spéciaux pour soulager les démangeaisons.

En outre, si vous ressentez une gêne dans le corps après avoir mangé, il est recommandé d'utiliser:

  • crèmes pour bébés;
  • lotion calamine.

Pour éviter les démangeaisons, il est nécessaire de porter des vêtements de coton amples. En cas de douleur intense, vous devez immédiatement contacter un homéopathe.

Mesures préventives

Est-il possible de prévenir les problèmes de foie? Il y a une telle opportunité.

Pour cela, vous devez suivre un certain nombre de règles:

  1. S'il y a une personne atteinte d'hépatite dans votre environnement, vous ne devez pas utiliser d'articles d'hygiène personnelle avec elle.
  2. Lors de vos visites dans les établissements de soins, assurez-vous que les employés utilisent des gants jetables: ils doivent désinfecter les appareils.
  3. Heure d'arrivée pour identifier les problèmes à un stade précoce.
  4. Buvez de l'eau potable propre et bouillie, lavez soigneusement les légumes et les fruits.
  5. Si une femme a des rapports sexuels, elle doit avoir confiance en son partenaire ou insister pour utiliser un préservatif.
  6. Lavez-vous les mains à l'eau et au savon avant de manger et après avoir visité la rue.
  7. Abandonnez vos mauvaises habitudes - alcool, tabac.
  8. Exclure du régime alimentaire des produits semi-finis, des aliments gras, des sauces.
  9. Passez plus de temps à l'extérieur.
  10. Exercice (avec modération).

À titre préventif, les médecins recommandent de consommer des aliments sains pour le foie. Nous parlons de l'argousier, rose sauvage, pistaches, blé, poisson, ail. Afin d'éviter l'hépatite, il est nécessaire de vacciner contre elle de manière opportune.

Pour éviter la cholestase, vous devez limiter l'utilisation de graisses neutres - pas plus de 40 grammes par jour. Dans votre régime alimentaire, vous devez également inclure les margarines et les graisses végétales contenant des triglycérides. La viande et le poisson se consomment mieux bouillis et toujours chauds.

Conclusion

Donc, en présence de douleur dans le côté droit, il convient de comprendre la raison. Peut-être existe-t-il des problèmes de vésicule biliaire, d'estomac, de pancréas ou de foie. Seul un spécialiste peut diagnostiquer correctement.

Si le malaise est grave ou blesse constamment, vous devriez immédiatement consulter un médecin. Sinon, les problèmes ne feront que s'aggraver.

Impact de la maladie du foie sur la grossesse et l'accouchement

Impact de la maladie du foie sur la grossesse et l'accouchement

Articles connexes

Pendant la grossesse, les femmes subissent souvent la gravité de diverses maladies. Les maladies du foie ont également un effet majeur sur la grossesse. Ils peuvent affecter de manière significative l’avenir de l’enfant et en général l’état de la future mère. Par conséquent, la prévention et le traitement de ces maladies doivent être examinés avec soin.

Cholestase intrahépatique

La conséquence de ce problème chez les femmes enceintes est l’accumulation d’éléments biliaires dans le sang. La raison en est - les déviations dans les processus de production de la bile. Le principal symptôme de cette maladie est une démangeaison excessive de la peau. Vous pouvez également remarquer la teinte jaunâtre des protéines oculaires.

La raison de la manifestation de tels problèmes dans le processus de grossesse est souvent une anomalie hormonale, moins souvent - une cause génétique.

La cholestase peut également toucher l'enfant à naître - plus de la moitié des femmes présentant de telles anomalies hormonales donnent naissance à un bébé prématuré. Un très petit pourcentage est la mortinaissance (1% -2%).

Pour éviter de tels phénomènes négatifs, il est important de pré-diagnostiquer et de suivre un traitement. Si la cholestase est confirmée, il convient de suivre un régime alimentaire équilibré (le tableau 5 convient bien dans ce cas). En général, toutes les mesures de prévention et de traitement de la cholestase sont appliquées sous le contrôle strict du médecin traitant. Après un examen approfondi, le médecin peut prescrire des médicaments pour normaliser la production de bile, mais ils sont prescrits au patient avec une extrême prudence.

Hépatite chez les femmes enceintes

Il s’agit d’une maladie virale, qui comporte à son tour les trois formes les plus courantes - A, B et C. Les problèmes sont un peu plus compliqués, car de nombreux patients ne présentent aucun symptôme et que certains restent infectés jusqu’à un âge avancé.

L’hépatite A se manifeste par l’ingestion d’aliments et de liquides contaminés.

En règle générale, l’infection par les hépatites B et C d’une personne à l’autre se produit lors de rapports sexuels, de l’utilisation d’une aiguille par des toxicomanes ou de la pénétration de sang d’une personne infectée sur la plaie ouverte d’une autre personne.

La vaccination peut être la meilleure méthode pour prévenir le type d'hépatite (A) le plus aigu. Mais toutes les nuances de l'impact du vaccin sur l'état des femmes enceintes ne font pas l'objet d'une étude approfondie.

Les deux autres formes de la maladie peuvent être traitées avec les composants antiviraux des médicaments prescrits. Une amélioration est observée lors de la construction du bon régime, en utilisant des complexes alimentaires, tels que le tableau numéro 5 et autres, dont la perception ne fera pas de mal au fœtus et à la mère de l'enfant.

Autres maladies

Il existe deux maladies hépatiques plus compliquées chez les femmes enceintes - le syndrome HELP et la dystrophie aiguë du foie gras. Ils sont assez rares - le premier n’est retrouvé que chez 1% des femmes enceintes, le second et encore moins. Il doit immédiatement faire l'objet d'un diagnostic approfondi si les symptômes principaux de ces déviations se manifestent - nausée, malaise général et vomissements, douleur incompréhensible à l'abdomen.

En cas de dystrophie graisseuse, des transfusions sanguines chez une femme enceinte peuvent être utiles. Et le bébé doit naître le plus tôt possible, car les complications peuvent s'aggraver. La même chose s'applique au syndrome HELP. Après l'accouchement, l'état de la patiente s'améliore considérablement.

Impact de la maladie du foie sur la grossesse et l'accouchement

Nous vous proposons de lire l'article sur le thème "L'impact des maladies du foie sur la grossesse et l'accouchement" sur notre site dédié au traitement du foie.

Dans cet article, je vais essayer de décrire en détail les maladies du foie les plus courantes pendant la grossesse, leurs symptômes, leur effet sur l'évolution de la grossesse et le développement de l'enfant, ainsi que les méthodes de traitement et de prévention de leur apparition.

Cholestase intrahépatique des femmes enceintes

La cholestase intrahépatique (VHB) chez la femme enceinte est une maladie du foie liée à la grossesse qui se caractérise par une diminution de la production et du flux de bile (une substance produite par le foie qui participe à la digestion et à l'absorption des graisses). Ces troubles entraînent l’accumulation d’acides biliaires (composants de la bile) dans le sang de la mère, ce qui provoque un symptôme tel que de fortes démangeaisons cutanées. En moyenne, environ 1% des femmes enceintes souffrent d'HVC.

Les raisons de l'émergence de l'HV ne sont pas bien étudiées, mais les médecins s'accordent pour dire que les principaux facteurs responsables sont les fluctuations hormonales et l'hérédité accablée (chez près de la moitié des femmes qui ont vécu l'HV, les antécédents familiaux sont aggravés par diverses maladies du foie). Il a également été constaté que le VHB est plus fréquent chez les femmes ayant une grossesse multiple.

Les symptômes de la maladie apparaissent généralement au cours du deuxième ou du troisième trimestre de la grossesse. Les symptômes les plus courants sont:

  • démangeaisons de la peau - surviennent le plus souvent sur la paume des mains et la plante des pieds, mais de nombreuses femmes ressentent des démangeaisons sur tout le corps. Très souvent, les démangeaisons au fil du temps deviennent de plus en plus puissantes, ce qui entraîne des troubles du sommeil et perturbe les activités quotidiennes de la femme.
  • Le jaunissement du blanc des yeux et de la peau (jaunisse) se manifeste chez 10 à 20% des femmes atteintes de BSH. La jaunisse est causée par une augmentation de la quantité de bilirubine (une substance chimique dans le sang) résultant d'une maladie du foie et par une diminution du débit biliaire.

VHB peut causer beaucoup de désagréments à une femme enceinte. Cela peut aussi nuire à un enfant. Environ 60% des femmes atteintes de vhb ont un travail prématuré. Et on sait que les bébés prématurés présentent un risque accru de problèmes de santé pendant la période néonatale (jusqu'à l'invalidité et le décès). WCH augmente également le risque de mortinatalité (dans 1 à 2% des cas). Pour prévenir ces problèmes potentiels, il est très important de diagnostiquer et de traiter la cholestase à temps.

Comment diagnostique-t-on la cholestase si son symptôme principal, les démangeaisons, est assez courant chez les femmes enceintes en bonne santé?! En fait, les démangeaisons de la peau ne sont pas toujours inoffensives et de nombreuses maladies de la peau peuvent provoquer des démangeaisons. Cependant, la plupart ne nuisent pas à la mère et à l'enfant. Le test sanguin biochimique habituel, qui mesure le niveau de divers produits chimiques dans le sang, montrera le fonctionnement correct du foie de la femme et la quantité d’acides biliaires dans le sang permettant de déterminer si les démangeaisons sont associées à la VHB.

Si la femme confirme le diagnostic de «cholestase intrahépatique», on lui prescrira probablement un traitement par le médicament Ursofalk (acide ursodéoxycholique). Ce médicament soulage les démangeaisons, aide à corriger le dysfonctionnement du foie et peut aider à prévenir la mortinaissance.

Pendant le traitement de la mère, les médecins surveillent attentivement l’état de l’enfant (en utilisant l’échographie et le contrôle du rythme cardiaque) afin de détecter rapidement tout problème survenant s'il se présente soudainement. Si cela se produit, la femme devra accoucher à l'avance pour réduire le risque de donner naissance à un enfant mort.

Le médecin peut également administrer une amniocentèse à la femme lorsque la gestation atteint 36 semaines pour s'assurer que ses poumons sont mûrs pour la vie en dehors de l'utérus. Si les poumons du bébé sont suffisamment matures pour lui permettre de respirer par lui-même, il peut être conseillé à la femme de provoquer le travail entre 36 et 38 semaines.

Les symptômes de VHB disparaissent habituellement environ 2 jours après l'accouchement. Cependant, chez 60 à 70% des femmes touchées, la cholestase des femmes enceintes se développe à nouveau lors d'une grossesse ultérieure.

Hépatite A, B et C

L'hépatite est une inflammation du foie, généralement causée par un virus. Les plus courantes sont les hépatites A, B et C.

Certaines personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Cependant, les symptômes les plus fréquents sont:

  • jaunisse;
  • fatigue
  • des nausées et des vomissements;
  • inconfort dans l'abdomen, dans la partie supérieure, dans la région du foie;
  • fièvre de bas grade.

Chez certaines personnes atteintes d'hépatite B ou C, le virus reste dans l'organisme jusqu'à la fin de la vie. Dans ce cas, l'hépatite est appelée chronique. Les personnes atteintes d'hépatite chronique présentent un risque accru de développer une maladie grave du foie et un cancer du foie. 10 à 15% des personnes atteintes d'hépatite B et au moins 50% des personnes atteintes d'hépatite C développent des infections chroniques.

L'hépatite A se transmet généralement par de la nourriture et de l'eau contaminées. Les hépatites B et C sont transmises par contact avec le sang et d’autres liquides organiques d’une personne infectée. Cela peut se produire en échangeant une aiguille (le plus souvent, les toxicomanes sont infectés de la sorte), ainsi que lors de rapports sexuels avec une personne infectée (bien que l'hépatite C soit rarement transmise par contact sexuel).

La meilleure protection contre les hépatites A et B est la vaccination. L’innocuité du vaccin contre l’hépatite A n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie chez la femme enceinte, mais il contient un virus inactivé et n’est donc pas un danger. Le vaccin contre l'hépatite B est considéré comme sûr pendant la grossesse, mais il est préférable de se faire vacciner avant la grossesse. Quant au vaccin contre l'hépatite C, il n'existe pas. Cependant, les femmes peuvent se protéger des hépatites B et C en pratiquant des pratiques sexuelles moins risquées, en évitant de s'injecter des drogues et en ne partageant pas les articles d'hygiène personnelle qui peuvent avoir du sang (rasoirs, brosses à dents, épilateurs électriques).

Malheureusement, il n’ya pas de remède contre l’hépatite aiguë (récemment contractée). Il existe des médicaments pour le traitement des hépatites chroniques B et C, mais ils ne sont généralement pas recommandés pendant la grossesse.

Un certain nombre de médicaments antiviraux pouvant être utilisés pour traiter l'hépatite B sont des analogues de nucléosides (adéfovir, lamivudine) et des médicaments du groupe de l'interféron alpha (interféron). Cependant, l'innocuité de ces médicaments pendant la grossesse est mal connue. Certains les soupçonnent d’augmenter le risque de malformations congénitales et de fausses couches. Ces médicaments ne sont également pas recommandés pendant l'allaitement.

L'hépatite C chronique peut être traitée avec une combinaison de deux médicaments antiviraux (ribavirine et interféron pégylé alfa-2a). il a été prouvé que ces médicaments provoquaient des anomalies congénitales et des fausses couches. Les femmes doivent éviter une grossesse pendant leur admission et six mois après la fin du traitement. Ils ne doivent pas non plus être utilisés pendant l'allaitement.

Qu'est-ce qui est dangereux pour l'hépatite pendant la grossesse? L'hépatite A ne présente généralement pas de danger pour le bébé et se transmet rarement lors de l'accouchement de mère en bébé. L'hépatite C n'est transmise à l'enfant lors de l'accouchement que dans 4% des cas.

L'hépatite B est le plus grand danger pendant la grossesse. Les femmes porteuses du virus (infection aiguë ou chronique) peuvent le transmettre à leurs enfants lors de l'accouchement. Dans la plupart des cas, le risque varie de 10 à 20%, bien qu’il puisse être plus élevé si une femme a un taux élevé de virus dans le corps. Les nourrissons infectés à la naissance développent généralement une hépatite chronique et courent un risque élevé de développer une maladie grave du foie et un cancer du foie.

Pour empêcher l’hépatite B d’infecter un enfant, il est recommandé de soumettre toutes les femmes enceintes à un test de dépistage de l’hépatite B en effectuant une prise de sang. Si une analyse sanguine montre qu'une femme est atteinte d'hépatite B aiguë ou chronique, son enfant doit recevoir un vaccin contre l'hépatite B et une immunoglobuline (qui contient des anticorps pour lutter contre l'hépatite) dans les 12 heures suivant la naissance. Cette procédure empêche le développement de l'infection dans plus de 90% des cas. L'enfant doit également recevoir deux doses supplémentaires du vaccin au cours des six premiers mois de sa vie.

Même si la mère est en bonne santé, le ministère de la Santé recommande de vacciner tous les nouveau-nés contre l'hépatite B avant leur sortie de l'hôpital (au cours des deux à quatre premiers jours de la vie), puis de revacciner deux fois - un à trois mois et six à dix-huit mois.

Syndrome HELLP

Le syndrome HELLP (syndrome HELP) est une complication dangereuse de la grossesse qui touche environ 1% des femmes enceintes. Il se caractérise par des problèmes de foie et des anomalies de la numération globulaire.

HELLP fait référence à une hémolyse (dégradation des globules rouges), à une augmentation de l'activité des enzymes hépatiques et à une diminution du nombre de plaquettes. Il s'agit d'une forme de pré-éclampsie sévère pendant la grossesse. Le syndrome HELP survient dans environ 10% des grossesses compliquées d'une prééclampsie sévère.

Les symptômes du syndrome HELP apparaissent généralement au cours du troisième trimestre de la grossesse, bien qu'ils puissent commencer plus tôt. Les symptômes peuvent également apparaître dans les 48 heures suivant l'accouchement. Une femme enceinte devrait contacter son médecin si elle présente:

  • douleur dans l'estomac ou l'abdomen supérieur droit;
  • nausée ou vomissement;
  • malaise général;
  • mal de tête, particulièrement sévère.

Le diagnostic du syndrome HELP consiste à effectuer une analyse de sang, qui détermine le niveau de plaquettes, de globules rouges et de divers produits chimiques permettant de déterminer le bon fonctionnement du foie.

Si le syndrome HALP ne guérit pas rapidement, il peut en résulter de graves complications. Chez la mère, cela peut provoquer des lésions (jusqu’à la rupture) du foie, une insuffisance rénale, des saignements, des accidents vasculaires cérébraux et même la mort. Quand une mère a de graves complications, la vie de son bébé peut aussi être en danger. Le syndrome HELP augmente le risque de décollement placentaire, qui peut menacer la vie du bébé et de sa mère, et augmente le risque d'accouchement prématuré.

Le traitement du syndrome HELP consiste à prendre des médicaments pour stabiliser et maintenir la pression artérielle et prévenir les convulsions, parfois lors de transfusions de plaquettes. Les femmes qui développent le syndrome HALP ont presque toujours besoin d'un accouchement d'urgence afin d'éviter des complications graves.

Si une femme a moins de 34 ans de grossesse, le travail peut être différé de 48 heures pour lui donner des corticostéroïdes, des médicaments qui aident à accélérer la maturation des poumons du fœtus et à prévenir les complications de sa prématurité.

Dans la plupart des cas, le syndrome HELP disparaît une semaine après l'accouchement. La probabilité de récurrence de cette complication lors de grossesses ultérieures est d'environ 5%.

Dystrophie aiguë du foie gras (ORD)

L'obésité du foie ou la stéatose hépatique aiguë au cours de la grossesse est une complication rare, mais très fatale, de la grossesse. Environ 1 femme enceinte sur 10 000 souffre de cette maladie caractérisée par une augmentation de la graisse dans les cellules du foie.

La principale cause de cette maladie est considérée comme un facteur génétique. Des études ont montré que 16% des femmes atteintes de cette maladie avaient des enfants avec des problèmes génétiques héréditaires (en particulier avec des défauts dans l'oxydation des acides gras). Les enfants atteints de tels troubles peuvent développer des maladies du foie, des problèmes cardiaques et des problèmes neuromusculaires mettant la vie en danger de mort. Ces données suggèrent que tous les bébés nés de femmes atteintes de TOD devraient être examinés pour détecter la présence de défauts d’oxydation des acides gras afin qu’ils puissent recevoir un traitement en temps voulu.

Les symptômes de cette maladie commencent généralement au troisième trimestre de la grossesse et peuvent ressembler au syndrome de HELLP:

  • nausée et vomissements persistants;
  • douleur dans l'estomac ou l'abdomen supérieur droit;
  • malaise général;
  • jaunisse;
  • mal de tête

Sans traitement en temps voulu, les BPP peuvent entraîner le coma, l'insuffisance de nombreux organes internes et même la mort de la mère et de l'enfant.

La PDOC peut être diagnostiquée avec un test sanguin qui mesure un certain nombre de facteurs liés à la fonction hépatique et rénale.

La mère peut avoir besoin d'une transfusion sanguine pour stabiliser son état. L'enfant doit naître le plus tôt possible pour éviter des complications graves.

La plupart des femmes commencent à ressentir des améliorations quelques jours seulement après l'accouchement. Cependant, les femmes porteuses du gène responsable des anomalies grasses d'oxydation (y compris les femmes ayant un enfant présentant de telles anomalies) ont un risque accru d'obésité du foie lors de grossesses ultérieures.

PASS TEST (8 questions):

Combien es-tu jaloux? (un autre test!)

Certes, il convient de noter qu’en plus du côté spirituel, il ya également un aspect physiologique dans cette période. Le corps d'une femme pendant la grossesse porte un fardeau énorme. De plus, cela concerne tous les organes et systèmes. Pendant cette période, toutes les maladies chroniques latentes peuvent être «déclenchées», toutes les autres maladies virales et infectieuses peuvent facilement «s'accrocher», tous les organes et systèmes internes peuvent être ressentis.

Causes d'exacerbations des maladies du foie chez les femmes enceintes

Le foie est l'organe principal qui souffre pendant la grossesse. En règle générale, la fonctionnalité hépatique est altérée, malgré le fait que la taille de cet organe, la structure, le niveau d'approvisionnement en sang et les limites restent inchangés conformément aux normes.

Ce processus est assez naturel, compte tenu de la nouvelle position du corps féminin. Pendant la grossesse, le foie commence à subir une charge énorme, car il doit nettoyer les déchets produits par le fœtus, activer toutes les ressources et améliorer tous les processus métaboliques. Et à la fin du premier trimestre, le niveau d'hormones augmente tellement que le foie parvient difficilement à les inactiver et à les métaboliser.

Dans le cours normal de la grossesse, le métabolisme n’est presque pas perturbé. Mais, sous l'influence d'une toxicose ou de maladies du foie déjà existantes chez une femme, les ressources de cet organe s'épuisent rapidement. Cela conduit à divers problèmes et complications.

Avez-vous besoin d'hospitalisation de femmes enceintes atteintes d'une maladie du foie?

Selon les statistiques, environ deux à trois pour cent des femmes enceintes. Ils sont nécessairement pris en compte dans les établissements médicaux spécialisés, où ils sont étroitement surveillés par un gynécologue. Si vous refusez la surveillance d'un professionnel, des complications telles que la toxicose tardive, l'hypertrophie fœtale et diverses complications au cours du travail ne peuvent être évitées.

Avec divers problèmes de foie, il est souvent nécessaire d'hospitaliser une femme enceinte.

Il est recommandé (hospitalisation) principalement jusqu'à la douzième semaine de grossesse. Ceci est particulièrement important lorsque des maladies gynécologiques ou des pathologies sont ajoutées aux maladies hépatiques aiguës.

Une hospitalisation est parfois nécessaire deux à trois semaines avant l'accouchement. L'avortement est recommandé si une maladie grave du foie est détectée au début.

Symptômes de maladie du foie pendant la grossesse

La jaunisse est le symptôme le plus courant de la maladie du foie chez la femme enceinte. Cela peut se produire pour diverses raisons: maladie de Botkin, post-grossesse (hépatite virale), toxicose tardive avec syndrome hépatique, cholélithiase, etc.

Hépatite virale

L'hépatite virale A pendant la grossesse ne présente pas de risque particulier d'infection pour le fœtus et le nouveau-né. En règle générale, il n’ya pas d’infection par ce type de virus.

Le cours de l'hépatite virale B est beaucoup plus difficile pendant la grossesse que sans elle. Avec ce type d'hépatite, la jaunisse est maintenue assez longtemps, tous les signes d'intoxication du corps apparaissent, le niveau d'infection de l'enfant augmente au maximum.

Quand un docteur soupçonne

chez une femme enceinte, on lui fait subir un test sanguin pour déterminer les antigènes et les anticorps correspondant à la maladie. Si vous établissez correctement ces données et évaluez le niveau de danger, il sera plus facile d'élaborer des tactiques et de prédire l'issue de la grossesse.

Afin d'éviter l'infection chronique par le virus de l'hépatite B chez le nouveau-né, il est vacciné immédiatement après la naissance.

Les femmes enceintes atteintes d'hépatite aiguë doivent être hospitalisées à l'hôpital obstétrique de la clinique des maladies infectieuses.

Le traitement consiste en l'adhésion au repos au lit et à l'alimentation, en pharmacothérapie et en des tactiques spéciales de gestion de la grossesse prescrites par le médecin. Cela prend nécessairement en compte la gravité de la maladie, le stade de l'évolution, la situation du côté obstétrique.

Si l'hépatite survient chez une femme enceinte en phase aiguë, il est recommandé d'accoucher de manière naturelle, mais s'il existe des situations obstétricales spéciales, une césarienne est pratiquée.

Hépatite chronique

L'hépatite chronique pendant la grossesse peut se présenter sous deux formes: agressive et persistante. La nature de l'hépatite chronique pendant la grossesse peut également être différente: virale, alcoolique, auto-immune, médicamenteuse. Mais, en règle générale, cette forme d'hépatite commence après l'hépatite B précédente,

En règle générale, l’exacerbation commence au cours du premier trimestre, l’amélioration se produisant approximativement vers la vingt et unième semaine, car pendant cette période le niveau d’activité du cortex surrénal augmente.

L'hépatite chronique persistante ne prend généralement pas de formes aiguës et, pendant la grossesse, elle se déroule assez facilement, sans conséquences. Mais la forme agressive aggrave de manière significative l'état général de la femme, viole les fonctions hépatiques fondamentales.

Dans ce contexte, une insuffisance hépatique peut se développer. Les complications peuvent être les suivantes: prééclampsie, menace de fausse couche, décollement du placenta (même dans son emplacement normal), insuffisance placentaire, saignements dans la période post-partum. Dans cette forme d'hépatite, l'avortement est le plus souvent recommandé.

L'infection de l'enfant par l'hépatite chronique de la mère ne peut survenir que lors de l'accouchement. Même avec l'allaitement, le risque d'infection est réduit à zéro.

Maladie biliaire

Cette maladie a sa caractéristique principale - la formation de calculs dans le foie, la vessie zhlchnym et tous les canaux biliaires. Pendant la grossesse, il est connu que des changements neuro-hormonaux surviennent dans le corps de la femme. Ils sont les "associés" de la formation de ces pierres. Presque dans cinquante pour cent des cas de grossesse, dès le premier trimestre, les femmes sont aux prises avec une maladie de calculs biliaires jusque-là cachée.

Le diagnostic de cette maladie pendant la grossesse se fait par échographie. Et le traitement vise à réduire le processus inflammatoire, à améliorer le flux de bile et à normaliser le fonctionnement des organes affectés.

La grossesse avec maladie de calculs biliaires est préservée et l'accouchement est effectué de manière naturelle. Et si une femme trouve une pierre assez grosse pour la retirer, l'opération est effectuée après l'accouchement.

Cholécystite

Cette maladie est essentiellement une inflammation de la vésicule biliaire, qui se développe et se développe comme une complication de la maladie des calculs biliaires. Le plus souvent, il y a un blocage de la pierre de conduit.

Les complications peuvent être plus graves, par exemple une péritonite avec perforation de la vésicule biliaire, un foyer purulent dans la vésicule biliaire, un ictère mécanique, une hépatite réactive, un abcès du foie, etc.

Grossesse chronique

manifestait principalement une douleur dans l'hypochondre droit. Parfois, cette douleur est accompagnée de nausée, de vomissements.

Diagnostiqué pendant la grossesse, cholécystite avec échographie et laparoscopie.

En règle générale, après le diagnostic, la femme enceinte est hospitalisée dans un hôpital chirurgical où une décision est prise sur le traitement chirurgical afin de préserver et de prolonger la grossesse.

La cholécystite chronique peut nuire à la grossesse et au fœtus. Prééclampsie, naissance prématurée, interruption de grossesse, hépatite cholestatique, pancréatite sont les principales complications qu'une cholécystite chronique peut provoquer.

Le traitement peut également être avec des médicaments. Appliquez dans ce cas des produits cholérétiques d'origine végétale, des médicaments enveloppants, des vitamines et des médicaments normalisant le travail de l'intestin. Et pour soulager les douleurs, les spasmolytiques et les antidouleurs sont prescrits.

Si un traitement antimicrobien est nécessaire, des médicaments antibactériens provenant d’un certain nombre de pénicillines sont utilisés au cours du premier trimestre de la grossesse et d’un certain nombre de céphalosporines au cours des deuxième et troisième trimestres.

Dans ce cas, l'accouchement se déroulera naturellement.

Cholestase intrahépatique des femmes enceintes

Cette maladie ne survient que pendant la grossesse, en raison du fait que le foie est affecté par un taux élevé d'hormones féminines qui stimulent le processus de formation de la bile et suppriment le processus de sécrétion de la bile.

En règle générale, cette maladie appartient à des défauts génétiques dans le métabolisme des hormones du système reproducteur. Par conséquent, il ne se manifeste que pendant la grossesse. La cholestase est transmise par des voies héréditaires et apparaît dans environ un cas sur cinq cents grossesses.

Le pronostic pour la grossesse elle-même est toujours favorable. La cholestase est traitée par un traitement médicamenteux, médicaments qui ne nuisent pas au développement du fœtus et du travail.

Cirrhose du foie

La cirrhose aggrave la grossesse car il s'agit d'un processus irréversible et chronique, et l'issue de la grossesse peut nuire à la maladie.

L'accouchement peut s'accompagner de saignements abondants. Il est donc fortement recommandé d'interrompre une grossesse avec cirrhose. L'accouchement dans cette position est généralement contre-indiqué.

Hépatose cholestatique

La grossesse est également activée dans l’hépatose cholestatique. La maladie est grave, il est possible qu’elle se produise à n’importe quel stade de la grossesse, mais elle survient généralement au troisième trimestre.

Dans les hépatoses cholestatiques, le risque de saignement post-partum est trop élevé. La jaunisse dure environ deux à trois semaines après l'accouchement et peut provoquer de graves démangeaisons prurigineuses pendant la grossesse.

Dans les cas extrêmes, lorsque l'hépatose cholestatique atteint le niveau de complexité le plus élevé, la grossesse est interrompue.

L'interruption obligatoire de la grossesse survient au moment de l'apparition de la pathologie hépatique la plus grave: l'hépatose graisseuse chez la femme enceinte.

Le foie est le principal laboratoire biochimique de notre corps, les processus les plus importants de synthèse, de destruction et de neutralisation de diverses substances y ont lieu. La grossesse est définie comme l’état physiologique particulier d’une femme. Malgré le fait que la charge du foie au cours de cette période augmente plusieurs fois, le plus souvent, la grossesse n’affecte pas négativement sa fonction. En savoir plus dans l'article sur "Les maladies du foie pendant la grossesse".

La toxicose précoce est caractéristique des deux ou trois premiers mois de la grossesse. Il suffit de ne pas le confondre avec les maux inhérents à presque toutes les femmes qui attendent un bébé. Habituellement, elles se déclarent nausées, vomissant parfois le matin, mais n'affectent pas l'état général de la femme enceinte et ne nécessitent pas de traitement spécial. Cette toxicose précoce diffère des affections en ce que les vomissements se répètent plusieurs fois par jour. Les experts appellent cela le vomissement indomptable des femmes enceintes. Il s'accompagne d'une vive intoxication du corps, en particulier du foie. La faiblesse se développe, le pouls s'accélère, la température corporelle augmente, la peau devient sèche. La future maman perd du poids. Intervention médicale requise.

Gestose (toxicose tardive)

Cette condition est caractéristique du dernier trimestre de la grossesse. Il a plusieurs étapes: au fur et à mesure que la maladie progresse, on passe dans une autre. Lors de la première étape, la future mère aura un œdème aux jambes, aux bras et plus tard au visage. En règle générale, on lui prescrit un régime alimentaire dans lequel il est recommandé de ne pas manger de sel épicé et salé, de boire moins et de temps en temps et de prévoir des jours de jeûne. Dans la deuxième phase de la prééclampsie (néphropathie), la pression artérielle augmente dans le contexte de l'œdème et des protéines apparaissent dans les urines. Mais même si la future mère se sent bien, une hospitalisation est recommandée car la néphropathie peut rapidement et imperceptiblement se propager à la prééclampsie, qui menace à son tour l'éclampsie - la dernière étape de la prééclampsie, lorsqu'une femme perd conscience et commence à faire des crises. La cause de la prééclampsie et de l'éclampsie n'est pas comprise avec précision. En règle générale, la prééclampsie se développe après 30 semaines de grossesse. La toxicose tardive affecte de nombreux organes, y compris le foie.

Groupe de risque

  • âge (plus de 35 ans);
  • si la famille avait des cas de pré-éclampsie;
  • maladie rénale, diabète, lupus;
  • grossesse multiple;
  • hypertension artérielle avant la grossesse;
  • en surpoids.

Grossesse compliquée

Il existe un certain nombre de complications rares pendant la grossesse, qui se manifestent par une forte diminution de la fonction hépatique. Ils représentent un réel danger pour la future mère et l'enfant. La détection rapide de la maladie et de ses causes est importante pour décider des questions relatives à la tactique de la grossesse et prévoir son issue.

Cholestase intrahépatique des femmes enceintes

Cette maladie survient peu fréquemment et est associée exclusivement à la grossesse. Elle est causée par l'action d'un taux élevé d'hormones sexuelles féminines sur le foie sain d'une femme enceinte, ce qui stimule les processus de formation de la bile et supprime l'excrétion biliaire. Il existe des preuves que la cholestase se développe souvent chez les femmes qui utilisaient des contraceptifs oraux avant la grossesse. La maladie n'est pas héréditaire. Seule une prédisposition génétique à une réaction cholestatique inhabituelle aux hormones sexuelles féminines est transmise. La cholestase intrahépatique peut survenir à n'importe quel stade de la grossesse, mais elle survient le plus souvent au cours du IIe trimestre. En règle générale, 1 à 3 semaines après l'accouchement, la maladie disparaît. Il n'existe pas de mesures de prévention de la cholestase intrahépatique chez la femme enceinte.

Les symptômes

Le symptôme principal de la maladie est un prurit auquel la jaunisse peut se joindre plus tard. Dans les cas plus graves, des nausées, des vomissements, des douleurs dans la région épigastrique, souvent dans l'hypochondre droit, ainsi qu'une faiblesse, une somnolence et des troubles du sommeil peuvent être préoccupants.

Comment cela affecte-t-il la grossesse

Avec cette pathologie augmente le risque de naissance prématurée. Les nourrissons souffrent souvent d'hypoxie de gravité variable. La maladie implique la gestion active de la grossesse, qui consiste en un traitement médical, une surveillance attentive de l'état du fœtus et, si nécessaire, une naissance prématurée par césarienne.

Foie gras aigu de femmes enceintes

Grave, mais heureusement, une maladie rare pouvant survenir pendant la grossesse. Associée à des anomalies génétiques dans le métabolisme des acides gras chez la mère et le fœtus. La maladie se développe généralement au cours du II, 1er trimestre, dans de rares cas après l'accouchement. Le plus souvent, cette pathologie est observée chez les nullipares, les grossesses multiples, ainsi que dans les cas de prééclampsie et d'éclampsie. Il n’existe pas de mesures préventives contre le foie gras aigu. Avec le développement de la stéatose hépatique aiguë, la grossesse est immédiatement terminée, généralement par césarienne. Une livraison rapide sauve la vie de la mère et de l'enfant.

Les symptômes

Nausées, vomissements, douleurs dans la partie supérieure de l'abdomen et faiblesse générale. La progression de l'insuffisance hépatique peut provoquer une jaunisse, des troubles de la coagulation, des saignements généralisés, une diminution du taux de sucre dans le sang.

Hépatite virale

Cette troupe comprend une maladie du foie causée par une infection virale. Il existe des hépatites A, B, C, D et E. L'hépatite E est extrêmement rare en Russie. Tous les virus de l'hépatite provoquent, après l'infection, une hépatite aiguë souvent asymptomatique! Les hépatites A et E ne présentent qu'une forme aiguë et aboutissent le plus souvent au rétablissement. Les virus B, C et D provoquent des lésions hépatiques chroniques. Dans ce cas, la forme aiguë de la maladie devient chronique. Vous pouvez attraper les hépatites A et E en buvant de l'eau potable et de la nourriture contaminées, ainsi qu'en cas de non-respect des normes sanitaires et hygiéniques. Les hépatites B, C et D sont transmises par la transfusion de sang en conserve contaminé et de ses produits, par injections et au cours d'opérations dentaires. L'infection à l'hépatite B, C, D se produit également lors d'un rapport sexuel avec un partenaire infecté. L'hépatite B, C, D peut être transmise au fœtus.

Hépatite virale aiguë

En règle générale, l'hépatite virale aiguë se termine par une guérison, dans de rares cas - une transition vers la forme chronique.

Les symptômes

Nausées, vomissements, lourdeur dans l'épigastre, fièvre, faiblesse, irritabilité, démangeaisons intenses, urines foncées et peau jaune.

Impact sur la grossesse et l'accouchement

Les fausses couches spontanées et le travail prématuré sont possibles. Au cours de l'accouchement et du début du post-partum, le risque de saignement augmente.

Impact sur l'enfant

Tout dépend de l'âge gestationnel auquel la femme a contracté l'hépatite. Le risque d'infection de l'enfant augmente avec la maladie au 3ème trimestre, ainsi qu'en cas de lésion du placenta. L'hépatite B, C ou D infecte le plus souvent le bébé lors de l'accouchement s'il présente des fissures à la peau ou aux muqueuses, moins souvent in utero. La prévention de l'hépatite chez les nouveau-nés est réalisée dans les 24 heures après la naissance par la vaccination: vaccin et gamma globuline hyperimmune.

Hépatite chronique

Chez les patientes atteintes d'hépatite chronique, la grossesse n'affecte pas l'évolution de la maladie et ne présente aucun risque pour la future mère. Au cours de cette période, la maladie est le plus souvent caractérisée par une faible activité et de rares exacerbations. La présence d'une infection virale de l'hépatite chez la femme enceinte n'affecte pas le déroulement de la grossesse et son issue. L'hépatite chronique n'augmente pas le risque de fausses couches et de mortinatalité, pas plus qu'elle ne provoque de malformations congénitales chez les nourrissons.

Symptômes principaux

Prurit, foie élargi, rate élargie. La jaunisse dans l'hépatite chronique est rarement observée - seulement avec des exacerbations marquées de la maladie.

Risque d'infecter un enfant

Les mécanismes d'infection du nourrisson souffrant d'hépatite chronique sont les mêmes que dans la forme aiguë de la maladie. L'infection peut survenir principalement pendant le processus de naissance. Dans de rares cas - in utero. La prévention de l'infection du nouveau-né par l'hépatite est la vaccination dans les premières heures après la naissance.

Puis-je allaiter

Les femmes atteintes d'hépatite chronique A, B et C peuvent allaiter. L'allaitement n'augmente pas le risque d'infection chez les nouveau-nés. Mais il est important de surveiller l’intégrité des mamelons et des muqueuses de la bouche de l’enfant. En présence de crevasses saignantes dans les mamelons, les dommages causés à la membrane muqueuse de la bouche du nourrisson doivent être abandonnés pendant un certain temps. Nous savons maintenant quelles sont les maladies du foie pendant la grossesse.

La grossesse est la meilleure période de la vie de chaque femme. La période de son printemps et de sa prospérité, parce qu’elle s’attend à un miracle, son petit amour naît, se fortifie et se développe. Malheureusement, bien qu’il s’agisse d’un processus naturel, la grossesse est également un lourd fardeau pour le corps de la femme et tous ses organes internes. De nombreuses maladies chroniques et absolument soudaines des organes internes sont «déclenchées». Le foie devient l'un des organes les plus «impressionnables» au cours de cette période.

Bien sûr, chez une femme enceinte normale, le niveau de l'apport sanguin ne devrait pas changer en raison de la taille, de la structure et des limites du foie, mais néanmoins, précisément à ce moment-là, sa fonction peut être gravement altérée. Le processus est assez naturel car pendant la grossesse, le foie est soumis à une charge très lourde: il doit nettoyer les déchets du fœtus, activer les ressources, améliorer les processus métaboliques et, depuis la fin du premier trimestre, les hormones sont métabolisées et inactivées par le foie.

Cependant, si la grossesse se déroule normalement, le processus métabolique n'est pas perturbé. Mais avec les maladies du foie et la toxicose tardive, les femmes enceintes ont des problèmes car les ressources du foie commencent à se dessécher rapidement.

En règle générale, le foie souffre chez 2 à 3% des femmes enceintes: ces femmes doivent nécessairement être surveillées de près par un obstétricien-gynécologue. Mais même dans ce cas, le danger existe: si le médecin manque d’expérience et n’évalue pas correctement les problèmes de foie, il ne peut éviter les complications - toxicose tardive, hypotrophie fœtale, complications lors de l’accouchement.

Il est possible que lorsque des problèmes de foie sont découverts, une femme puisse être hospitalisée. En règle générale, il est recommandé aux premiers stades - en moyenne jusqu'à 12 semaines - si l'inflammation du foie et des voies biliaires aggrave ou si une pathologie gynécologique est ajoutée à une maladie du foie existante. Ou s'ils ne peuvent pas faire un diagnostic précis. Hospitalisation possible et 2-3 semaines avant l'accouchement. Si une femme souffre d'une maladie grave du foie, la grossesse est malheureusement interrompue.

La jaunisse est l'un des symptômes les plus alarmants et les plus courants de la maladie du foie pendant la grossesse. Il peut causer à la fois des causes communes et des facteurs associés à la grossesse. Dans la moitié des cas, la jaunisse se développe en raison d'une ancienne maladie de Botkin (hépatite virale), dans un quart des cas en raison d'une toxicose tardive avec syndrome hépatique et dans 7% des cas en raison d'une cholélithiase.

L'hépatite virale A chez les femmes enceintes n'est pas très différente de l'hépatite virale A chez les femmes non enceintes. Le fœtus et le nouveau-né ne sont généralement pas infectés.

L'hépatite virale B est beaucoup plus grave: cette maladie se caractérise par une longue jaunisse, une intoxication du corps et un risque élevé d'infection du bébé.

Lorsque dyskinésie biliaire - pendant la grossesse est compliqué. Il existe une altération fonctionnelle de la motilité de la vésicule biliaire et des conduits, mais cela n’affecte pas beaucoup la grossesse et son issue.

Au cours du deuxième trimestre, la lithiase biliaire se développe souvent - ou, en d'autres termes, la lithiase biliaire - des calculs biliaires se forment dans le foie et le système biliaire. La grossesse n’est pas interrompue, le traitement vise à réduire le processus inflammatoire dans la vessie et à améliorer le flux de la bile.

La cholécystite chronique est une autre maladie fréquente de la vésicule biliaire. C'est ce qu'on appelle des micro-organismes, la femme souffre, une lourdeur dans l'hypochondre droit. Dans presque tous les cas, la cholécystite chronique est exacerbée au troisième trimestre. Le gros inconvénient est qu'une femme ressent un inconfort grave, mais que la cholécystite ne nuit pas au fœtus. Ce n'est que si aucune cholécystite aiguë ne s'est développée pendant la grossesse. Ensuite, la femme est hospitalisée et, éventuellement, sera opérée.

N'interrompez pas la grossesse et si la femme a développé un syndrome postcholécystectomie. Apparaît dans le cas où la vésicule biliaire a été enlevée et des complications sont survenues. Mais si une femme souffre souvent d'une exacerbation de cholélithiase, de coliques hépatiques incessantes, il lui sera recommandé de laisser la grossesse se dérouler avant le début de la grossesse ou de l'interrompre aux premiers stades.

La grossesse aggrave considérablement les dommages irréversibles chroniques au foie - la cirrhose. Malheureusement, cela affecte négativement son résultat et son cours. L'accouchement et la période post-partum s'accompagnent de graves saignements. Par conséquent, la grossesse est simplement contre-indiquée pour les femmes atteintes de cette maladie.

Active la grossesse et une autre maladie grave, l’hépatose cholestatique. En réalité, il peut survenir à tout moment, mais le plus souvent au troisième trimestre. Risque élevé d'hémorragie post-partum grave. La jaunisse passe une à trois semaines après l’accouchement, mais pendant la grossesse, elle peut se manifester par une démangeaison grave. Dans des cas extrêmes, elle oblige à recourir à l'avortement, bien que cela en soi - l'hépatose cholestatique n'est pas une indication de l'avortement.

Certes, s’il ne s’agit pas d’un diagnostic - hépatose graisseuse aiguë de la femme enceinte. Avec cette pathologie, une interruption de grossesse urgente est montrée car il s'agit de la maladie du foie la plus grave.


Plus D'Articles Sur Le Foie

La cirrhose

Préparations pour la prévention du foie

Laisser un commentaireChaque jour, le foie est exposé à des facteurs négatifs externes (tabagisme, alcool, stress). Par conséquent, une prévention précoce du foie contribuera à éviter le dysfonctionnement, l'apparition de maladies et à vous protéger des symptômes désagréables.
La cirrhose

Inflammation du traitement antibiotique de la vésicule biliaire

La manifestation de problèmes avec l'écoulement de la bile se produit souvent après 35 ans, l'accumulation d'acides gras provoque la formation de calculs, en conséquence, une cholécystite se produit.