Tout sur les polypes dans la vésicule biliaire: symptômes, causes et traitement

Polype - une tumeur bénigne, qui est une conséquence de l'hyperplasie des membranes muqueuses.

Ils peuvent affecter divers organes internes, y compris la vésicule biliaire. Un tel diagnostic est-il dangereux et que faire dans une telle situation?

Des polypes dans la vésicule biliaire sont souvent détectés chez les femmes de plus de 35 ans. Ils peuvent apparaître chez les hommes, mais dans ce cas, leur caractère sera quelque peu différent. Pour les femmes, les polypes hyperplasiques sont les plus courants, chez les hommes - le cholestérol.

Qu'est ce que c'est

Les polypes sont des excroissances de la membrane muqueuse superficielle de la vésicule biliaire, qui peuvent être simples ou multiples. De tels néoplasmes sont capables d'atteindre des tailles assez grandes (1-2 cm) ou forment une grille de petites excroissances de 1-2 mm de hauteur.

Malgré la nature bénigne des polypes, s'ils ne sont pas traités, ils sont capables d'ozlokachestvlyatsya. En conséquence, le patient peut développer un cancer de la vésicule biliaire.

Classification

Les polypes dans la vésicule biliaire peuvent être représentés par:

  1. Tumeurs adénomateuses. Ces excroissances sont considérées comme bénignes, mais sont sujettes à la malignité. Se posent en raison de la croissance des structures glandulaires ZH. En raison du risque élevé de transformation en cancer, ces polypes nécessitent une attention particulière de la part du médecin et doivent être traités.
  2. Les papillomes, qui ont également une nature bénigne et une forme papillaire. En l'absence de traitement à long terme, ils peuvent avoir une tumeur maligne.
  3. Polypes d'origine inflammatoire. Ces excroissances appartiennent à la catégorie des pseudo-tumeurs apparues dans le contexte de processus inflammatoires se produisant dans les cellules de l'épithélium externe de la vésicule biliaire. Ces néoplasmes peuvent être formés sous l’influence de calculs, d’une invasion parasitaire et d’autres facteurs néfastes.
  4. Polypes du cholestérol, également appelés pseudotumeurs. Ces néoplasmes sont souvent résolus pendant la pharmacothérapie. La complexité de ce type de croissance réside dans le fait que lors d'une échographie, ils sont souvent confondus avec de vrais polypes. Ces formations sont formées en raison de l'accumulation de dépôts de cholestérol, elles peuvent donc également être confondues avec les calculs biliaires.

Les polypes du cholestérol sont les plus courants et sont mieux traités avec un traitement conservateur.

Les causes

En filtrant le sang, un processus continu de formation de bile se produit dans les tissus du foie. Sur le canal biliaire, il pénètre dans le ZH, où le liquide jaune-brun s’accumule. Lorsque la nourriture atteint le duodénum, ​​la vésicule biliaire se contracte et la bile est libérée, ce qui favorise la digestion et la dégradation de la nourriture.

Avec le développement de processus pathologiques, ZH diminue en volume tout en perdant la fonction de concentration de la bile. En conséquence, le liquide commence à stagner, ce qui provoque l'apparition de néoplasmes muqueux.

Les raisons de la formation d'un ou plusieurs polypes résident dans la violation des processus métaboliques et les anomalies de la structure de la membrane muqueuse de la vésicule biliaire. Les parents sanguins d'un patient atteint de polypes sont automatiquement à risque.

Les polypes dans la vésicule biliaire sont les plus sensibles aux personnes avec:

  • pathologies du système endocrinien;
  • altération du métabolisme des graisses;
  • hypercholestérolémie provoquée par l'abus de malbouffe;
  • cirrhose du foie;
  • l'hépatite;
  • urolithiase;
  • cholécystite;
  • JCB.

Dans certains cas, la formation de polypes peut survenir après des maladies infectieuses antérieures.

Symptômes de polypes dans la vésicule biliaire

Les symptômes du processus pathologique dépendent du lieu de formation des polypes. Le plus défavorable est le cas lorsque les excroissances polypeuses sont localisées sur le cou de la vésicule biliaire ou dans ses canaux. Une telle anomalie crée un obstacle sérieux au mouvement de la bile dans l'intestin. C'est pourquoi un patient peut développer une pathologie aussi dangereuse et désagréable que la jaunisse mécanique.

Si l'emplacement des polypes se situe dans d'autres zones de la vésicule biliaire, aucun tableau clinique spécifique ne se présente. Cependant, il est toujours possible de suspecter la maladie. Pour cela, vous devez faire attention à la présence des signes suivants:

  1. Sensations douloureuses dans l'hypochondre droit, dues à l'étirement du mur de calculs biliaires dû à la bile stagnante. Les douleurs sont mates et douloureuses dans la nature. Se produire périodiquement, donner à l'hypochondre droit, de sorte que les patients se plaignent souvent d'avoir mal au foie. Le syndrome de la douleur peut survenir dans le contexte de l'utilisation d'alcool ou de graisse frite. Pour cette raison, la plupart des patients ignorent la présence de polypes, ce qui lie le malaise au stress ou à la malnutrition.
  2. Jaunissement de l'épiderme et des muqueuses des yeux, de la cavité buccale, etc. En présence d'un polype dans les voies biliaires, se développe une jaunisse mécanique, accompagnée des anomalies mentionnées ci-dessus. En raison de l'obstruction des voies biliaires, la bile ne peut pas s'échapper naturellement. Elle s'infiltre donc à travers les parois de la vessie et pénètre dans le sang. Le patient souffre de prurit, des nausées, des vomissements de masses biliaires peuvent s'ouvrir. L’obscurcissement de l’urine est un signe caractéristique de la jaunisse obstructive.
  3. Colique hépatique. Si la tumeur a une longue jambe et est localisée dans le cou de la vésicule biliaire, une attaque de colique hépatique se développe lorsqu'elle est torsadée. Ce symptôme se produit souvent avec une réduction significative de l'organe malade. En cas de torsion du pédicule polypeux, le patient a une crise aiguë de douleur aiguë et de crampes. Il est tourmenté par des symptômes d'hypertension artérielle et une accélération du rythme cardiaque. Dans le même temps, les symptômes alarmants ne disparaissent pas lorsqu'une personne adopte une posture confortable, ce qui indique le développement d'une colique hépatique.
  4. Signes de dyspepsie. C'est par sa présence que les polypes de la vésicule biliaire peuvent être jugés. Le degré de gravité peut varier dans chaque cas. Les manifestations caractéristiques des symptômes dyspeptiques sont une amertume dans la bouche, des nausées le matin, la survenue de vomissements lors de la suralimentation. Toutes ces anomalies sont la conséquence de processus stagnants dans le corps. Elle affecte également la digestion, ce qui peut entraîner une perte de poids considérable.

Malgré cela, les patients présentent rarement des symptômes similaires pour obtenir une aide médicale. Mais la réalisation rapide des ultrasons aide à identifier le polype et à déterminer son emplacement exact.

Qu'est-ce qu'un polype dangereux de la vésicule biliaire?

Les polypes dans la vésicule biliaire sont dangereux en termes de leur capacité à dégénérer en une tumeur cancéreuse. Cette probabilité varie de 10 à 30%.

De plus, les formations polypeuses peuvent provoquer une suppuration dans l'organe malade. Une intoxication cérébrale peut se développer dans le contexte de niveaux élevés de bilirubine. Ces complications dangereuses ne peuvent être évitées que si une assistance médicale qualifiée est demandée à temps.

Diagnostics

La présence de polypes peut être déterminée par un diagnostic échographique du foie et de la vésicule biliaire. Sur l'écran de l'appareil à ultrasons, le spécialiste peut clairement voir la formation d'une forme arrondie, qui est fixée au mur du LP et n'a pas d'ombre acoustique.

Aujourd'hui, l'échographie endoscopique est considérée comme l'une des méthodes de diagnostic les plus informatives. La procédure est effectuée sur le principe des groupes de discussion. Un tube endoscopique flexible avec un capteur à ultrasons à l'extrémité est inséré dans le KDP du patient. Comme le duodénum est situé à proximité immédiate de la vésicule biliaire, l’image est beaucoup plus claire lors de la réalisation d’une échographie.

Traitement chirurgical

La chirurgie est le seul traitement efficace contre les polypes. Cependant, pour faire face au processus pathologique, ne retirer que les excroissances ne réussira pas - il est nécessaire de retirer l’organe entier.

Il y a des situations où la chirurgie ne peut être différée. Ceux-ci comprennent:

  • la taille du polype est de 1 cm ou plus;
  • flux parallèle dans la vésicule biliaire d'autres processus pathologiques: cholélithiase ou cholécystite, qui est passée dans la phase de chronicité;
  • croissance rapide de la croissance;
  • numéros de polype;
  • risque élevé de tumeur maligne.

Cholécystectomie laparoscopique

Dans ce cas, l'ablation de la vésicule biliaire est réalisée à l'aide d'un équipement médical endoscopique. Lors de la manipulation sur la paroi abdominale antérieure, plusieurs perforations sont effectuées, à travers lesquelles des instruments spéciaux, des trocarts, sont insérés dans la cavité abdominale. Ils sont équipés de tubes creux avec soupapes aux extrémités. Ils sont nécessaires à la séparation des tissus en toute sécurité. Un laparoscope et un oculaire spécial avec une caméra vidéo sont insérés dans les perforations uniquement après la pose des trocarts.

Avant l'opération, le patient subit un diagnostic de rééchographie, un test OAK et un coagulogramme. La procédure se déroule en plusieurs étapes:

  1. Le médecin fait 4 incisions, après quoi il introduit des trocarts.
  2. À travers des trocarts dans la cavité abdominale sont placés des instruments médicaux de travail.
  3. Un examen préliminaire des organes péritonéaux.
  4. Le ligament hépato-duodénal avec l'artère et le canal kystiques est déterminé, qui est ensuite coupé (la procédure par laquelle l'artère et le canal sont ligaturés et intersectés).
  5. À l'aide d'un électrocoagulateur, le médecin sépare la vésicule biliaire et la dissèque.
  6. Grâce aux ponctions effectuées, la vésicule biliaire est soigneusement retirée de la cavité abdominale.

La cholécystectomie par laparoscopie présente les avantages suivants:

  • douleur mineure et brève pendant la période de rééducation;
  • l'absence de séjour prolongé à l'hôpital (en règle générale, le patient est hospitalisé pour une durée maximale de 5 jours);
  • faible risque de complications (formation d'adhérences, apparition d'une infection bactérienne, etc.);
  • la capacité du patient à se servir après la fin de la procédure.

Cholécystectomie ouverte

Dans ce cas, dans la cavité abdominale du patient, ne perforez pas, mais coupez. La manipulation est réalisée par laparotomie - couper la paroi abdominale pour accéder à l'organe malade. Lorsque les polypes de la vésicule biliaire effectuent généralement une laparotomie oblique. Pour accéder au foie et à la vésicule biliaire, pratiquez une incision oblique le long du bord de l’arcade costale.

L'opération est réalisée par étapes:

  1. Le lieu où l'incision préliminaire a été faite est traité avec des préparations antiseptiques.
  2. À l'aide d'un scalpel, une incision de 10 à 15 cm est pratiquée.
  3. Les tissus sont coupés en couches.
  4. Comme avec la cholécystectomie laparoscopique, le médecin trouve le ligament hépato-duodénal et dégage l'artère et le canal.
  5. La vésicule biliaire est séparée du lit hépatique et ligotée, après quoi elle est excisée.
  6. Avec les organes, une résection des ganglions lymphatiques régionaux est effectuée.
  7. Les tissus dans la zone d'incision sont suturés couche par couche, mais dans l'ordre inverse.

La cholécystectomie par laparotomie est réalisée si les polypes ont atteint des tailles comprises entre 15 et 18 mm. Les médecins disent que ces excroissances polypeuses sont sujettes aux affections malignes. Par conséquent, lors de la chirurgie, la vessie doit être retirée, ainsi que les ganglions lymphatiques régionaux. En même temps, un petit morceau de tissu hépatique est excisé pour un examen microscopique.

La cholécystectomie à ciel ouvert est réalisée exclusivement sous anesthésie générale, et uniquement avec un ventilateur. Les sutures postopératoires sont retirées pendant 6-7 jours. Le premier jour après l'intervention, le patient n'est autorisé à boire que de l'eau non gazeuse, le lendemain - pour manger de la nourriture en quantités limitées. Vous pouvez vous lever après l'opération pendant 3-4 jours. La durée de la période de rééducation est d’environ 14 jours.

Règles de puissance

Pour éviter la stagnation de la bile et la perturbation du tube digestif, il est nécessaire de suivre un régime alimentaire strict. Le tableau numéro 5 comprend les activités suivantes:

  • repas fractionnaires (4-5 fois par jour à intervalles réguliers);
  • ne manger que des aliments faciles à digérer (liquides, «tués» dans un mélangeur ou passés au tamis);
  • refus complet des produits de pâtisserie et de boulangerie, de la boulangerie;
  • l'utilisation de jus de fruits non saturés et non acides, de boissons aux fruits, de décoctions à base de plantes, de tisanes;
  • élimination complète des produits contenant de la caféine et de l'alcool éthylique;
  • refus de boissons gazeuses;
  • utiliser jusqu'à 2 litres de liquide par jour;
  • utilisez du fromage écrémé semi-solide, des soupes de légumes, de la purée de pommes de terre, des légumes et des fruits bouillis ou cuits au four.

Vous pouvez inclure dans le régime une petite quantité de bonbons et de biscuits. Dans le même temps, il est nécessaire de contrôler le niveau de graisses, protéines et glucides consommés.

Un tel régime est conçu pour six mois, mais il doit parfois être suivi plus longtemps. Sur toute sa longueur, il est interdit au patient de boire de l'alcool et de fumer.

Prévisions

Si les polypes dans la vésicule biliaire sont petits et peu enclins à la croissance, le pronostic de leur traitement est considéré comme favorable. Il est possible d'arrêter les symptômes et de réduire le risque de propagation du processus pathologique grâce à des traitements périodiques de traitement conservateur.

Cependant, la complexité de la situation réside dans le fait que la maladie ne se manifeste pas aux premiers stades de son développement. Par conséquent, les symptômes apparaissent même lorsque les excroissances polypeuses atteignent de grandes tailles. Et ceci est déjà lourd avec leur transformation en néoplasmes malins.

Pour éviter de telles conséquences, il n'est pas nécessaire d'attendre que les symptômes disparaissent d'eux-mêmes. Vous devriez immédiatement consulter un médecin et être examiné. Plus tôt la maladie est détectée, plus l'issue du traitement sera favorable.

Polype de la vésicule biliaire: causes, qu'est-ce qui est dangereux, que faire, comment traiter?

Les polypes dans la vésicule biliaire sont détectés par échographie chez environ 6% des habitants de la planète. La très grande majorité des patients atteints de telles formations sont des femmes de plus de 35 ans. Le plus souvent, les polypes de cette localisation sont détectés par hasard lorsqu'un patient rend visite à un médecin pour une pathologie différente des voies biliaires. La nomination d'une échographie implique la découverte de polypes qui ne se sont pas manifestés et ne l'ont pas dérangé.

Une fréquence relativement importante de la prévalence d'un tel processus est due au fait que les données ultrasonores ne distinguent pas toujours de manière fiable un vrai polype de formations similaires associées au dépôt de cristaux de cholestérol dans la muqueuse ou à des modifications inflammatoires. Cependant, la conclusion du médecin concernant la présence d'un polype nécessite toujours une grande vigilance, car le risque de malignité (ozlokachestvlenie) associé à certaines variantes de polypes atteint 30 à 33%.

Causes et types de polypes

Les causes de la polyphobie dans la vésicule biliaire ne sont toujours pas claires, bien que le rôle du processus inflammatoire (cholécystite), du transport de calculs et de troubles métaboliques soit supposé. Par ailleurs, les polypes sont beaucoup plus souvent retrouvés dans les cas de cholécystite chronique, de calculs biliaires, de pancréatite et de dyskinésie biliaire. Cela est probablement dû à la stagnation du contenu, à la violation de la vidange complète et opportune de la vésicule biliaire, à l’effet mécanique sur la paroi des organes de la pierre qui contribue à sa blessure constante et au maintien d’une inflammation chronique, ce qui entraîne une reproduction excessive des cellules de la couche interne et la formation d’un polype.

Une autre cause de polyphobie peut être une violation du métabolisme des lipides. Tout le monde sait que la bile est riche non seulement en substances actives contribuant à la décomposition des graisses dans les intestins, mais également en cholestérol qui, dans des conditions défavorables, peut se déposer dans les cellules de la membrane muqueuse. Ce phénomène s'appelle la cholestérose et reflète la présence de cholestérol et de ses esters dans les cellules, dont la taille augmente de manière significative et forment des excroissances qui dépassent la surface de la membrane muqueuse.

Presque tous les patients atteints d'un polype de la vésicule biliaire peuvent signaler des erreurs dans leur régime alimentaire, qui consistent principalement en une consommation excessive de graisses animales. À cet égard, il existe un avis sur le rôle de la nature des aliments en tant que cause de la polyproduction. Dans certains cas, il n'est pas possible d'établir pourquoi le polype est apparu et on l'appelle alors idiopathique.

En fonction des caractéristiques de la structure, de l'apparence et de la raison éventuelle, plusieurs types de polypes de la vésicule biliaire sont distingués:

  • Le cholestérol;
  • Inflammatoire;
  • Adénomateux;

De plus, l'image d'un polype peut indiquer la présence d'une tumeur bénigne - le papillome, qui se développe à la surface de la membrane muqueuse sous la forme de papilles.

Le polype du cholestérol est le plus commun. Ce type de formation n'est pas une tumeur, mais reflète uniquement le dépôt focal de cristaux de cholestérol dans les cellules de la couche interne de la vessie. En fait, ces élévations ne sont pas des polypes, elles ne nécessitent donc généralement pas de tactique chirurgicale active, mais les difficultés de diagnostic différentiel au cours de l'échographie permettent de confondre un vrai polype. Le dépôt de cholestérol dans la paroi de la vésicule biliaire est appelé cholestérose et, lorsqu'il est accompagné de croissances polypeuses, on parle de cholestérose polypeuse.

Le polype inflammatoire se produit en réponse à une irritation constante de la paroi de la vésicule biliaire. En règle générale, les calculs avec une cholélithiase deviennent un irritant, mais il peut aussi y avoir des parasites vivant dans les canaux biliaires et même la bile elle-même. Les polypes inflammatoires, comme le cholestérol, ne sont pas une tumeur, mais il est presque impossible d'exclure la probabilité de modifications atypiques de leurs cellules.

Les adénomes (polypes adénomateux) et le papillome sont considérés comme de véritables tumeurs qui donnent une image ultrasonore sous la forme d'une excroissance polypeuse. Les polypes adénomateux sont une reproduction locale excessive des cellules muqueuses qui constituent le centre de la croissance tumorale. Dans les adénomes, une atypie est souvent détectée, ce qui indique une tendance à la transformation maligne. Le papillome est une tumeur bénigne de l'épithélium tapissant la vésicule biliaire de l'intérieur. Les tumeurs papillaires de cette tumeur ont l'apparence d'un polype par ultrasons.

Manifestations et diagnostic de polypes

Bien entendu, la majorité des patients avec de telles formations sont préoccupés par la dangerosité de leur présence. Ne tenant pas compte du fait que les polypes eux-mêmes, en règle générale, ne causent aucune anxiété et sont asymptomatiques, le risque de malignité, quand presque un polype sur trois peut devenir un cancer, rend cette affection dangereuse et par conséquent, l'anxiété est complètement justifiée.

instantané: polype de la vésicule biliaire

Aucun symptôme spécifique ne permet de suspecter un polype de la vésicule biliaire. Parfois, les patients peuvent être dérangés par la lourdeur de l'hypochondre droit, des nausées, une dyspepsie en cas d'erreur de nutrition. Si le polype est situé à la bouche du canal biliaire et est suffisamment grand pour bloquer le flux de bile, des coliques biliaires peuvent survenir avec une douleur aiguë à l'abdomen, des nausées, des vomissements, une sensation d'amertume et une bouche sèche. Étant donné que les polypes surviennent généralement lorsque la cholécystite ou la cholélithiase est déjà présente, les manifestations de ces maladies particulières se manifestent parmi les symptômes.

Si vous suspectez la présence de polypes de la vésicule biliaire, le patient sera envoyé à une échographie. L'échographie endoscopique est considérée comme un moyen prometteur et plus informatif de diagnostiquer lorsqu'un patient avale un conducteur flexible doté d'un capteur qui pénètre dans le duodénum. La distance entre la paroi intestinale et la vésicule biliaire est beaucoup moins importante que dans l'étude à travers la paroi abdominale, et l'utilisation de fréquences d'échographie plus élevées vous permet d'examiner minutieusement toutes les couches de la paroi de la vessie afin de déterminer la présence de polypes, leur taille et leur localisation.

Approches dans le traitement des polypes de la vésicule biliaire

Les polypes de la vésicule biliaire sont perfides, car ils n'inquiètent pas le patient. Pourtant, selon certaines données, le risque de cancer atteindrait 33%. Bien sûr, tous les polypes ne peuvent pas devenir cancéreux, mais la plupart des spécialistes, lorsqu'ils détectent de tels changements, offrent immédiatement un traitement radical - l'ablation de la vésicule biliaire et des polypes.

En raison de la crainte d'une intervention chirurgicale, de nombreux patients se lancent dans «tout ce qui est sérieux», se laisser emporter par les méthodes traditionnelles, attendre le temps qui leur reste et ignorer les échographies régulières. Bien qu’il reste du temps, un polype peut non seulement croître, mais aussi donner naissance à une tumeur cancéreuse. Il est donc généralement admis qu’un polype ne peut être guéri que par chirurgie et l’observation ne fait souvent que retarder la nécessité d’une opération à laquelle vous pouvez toutefois vous préparer pour cette période.

La durée de l'opération et sa faisabilité dépendent du type et de la taille de la tumeur. Ainsi, si un patient a reçu un diagnostic de cholestérose polypeuse, on peut alors se limiter à la tactique attendue, mais uniquement si la taille des polypes ne dépasse pas 1 cm et que leur nombre ne dépasse pas cinq. La majorité absolue des patients se verront proposer une opération pour laquelle les indications sont considérées:

  1. Polype taille 1 cm ou plus.
  2. L'apparition de symptômes de dommages à la paroi de la vésicule biliaire, indépendamment de la taille de la formation (coliques biliaires).
  3. La nature diffuse de la polyproduction avec l'implication de toutes les parois du corps.
  4. Croissance des polypes (augmentation d'au moins 2 mm par an).
  5. L'incapacité à éliminer la nature maligne du processus.

L'intervention chirurgicale pour un polype de la vésicule biliaire implique une cholécystectomie (prélèvement d'organe), qui peut être réalisée par voie laparoscopique avec un traumatisme opératoire minimal. Chez les patients obèses, lors des adhérences dans la cavité abdominale, du remplissage abondant de la vessie avec des calculs, le chirurgien peut choisir une cholécystectomie standard de manière ouverte pour éviter les complications lors de l'extraction de la vessie de la cavité abdominale.

méthode laparoscopique gauche, cholécystectomie droite ouverte

Il existe des preuves de la possibilité d'une polypectomie endoscopique à l'aide d'outils spéciaux insérés dans la cavité de la vésicule biliaire, au niveau desquels un organe est préservé. Cependant, les données sur les conséquences et les résultats à long terme de telles opérations ne suffisent pas pour que la méthode soit utilisée partout.

Un traitement sans chirurgie est possible si la taille du polype ne dépasse pas 1 cm et que sa structure ne provoque pas de suspicion de cancer. Le patient doit obligatoirement effectuer un contrôle échographique régulier: tous les six mois pendant deux ans et chaque année tout au long de la vie, jusqu'à ce que des signes d'éducation accrue soient observés. Si vous suspectez une croissance adénomateuse, une échographie est recommandée tous les trois mois. Il existe des recommandations plus strictes, impliquant une échographie mensuelle pendant six mois, puis tous les trois mois, six mois et une fois par an, avec une condition stable et aucun signe de croissance.

Les polypes sont souvent associés à une inflammation de la vésicule biliaire, des voies biliaires, du pancréas. Il est donc conseillé de traiter ces maladies. La thérapie conservatrice implique un régime. Les repas doivent être doux, en petites portions et en plusieurs doses. Il devrait être exclu du régime des aliments frits et gras, des viandes fumées, du beurre, de l'alcool, du café fort, une abondance d'assaisonnements. La préférence devrait être donnée aux variétés de viande et de poisson faibles en gras, il est préférable qu’elles soient cuites à la vapeur ou bouillies. Dans le régime alimentaire devrait être une quantité suffisante de fruits et légumes, mais les sucreries, la cuisson, la crème glacée est préférable de limiter.

Aucun médicament ne peut éliminer un polype, mais il peut être prescrit dans le cadre du traitement complexe de la cholécystite et de la cholélithiase, qui peut être accompagné de polyporification, d'antispasmodiques, de calculs biliaires, d'anti-inflammatoires, etc.

Le traitement avec des remèdes populaires est autorisé, mais il convient de noter qu'il n'entraînera pas la disparition de polypes, mais contribuera uniquement à atténuer l'évolution des maladies de la vésicule biliaire susmentionnées. Toute composition à base de plantes doit être strictement coordonnée avec votre médecin. Habituellement, lorsque la pathologie de la vésicule biliaire est utilisée, fleurs de camomille, hanches, elecampane, bourgeons de bouleau, millepertuis, diverses herbes cholérétiques.

Je voudrais rappeler une fois de plus que les polypes de la vésicule biliaire, bien qu’ils passent inaperçus du patient, nécessitent toujours de la vigilance et une surveillance étroite par un spécialiste. L'auto-traitement et l'ignorance des examens réguliers sont inacceptables. Par conséquent, pour éviter le développement d'un cancer de la vésicule biliaire, il est nécessaire de suivre toutes les recommandations du médecin traitant.

Que faire des polypes dans la vésicule biliaire: le traitement approprié

Les polypes sont appelés des excroissances bénignes anormales qui ont une forme irrégulière, en forme de goutte ou arrondie et qui sont localisés sur les parois d'organes à structure creuse. En règle générale, les formations polypes sont situées sur une large base ou fixées au mur du corps avec une sorte de jambe.

Les polypes peuvent être localisés sur la membrane muqueuse de n’importe quel organe. Toutefois, ces excroissances se rencontrent le plus souvent dans la vésicule biliaire ou la vessie, l’intestin, l’utérus, l’estomac ou les fosses nasales. Parfois, des formations polypes sont détectées sur les parois de la vésicule biliaire.

Notion de maladie

Polypes de localisation de la vésicule biliaire - il s’agit de néoplasmes ressemblant à des tumeurs, de caractère essentiellement bénin, qui se forment sur la couche muqueuse interne de l’organe et se développent dans sa lumière.

Photo d'un polype dans la vésicule biliaire

Selon la classification internationale des maladies des polypes de la vésicule biliaire appartient au code K82 (autre pathologie de la vésicule biliaire). Les polypes situés au même endroit sont difficiles à diagnostiquer car ils présentent des symptômes similaires à ceux d'autres pathologies de la vésicule biliaire.

Espèces

Les types de polypes suivants peuvent être trouvés dans la vésicule biliaire:

  • Adénomateux - sont considérés comme de véritables tumeurs bénignes. Ils se caractérisent par un risque élevé de malignité (10% des cas) et se développent en raison de la prolifération des tissus glandulaires. En raison du risque de malignité, de tels polypes nécessitent une attention constante de la part des médecins et un traitement obligatoire;
  • Les papillomes sont également de vrais polypes bénins à la forme papillaire. Ils peuvent également renaître dans une tumeur maligne;
  • Les polypes d'origine inflammatoire - sont des pseudotumeurs et sont une conséquence de la réaction inflammatoire sur la membrane muqueuse de la membrane biliaire, à la suite de laquelle une prolifération tissulaire se produit. Ces polypes sont formés en raison de facteurs irritants tels que le tartre, les parasites, etc.
  • Polypes du cholestérol - appartiennent également à la catégorie des faux polypes et peuvent être résolus au cours du traitement conservateur. Mais le problème, c’est qu’avec les ultrasons, ils sont souvent confondus avec de vrais polypes. Ces formations sont des dépôts de cholestérol résultant de l'échec des processus d'échange de graisse, pouvant contenir des inclusions de calcium, elles sont donc souvent confondues avec des concrétions.

Le plus souvent, on trouve des polypes du cholestérol qui peuvent faire l’objet d’un traitement conservateur.

Les causes

Les causes les plus courantes de la formation de polypes dans la vésicule biliaire sont liées aux facteurs suivants:

  1. Violations réelles des échanges;
  2. Pathologie de la vésicule biliaire d'origine inflammatoire;
  3. Tendance héréditaire;
  4. Anomalies d'origine génétique;
  5. Dyskinésie biliaire et autres troubles hépatobiliaires.

Le plus souvent, ce sont des polypes du cholestérol qui se forment dans le cadre de divers types de désordres métaboliques des graisses, à la suite desquels de grandes quantités de cholestérol circulent dans le sang. En conséquence, des excès de cholestérol se déposent sur les parois vasculaires et dans la vésicule biliaire, ce qui provoque la formation de pseudopolypes de cholestérol.

Les formes chroniques de cholécystite sont considérées comme les facteurs les plus courants de polypose.

Au fond du processus inflammatoire, une congestion biliaire se produit dans les tissus à bulles de bile, ce qui conduit à un épaississement des parois de l'organe et à leur déformation. En conséquence, les cellules du tissu de granulation se développent et des pseudopolypes se forment.

Si les antécédents familiaux sont encombrés d’anomalies génétiques, il s’agit là d’un facteur de provocation supplémentaire de l’apparition de manifestations cliniques de pathologie.

Les pathologies hépatobiliaires ou les maladies des voies biliaires provoquent un déséquilibre vis-à-vis de la bile sécrétée et de ses volumes réellement nécessaires.

En raison de l'excrétion excessive ou déficiente de la bile, les processus digestifs sont perturbés, ce qui conduit en outre à la formation de polypose de la vésicule biliaire.

Les symptômes

L'image symptomatique de la polypose de la localisation biliaire est déterminée par l'emplacement spécifique de la croissance dans l'organe.

Du point de vue clinique, le plus dangereux est la localisation d’un polype dans le cou ou le canal de la vessie.

Dans cette situation, le polype va interférer avec le flux biliaire normal, ce qui conduira au développement d'un ictère de nature mécanique.

Lorsque la formation de polypes se situe dans une autre partie de la vessie, le tableau clinique de la pathologie devient flou et inexprimé. Le plus souvent, de telles manifestations indiquent la présence d'un polype de la vésicule biliaire.

  • Jaunisse La peau acquiert une teinte ictérique, tout comme la sclérotique, ce qui indique la teneur exorbitante en bilirubine dans le sang. Une tendance similaire est observée lorsque la voie biliaire se produit dans la vessie, entraînant une fuite de la bile dans le sang. Des symptômes tels que le noircissement de l’urine, les myalgies et les arthralgies, l’hyperthermie, le syndrome des nausées vomissements et le prurit complètent le jaunissement de la peau.
  • Douleur Des manifestations douloureuses dans les polypes de la vésicule biliaire se produisent en raison de l'étirement excessif des parois de l'organe. Cela se produit lorsque la bile stagne dans la vessie. De plus, des douleurs peuvent survenir à l’arrière-plan des contractions fréquentes de la vessie. De telles douleurs dans l'hypochondre droit sont localisées et ont un caractère terne. Ils se manifestent par des crampes, aggravés par des aliments gras ou trop, l'alcool, le stress, etc.
  • Dyspepsie. Il se caractérise par l'apparition d'un syndrome de nausée, souvent le matin, après un repas abondant, des vomissements se produisent et un goût amer est présent dans la bouche. Ces signes sont également causés par la bile, provoquant une violation des processus de digestion. L'amertume de la bouche est due au reflux de bile dans l'estomac dû à l'hyperactivité de la vessie biliaire motrice.
  • Colique du foie. Elle se manifeste par une crampe soudaine et une douleur aiguë dans l'hypochondre à droite. Un tel signe se produit généralement assez rarement, principalement avec des polypes avec une longue jambe. La douleur provoquée par les coliques est telle que le patient ne peut pas se trouver au même endroit. Il est donc déchiré et cherche en vain une position du corps plus indolore.

Maladies concomitantes

Très souvent, les polypes provoquent des processus pathologiques dans les organes adjacents - le pancréas et le foie. La polypose pouvant agir en tant que source infectieuse provoquant le développement du processus inflammatoire, les spasmes biliaires, la cholécystite, la pancréatite, etc., se développent souvent dans le contexte des polypes de la vésicule biliaire.

En général, on peut distinguer les spasmes des voies biliaires ou la dyskinésie, diverses formes de pancréatite et de cholécystite ou la maladie de calculs biliaires parmi les pathologies accompagnant la polypose.

Est-ce une néoplasie dangereuse?

Les polypes de la vésicule biliaire sont dangereux car, s'ils ne sont pas traités, ils peuvent facilement dégénérer en tumeurs malignes. Le pourcentage d'une telle probabilité est d'environ 10-30%.

En outre, les polypes peuvent être compliqués par une inflammation purulente de la vésicule biliaire, etc. Dans le contexte d'une bilirubine constamment élevée, une intoxication cérébrale peut se développer.

Par conséquent, il est nécessaire de contacter rapidement les spécialistes pour obtenir de l'aide et un traitement.

Diagnostic de l'éducation

En règle générale, les patients se tournent vers des spécialistes lorsqu'ils présentent les symptômes correspondants associés à une douleur douloureuse droite. Mais il est impossible de déterminer la présence de polypes dans la galle seulement par ce symptôme.

La pathologie ne peut être identifiée qu’à l’aide de diagnostics plus approfondis utilisant un équipement approprié.

Premièrement, les patients sont envoyés pour une échographie, qui est considérée comme l’un des meilleurs dans la détection de la polypose de la vésicule biliaire.

La tomographie par ordinateur et la cholangiographie par résonance magnétique sont également présentées. Ces techniques vous permettent de déterminer avec un maximum de précision l'emplacement, la nature et la solidité des formations polypes, ainsi que de détecter la présence de troubles associés.

L'endosonographie endoscopique, qui révèle la localisation et la structure de la prolifération polypeuse, est souvent présente dans l'étude de diagnostic.

Comment traiter les polypes dans la vésicule biliaire?

Habituellement, après la découverte de la formation de polypes biliaires, un traitement conservateur est prescrit. Il arrive souvent qu'après une polypose du cholestérol, après avoir ajusté son régime alimentaire et pris certains médicaments, les polypes du cholestérol disparaissent d'eux-mêmes.

Si les formations appartiennent à d'autres espèces et ne mesurent pas plus d'un centimètre de diamètre, elles sont alors observées pendant un certain temps, elles sont simplement observées. Le patient passe périodiquement à l'échographie, au scanner ou à l'IRM. Si les polypes ne montrent pas une tendance à se développer, ils ne seront pas touchés.

Traitement d'un polype sans chirurgie

Comme indiqué ci-dessus, le traitement non chirurgical de la polypose dans la vésicule biliaire n'est possible qu'avec le caractère cholestérol des formations. Dans le traitement de tels polypes, l'utilisation de médicaments tels que Ursofalk, Simvastatin, Holiver, Ursosan est le plus souvent indiquée, mais No-silo et Gepabene sont recommandés pour le traitement adjuvant.

Le traitement conservateur des polypes de cholestérol est justifié s’ils ne dépassent pas un centimètre.

La polypose n'est peut-être pas une croissance cellulaire, mais des calculs de cholestérol en vrac, ce qui provoquera plus tard de graves accès de douleur.

Opération

L'approche opératoire n'est montrée que dans les cas où les polypes se distinguent par une croissance constante et des caractères multiples.

Les médecins ont pour priorité de préserver la vésicule biliaire, car avec son ectomie, la digestion sera sévèrement perturbée et les aliments gras ne seront pas du tout assimilés.

Si des polypes sont trouvés dans la cavité de la vésicule biliaire, alors le médecin prend nécessairement le patient sous contrôle spécial afin d'exclure les risques possibles de transformation en processus tumoral malin.

Au cas où le traitement traditionnel ne donnerait pas l'effet escompté ou que les polypes deviendraient de grandes tailles, une solution opérationnelle du problème est présentée.

Des indications

Les indications absolues pour l'élimination rapide des polypes sont des facteurs tels que:

  • La grande taille de la croissance polypeuse de plus d'un centimètre;
  • La tendance des polypes à se développer rapidement, se traduisant par une augmentation des formations de 2 mm par an;
  • La nature multiple de la polypose avec une prédominance de croissance avec une base large, mais sans jambes;
  • Si la polypose est complétée par la présence de la maladie des calculs biliaires;
  • Avec le développement de la polypose sur le fond de l'inflammation chronique de la vésicule biliaire;
  • En présence d'antécédents familiaux chargés.

Aussi, une opération est nécessaire dans le cas d'un changement transformationnel de la structure d'un polype en une formation maligne, avec colique hépatique prononcée, cholécystite purulente, troubles du drainage biliaire, taux élevé de bilirubine.

Quand puis-je me passer d'une chirurgie?

Si les polypes n'atteignent pas la taille des paramètres centimétriques, il n'est pas nécessaire de les supprimer. Toutefois, à des fins de prévention, la femme doit subir des examens médicaux et des échographies mensuels pendant six mois.

Si, après six mois d'exposition aux médicaments, il n'y a aucun signe de dynamique positive, procédez à un traitement chirurgical.

La préparation

L’opération la plus courante pour éliminer les polypes est la cholécystectomie. Une telle procédure implique l'élimination non seulement des excroissances polypes, mais également du tissu biliaire. Une telle opération est réalisée de manière habituelle ou par endoscopie. Cette dernière option est plus préférable et est utilisée dans 90% des cas.

Avant la chirurgie, le patient subit les tests de diagnostic nécessaires, subit des tests de laboratoire et est soumis à un diagnostic par ultrasons. Avant l'opération, le patient reçoit une anesthésie générale utilisant des relaxants musculaires pour détendre les tissus musculaires.

L'opération elle-même est effectuée à travers 4 ponctions pour l'insertion d'instruments dans la cavité abdominale et l'extraction ultérieure de la vésicule biliaire.

À la suite de cette opération, la rééducation est minimale, la douleur postopératoire est légère, les complications diverses telles que les adhérences ou le processus herniaire sont faibles, de même que les lésions infectieuses.

Mode de vie après avoir enlevé un polype

Après l'opération, le patient devra changer son régime alimentaire habituel.

Lorsqu'il n'y a pas de vésicule biliaire, l'activité enzymatique est sérieusement perturbée, le suc gastrique est sécrété à des concentrations beaucoup plus basses et au lieu de la vésicule biliaire va immédiatement à l'intestin.

Pour que le corps apprenne plus ou moins à vivre sans la vésicule biliaire, il faut au moins deux ans.

Le premier semestre est particulièrement important, nécessitant les besoins alimentaires les plus petits et les plus insignifiants:

  • Les aliments consommés doivent être préparés uniquement par ébullition ou cuisson à la vapeur;
  • La nourriture doit être mastiquée pendant longtemps et avec soin, afin que de gros morceaux ne pénètrent pas dans l'estomac, ce qui offrira au foie plus de possibilités d'activité enzymatique.
  • Pour un robot culinaire, il faut manger une petite quantité de nourriture afin de ne pas surcharger le système digestif.

Régime alimentaire

Avant et après l'opération, un régime pour les polypes de la vésicule biliaire implique l'observance d'un régime fractionnel, lorsque le patient doit manger un peu, mais toutes les 3 heures. En plus:

  • Après avoir mangé, il ne devrait y avoir aucune sensation de trop manger;
  • Les aliments doivent être consommés dans un état fondamental ou très fondamental;
  • Exclure toute charge pendant une heure et demie après avoir mangé;
  • Cuire les produits uniquement en les cuisant ou en les faisant bouillir;
  • Les repas ne peuvent pas être mangés chauds.

Vous ne pouvez pas manger de champignons et de soupes grasses, de muffins et de tartes frites, de poisson et de viande gras, de viandes fumées, d'une variété de mayonnaise et de sauces, de légumes aigres comme la tomate, le radis, l'oseille, etc. Sont également interdits les produits laitiers, la boisson alcoolisée et les boissons gazeuses, le chocolat, etc.

Remèdes populaires

Si le médecin a recommandé l'ablation chirurgicale des excroissances de la vésicule biliaire polypeuse, il ne fonctionnera jamais.

Mais si le médecin choisit la tactique d'observation et prescrit un traitement conservateur, il est alors possible de compléter le traitement principal par la prise de préparations à base de plantes, mais uniquement avec le consentement du médecin.

Pour un traitement conservateur supplémentaire peut être pris l'infusion de l'herbe de chélidoine ou avec l'ajout de fleurs de camomille. L'herbe est versée avec de l'eau bouillante et conservée dans un thermos pendant quelques heures, après quoi ils boivent une grande cuillère avant de manger.

De telles perfusions sont recommandées au moins un mois. Remarque, un tel traitement ne peut être qu'un complément au traitement principal et ne peut pas le remplacer.

Avis des patients sur la thérapie

Elena:

Ma mère a longtemps souffert sous les côtes du côté droit. Elle a tout versé sur le foie jusqu'à la réussite de l'examen. Polypes biliaires trouvés et cloques. Urgence de l'opération, ils ont enlevé la bile complètement. Au début, ils voulaient faire une opération ouverte, mais nous avons insisté sur l'endoscopie. Les premières années, ma mère a suivi un régime strict et vit maintenant, comme d'habitude, car après l'opération, six années se sont écoulées.

Marie:

Peu de temps après avoir accouché, j'ai commencé à être très malade au niveau de la région du foie. Je suis allé à l'échographie, où ils ont trouvé des polypes. Les médecins ont déclaré qu'un retrait obligatoire était nécessaire, car les excroissances étaient importantes et pouvaient se transformer en tumeur cancéreuse. Cholécystectomie laparoscopique recommandée. L'opération s'est très bien déroulée sous anesthésie générale. Déjà au lendemain du jour où je fus renvoyé chez moi. Cela fait presque six mois. Peu à peu, je commence à introduire de nouveaux produits dans le régime, car auparavant ils étaient impossibles. Je ne mange pas de viande fumée ni de friandises frites, bien que je les prépare pour le ménage. Mais l’essentiel est qu’à présent le cancer ne me menace pas et que les demandes et les privations alimentaires se supportent facilement.

Prévisions

Les petites pousses polypes qui ne sont pas susceptibles d'augmenter, se distinguent par un pronostic favorable et sont traitées au moyen de médicaments. Cependant, les polypes biliaires se développent souvent de manière asymptomatique et, lorsque des manifestations caractéristiques se produisent, les excroissances peuvent atteindre des tailles importantes ou même être malignes.

Par conséquent, lorsque les premières sonneries d'alarme doivent être examinées pour prévenir le développement du cancer. Ensuite, les prévisions seront extrêmement positives.

Chirurgie vidéo pour enlever les polypes dans la vésicule biliaire:

Qu'est-ce qu'un polype adénomateux de la vésicule biliaire: symptômes, diagnostic ainsi que traitement médicamenteux et chirurgical

Les polypes dans la vésicule biliaire nuisent à la qualité de vie des patients, notamment lorsqu'ils sont localisés dans les voies biliaires ou lorsque la lumière du tractus cholérétique est bloquée par un polype. Dans certains cas, une méthode radicale d'élimination du problème et d'ablation de la vésicule biliaire est requise. Malheureusement, l'adénomatose dans la vésicule biliaire aux premiers stades du développement ne se caractérise pas par des symptômes vifs. Cependant, avec une croissance prononcée, avec la menace de transformation du cancer, de violation ou de chevauchement des voies biliaires, la fonction de l'ensemble du système hépatobiliaire se détériore.

Qu'est-ce qu'un polype adénomateux de la vésicule biliaire?

Le polype adénomateux de la vésicule biliaire est une prolifération pathologique de la couche épithéliale muqueuse qui se précipite à l'intérieur de la cavité. Les polypes adénomateux, plus que tous les néoplasmes, sont sujets aux transformations de cellules cancéreuses.

En règle générale, l'adénomatose a une base large ou une petite jambe, localisée dans n'importe quelle partie de l'organe.

Ces formations polypes sont de petite taille:

  • dans la paroi, la vésicule biliaire atteint à peine 2 cm;
  • quand ils sont formés dans les conduits, la taille maximale ne dépasse pas les indicateurs diamétraux.

Dans ce dernier cas, les risques de stagnation de la bile, de violations de son passage dans les voies biliaires sont probables.

On distingue deux grands groupes de néoplasmes de la vésicule biliaire:

  • Vrai, prenant la base de l'épithélium muqueux, rempli d'une composante vasculaire puissante;
  • Faux, formé sur le fond de la calculite, des dépôts de cholestérol sans composante vasculaire.

Les polypes adénomateux sont retrouvés dans 2 à 3% des lésions de polypose de la vésicule biliaire et des conduits. La pathologie est rarement indépendante et se forme dans le contexte de maladies concomitantes du système hépatobiliaire.

Les tumeurs adénomateuses sont plus caractéristiques du système génito-urinaire chez les femmes et les hommes, organes du tractus gastro-intestinal. Ce qui est un polype dans la vessie est plus détaillé ici.

Les polypes adénomateux, plus que tous les néoplasmes, sont sujets aux transformations de cellules cancéreuses.

Mesures de diagnostic

Le diagnostic est fait pour différencier certaines autres maladies du système hépatobiliaire, notamment un taux de cholestérol élevé, la calculite, des modifications pathologiques du foie.

Tout d'abord, effectuez une série d'études typiques:

  • L'étude des données anamnestiques du patient;
  • Examen physique et palpation de la zone douloureuse;
  • Examen approfondi des plaintes des patients.

Après avoir désigné une série d'essais cliniques généraux, obligatoires:

  • taux sanguins (bilirubine, leucocytes, hémoglobine, créatinine et urée),
  • l'urine (protéines totales, densité, cellules inflammatoires),
  • analyse des matières fécales (ovule, sang occulte, signes de dysbiose intestinale, bilirubine).

Parallèlement, l’examen prescrit et instrumental, qui complète largement le tableau clinique, contribue à l’évaluation rapide de l’état général du patient.

Sont efficaces:

  • Diagnostic échographique de la cavité abdominale;
  • Échographie (pour clarifier les foyers de saignement);
  • Diagnostics par rayons X;
  • Examen IRM ou TDM pour l'examen couche par couche des tissus mous (recommandé pour la croissance de tumeurs adénomateuses à l'intérieur);
  • Méthode d'étude endoscopique (étude du duodénum et de la vésicule biliaire avec une sonde optique).

La dernière manipulation permet non seulement le diagnostic, mais également certains types de traitement:

  • élimination des polypes
  • arrêter les foyers saignants,
  • traitement des foyers érosifs ulcératifs de la cavité muqueuse,
  • élimination des adhérences,
  • rétrécissement de la lumière des voies biliaires.

La possibilité de procéder à une biopsie est particulièrement intéressante lorsque, au cours d'une endoscopie, la documentation nécessaire à l'examen histologique est produite.

Signes sur l'échographie

La principale méthode disponible pour identifier les polypes de la vésicule biliaire, y compris d'autres formations ressemblant à des tumeurs et des modifications anatomiques des organes de l'ensemble du système hépatobiliaire, est l'échographie. À l’aide de l’échographie, vous pouvez d’abord déterminer la nature du foyer de polypose, la nature de son apparition.

La plupart des polypes biliaires sont des dépôts de cholestérol. En échographie, les dépôts de cholestérol sont visualisés par un maillage diffus et les néoplasmes eux-mêmes - par des éléments de 1 à 3 mm. Les polypes du cholestérol ont des contours lisses, ne donnent pas d'ombre acoustique. Les gros polypes de cholestérol - d'environ 10-15 mm de diamètre, ont une structure plus dense et des bords inégaux.

L'adénomatose se manifeste par une augmentation de l'échogénicité, caractérisée par une mobilité pouvant atteindre 1 cm.Les contours d'un tel polype sont même, à l'intérieur, des foyers souvent visualisés avec des kystes, un remplissage glandulaire.

Il n’est pas difficile de diagnostiquer les polypes adénomateux aujourd’hui, car dans l’arsenal des médecins, il existe de nombreux moyens modernes de détecter tout type de tumeur ressemblant à une tumeur.

Méthodes de traitement

Les cliniciens recommandent de supprimer les foyers adénomateux immédiatement après leur détection. Ceci est important pour exclure diverses complications et la malignité rapide des cellules tumorales.

Il existe plusieurs tactiques principales de traitement des polypes adénomateux:

  1. Femme enceinte (en l’absence de symptômes, de risques de tumeur maligne, de petites tailles et de contre-indications au retrait);
  2. Médicaments (apparition de signes symptomatiques récurrents, contre-indications pour le retrait ou la préparation à la chirurgie);
  3. Traitement chirurgical (méthode principalement laparoscopique).

La pharmacothérapie est efficace contre les excroissances du cholestérol, pseudopolypes de structure morphologique différente. Dans les vrais polypes, un traitement symptomatique est généralement prescrit pour améliorer le bien-être général.

Les médicaments suivants sont prescrits:

  • Antispasmodiques (Drotaverine, Spasmalgon, Hepabene) pour relâcher les muscles lisses;
  • Traitement antibactérien (Sumamed, Azithromycine) avec inflammation active dans le corps;
  • Les médicaments cholérétiques (Ursosan, Ursofalk) pour accélérer le flux de bile et normaliser la sécrétion;
  • Des moyens qui augmentent la sécrétion de bile (Holiver);
  • Les médicaments antiviraux pour l'exacerbation de l'hépatite de n'importe quel groupe.

Un traitement prolongé élimine généralement le problème des polypes du cholestérol et améliore l’état de l’adénomatose confirmée. Le déroulement et la durée du traitement sont déterminés par le médecin traitant uniquement en fonction des antécédents cliniques du patient.

Ablation chirurgicale

La chirurgie est la principale méthode efficace de traitement de la pathologie, éliminant les risques de tumeur maligne et préservant la santé des patients.

Le traitement radical des vrais polypes est nécessaire dans les conditions cliniques suivantes:

  • la dynamique de croissance est surveillée (plus de 10 mm);
  • il y a une image symptomatique prononcée, augmentant ou diminuant d'épisodes;
  • un polype recouvre la lumière des conduits de la vésicule biliaire et aggrave l'état général du patient.

Compte tenu de la formation secondaire de foyers polypes à structure adénomateuse dans la cavité de l’organe, un traitement des facteurs provoquants est effectué avant toute opération.

La chirurgie moderne identifie plusieurs méthodes de retrait de base:

  • cholécystectomie laparoscopique;
  • opération ouverte.

La laparotomie est la principale méthode de traitement des foyers polypes. Il s'agit d'une méthode d'élimination douce avec un minimum de risques de complications. Souvent, les chirurgiens combinent plusieurs méthodes pour obtenir des résultats thérapeutiques optimaux.

Cours de chirurgie laparoscopique

Pendant la manipulation, effectuez l'algorithme suivant:

  1. Ponction dans la région péritonéale (jusqu'à 4 morceaux de 1 cm);
  2. L'introduction d'instruments à travers des trocarts spéciaux;
  3. Excision des adhérences autour de la vésicule biliaire;
  4. Le choix de la cavité du foie par découpage avec un électrocoagulateur;
  5. Enlèvement des tumeurs de la cavité de la vésicule biliaire;
  6. Sutures.

Après l'opération, certaines complications possibles sous forme de douleur, de perturbation de la sécrétion de bile, constituent donc un aspect important du rétablissement rapide: le respect des recommandations médicales claires. La rééducation est déterminée par l’adhésion à un traitement médicamenteux spécial. Un régime bien équilibré avec un polype dans la vésicule biliaire joue un rôle important.

Prévisions

Le pronostic des polypes adénomateux de la vésicule biliaire est généralement favorable, mais cela dépend en grande partie de la rapidité du traitement. Si une adénomatose est détectée, il est recommandé de procéder à un traitement médicamenteux approfondi, en suivant toutes les recommandations médicales.

Un autre regard sur le traitement des polypes de la vésicule biliaire dans cette vidéo:

Pour améliorer le pronostic, il est important d'éliminer complètement tous les facteurs qui déclenchent la croissance de nouveaux polypes: mauvaises habitudes, en particulier l'alcool, le tabac, exacerbations de maladies chroniques du système hépatobiliaire.

Comment se passe l'élimination du polype au laser dans cet article?


Plus D'Articles Sur Le Foie

Kyste

Bile humaine

Laisser un commentaireLa bile humaine est un rôle important dans le processus d'activité vitale. Il a un goût amer, une odeur spécifique et une couleur caractéristique, importante pour la digestion des aliments gras.
Kyste

Conséquences de l'hépatite

Laisser un commentaireLe corps humain est gravement endommagé par les effets de l'hépatite C chez les hommes et les femmes. Comme la maladie ne se développe pas toujours avec des symptômes apparents, il est difficile de diagnostiquer la maladie à ses débuts.